Christophe Charle, La dérégulation culturelle : essai d’histoire des cultures en Europe au XIXe siècle.

Paris, PUF, 2015. 744 pages

Couverture de l'ouvrage

L’ouvrage de Christophe Charle retient l’attention en ce qu’il est une synthèse des synthèses. N’avançant pas de biais, il s’applique à mettre sur la table toutes les données nécessaires à la compréhension de ce qu’il faut démontrer. L’allure pédagogique de l’opus, loin d’installer ce dernier du côté des manuels, le renforce en vigueur et humilité. Les limites des champs sont fixées, les angles morts – destinés à le rester faute de sources ou de travaux de fond –, aussi. C’est la raison pour laquelle on sait déjà que ce livre, par-delà son érudition, sera lu et relu, utilisé encore et encore, car, plutôt que d’étendre le territoire de l’historien au risque de le dilater sur une marge demeurée invisible, il fait le pari de la mise en perspective et, plus que de la comparaison, du rapprochement signifiant.

De quoi est-il question ? Christophe Charle entend parler des mouvements de « dérégulation culturelle » qui ébranlent l’Europe du XIXe siècle, coupée en deux dans ses frontières chronologiques, lorsqu’elle est signée, jusqu’au coude des années 1860, des queues de comètes de l’Ancien Régime, adoptant ensuite les postures mobiles d’un XXe siècle déclaré « moderne » post Grande Guerre. En cela, l’auteur n’est pas frondeur parce qu’il divise – [presque] au centre – et organise des rubriques par thèmes : la musique, le livre ou les « spectacles vivants ». La novation vient de l’approche des objets, soit le choix d’une explicitation contrastée des effets de bascule, des déviations de symétrie, des équilibres/déséquilibres qualitatifs et quantitatifs.

Christophe Charle réussit l’exercice périlleux de faire un essai à thèse sans pour autant – c’est même tout le contraire – que ses partis pris ne créent le déficit. Au prologue – et, en définitive, tout au long de son livre – il admet proposer des interprétations à l’aune de sa propre trajectoire historienne. Bien sûr, multilingue, il collationne les sources et, « grand angle », avec une curiosité peu commune, couture les interprétations des uns et des autres, attentif aux interrogations, parfois, souvent, installées à l’écart des grilles qu’il retient. En sorte qu’il construit un panorama ouvert mais – et ici pas d’oxymore –, dans le même instant, fortement ego-historique. Cette posture, au lieu de fabriquer une oblique dans le schéma d’analyse, renforce ce dernier : invariablement, des décennies de réflexion sur les capitales culturelles, les élites et les intellectuels viennent alimenter, en profondeur, un discours sur une Europe hachurée, dès lors toute ensemble, mais jamais de façon concomitante, dans le « progrès » culturel, social, politique, économique ou technique.

Christophe Charle est un historien culturaliste qui, toujours, fait modèle parce qu’il s’applique à établir une histoire sociale des représentations et des pratiques. Interrogeant les logiques de production, les plateformes de médiation, les conditions de réception ou d’acculturation des objets historiques, il pose des questions ouvertes, réfléchissant, dans la longue durée, à l’épaisseur des processus. La démarche de fond est articulée à une méthodologie sans faille. À cet égard, on salue l’effort, extrêmement utile, d’inscrire, en tête de chapitre, un état de situation problématisé, épistémologique aussi dans la mesure où chaque terme est démonté, jamais présupposé acquis, mais réexpliqué, en contexte, à l’horizon d’une conjoncture comme des acteurs en présence. On est reconnaissant de lire encore un bilan conclusif honnête parce qu’il désigne les inconnues, utile puisqu’il rassemble les avancées de connaissance désormais intégrées.

Aussi bien, alors même que l’opus magnum pourrait tenir à distance, la lectrice, guidée par une structuration aux fortes charnières, s’engage-t-elle dans des zones éclairées désormais par une masse critique internationale – parfois inédite –, rendues plus accessibles lorsque les chiffres en tableaux exposent budgets, recettes, tirages ou rythmes de fréquentation. Souvent, le domaine analysé est connu, le cas a circulé maintes fois au titre de « l’exemple exemplaire » – on pense au récit légendaire du succès des Mystères de Paris – mais Christophe Charle intéresse lorsqu’il réinvente le « très connu » en le configurant dans une perspective différente – sociale toujours – et en le rapprochant d’autres itinéraires, suivant des courbes semblables ou non.

Au réel, c’est cela que ce livre apporte, refusant une narration codée élitaire. De cette manière, il comble les historiennes et historiens culturalistes par des confrontations originales, tant géographiques que chrono-thématiques, mais, n’omettant pas le supposé déjà su, il emmène également les curieuses et les curieux dans les variables géométriques d’un XIXe siècle bouillonnant à la manière d’une chute d’Empire autant qu’accélérateur de particules « modernes ». L’exercice est pourtant périlleux et Christophe Charle aurait pu s’y perdre, courant le risque de ne satisfaire personne. Or, homme de synthèse, il convainc et le suivre est désormais facile. L’historien quadrille et cartographie, dans le temps long, les espaces, secoués par les césures des guerres, les remodelages politiques, les extensions géostratégiques. Il positionne les populations, jamais désignées selon des schémas binaires : « élites versus masse » mais, a contrario, questionnant les marges, « ceux du milieu » qui, précisément, bousculent les acquis, assurent les transferts, inventent les circulations, dérangent les ordres et les hiérarchies. En sorte que l’ouvrage de Christophe Charle est subtil car, toujours il annonce des hypothèses, jamais il n’en fabrique des vérités. Cette manière d’avancer les idées est saine car, loin de l’arrogance, elle rassure par une fermeté d’opinion qui n’oublie pas les exceptions confirmant ou infirmant le discours commun.

Dès lors, on pénètre dans une histoire des cultures en Europe au XIXe siècle, tenue au collet – et cela structure – par des pivots macro-historiques aux registres multiples, rappelés à bon escient : maintien, montée en puissance, reconfiguration ou affaissement des mécanismes de censure, des nationalismes linguistiques, des inégalités sociales, de l’interventionnisme de la puissance publique, des moyens de communication, des lois de l’offre et de la demande, des effets de concurrence instaurant l’ère d’un « système marchand », des modes de commercialisation, de distribution, etc. Autour de « l’espace-temps 1860 » – et l’agencement différencié « avant/après », qui tient compte des inflations urbaines, économiques et techniques, est fort pertinent –, et pour montrer « l’avènement d’une société de consommation à large base », les grands secteurs de la « Culture » sont arpentés dans un périmètre européen hybridé, gouverné par le tandem Paris/Londres – Londres/Paris, de tradition prescripteur. L’histoire se déroule et, sans surdéterminer l’économique – assurément fondamental – pour retenir aussi les marqueurs symboliques, on s’avance dans le monde du livre, en mutation profonde, bien que demeuré empêché par les coûts d’impression, les contrôles policiers ou la faiblesse des circuits de diffusion ; on s’installe au balcon afin d’explorer des spectacles protéiformes (pièces de théâtre, fééries, opéras, cafés-concerts ou bientôt cinématographes), mixtes souvent, renouvelant espaces et publics avec un répertoire toujours incrémenté quand il copie, adapte ou plagie ; on suit, peut-être de manière trop impressionniste, l’intérêt d’un collectif pour le patrimoine, le goût en faveur des musées qui s’exposent, les avant-gardes, artistiques et littéraires, qui repoussent la norme pour suggérer des créations alternatives ; on prend la mesure du domaine musical – celui de la danse aussi, pratiquée dans les bals ou, pour les ballets russes, évoluant dans les décors somptuaires de Léon Bakst –, participant à la fabrication de cultures populaires, alimentant les imaginaires comme les pratiques d’une musique savante.

Christophe Charle brasse large : il cherche les convergences, pointe les dissonances, ne se dérobe pas devant l’effort comparatiste au prétexte que les différenciations « civilisationnelles » interdiraient une exploration commune de phénomènes culturels partagés. Honnête homme, il pratique une histoire politique du culturel autant qu’une histoire culturelle du politique. La communauté l’en remercie.

Agnès CALLU


Vous aimerez aussi...