Françoise Thébaud, Une traversée du siècle. Marguerite Thibert, femme engagée et fonctionnaire internationale.

Paris, Belin, 2017, 704 pages.

Cette excellente biographie retrace la vie de Marguerite Thibert (1886-1982), française qui vécut presque centenaire, intellectuelle, militante, fonctionnaire internationale puis experte à l’Organisation international du travail (OIT). Veuve très jeune, mère d’une fille et jamais remariée, elle traverse le XXe siècle en menant une vie engagée et ambitieuse. « Peu connue des historiens et encore moins du grand public » (p. 556) l’auteur nous invite à découvrir une femme de combats, une intrépide voyageuse qui cultive un réseau important de correspondances avec des hommes et des femmes du monde entier dont elle se sent solidaire et proche dans ses engagements moraux et politiques.

L’ouvrage écrit par Françoise Thébaud, historienne, professeure émérite de l’université d’Avignon et spécialiste de l’histoire des femmes et du genre, constitue bien plus qu’une simple biographie. La longévité de la carrière de Marguerite Thibert permet à l’auteure de dresser le portrait des premières femmes diplômées en France après la Première Guerre mondiale, des réseaux féministes, pacifistes et socialistes auxquels la Française appartient ainsi que de dresser en filagramme presque un siècle d’histoire de l’OIT. Cette organisation internationale, créée par les vainqueurs de la guerre en 1919, dans l’esprit « qu’une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale »1 occupe une place centrale dans la vie et les combats de Marguerite Thibert.

L’auteure s’est livrée à un titanesque travail de sources sur les archives du Bureau international du travail (BIT) et des archives privées afin d’écrire la première biographie de Marguerite Thibert. « Un pari d’historienne » (p.12) que celui de raconter un si long et riche parcours de vie. Et ce d’autant plus que le projet du livre n’est pas de dresser une chronologie de vie mais plutôt de se servir de ce parcours individuel pour dresser celui plus collectif de tout un milieu. L’auteure inscrit en effet son travail à la fois dans l’approche genre et dans les recherches en histoire transnationale qui s’attachent à étudier les circulations de personnes et d’idées. Elle dresse le portrait sociologique de plusieurs groupes par-delà la présentation d’une personne. Cette démarche en droit fil des récents travaux sur les organisations internationales permet de tisser des liens et d’inscrire une biographie individuelle dans l’étude de différents milieux : les intellectuels, les féministes, les fonctionnaires internationaux, les pacifistes et les socialistes.

Marguerite Thibert est née Marguerite Javouhey en 1886 à Chalon-Sur-Saône dans un milieu bourgeois. Elle épouse en 1912 George Thibert qui décède de la tuberculose en 1915. Selon l’auteure, cette situation personnelle lui permet de poursuivre des études supérieures puis de mener une carrière internationale, mais inversement, l’accaparement de sa vie professionnelle éloigne au fur et à mesure du temps qui passe toute possibilité de remariage. Marguerite Thibert est une intellectuelle à une époque où les femmes sont rares à accéder à de hautes études. Licenciée en philosophie, elle soutient une thèse de doctorat en lettres en 1926 sur Le féminisme dans le socialisme français de 1830 à 1850. Toute sa vie elle revendique cet engagement féministe qu’elle définit elle-même comme « la lutte pour le droit de la femme à une activité politique, sociale, intellectuelle, économique complète » (p. 92). Historienne, elle entre en contact avec des chercheurs et intellectuels et notamment le couple Puech (Jules-Louis et Marie-Louise) dont elle reste proche toute la vie. Première grande complicité intellectuelle et politique qui allait être suivie de nombreuses autres au gré des rencontres et des voyages.

En 1926, grâce à son insertion dans les réseaux qui soutiennent les organisations internationales nouvellement créées à Genève (réformateurs sociaux, syndicalistes, pacifistes et libéraux internationalistes) elle est engagée à l’OIT. C’est le début d’une carrière internationale qui la mène de Genève, où elle réside pendant une trentaine d’année, jusqu’à Montréal, pendant les années d’exil de l’Organisation durant la Seconde Guerre mondiale, en passant par de nombreux voyages aux États-Unis et dans des pays émergents. Se qualifiant elle-même d’idéaliste, elle doit guerroyer pour légitimer son travail et ses compétences. Son meilleur atout est sa formation de haut niveau qui lui permet de compenser son inexpérience administrative et internationale du début. Sa carrière à l’OIT est en effet bien plus chaotique que celle de ses collègues masculins. Elle reste cinq années durant une vacataire avant d’être finalement titularisée en 1930 comme fonctionnaire avec le grade de membre de section. Néanmoins, une grande partie de sa carrière à l’OIT est marquée par l’insécurité professionnelle.

Genève devient dans l’entre-deux-guerres un lieu de rencontres et de mobilisations pour différents réseaux militants, notamment féministes et pacifistes, dans lesquels s’inscrit Marguerite Thibert. Au titre de chef du service du travail des femmes et des enfants au BIT à partir de 1931, elle fréquente ces différents milieux, noue des amitiés et s’oppose aussi parfois à certains de ces éléments plus radicaux comme les militantes de l’Open Door Council. Militante, Marguerite Thibert l’est pourtant assurément ; elle se bat pour le travail des femmes puis l’égalité professionnelle. L’auteure nous détaille la fidélité de Marguerite Thibert à l’institution qui mène pourtant une politique protectionniste en matière de travail féminin. En correspondance avec de nombreuses féministes de son époque qui débattent de cette question, sa position personnelle est nuancée : si elle accepte sur certains points une protection spécifique des femmes, elle l’infléchit sur d’autres. Elle attache une grande valeur à l’expertise qui constitue un aspect important des contours de son féminisme.

De récents travaux ont montré la genèse de l’expertise dans le travail des organisations internationales2, par ses connaissances de l’institution et des questions du travail féminin, Marguerite Thibert peut se prévaloir du titre d’experte qu’elle met à profit pour développer des politiques sociales et publier de nombreux rapports sur les questions du travail des femmes. L’auteure la désigne comme fémocrate (bureaucrate et féministe), « le terme qui désigne des militantes travaillant dans les institutions fait également référence à l’expertise qu’elles y déploient pour agir au service des femmes » (p. 227), arguant qu’à la fois la posture et le travail de Marguerite Thibert dans les années 1930 à la tête du service du BIT la qualifie pour ce néologisme.

Féministe et pacifiste, Marguerite Thibert milite pour la paix dans les années 1930, même si à la fin de la décennie elle refuse le pacifisme intégral et est antimunichoise. Elle devient une personne ressource pour les réfugiés à Genève et aide plusieurs d’entre eux à titre personnel. Elle se mobilise également pour la guerre d’Espagne qui rassemble les féministes françaises par-delà les divergences à travers des engagements politiques et de solidarité. La Seconde Guerre mondiale bouleverse son travail en cours à l’OIT. En 1940, le directeur du BIT, l’Américain Georges Winant, accepte l’offre de l’Université de McGill au Canada d’abriter une partie des services de l’OIT pendant la durée de la guerre. Après moult péripéties juridiques et organisationnelles, Marguerite Thibert rejoint finalement Montréal et participe à la survie de l’OIT dans le système des Nations Unies d’après-guerre.

La guerre constitue un tournant pour l’OIT tout autant que pour Marguerite Thibert qui atteint en effet en 1947 l’âge officiel de la retraite (soixante ans). Cette date symbolique ne signifie pas, loin s’en faut, la fin de sa carrière professionnelle. Pendant plus de vingt ans encore elle continue à travailler comme experte pour l’OIT qui l’envoie dans plusieurs pays émergents afin de réaliser des missions concernant le travail des femmes et des enfants et l’égalité salariale. Elle se spécialise sur le thème de la formation professionnelle et est missionnée en Asie, en Amérique latine et au Moyen Orient. Voyageuse intrépide et infatigable elle fait profiter ses interlocuteurs de son expérience, noue de nouvelles amitiés et aide les gouvernements à la mise en place de politiques sociales et éducatives dans ces pays, avec des résultats, il est vrai, parfois mitigés. L’auteure souligne à maintes reprises l’exceptionnalité de ce second souffle dans la carrière professionnelle de Marguerite Thibert. Si elle continue à travailler pour l’OIT c’est à la fois grâce à son énergie et sa volonté personnelle de rester professionnellement active et aussi car l’Organisation tire avantage de son expertise.

Marguerite Thibert fait preuve d’une ouverture exceptionnelle sur le monde et parallèlement à ses voyages elle continue à militer dans son propre pays à la fois au sein d’organisations féministes, politiques (socialistes) ou culturelles comme l’Association d’amitié franco-vietnamienne. Elle participe aux travaux d’associations qui perpétuent le souvenir d’Albert Thomas, le premier directeur français du BIT. Elle rejoint les rangs de l’Association française pour le progrès social dont elle est durant quelques années la Secrétaire générale. Elle est la « principale cheville ouvrière » (p. 522) du Comité du travail féminin dans les années 1970 auquel elle apporte sa rigueur afin de promouvoir des réformes égalitaires et une militante au sein d’une gauche socialiste qui se rassemble dans la mouvance mitterrandienne.

L’émotion transparaît dans les dernières pages de l’ouvrage qui décrivent la journée du 2 juin 1982 quand Marguerite Thibert est invitée à assister à l’ouverture de la 68e session de la Conférence internationale du travail aux côtés de François Mitterrand qui prononce un discours devant les délégués rassemblés à Genève. En cette année 1982 où l’on célèbre le cinquantenaire de la mort d’Albert Thomas, cette invitation consacre l’action de toute une vie. Marguerite Thibert incarne « une mémoire de l’institution » et cette journée constitue un moment de grâce, un hommage émouvant à la « grande dame du BIT » (p.11).

C’est dans un style à la fois personnel, direct et chaleureux que l’auteure nous fait traverser cette histoire très instructive d’une personnalité française qui a marqué et inspiré plusieurs générations de femmes. Elle n’hésite pas à mentionner ses doutes et ses difficultés face à certaines archives rendant cet ouvrage autant que son sujet particulièrement humain.

Olga Hidalgo-Weber

  1. Préambule de la Constitution de l’OIT. []
  2. Dossier « Experts internationaux et politiques sociales », Revue d’histoire de la protection sociale, 2017, vol.1, N° 10. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.