Ingrid Hayes, Radio Lorraine cœur d’acier 1979-1980. Les voix de la crise.

Paris, Presses de SciencesPo, “Académique”, 2018, 348 p.

Le livre d’Ingrid Hayes, tiré de sa thèse de doctorat, était attendu pour plusieurs raisons. Il est l’un des premiers à saisir pleinement les potentialités de l’histoire de la radio – ce parent pauvre encore de l’histoire des médias – en ne se contentant pas de retracer le parcours d’une institution ou d’une station, mais en portant le regard sur le cœur, c’est-à-dire sur les émissions telles qu’elles ont pu être enregistrées et sauvegardées. La radio étudiée est de surcroît doublement mythique, dans l’aventure des radios libres (1977-1981) et dans l’histoire des mobilisations ouvrières, puisqu’il s’agit de Radio Lorraine Cœur d’Acier (LCA), la « radio de lutte » qui émet à Longwy entre mars 1979 et juillet 1980, dans le sillage du mouvement des sidérurgistes lorrains contre la crise et la fermeture des sites (1978-1979). À travers cette étude, l’auteure contribue donc au renouvellement des approches concernant une période de transition, entre crise et invention, entre insubordination dans les usines – et au-dehors – et prémices, de plus en plus tangibles, de la dé-formation de la classe ouvrière.

Attendu, ce livre fourmille en même temps, c’est le propre des recherches les plus stimulantes, d’inattendu. La clé en est peut-être donnée par Ingrid Hayes elle-même : « Au fond, c’est justement parce que tout est incertain, que rien ne se passe comme prévu » (p. 300). Pour qui connaît en effet un peu cette période et le combat des sidérurgistes lorrains, l’image classique de LCA est celle d’une radio totalement absorbée et fusionnée dans la lutte, reflétant de manière transparente le groupe, jusqu’à ce que la CGT mette fin à cette initiative, qu’elle avait pourtant portée, à l’été 1980. Pourtant, les analyses d’Ingrid Hayes dessinent une image singulièrement plus complexe. Radio de lutte, LCA ne naît qu’à la fin de cette dernière et ne s’insère dans la mobilisation que de manière décalée (p. 27). Radio des sidérurgistes, elle est animée et structurée en réalité par des acteurs et des groupes bien plus divers. Radio tournée en théorie vers le travail et vers l’usine, elle en parle paradoxalement très peu (p. 110). Radio qui n’est pas une radio ouvrière, au regard des thèmes qu’elle promeut ou du statut social de ses animateurs, elle n’en constitue pas moins une expérience inédite, qui permet au monde ouvrier de s’exprimer et de se faire entendre (p. 299).

On pourrait multiplier à l’envi de tels paradoxes, que l’auteure scrute avec minutie, appuyée sur des sources particulièrement intéressantes. Celles-ci comprennent, on l’a dit, une bonne partie des émissions, y compris les interventions et les réactions des auditeurs, qui ont été déposées – on aurait aimé savoir dans quelles conditions – aux Archives de Seine-Saint-Denis. Ingrid Hayes a aussi eu recours aux archives de la CGT et a surtout effectué bon nombre d’entretiens avec d’anciens animateurs, responsables confédéraux, soutiens, intellectuels engagés, y compris avec Gérard Noiriel (on sait l’importance de ce moment dans la trajectoire de ce dernier, même si – silence ou distance – on ne le voit guère en fait apparaître dans le livre). Ces sources considérables, qui permettent d’entendre des voix différentes – celles des animateurs, des responsables, des amis, des auditeurs – à des moments eux-mêmes différents (pendant l’expérience, et quarante ans après), sont analysées au fil d’une démonstration très claire, assortie de précieuses annexes : une chronologie, la présentation des émissions, etc. Bien plus que l’histoire d’un média, l’ouvrage dresse ainsi le portrait d’un moment de crise, de reconfiguration et le portrait d’un groupe tendu entre des dynamiques divergentes, entre l’espoir encore d’une émancipation collective, et la réalité d’émancipations partielles et heurtées (p. 311). À ce titre, plusieurs fils rouges se dessinent.

Le premier concerne les organisations ouvrières engagées dans l’aventure. Le livre permet de nuancer l’opposition un peu trop facilement établie parfois entre une « vieille » CGT figée dans une conception classique des mouvements sociaux et de « nouvelles » organisations, CFDT ou collectifs autonomes, actrices des renouvellements des années 68. On constate en réalité que la CGT n’est pas tout à fait sourde et aveugle à ce qui se joue durant ces années-là, et qu’elle cherche à s’en saisir, ainsi avec le montage en 1971 d’un secteur propagande et le soutien à des radios libres, dont LCA n’est pas le seul exemple : on pourrait aussi mentionner à la même époque Radio Quinquin dans le Nord ou Radio Castagne à Alès, dans les Cévennes. On voit bien simultanément à quel point ce type de mue est relatif, difficile et se heurte à des contradictions insolubles. Comment encourager les radios libres, critiquer le monopole d’État sur la radio, tout en défendant, cela surtout pour le PCF, le principe de ce monopole ? Comment encourager, dans le cas de LCA, une initiative qui s’émancipe peu à peu du projet et de la tutelle syndicale, et qui doit en même temps son succès, c’est-à-dire son audience, à cette ouverture (p. 37) ? Le livre invite à saisir la difficulté, qui s’incarne dans la trajectoire de certains acteurs, tel Michel Olmi, le responsable de l’Union locale CGT de Longwy, à s’inscrire dans une mutation qui ne peut conduire qu’au départ, à la dissolution ou alors au repli. C’est pour finir cette dernière solution que choisit la CGT nationale, lorsqu’elle met fin, contrairement aux vœux d’une partie des militants locaux, à l’expérience (même si elle tente brièvement de la relancer, sous contrôle cette fois, quelques mois plus tard).

Si le débat est aussi tendu dans cette configuration, et laisse des traces aussi durables chez toutes les parties en présence, c’est que LCA pousse, beaucoup plus loin que ses consœurs nordiste ou cévenole, le processus d’autonomisation. Ce que l’on voit peu à peu émerger, c’est un collectif militant, qui s’éloigne de l’objectif de départ (la bataille pour la sidérurgie et la défense de la région) pour développer son propre projet culturel et politique, tourné vers « la prise de parole et l’apprentissage du débat, l’accès à la culture, la démythification et la réappropriation de l’information » (p. 92). L’analyse éclaire tout ce qui unit ce collectif : une volonté de transformation sociale par la politisation et l’élévation du niveau de conscience des auditeurs, l’attachement à un certain héritage culturel et politique commun, lié à la culture communiste (du souvenir de la Seconde Guerre mondiale à l’image idéalisée du militant), l’adhésion à une représentation mythifiée de l’identité et de l’unité ouvrière. Ingrid Hayes montre aussi tout ce qui rend ce collectif éminemment fragile. Il est composé en effet d’acteurs aux trajectoires très diverses, entre les militants syndicaux ou politiques, les journalistes professionnels rémunérés par la CGT, tel Marcel Trillat, les professions intellectuelles qui participent à l’animation des émissions. Tout cela suscite malentendus et incompréhensions, entre les animateurs ou avec les auditeurs : l’aisance, la capacité différenciée à se saisir du micro en sont des indices ; le rapport au bloc soviétique, à un modèle communiste dont l’attractivité pâlit, en est un autre. L’auteure souligne également, dans des pages très éclairantes (p. 159-189), à quel point, dans cette radio ouvrière, c’est la culture légitime, portée par les journalistes, qui s’impose, alors que le rapport à la culture populaire oscille entre fascination et déni, par exemple lorsque certains animateurs ou les auditeurs osent manifester leurs réelles préférences culturelles – sur la musique, le cinéma, etc.

Mais il y a des malentendus créateurs. Sans doute le collectif structuré autour de LCA demeure-t-il éphémère et tiraillé entre plusieurs voix, sans doute, même s’il donne la parole au monde ouvrier local, reste-t-il en partie prisonnier d’un certain nombre de rapports de domination, ainsi à l’égard des femmes ou encore d’une partie des immigrés (les Maghrébins, qui demeurent peu audibles, forment la figure inverse des Italiens entendus et reconnus), questions sur lesquelles l’historienne livre là encore des figures très suggestives. LCA, née et portée par un moment de crise, au sens fort du terme, n’en ouvre pas moins plusieurs possibles, noue de nouvelles relations, rend certaines choses audibles, et constitue une expérience extrêmement intense, aussi bien sur le plan individuel que sur celui du groupe. Le dernier chapitre du livre est à cet égard passionnant, qui rend compte du bouleversement – léger ou au contraire très profond – qu’a induit l’expérience dans la trajectoire d’un certain nombre d’actrices et d’acteurs. Il creuse la portée d’un engagement aussi fort à court terme – la mélancolie qui suit la fin de la lutte, les défections ou au contraire les continuations – comme à plus long terme. Jusqu’à aujourd’hui en effet, les querelles de mémoire et d’interprétation autour de LCA, et surtout de son interruption, n’ont pas cessé. Comme le note avec justesse l’auteure (p. 297), le souvenir de LCA en est venu à incarner bien plus que l’expérience qu’elle a permise, et noue le souvenir d’un passé ouvrier mythifié, comme les traces de la crise et celles de la déstructuration présente. En ce sens, et jusqu’à sa conclusion, le livre d’Ingrid Hayes, au-delà de l’histoire d’une radio, est décidément une très belle invite à saisir et à déchiffrer ce que recouvre, dans toute sa complexité, le mot « désindustrialisation ».

Marion Fontaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.