Joseph Bohling, The Sober Revolution. Appellation Wine and the Transformation of France

Ithaca, Cornell University Press, 2018, 278 p.

À travers son ouvrage, Joseph Bohling tente un pari osé : réussir à mettre en relation la mutation que connaît le marché des vins à compter des années 1950 et la rapide accélération des mesures visant à limiter l’alcoolisme en France. En effet, le second XXe siècle est frappé par ces deux phénomènes dans le domaine de la consommation des boissons alcoolisées, et si les deux sont relativement bien connus grâce aux travaux de Gilbert Garrier, Rémy Pech, Thierry Fillaut, Myriam Tsikounas, Bertrand Dargelos ou Didier Nourrisson, leur lien n’avait été jusque-là qu’évoqué. Joseph Bohling, assistant professor à la Portland State University, dans une étude fortement documentée et convaincante, va plus loin que ces premières esquisses et propose une analyse fine des interdépendances entre les évolutions conjointes de la filière viti-vinicole et de l’antialcoolisme en France depuis les années 1950. Sa thèse centrale – qui justifie le titre de son ouvrage, La révolution sobre – est relativement simple : les autorités françaises, dans un vaste plan de lutte contre l’alcoolisme chronique en France, ont décidé à partir de cette décennie de soutenir une profonde transformation de la filière viti-vinicole afin de limiter la consommation de vin dans le pays et, de facto, son coût sanitaire.

L’auteur, après une introduction resserrée présentant son objet d’étude, ses réflexions initiales et l’organisation de son travail, propose un déroulé chronologique qui recoupe un découpage thématique. Si l’ouvrage se concentre principalement sur les Trente Glorieuses, le premier chapitre revient sur la période antérieure et plus particulièrement les évolutions dans les années 1930 qui voient le marché profondément chamboulé, à la fois par les conséquences des difficultés économiques de l’époque et par les aléas d’un interventionnisme étatique à la recherche d’un modèle efficace. Il met ensuite en évidence les continuités qui existent entre la politique viticole de contrôle du marché sous la IIIe République et les lois vichystes d’encadrement strict de production et de consommation, tout ceci ouvrant la porte à un vaste effort de transformation dans les années d’après-guerre. Celles-ci se caractérisent par l’alliance des technocrates, de certains acteurs de la filière viti-vinicole et d’hygiénistes qui, tous ensemble, visent à modifier les rapports de force qui préexistent alors (chap. 2). L’auteur revient notamment sur la fondation du Haut comité d’étude et d’information sur l’alcoolisme en 1954 sous le gouvernement Mendès-France, dont l’un des buts explicites est de favoriser la diminution de la consommation de vins de consommation courante au bénéfice de vins de meilleure qualité. Par la suite, dans la seconde moitié des années 1950 et avec l’instauration de la Ve République, de nouvelles alliances se forgent, notamment avec l’Institut national des appellations d’origine, fondé dans les années 1930 afin de réguler la filière des vins d’appellation, donc de qualité (chap. 3). J. Bohling dresse ensuite le tableau des différentes mesures et orientations prises dans l’optique de cette « révolution sobre » et plus précisément le rôle tenu par le développement de l’œnotourisme automobile dans lequel la notion de terroir, si chère aux promoteurs des vins de qualité, est largement investie (chap. 4). L’auteur, dans un cinquième et dernier chapitre, analyse enfin les connexions entre l’instauration du système des appellations et le rapport à l’extérieur, qu’il soit algérien ou européen, dans un cadre réglementaire de plus en plus solide.

La première grande réussite de l’ouvrage est de mettre en évidence les mécanismes qui expliquent comment la France des Trente Glorieuses a expérimenté un changement de paradigme résumé par de nombreux historiens ou sociologues dans l’aphorisme « boire mieux, boire moins, boire autrement ». En ce sens, et l’auteur renvoie aux travaux du philosophe dès les premières lignes de son ouvrage, il s’agit de comprendre comment a évolué l’une des « techniques nationales » françaises, selon Roland Barthes, le « savoir boire ». C’est donc, avant toute chose, une histoire des conditions de mise en œuvre de ce nouveau « savoir boire » de la seconde moitié du XXe siècle que l’universitaire américain décrit avec minutie, présentant les acteurs, les structures, les mesures qui visent – et réussissent au long terme, en dépit de certains antagonismes ou ratés – à imposer à la fois un nouveau marché et de nouvelles normes sociales. Ainsi, Joseph Bohling complète, avec efficacité, réussite et en les enchâssant dans une contextualisation habilement ciselée, les travaux existants, portant surtout sur les pratiques viticoles (Marcel Lachiver, Gilbert Garrier) ou de consommation (Didier Nourrisson). Dans ce cadre, il met particulièrement bien en lumière certains paradoxes, notamment celui des technocrates à l’œuvre, soucieux de moderniser le pays à marche forcée tout en s’appuyant, dans le cadre du marché viti-vinicole, sur des idéaux passéistes, ceux de la tradition et de l’ancrage dans l’histoire intemporelle (à travers la notion de « terroir » principalement).

Le second atout de l’ouvrage est ce qui en est le support central, comme le révèle son titre, à savoir le lien fait entre modernisation de la filière et lutte antialcoolique. Là aussi, l’auteur s’évertue – en s’appuyant sur une riche bibliographie et une abondante étude des archives, comme en témoignent les annexes – à démontrer que la disparition des vins dits « industriels » et l’accélération de la lutte antialcoolique à partir des années 1950, après des décennies de végétation, sont les deux faces d’une même pièce. Adroitement et avec minutie, il décrit les différentes institutions et mesures, montrant comment des adversaires potentiels se muent en alliés objectifs, formant un groupe de pression efficace, d’autant plus que les autorités se montrent une oreille attentive. On voit alors se former une union d’intérêts pourtant a priori divergents (notamment les nouveaux hygiénistes autour du professeur Robert Debré et les promoteurs des vins de qualité comme Philippe Lamour), auxquels viennent s’agréger d’autres acteurs (tels les économistes comme Alfred Sauvy) et dont l’objectif principal est de modifier les équilibres fermement établis au sein de la filière viti-vinicole. Dans ce renouvellement des positionnements aux intentions différentes mais à l’objectif commun, l’auteur n’oublie pas ceux qui sont farouchement opposés à toute transformation, notamment lorsqu’elle se fait en leur défaveur : syndicats ou comités qui veillent à la perpétuation d’un système économique traditionnel ou de leurs avantages bénéfiques. Ce sont eux qui apparaissent à la fin de l’ouvrage – et à juste titre – comme les grands perdants de cette modernisation.

Enfin, la réflexion menée autour du lien entre œnotourisme, tourisme automobile et lutte contre les accidents routiers est particulièrement novatrice et passionnante. L’auteur démontre en effet avec perspicacité comment le développement du tourisme viticole, grandement lié à l’utilisation de la voiture, a permis une plus grande sensibilisation des conducteurs en raison des accidents qu’il produisait. En effet, pour les promoteurs de ces circuits touristiques, il était difficilement acceptable d’être associés à une pratique mortifère. Avec l’aide des acteurs de la lutte antialcoolique, ils ont donc décidé de réagir en sensibilisant les touristes au risque de la conduite après avoir bu, ce qui n’était pas une mince affaire pour une activité reposant justement sur la découverte et la dégustation de nouveaux vins. Si les effets furent limités, cette démarche de sensibilisation ouvrira la voie à une extension de ce type de ressorts, en l’étendant à d’autres cibles et d’autres domaines, permettant aux promoteurs de la « révolution sobre » de passer un nouveau cap.

Au rayon des réserves, la première concerne le statut du vin dans l’alcoolisation massive que subit une partie de la population française. L’auteur, reprenant les arguments des promoteurs de l’élan modernisateur et hygiéniste, fait le lien entre les surplus productifs viticoles et l’alcoolisme, mais ce lien n’est en réalité jamais démontré ; il est accepté en tant que tel, sans véritablement être interrogé ni même critiqué. Or, la place du vin dans la lutte contre l’alcoolisme, depuis l’émergence de ce concept à la fin des années 1840 dans la foulée des travaux du Suédois Magnus Huss, a longtemps (et encore aujourd’hui) suscité de nombreux – et ardents – débats et interprétations. Ils auraient mérité de trouver leur place ici.

Par ailleurs, certains rapprochements sont parfois étonnants, voire osés. C’est le cas par exemple de l’analogie faite dans le troisième chapitre entre les bouilleurs de cru (habilités à distiller certaines quantités d’alcool libre de droits) et les colons algériens. À cet égard, le traitement de l’Algérie est parfois problématique, tant l’auteur tient à intégrer la question algérienne dans les mécanismes en cours, ce que toutes les sources ne corroborent pas.

Enfin, en ce qui concerne la filière des vins elle-même, le manque de nuances est parfois surprenant. Ainsi, l’auteur englobe sous le vocable « Luxury wines » les appellations d’origine contrôlées, mais également les vins délimités de qualité supérieure, ce qui peut paraître surprenant quand on connaît la qualité (une notion là aussi fort peu interrogée) des VDQS dans les années 1950 et 1960. Il en va de même avec les vins de consommation courante, constamment présentés comme un tout sans identité (« industrial wines »), et rarement dans leur pleine diversité qui est pourtant réelle (il suffit de voir la gamme des vins de la Société des vins de France ou de la chaîne Casino pour en convenir). Ici l’auteur souffre très probablement du manque de travaux sur une question, celle des vins populaires, encore mal connue et d’un recours à des sources parfois trop dominées par les spécialistes des aires de production de vignobles prestigieux (Bordeaux ou Bourgogne).

Mais ce ne sont là que quelques rares réserves – qui appellent en réalité plus à un approfondissement et au débat qu’à la contradiction – pour un ouvrage qui est une vraie réussite. En effet, Joseph Bohling permet de cerner et comprendre à la fois les processus de rationalisation de la consommation et ceux de lutte structurelle contre les méfaits de l’alcoolisme en France. Deux succès qui ont radicalement transformé le visage de la France contemporaine en une trentaine d’années.

Stéphane Le Bras


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.