Delphine Berdah, Abattre ou vacciner. La France et le Royaume-Uni en lutte contre la tuberculose et la fièvre aphteuse (1900-1960).

Paris, Éditions de l’EHESS, « En temps & lieux », 2018, 344 p.

 

Dans l’imaginaire collectif, la tuberculose, maladie affectant aussi bien les animaux que les hommes, et la fièvre aphteuse, quant à elle purement animale, occupent une place privilégiée. Qui n’a pas en tête les images d’enfants aux visages pâles dans un sanatorium, ou encore celles de figures célèbres (Frédéric Chopin, les sœurs Brontë, Alfred de Musset, etc.), victimes, souvent très jeunes, de la tuberculose ; ou, dans le cadre de la fièvre aphteuse, l’image de flammes s’élevant de carcasses de bovins brûlant dans une campagne désolée. Ces maladies ont aussi un fort impact économique et politique orientant des choix en matière de santé publique très différents selon les contextes nationaux. Dans Abattre ou vacciner. La France et le Royaume-Uni en lutte contre la tuberculose et la fièvre aphteuse (1900-1960), Delphine Berdah n’aborde pas la dimension symbolique de la tuberculose et de la fièvre aphteuse. En revanche, elle explore avec beaucoup de soins et d’une manière très éclairante et originale la construction des normes de contrôle de ces maladies, les trajectoires des sérums et vaccins qui y sont liés et les choix prophylactiques qui en dépendent, ceci dans les contextes de la France et du Royaume-Uni au XXe siècle.

Issu d’une thèse dirigée par l’historien de la médecine Jean-Paul Gaudillière et soutenue à l’École des hautes études en sciences sociales en 2010, Abattre ou vacciner est un livre très fouillé, s’appuyant sur une riche littérature primaire et secondaire et ambitieux par ses objets et son approche méthodologique. En effet, ce livre a pour objet l’histoire de deux maladies animales, la tuberculose et la fièvre aphteuse, appréhendées dans une démarche comparée, à travers deux contextes nationaux, la France et le Royaume-Uni. Abattre ou vacciner est une contribution majeure à l’historiographie de la médecine vétérinaire, un champ peu développé en France, contrairement à la Grande-Bretagne. Cependant, ce livre ne se restreint pas à la médecine vétérinaire, mais, dans le cas précis de la tuberculose, il explore de manière très heuristique les allers et retours entre médecine vétérinaire et médecine humaine.

Le style clair et soutenu facilite la lecture de ce livre dense et qui croise différents domaines de savoirs de manière complexe. Le livre fait aussi la part belle à de nombreuses et longues citations qui aident à la compréhension, tout autant qu’elles témoignent de la riche et variée documentation archivistique sur lequel ce travail s’appuie. Du côté français, l’auteure croise des archives publiques – celles des fonds du ministère de l’Agriculture, des Archives nationales, du Journal officiel, le fonds de l’École nationale vétérinaire d’Alfort, mais aussi des archives privées, celles de l’Institut Pasteur (fonds BCG, Camille Guérin et Albert Calmette en particulier), ainsi que le fonds d’archives personnelles de Charles Mérieux qui renferme de nombreux dossiers relatifs au développement de l’Institut français de la fièvre aphteuse. Du côté anglais, comme le souligne Delphine Berdah, les recherches, la production et l’utilisation des vaccins vétérinaires (antituberculeux et antiaphteux) ont été du ressort d’institutions d’État, en particulier le Medical Research Council (MRC), le Ministry of Agriculture, Food and Fisheries (MAF), et, dans une moindre mesure, le Ministry of Health, le War Office et le Treasury. L’auteure a donc consulté les fonds relatifs aux vaccins principalement dans les archives de ces institutions, toutes conservées au National Archives à Londres.

Abattre ou vacciner se compose de neuf chapitres, les cinq premiers étant consacrés à la tuberculose, les quatre derniers à la fièvre aphteuse. Le chapitre 1 analyse la manière dont, côté français, le BCG (Bacille Calmette-Guérin) est coconstruit entre tuberculose animale et tuberculose humaine, dans le laboratoire de deux Pastoriens, le médecin bactériologiste Albert Calmette et le vétérinaire Camille Guérin.

Le chapitre 2 examine en détail les controverses et stratégies de légitimation qui encadrent l’utilisation de ce vaccin à visée double (les vaccins animal et humain relèvent du même protocole expérimental, à ceci près qu’une dose de vaccin vétérinaire nécessite cinq fois plus de BCG que le vaccin humain) entre 1924 et 1932. La question de l’efficacité et de l’innocuité de ce vaccin est au cœur du débat. En effet, de nombreuses critiques, qu’elles émanent des vétérinaires ou des médecins, pointent du doigt le fait que ce vaccin, non tué, puisse reprendre de sa virulence après plusieurs années passées dans un organisme vivant. Notamment, ce chapitre revisite le drame de Lübeck, où soixante-seize enfants trouvèrent la mort entre 1930 et 1932 après avoir été vaccinés avec le BCG. Il est mis en évidence la manière dont Calmette utilisa les résultats de la médecine vétérinaire (utilisation du BCG sur des bovins) pour venir au secours de la médecine humaine et démontrer l’innocuité du BCG. Pour se défendre, Calmette argua du fait qu’aucun retour de virulence n’étant observé chez le bovin, son hôte d’origine, il n’y avait donc aucune raison que ce soit le cas chez l’homme. Il s’avéra que le retour de virulence de la souche utilisée à Lübeck reposait sur la modification du protocole de culture du BCG en Allemagne : les pommes de terre y avaient été remplacées par des œufs.

Le chapitre 3 relate les heures fastes du BCG vétérinaire en France entre 1921 et 1967, puis les raisons de son déclin entre 1951 et 1964. En particulier, il rend compte du rôle des éleveurs organisés en syndicats et, à partir des années 1950, en Groupement de défense sanitaire (GDS) dans la trajectoire de ce vaccin. En 1954, l’adoption de la loi de prophylaxie libre et collective, qui généralisait les méthodes d’assainissement, condamnait au passage l’usage du vaccin en prophylaxie vétérinaire. En parallèle, l’Institut Pasteur, jusqu’alors principal pourvoyeur en vaccin antituberculeux, tendait à marginaliser ses productions vétérinaires au profit des productions médicales (notamment autour du nouveau vaccin contre la poliomyélite).

Avec les chapitres 4 et 5, on passe de l’autre côté de la Manche, où le BCG est soumis à l’appréciation scrutatrice des Britanniques, tous aussi préoccupés que les Français par la lutte contre la tuberculose. S’opposant à la thèse d’un refus « culturel » de la vaccination au Royaume-Uni, l’auteure va explorer avec beaucoup de finesse la manière dont les Britanniques, dès les années 1920, s’intéressèrent au procédé d’immunisation de Calmette et Guérin tout en le remettant en cause. Les chiffres accumulés par Calmette, qui donnaient l’impression que de nombreux enfants avaient été protégés par le BCG, ne pouvaient convaincre les Britanniques. Contre l’argument des statistiques revendiqué par ces derniers, Calmette brandissait la rigueur des techniques des laboratoires pastoriens, rigueur associée, à ses yeux, au caractère désintéressé de son institution œuvrant pour le seul « bien de l’humanité ». En un mot, deux manières de concevoir l’administration de la preuve expérimentale se confrontaient : le régime de la preuve, issu de la statistique côté anglais, face au régime de la preuve anatomo-clinique (études des lésions chez les singes et chez les enfants vaccinés), côté français.

Le chapitre 5, quant à lui, est consacré au souci des Britanniques de prévenir les dangers que la tuberculose bovine faisait peser sur la santé des populations par le biais de la consommation de lait cru contaminé. Il montre les oscillations des Britanniques entre le choix de l’abattage des troupeaux malades et de leur vaccination. Il met en évidence que la vaccination était envisagée comme un moyen pour pallier les insuffisances des politiques hygiénistes qui reposaient sur le triptyque « isolement, désinfection, abattage » et qui restèrent majoritaires en Grande-Bretagne.

Le chapitre 6 est dédié aux innovations biologiques et sérothérapie aphteuse au Royaume-Uni et en France pendant la période 1920-1940. Il vise à mettre en évidence le rôle joué, de part et d’autre de la Manche, par différents acteurs : éleveurs, vétérinaires et experts, dans les choix de ce mode de contrôle alternatif aux normes sanitaires (ie. isolement, désinfection, abattage éventuel). En particulier, c’est l’épizootie de 1922 qui va montrer les limites d’une police sanitaire et poser les bases d’une recherche sur le virus de la fièvre aphteuse. Ce chapitre rend compte des difficultés rencontrées par les Britanniques pour établir une sérothérapie en vue de protéger leur bétail des attaques de fièvre aphteuse. De leur côté, les Français mettent au point, en 1926, le premier vaccin monovalent contre la fièvre aphteuse mais n’ayant pas d’application pratique (il ne protégeait les animaux que pendant une période brève et contre un seul type de virus). L’épizootie de 1937 va accélérer les choses. Devant l’absence d’un traitement efficace, la médecine empirique qui repose sur l’usage d’antiseptiques naturels (sel, vinaigre, thym, serpolet) gagne du terrain. En signe de riposte, les vétérinaires vont s’investir dans la production des sérums. Dans le cas français, un industriel, dont le nom deviendra célèbre, entre en scène : Marcel Mérieux. Son fils, Charles, formé aux techniques pastoriennes, hérite de l’Institut Mérieux au moment de l’épizootie de 1937. Il intensifie alors la production de sérums antiaphteux et autres produits prophylactiques, tout en collaborant avec les vétérinaires (notamment pour recevoir le matériel virulent nécessaire à la fabrication du sérum). Par là même, il leur donne un monopole tacite sur la préservation du bétail sain, à la défaveur des maréchaux, acteurs jusqu’alors cruciaux dans l’exercice de la médecine des animaux.

Le chapitre 7 examine la production des vaccins antiaphteux au prisme des liens entre science et puissance militaire au Royaume-Uni. Au moment de la Seconde Guerre mondiale, puis durant la guerre froide, la possibilité que les nazis, puis les Soviétiques, utilisent le vaccin de la fièvre aphteuse comme arme bactériologique incite les Britanniques à produire leurs propres vaccins. Par ailleurs, l’épizootie de 1951-1952 renforce la demande publique en vaccins. Des tensions se font jour entre fermiers, journalistes, vétérinaires qui considèrent la vaccination comme un procédé « moderne, scientifique et humain » (p. 206) et le MAF qui l’envisage comme l’apanage de nations « désorganisées, inefficaces, ignorantes et immorales », comme la France, au contraire de l’abattage qui est vu comme une mesure « moralisatrice », « éducative » et même un « symbole viril » (p. 207). Derrière les dénonciations du MAF se cache aussi la volonté des Britanniques d’élaborer des protocoles standards internationaux d’évaluation des vaccins, balayant au passage les recherches continentales. De nouveau, l’argument des statistiques est mobilisé pour montrer que les tests d’innocuité des vaccins européens ne sont pas fiables au point de bloquer leur importation au Royaume-Uni. En conséquence, les critères drastiques d’efficacité et d’innocuité sortis de la station expérimentale de Pirbright permettent aux Britanniques d’imposer leur autorité en matière de vaccination antiaphteuse et de promouvoir une « prophylaxie impérialiste » en particulier « dans les pays qui se trouvaient sous l’influence économique ou scientifique du Royaume-Uni » (p. 218).

Le chapitre 8 est un retour à la question de la fièvre aphteuse sur la scène française après la Seconde Guerre mondiale. Dans le prolongement du chapitre 6, il montre comment l’Institut Mérieux, désormais en lien avec l’Institut de sérothérapie de Toulouse, continua de maintenir un partenariat avec les vétérinaires et joua un rôle essentiel dans l’établissement d’une prophylaxie nationale contre la fièvre aphteuse. Ce chapitre met aussi en évidence l’existence de tensions entre les vétérinaires qui assurent un monopole d’exercice sur le contrôle de la santé animale et les éleveurs qui continuent, en bon nombre, à se passer de leur expertise et à préférer des savoir-faire traditionnels, incluant des pratiques incantatoires, notamment dans le cadre de l’épizootie particulièrement meurtrière de 1951-1952.

Enfin, le chapitre 9 analyse le rôle intermédiaire clé que le vétérinaire, devenu maître de la « méthode de la seringue », finit par jouer entre les éleveurs et l’industrie (Institut Mérieux en tête), dans les années 1951-1965. Ceci permet à l’auteure d’avancer la thèse que les vaccins antiaphteux sont des « objets frontières », dans la mesure où ils permirent à différents acteurs de s’accorder sur une manière de gérer la maladie animale. Grâce à eux, les éleveurs échappèrent aux mesures d’abattage et d’isolement, les vétérinaires mirent en valeur leurs compétences médicales et, au passage, assirent leur pouvoir intellectuel et pratique. Quant aux industriels, les vaccins furent pour eux une source de revenus. Enfin, ces vaccins permirent la construction de nouvelles normes de contrôle des maladies animales et contribuèrent à faire des substances médicamenteuses le nouveau paradigme de gestion des maladies animales en France.

L’un des points forts de Abattre ou vacciner est de montrer que le choix entre la vaccination des troupeaux et celui de leur abattage en cas d’épidémie ne repose pas sur des considérations purement rationnelles et obéissant à des critères scientifiques universels, mais qu’il dépend davantage de choix politiques, économiques, sociaux et culturels. Afin de rendre compte de la dimension sociopolitique de la science des maladies animales et de mettre en évidence les différentes stratégies de lutte de part et d’autre de la Manche, l’auteure adopte une approche qui relève des Sciences studies of science. De nombreux outils conceptuels sont mobilisés : les notions de « style de pensée » (Denkstil) de Ludwik Fleck, de ways of knowing et de ways of making de John Pickstone, d’« objets frontières » de Susan Leigh Star et de James Griesemer, et à chaque fois elles sont combinées à une exploration minutieuse d’archives. Ainsi, l’auteure met en évidence le caractère collectif de la science des maladies animales en France comme au Royaume-Uni. Elle montre comment, face à un même problème scientifique, la lutte contre les maladies animales, différentes solutions sont proposées (par exemple différents vaccins antiaphteux), différents choix prophylactiques sont faits (vaccination, quarantaine, abattage, etc.) en fonction de raisons politiques, économiques et sociales tout autant que différentes administrations de la preuve sont mises en place et, au final, conduisent à la construction de différentes normes d’évaluation et de contrôle des maladies animales.

Par ailleurs, l’auteure met en évidence qu’il existe des représentations collectives et culturelles ancrées dans l’histoire locale et nationale de la France et du Royaume-Uni, quant aux maladies du bétail. Par exemple, elle montre comment le Royaume-Uni défend une vision « environnementaliste » de la maladie liée à une exigence d’hygiène des individus animaux et de leur lieu de vie qui, en cas d’épidémie, implique que le bétail malade soit isolé, désinfecté, voire abattu. Une telle pensée implique une liberté/responsabilité des éleveurs et peut en partie expliquer leur réticence à adopter des mesures collectives, comme une prophylaxie basée sur l’introduction d’une vaccination obligatoire. De plus, l’existence d’une cartographie régionale qui identifie les bêtes malades de manière efficace et ciblée permet aussi de mieux circonscrire l’abattage des animaux et de faciliter l’adoption de cette pratique au Royaume-Uni. En France, l’option de l’abattage des animaux est délaissée du fait que le nombre de têtes de bétail à tuer est difficile à estimer ; inversement, le choix de la vaccination est renforcé du fait qu’il repose sur la confiance de l’État français en l’existence d’un vaccin antituberculeux efficace et à l’innocuité incontestable, le fameux BCG.

Enfin, à l’encontre d’une historiographie qui insiste sur le caractère centralisateur de la France et sur l’esprit « laisser-faire » du Royaume-Uni, Delphine Berdah montre, à travers l’étude des politiques sanitaires de la France et du Royaume-Uni, que la première peut gérer ses interventions sur un registre décentralisé (rôle des vétérinaires départementaux, rôle de l’Institut Mérieux et de l’Institut Pasteur) et que la seconde peut administrer des politiques publiques par des modes d’intervention autoritaire et bureaucratique (dispositif drastique de contrôle, d’isolement et d’abattage des animaux en échange d’une indemnisation ; innovation biotechnologique aux mains de l’État britannique).

En mettant en parallèle deux maladies, la tuberculose et la fièvre aphteuse, tout en s’inscrivant au croisement de l’histoire médicale, de l’histoire vétérinaire, de l’histoire sociale, politique et culturelle de deux pays européens, Abattre ou vacciner offre une histoire riche et complexe des politiques de santé animale en France et en Royaume-Uni au XXe siècle. La conclusion qui reprend les problématiques abordées dans ce livre est extrêmement utile car elle offre au lecteur un point de vue synthétique et sélectif sur le foisonnement des récits des neuf chapitres précédents. Difficile de faire des objections sur ce qui n’aurait pas été traité dans ce livre, tant la matière est touffue et l’analyse approfondie. Malgré tout, et compte tenu du fait qu’il s’agit d’une histoire où les animaux occupent une place privilégiée, une histoire du point de vue de l’animal apparaît comme possible. En effet, ce livre parle d’animaux d’élevage, bovins vaccinés ou abattus, mais aussi d’animaux de laboratoire, qu’ils soient cobayes ou singes, dont le sacrifice a permis l’élaboration de vaccins ou de sérums. Cette suggestion d’une histoire des « invisibles » des sciences des maladies animales n’enlève rien à ce livre qui constitue une contribution incontournable dans le champ de l’histoire de la médecine vétérinaire.

Marion Thomas


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.