Chad Montrie, The Myth of Silent Spring. Rethinking the Origins of American Environmentalism.

Oakland, University of California Press, 2018, 186 p.

Ce court ouvrage au titre provocateur entreprend de questionner l’influence du célèbre livre de Rachel Carson, Silent Spring, dans la naissance de l’écologie politique ou des mouvements environnementalistes. Publié aux États-Unis en 1962 et vite traduit dans le monde entier, l’essai de Rachel Carson est sans doute le manifeste le plus connu et le plus diffusé contre l’usage des pesticides dans l’agriculture. Biologiste de formation, Rachel Carson se consacre tout d’abord à l’étude des mondes marins, mais c’est son enquête sur le déclin des oiseaux qui l’amène à dénoncer avec vigueur l’agriculture chimique en plein développement dans le monde occidental de l’après-guerre. Sa mort prématurée en 1964 n’empêche pas la dénonciation d’enfler, jusqu’à l’interdiction du pesticide le plus employé, le fameux DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane), aux États-Unis en 1972. Dès lors, Rachel Carson est considérée comme une des figures fondatrices de l’environnementalisme américain.

Chad Montrie ne nie pas l’importance de l’œuvre de Rachel Carson, mais il opère deux déplacements majeurs. Le premier est historique : en s’appuyant sur de nombreux exemples de contestations environnementales depuis 1800, il montre que les critiques de la dégradation de l’environnement et les résistances actives contre l’industrialisation du monde ont été très nombreuses. Le deuxième est social : alors que Rachel Carson s’adresse essentiellement à une classe moyenne ou supérieure soucieuse de manger des produits sains, de nombreux autres mouvements environnementalistes sont davantage portés vers les classes populaires, les ouvriers et les minorités ethniques, qui voient la dégradation de leurs conditions de vie encore plus affectées par l’industrialisation. Les deux dimensions se mêlent pour insister sur la conjonction d’une démarche à la fois sociale et écologique dans de très nombreuses mobilisations environnementales, qui ne se réduisent donc pas à une parole des privilégiés blancs en recherche de nature récréative. La thèse, déployée en trois chapitres, est stimulante et permet de ne pas tomber dans le piège d’une écologie politique unique qui s’accommoderait volontiers d’un système économique où la domination des classes et de la nature reste finalement au cœur de son fonctionnement.

Le premier chapitre s’intéresse aux résistances locales contre l’industrialisation au XIXe siècle, principalement dans le New England, le Massachusetts, ou le New Hampshire, soit les lieux majeurs de la première industrialisation américaine. La filiation de ces résistances remonte au moins au début du XVIIIe siècle, lorsque les rivières deviennent la source d’énergie d’ateliers divers qui se dotent de retenues d’eau pour faire fonctionner leurs roues hydrauliques. Alors, selon la common law, les riverains des rivières pouvaient casser les barrages pour remettre en état le cours d’eau, afin notamment que les poissons, source alimentaire importante, puissent frayer et se déplacer librement. De nombreux exemples de procès témoignent que les communautés rurales agissant ainsi pensent qu’ils ont la loi avec eux, ce que confirment bon nombre de jugements. Toutefois, au fil des décennies, cette « écologie morale », proche de l’économie morale chère à E. P. Thompson, est démantelée par la jurisprudence qui finit par interpréter la catégorie juridique de reasonable use de la common law en faveur des industriels. Vers 1850, il devient de plus en plus admis par les autorités judiciaires que le monde de la rivière doit accepter les activités industrielles, moyennant des compensations aux riverains affectés par les changements. Parallèlement, un mouvement conservationniste s’empare de la notion de nature pour dénier aux natifs l’usage de leur environnement, pourtant à faible impact, pour privilégier une segmentation de l’espace : les lieux de production doivent être compensés par des parcs naturels protégés à usage récréatif, d’où les résidents sont expulsés. Deux cosmologies s’opposent, celle de l’économie morale qui vit de la nature, et celle de l’économie industrielle, qui en fait un cadre de loisirs pour la classe aisée (contemplation, chasse et pêche sportives). L’exemple du mouvement de conservation des forêts des Adirondacks (État de New York) est éloquent : sous couvert de protection, les espaces sont privatisés par de grands propriétaires alliés aux forestiers, et les communautés locales perdent l’accès aux communs entre 1885 et 1910. Chad Montrie montre que ces écologies concurrentes recouvrent des enjeux de contrôle de l’espace, de soutien à la production industrielle ou forestière pour les besoins des possédants, enfin d’une forme de lutte des classes qui marginalise des communautés paysannes vivant de peu. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, un tel processus peut encore s’entrevoir dans des villes de plus en plus grandes, mais les contestations prennent alors appui de plus en plus à l’échelle des municipalités pour réclamer un service public du droit à la santé ou à l’accès à l’eau potable. La lutte contre la pollution est une des grandes questions du XIXe siècle urbain.

Ce processus est l’objet du deuxième chapitre, qui expose différents types d’actions en faveur de l’environnement urbain entre 1870 et 1945, notamment de la part des femmes, des ouvriers et des minorités ethniques, qui revendiquent une justice environnementale. Dans un contexte de syndicalisation et de mouvement social plus vaste, les classes populaires parviennent à faire entendre leur voix pour améliorer leurs conditions de vie dans un milieu urbain insalubre. Souvent dans une alliance entre radicaux, socialistes et réformateurs, Chad Montrie sort de l’oubli quelques actions municipales pour remédier aux injustices locales : à Toledo (Ohio) entre 1897 et 1904, sous l’action du maire radical Jones, ou encore à Milwaukee (Winconsin) après 1898 avec un maire à tendance socialiste, sont mis en place des services municipaux de collecte des déchets. Il est particulièrement intéressant de montrer que les activistes de l’environnement se retrouvent également pour militer en faveur d’une meilleure hygiène industrielle et la protection de la santé des ouvriers dans les usines. Ainsi, le socialiste John R. Commons, qui a contribué aux réalisations sanitaires à Milwaukee, participe à la création de l’American Association for Labor Legislation. Son action conjointe à celle de la professeure Alice Hamilton aboutit à une réglementation plus protectrice à Chicago et dans l’Illinois. Dans ce monde urbanisé, la recherche de nature n’est pas l’apanage des classes supérieures, mais le processus ségrégatif est tel que de nombreux conflits émergent sur l’usage des forêts, plages ou périphéries rurales à portée de la ville pour une journée de détente. Les organisations populaires (syndicats, communautés locales) mettent notamment en place des camps éducatifs en pleine nature qui participent à l’apprentissage de l’environnement pour des urbains cantonnés dans leurs quartiers ou usines. Ces différents processus diffusent un sentiment renouvelé de besoin de nature, qui est bien enraciné avant la Seconde Guerre mondiale. Chad Montrie rappelle qu’il se renforce même avec le programme fédéral conservation lors du New Deal.

Le troisième et dernier chapitre s’attache à faire justice à l’action des syndicats et des classes ouvrières en faveur de l’environnement des années 1945 aux années 1980. À l’encontre de Rachel Carson, qui a une idée abstraite de l’homme sans analyse des rapports sociaux ou raciaux, et ne fait que quelques allusions aux travailleurs ruraux de Californie, pourtant très impactés par l’épandage de pesticides et dont les maladies et luttes étaient de notoriété publique, divers acteurs syndicaux et associatifs placent la question de justice sociale au centre du débat. Ainsi, le puissant United Auto Workers revendique un mode de vie moins aliénant, qui ne soit pas celui de la consommation. En 1965, il organise une immense conférence sur l’eau pure à Détroit, suivie de diverses initiatives, notamment la participation à l’Earth Day en 1970. Les maires afro-américains de Gary (Richard Hatcher), près de Chicago, et de Cleveland (Carl Stokes) font eux aussi de l’environnement le pivot d’un projet de réforme sociale. C’est dans ce contexte que la lutte contre l’intoxication à la peinture du plomb prend forme, à partir notamment des communautés noires fortement impactées. Fondé sur ses propres travaux, Chad Montrie rappelle également les contestations environnementales de résidents touchés par les mines des Appalaches, où une alliance entre habitants et mineurs a pu se former. Ce sont encore les communautés locales, généralement ouvrières et noires, qui sont, dans les années 1970, le fer de lance de la dénonciation du scandale de Love Canal, une pollution chimique provenant de la Hooker Chemical Company et qui touche des quartiers déshérités, ou encore de l’alerte et des actions entreprises contre les décharges de produits toxiques, fortement chargées en PCB (polychlorobiphényle) dans le parc de North Carolina. Dans tous ces cas, les associations environnementalistes reconnues (Sierra Club, Environmental Defense Fund) restent en retrait car ces contestations populaires ne participent pas à leur imaginaire.

L’ouvrage de Chad Montrie redonne donc de la complexité à l’histoire des mouvements environnementalistes américains et rend justice à des actions contre la dégradation de la nature qui ont été oubliées par l’historiographie, trop focalisée sur l’histoire héroïque d’une scientifique blanche et bourgeoise. Le risque d’une telle thèse serait de minimiser le diagnostic et l’action de Rachel Carson, mais Chad Montrie reconnaît tout à la fois son courage, sa pugnacité et sa détermination. Il s’agit moins de nier son impact – reconnu par l’historiographie – que de rappeler les imaginaires et actions concurrentes qui ont œuvré eux aussi pour la protection de l’environnement, dans une histoire longue qui précède Rachel Carson, de montrer que l’environnement ne s’oppose pas forcément à l’emploi, et d’introduire une analyse sociale à une trajectoire d’altération de l’environnement qui n’est pas un processus engageant l’humanité comme un tout.

Thomas Le Roux


Vous aimerez aussi...