Ivan Bruneau, Gilles Laferte, Julian Mischi, Nicolas Renahy (dir.), Mondes ruraux et classes sociales.

Paris, Éditions de l’EHESS, « En temps & lieux », 2018, 265 p.

« Les “gilets jaunes” veulent rompre avec le sentiment de dépossession », écrivaient dans une tribune parue dans Le Monde (4 janvier 2019) deux des coordonnateurs de cet ouvrage, Ivan Bruneau et Julian Mischi, en s’appuyant, entre autres, sur les apports de la recherche collective au fondement de cette publication. Pourtant, si la thématique de la dépossession et des formes de domination caractérisant la situation des classes populaires en milieu rural est un des fils qui traversent le livre, l’analyse des rapports de classes qui est proposée est bien moins univoque, du fait de la volonté d’ancrer les résultats dans un contexte spécifique, en y multipliant les angles et lieux d’observation. Et si la volonté de produire des connaissances et analyses dont la portée dépasse le territoire enquêté est bien présente, les conditions de leur généralisation est une question abordée de manière centrale, dans sa complexité. L’ouvrage traite en effet tout autant des positions sociales et des rapports de classes dans les mondes ruraux contemporains en France que des enjeux méthodologiques et théoriques liés à l’articulation d’échelles territoriales différentes afin de saisir sociologiquement la structure sociale et ses dynamiques. La notion d’« espace social localisé » (précédemment proposée par Gilles Laferté1) et la défense d’une « approche localisée des rapports sociaux » (développée en conclusion par Ivan Bruneau) structurent le livre.

Les travaux sur lesquels s’appuient les chapitres s’inscrivent dans une même recherche menée au sein du laboratoire Centre d’économie et de sociologie appliquée aux espaces ruraux (CESAER) de l’INRA, à Dijon, dont les modalités sont présentées avec précision, rendant compte du fort intérêt de plusieurs auteurs pour l’histoire et la sociologie des enquêtes collectives2. L’héritage de l’ATP (action thématique programmée) « Observatoire du changement social », une recherche emblématique du renouveau des approches « locales » dans les années 19803 est d’ailleurs revendiqué. Financée notamment par l’Agence nationale de la recherche, cette recherche a réuni entre 2007 et 2012 « une douzaine » de chercheuses et chercheurs de statuts variés (doctorant·e·s, post-doctorant·e·s, chercheurs·ses et enseignant·e·s-chercheurs·ses titulaires, ingénieur·e·s de recherche). Huit d’entre elles et eux participent au livre, une annexe récapitulant l’ensemble des publications existantes. Ce groupe de recherche a exploré le « Germanois » (selon son pseudonyme), un territoire rural très peu dense dans le centre-est de la France, situé à distance de grandes métropoles, et comportant trois petits pôles urbains et des villages épars. Tout en ayant des spécificités (une activité industrielle ancienne, trait qui n’est pas propre à tous les espaces ruraux), ce territoire partage des caractéristiques communes à de nombreuses autres zones rurales : une surreprésentation des classes populaires (notamment des ouvriers), un vieillissement et un déclin de la population, le recul d’un ensemble de services publics et privés. Au sein de ce territoire et à partir de réflexions communes, plusieurs enquêtes distinctes ont été réalisées par chaque membre de l’équipe, ou par des binômes. Les méthodes sont principalement celles de l’enquête de terrain, menée parfois de façon délimitée, et parfois avec une forte implication ethnographique. Des archives municipales et départementales ont été mobilisées ainsi qu’un corpus de travaux plus anciens portant sur ces mêmes espaces, et des données quantitatives (tableaux et cartes) issues de la statistique publique (INSEE) ou de sources spécifiques (Mutuelle sociale agricole, Crédit agricole).

Les chapitres rendent donc compte d’enquêtes menées dans différentes zones du territoire choisi comme « cas », et portant sur des groupes et thématiques variées : la chasse, ou plutôt la dynamique des rapports entre classes populaires et élites locales qui ont permis le maintien et la transformation de sociétés de chasse de villages voisins (Héloïse Fradkine) ; la différenciation entre fractions culturelles et techniciennes de la « petite bourgeoisie » au sein de l’espace politique local dans la petite ville de Saint-Germain et aux alentours, révélées par les relations d’enquête (Ivan Bruneau et Nicolas Renahy) ; les modalités et conditions d’accès au statut de bûcherons indépendant au sein des fractions établies des classes populaires et en particulier des ouvriers, dans cette région où le « travail au bois » est une pratique ancienne (Julien Gros) ; les processus économiques et institutionnels au fondement de l’embourgeoisement d’une partie des agriculteurs de ce territoire à partir de l’étude de leurs revenus et de leur patrimoine (Gilles Laferté) ; le recul de l’interconnaissance entre cadres et ouvriers du fait des réorganisations managériales d’une part et des transformations des pratiques résidentielles de l’autre, étudié à partir du cas d’un atelier ferroviaire d’une vallée industrielle (Julian Mischi) ; la distance sociale et géographique qui éloigne les jeunes générations d’enseignant·e·s des populations des villages où elles travaillent, mise en lumière par leur faible mobilisation lors des fermetures de classes (Lorenzo Barrault-Stella) et enfin la manière dont la précarisation de l’emploi produit pour les fractions les moins dotées et parfois stigmatisées de la jeunesse populaire une clôture des sociabilités amicales qui peut constituer une ressource au sein de l’espace public local (Benoît Coquard). Il faut souligner l’intérêt et la qualité de ces sept textes, dont la rédaction est soignée, tout comme la diversité des styles et des approches adoptés par les auteurs et l’autrice. Chaque chapitre développe des analyses très abouties, donnant à voir un matériau dense. La bibliographie mobilisée au fil de l’ouvrage constitue également une véritable ressource pour qui s’intéresse aux mondes ruraux dans la France contemporaine.

Pris dans leur ensemble, les textes réunis éclairent sous des angles complémentaires les dynamiques des rapports de classe qui traversent le « Germanois ». Différents groupes sont ainsi explorés au sein de cet espace social localisé, ou plutôt des espaces sociaux localisés qui y voisinent, car le jeu d’échelles se poursuit au sein du territoire. Sont d’une part étudiées les classes et fractions de classes dominantes sur le plan économique, culturel ou politique, dont les ressources et situations sont très diverses : notables issus des professions libérales ou du patronat local, mais aussi cadres des entreprises privées et organismes publics, agriculteurs ayant accumulé un important capital économique. La « petite bourgeoisie technicienne et culturelle » investie dans la vie politique locale (enseignants du secondaire, cadres moyens du public) et les enseignants du primaire dont l’ancrage local est très contrasté selon les générations sont également pris pour objet. Plusieurs fractions des classes populaires sont enfin enquêtées : à l’exception du dernier chapitre consacré à des ménages démunis et stigmatisés dans leur jeunesse, ce sont surtout celles ayant une stabilité économique et un ancrage local, qu’il s’agisse d’ouvriers se mettant à leur compte comme bûcherons, de cheminots ou des ouvriers du public dirigeants de sociétés de chasse villageoises, qui sont parfois aussi syndiqués. La question des formes d’encadrement ou de mise à distance des groupes populaires par les classes moyennes et supérieures occupe une place centrale dans les enquêtes : les rapports de domination prennent parfois des formes nouvelles (à travers le management, ou la stigmatisation des « cassoc », par exemple), peuvent être tempérés par des formes d’autonomie ou d’aménagement (dans les sociétés de chasse, dans la vie politique locale), mais demeurent forts. La mise en œuvre de réformes institutionnelles ou organisationnelles (via l’intercommunalité, les regroupements d’écoles, la fin des promotions internes à la SNCF, la politique de mécanisation et de concentration agricole, l’incitation à la financiarisation de patrimoines, etc.) les renforce, quand bien même, comme le montre très bien l’ouvrage, elles ne s’imposent pas mécaniquement et font l’objet d’appropriations locales complexes.

Il n’est cependant pas facile de faire une lecture d’ensemble des processus décrits pas les différents chapitres, et il est un peu dommage que cet ouvrage, qui se réclame avec force d’une approche relationnelle, ne propose pas une explicitation plus systématique des liens entre terrains et groupes étudiés, et des analyses proposées. On ne saisit pas bien quelles sont les interactions existant ou non entre les enquêtés des différents chapitres, leur appartenance commune éventuelle à de mêmes espaces résidentiels ou à de mêmes groupes d’interconnaissance. Une mise en relation, via une analyse des mobilités par exemple, de cette zone rurale avec les zones périurbaines et urbaines proches ou plus lointaines (départ, retours, mouvements pendulaires) aurait également été intéressante. Certains passages proposent heureusement des pistes de lecture transversales, dans l’introduction, à la fin du chapitre 5 et dans la conclusion générale.

Par ailleurs, et sans plaquer une injonction abstraite à adopter une approche intersectionnelle, on peut s’étonner que les analyses très légitimement menées en termes de rapport de classe n’intègrent pas la composante genrée de ces rapports, et n’évoquent pas les rapports ethno-raciaux dans ce territoire où l’industrie a suscité la présence d’une population immigrée. Ces dimensions sont présentes au travers des données et matériaux mobilisés, mais ne sont pas examinées alors même que cela aurait éclairé les dynamiques à l’œuvre : les rapports sociaux au travail sont abordés à partir de secteurs à dominante masculine, tandis que le développement de secteurs féminisés, comme celui de l’aide à domicile, est évoqué très rapidement sans que ses effets sur les rapports de classe ne soient analysés ; la montée du vote pour l’extrême droite et le poids du racisme sont mentionnés, mais leur articulation aux rapports entre classes et fractions de classes n’est pas explorée.

En dépit de ces remarques, l’ouvrage défend une analyse très stimulante en termes d’« espaces sociaux localisés », ou une « approche localisée des relations entre groupes sociaux » et des formes de socialisation. S’inscrivant dans une filiation critique de l’analyse bourdieusienne de l’espace social et des classes sociales, nourrie par les réflexions de la micro-histoire et par la pratique de l’ethnographie, cette approche n’est pas nouvelle, mais elle est ici à la fois explicitée sur le plan théorique et mise en œuvre de manière très réussie à partir de données empiriques variées afin de « penser les lieux comme des espaces producteurs de positions sociales » (p. 238).

Yasmine Siblot


1 G. Laferté, « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés  », Sociologie, vol. 5, n° 4, 2014, p. 423-439.

2 G. Laferté, P. Pasquali et N. Renahy (dir.), Le laboratoire des sciences sociales. Histoires d’enquêtes et revisites, Paris, Raisons d’agir, « Cours & travaux », 2018.

3 L’esprit des lieux. Localités et changement social en France, Paris, Éditions du CNRS, 1986.

  1. G. Laferté, «Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés  », Sociologie, vol. 5, n° 4, 2014, p. 423-439. []
  2. G. Laferté, P. Pasquali et N. Renahy (dir.), Le laboratoire des sciences sociales. Histoires d’enquêtes et revisites, Paris, Raisons d’agir, « Cours & travaux », 2018. []
  3. L’esprit des lieux. Localités et changement social en France, Paris, Éditions du CNRS, 1986. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.