L’empreinte de Jean-Daniel Reynaud

par Patrick Fridenson et Michelle Perrot
historiens, membre du comité éditorial du Mouvement social

Jean-Daniel Reynaud, qui vient de disparaître, avait été le premier sociologue à faire partie du Comité de rédaction de notre revue.

Il avait accepté sans difficulté l’invitation en 1964 de notre fondateur, Jean Maitron, sur la suggestion de Michelle Perrot et de Madeleine Rebérioux, après la parution de son premier livre : Les syndicats en France. À vrai dire le milieu des historiens engagés ne lui était pas étranger : ses liens avec son beau-père, Charles-André Julien, ancien professeur d’histoire de la colonisation à la Sorbonne et une des grandes figures de l’anticolonialisme, proche de plusieurs membres de l’équipe de la revue, étaient vifs. Son nom apparaît pour la première fois dans le numéro 49 d’octobre-décembre 1964. On lui doit entre autres le numéro 61 spécial « Sociologie et histoire » d’octobre-décembre 1967, puis la lecture acérée de plusieurs articles d’histoire soumis à la revue, l’entrée d’un sociologue du travail plus jeune, Bernard Mottez, et les premières réflexions sur le contrat entre la revue et les Éditions ouvrières (à partir de son expérience de l’application du contrat entre Le Seuil et Sociologie du travail), car notre revue n’a eu que très tard un contrat avec son premier éditeur. Puis après la parution du numéro 100 (octobre-décembre 1977), sur la pointe des pieds, il avait quitté le Comité. Mais les liens ainsi noués persistent lors de débats ou de colloques ou grâce à ses élèves[1]. Lorsque Bernard Mottez part à son tour, pris par d’autres recherches, c’est Alain Cottereau qui le remplace, tandis que le Comité compte un second sociologue, Daniel Pécaut, qui apporte ses compétences sur l’Amérique latine. L’affirmation qui concluait son éditorial du numéro 61 en 1967 s’est donc vérifiée : « L’époque est passée où la sociologie faisait craindre son impérialisme et où elle craignait, en même temps, de n’être pas reconnue. Elle est peut-être venue d’un dialogue, non plus sur les principes, mais dans la recherche elle-même. »

Les lignes qui précèdent ne traduisent pas la chaleur profonde et le rayonnement international de cet homme aux recherches empiriques variées en France, en Europe et en Amérique latine, aux activités multiples dans des établissements parisiens d’enseignement supérieur, dans deux grandes revues de sociologie, en immersion auprès des syndicats, des entreprises et dans la cité[2]. Elles ne traduisent pas non plus le fait qu’il a non seulement beaucoup favorisé les contacts entre sociologues et historiens – ainsi le numéro 64 comporte un article en perspective historique de la sociologue Madeleine Guilbert qui, dit Jean-Daniel Reynaud, « présente le bilan objectif d’une étude sur la discrimination à l’égard des femmes dans l’industrie », soit le premier consacré par la revue à ce problème majeur ; il a patronné notamment les travaux de Catherine Lévy sur le logement, la précarité, les inégalités nationales et internationales) – mais encore s’est vraiment intéressé aux travaux des historiens. Il avait été nommé en 1959, à 32 ans, professeur au CNAM sur la chaire d’histoire du travail et des relations industrielles, et y a donc enseigné entre autres l’histoire du travail. Puis, en 1969, il avait obtenu la transformation de l’intitulé de son poste en sociologie du travail et des relations professionnelles[3], créant le laboratoire de sociologie du travail et occupant la chaire pendant trente-cinq ans. Son célèbre livre Les règles du jeu porte la marque de cette perspective renouvelée et d’une analyse théorique[4]. Le séminaire sur le travail et la régulation sociale qu’il avait codirigé à l’Université de Nanterre, avec l’économiste hétérodoxe Olivier Favereau[5], à partir de 1989, avait été extrêmement fructueux pour plusieurs générations d’universitaires et de chercheurs.

C’était un homme savant, subtil, lucide et généreux et nous sommes nombreux de par le monde à lui devoir beaucoup de suggestions, de remarques, de questions sur la place des conflits sociaux et le rôle du syndicalisme dans le mouvement ouvrier. Il faut rappeler son courage et son élégance. Il gérait avec une discrétion extrême une cécité précoce qui l’a certainement gêné dans ses entreprises. Nous pensons à lui avec gratitude et émotion.

Nous pouvons retrouver son témoignage sur les années 1950 et 1960, traversées par les bouillonnements français et les sociologies américaines et britanniques, dans le livre qu’Anni Borzeix et Gwenaële Rot ont consacré à la genèse et aux sept premières années de la revue Sociologie du travail, dont il était l’un des quatre fondateurs[6]. Il nous reste aussi présent par l’image et par la voix dans le film de 2009 conçu par ses amis du Centre de sociologie des organisations et de Sciences Po, où il présente sa vie et ses recherches. On l’y entend dire ces quelques phrases très évocatrices de sa manière d’observer et penser la confrontation des acteurs face aux changements : « J’aime beaucoup le terme d’“action sociale” ou d’“action collective”, justement parce que ce n’est pas un équilibre, que c’est généralement un effort et qu’il n’est même pas mauvais de le considérer comme une entreprise, […] c’est-à-dire quelque chose qui essaie d’obtenir un résultat, essaie de grouper les gens, essaie de créer une action commune, avec tous les problèmes que cela comporte. Il n’y a pas la société, il n’y a que des groupes sociaux, il n’y a que des relations sociales[7]. »


Édit. du 08/05/2019 [nous relayons ici cette information diffusée pour le Lise-Cnam-CNRS par Catherine Bourgeois, Anne Gillet, Isabelle Berrebi-Hoffmann, Chantal Nicole-Drancourt, Michel Lallement sur plusieurs listes de diffusion de sociétés savantes]

Le Lise organise le 13 mai prochain au Cnam une journée en hommage à Jean-Daniel Reynaud, professeur honoraire du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) disparu en ce début d’année 2019. Nous sommes ravi.e.s de vous convier à cet événement qui rassemblera de nombreux sociologues, amis et collègues de Jean-Daniel Reynaud. Vous trouverez le programme en ligne : Journée Hommage J-D Reynaud

 


[1] Sur ses élèves, ses amis, et des personnalités fréquentées, voir A. Borzeix, D. Linhart, M. Maruani, N. Mercier et D. Segrestin (dir.), Variations autour de la régulation sociale. Hommage à Jean-Daniel Reynaud, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 1994.

[2] Voir N. Mercier, « Itinéraire », in ibid., p. 11-17 et en ligne : http://excerpts.numilog.com/books/2728802025.pdf.

[3] G. Rot, « De Georges Friedmann à Jean-Daniel Reynaud : l’installation de la « sociologie du travail » au Cnam (1959-1969) », Cahiers d’histoire du Cnam, vol. 1, 2014, p. 75-110.

[4] Voir les nombreuses références à ses travaux dans C. Paradeise, D. Lorrain et D. Demazière (dir.), Les sociologies françaises. Héritages et perspectives (1960-2010), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[5] P. Batifoulier, F. Bessis, A. Ghirardello, G. de Larquier et D. Remillon (dir.), Dictionnaire des conventions. Autour des travaux d’Olivier Favereau, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016.

[6] A. Borzeix et G. Rot, Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Ouest, 2010, p. 39-60.

[7] J.-D. Reynaud, Les règles de l’action collective, film produit par Multimedia R & O, 2009, 59 mn : http://screeningorganisation.com/films/reynaud_film1.

Crédit image de une : capture vidéo screening organisation editions


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Rédaction (15 avril 2019). L’empreinte de Jean-Daniel Reynaud. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r09d


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search