Gérard Chastagnaret, De fumées et de sang. Pollution minière et massacre de masse, Andalousie, XIXe siècle.

Madrid, Casa de Velázquez, 2017, 424 p.

« Je n’aurai jamais dû écrire ce livre », prévient Gérard Chastagnaret en ouverture du prologue de ce livre touffu et essentiel. Historien de l’économie et spécialiste reconnu de l’histoire minière de l’Espagne au XIXe siècle, l’auteur n’a été orienté vers l’écriture de cet ouvrage que de façon fortuite, à l’occasion d’un colloque sur les pollutions industrielles dans le monde méditerranéen tenu à l’université d’Aix-Marseille en 2013. Sans avoir porté jusqu’à présent une attention particulière ni à l’histoire du mouvement ouvrier, ni aux contestations environnementales des activités extractives, il s’attaque de front, à la fin de sa carrière universitaire, à ces deux thèmes. Le parcours est révélateur d’autres historiens économistes, des techniques, du monde rural ou de l’urbain, qui revisitent depuis quelques années l’historiographie ancienne ou leurs propres travaux à l’aune des impacts environnementaux de l’évolution des activités humaines. L’histoire des pollutions minières du sud de l’Andalousie à la fin du XIXe siècle est à la fois documentée, mais peu connue du grand public et, hormis une monographie locale, il n’existait pas d’étude qui en fasse le centre de l’analyse. Très bon connaisseur du terrain et des archives, l’auteur reprend ses dossiers et y ajoute une nouvelle moisson de documents jusqu’alors inédits, ce qui lui permet d’apporter des éléments d’enquête très précis.

Résumons tout d’abord les faits autour desquels s’articule l’analyse. Le 4 février 1888, une manifestation pacifiste populaire et ouvrière de plus de 10 000 personnes se rassemble devant la mairie du village Rio Tinto, petite bourgade minière de 5 à 6 000 habitants dans le sud de l’Andalousie, pour protester contre les pollutions à grande échelle des compagnies minières. Les militaires sont dépêchés par les autorités, et tirent sur la foule, tuant plusieurs dizaines de personnes, sans doute autour de 200, ce qui en fait l’un des massacres de répression des forces de l’ordre parmi les plus importants du XIXe siècle. Les 350 pages du livre déroulent les différents actes du drame, surtout sur les années cruciales, 1886-1888, jusqu’à la cristallisation et la tension ultime de l’après-midi du 4 février, mais en donnant également une place à la restitution du contexte minier de la région de Huelva.

La force de l’ouvrage – une immersion extrêmement documentée dans l’affaire au niveau local et à Madrid – est aussi sa faiblesse. Si le terrain espagnol est très finement restitué, notamment celui des factions politiques qui s’affrontent, entre libéralisme et conservatisme au niveau national, comme celui du caciquisme, des communautés rurales traditionnelles et des migrations au niveau local, le tableau peine à y inclure le contexte international. Ainsi, le marché du cuivre est évoqué, mais sans mentionner le déclin des filons britanniques de Cornouailles ou du Pays de Galles et la quête de nouvelles mines dans le monde par des ingénieurs britanniques impérialistes en mal de souterrains fertiles sur leur territoire national, mais disposant du savoir technique et des capitaux ; le tout dans une période de forte demande en cuivre, avec les débuts de la filière électrique. L’évocation de l’histoire effrénée des barons des compagnies minières du second XIXe siècle aurait également permis de développer davantage l’idée d’une périphérie extractive aux allures coloniales dans une région très rurale et sous-développée d’Europe, zone sacrifiée à l’utilité publique. Dans le domaine des pollutions de l’affinage du cuivre, quelques lacunes apparaissent. D’une part, le cadrage global des régulations des pollutions industrielles au XIXe siècle en Espagne ou ailleurs en Europe aurait été utile, même si le cas de Rio Tinto est bien particulier. D’autre part, durant ces mêmes années, des conflits similaires et d’importance comparable se déroulent ailleurs dans le monde, en premier lieu dans les mines de cuivre d’Ashio au Japon – il n’en est jamais question. Enfin, les considérations techniques sur l’affinage du cuivre sont expliquées, mais elles disparaissent de l’analyse lors des années paroxystiques, or elles semblent être au cœur de l’agenda des compagnies. Aussi faut-il lire cet ouvrage, non comme une analyse globale, mais comme une contribution microhistorique érudite et vivante, décortiquant les rapports de force locaux et l’enchaînement des événements, une position d’ailleurs revendiquée par l’auteur.

Depuis le milieu du XVIIIe siècle, la région, riche en cuivre, est le site d’une extraction minière prise en main par la Couronne. Pendant un siècle, l’exploitation est plus ou moins désordonnée, et emploie des masses rurales, des va-nu-pieds andalous, qui creusent et affinent les roches pyriteuses dans des conditions déplorables. Les mines vivotent au gré de l’affairisme et de la corruption, dans un contexte de libéralisme d’État et de tentatives de modernisation. À partir de 1858, les pyrites sont calcinées à l’air libre pendant plusieurs mois dans des tas de minerais de 200 tonnes, les teleras. Les dégâts environnementaux sont lourds : outre une très forte déforestation, les vapeurs sulfureuses dévastent les campagnes alentour sur plusieurs kilomètres, l’eau des rivières et des nappes phréatiques est acidifiée, la santé humaine est sévèrement affectée. Dans les années 1860, tout le district (plusieurs dizaines de villages) est miné, essentiellement par des compagnies étrangères. En 1873, les mines royales du village de Rio Tinto sont vendues au groupe Quentell, Taylor, Doetsch, Matheson & Co, point d’orgue de l’assujettissement des ressources nationales au grand capitalisme étranger, au point que l’Espagne doive désormais importer le cuivre extrait sur son territoire, mais dont les dernières opérations d’affinage ont lieu au Royaume-Uni ! Renommée Rio Tinto, du nom du village éponyme, la compagnie minière concourt avec d’autres, notamment Tharsis, au boom de la production qui passe de 900 tonnes de cuivre en 1873 à 4 000 tonnes en 1878. Alors, plusieurs centaines de teleras brûlent continuellement en même temps : les pollutions locales sont devenues régionales, sur plus de 2000 km2. En dix ans, la région a basculé d’une économie agraire et proto-minière en une zone minière qui a détruit l’économie rurale et déclassé la population agricole. Le bouleversement est à la fois environnemental et socio-économique. Outre la dévastation de l’agriculture, l’activité minière reconfigure l’équilibre social de la région, puisque près de la moitié de la population est maintenant constituée d’ouvriers mineurs, majoritairement issus de l’immigration des régions rurales pauvres de l’Espagne et du Portugal. L’agitation couve plusieurs années, et éclate en 1886 dans un bras de fer qui devient une affaire d’État.

L’affaire Rio Tinto est un cas d’école pour l’étude des conflits environnementaux. Elle permet de décaper le vernis des discours officiels sur la réalité des pollutions, la prise en compte de la santé publique et le décompte des morts. L’analyse fait apparaître des réalités bien dissimulées, notamment la protection institutionnelle des techniques polluantes, la compromission des instances d’évaluation ou de décision, la collusion des autorités pour empêcher la manifestation de la vérité, l’indifférence à l’égard des populations rurales. Elle met également en lumière le rapport de force qui s’instaure pendant dix ans entre, d’une part, des municipalités, excédées par les dégradations environnementales, le déclin de l’agriculture et la brutale transformation sociale, et qui recourent aux armes du droit, d’autre part, des compagnies minières sans scrupule qui trouvent dans les relais publics nationaux (ministres, gouverneurs, armée, chambres de commerce, Académie de médecine) des alliés de poids. Le conflit peut être vu comme l’imposition d’un ordre économique par l’État central indifférent au déclassement et au sacrifice d’une région rurale. Il peut aussi s’analyser comme l’une des manifestations du capitalisme international féroce qui se déploie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les compagnies parviennent à infiltrer l’appareil d’État, entre corruption et influence plus discrète, avec l’appui de l’ambassade britannique, et désamorcent les oppositions locales par des politiques d’indemnisation et de rachat des terres, qui permettent de contourner les recours judiciaires à visée pénale. Lorsque, après la fusillade du 4 février 1888, les Chambres législatives votent finalement l’interdiction des calcinations dans un délai de deux ans, les compagnies parviennent à contourner la loi et à détricoter ses dispositions par des recours au Conseil d’État qui la suspend le temps que les compagnies aient adapté leurs techniques d’affinage – cela prendra encore près de vingt ans pour l’entreprise principale, Rio Tinto. Cet ouvrage magistral par les éléments d’enquête discutés se termine par une réflexion sur la mémoire occultée de l’événement. Pas assez révolutionnaire pour les anarchistes et socialistes espagnols et européens, trop rural et enclavé, composé d’immigrés invisibles et sans relais, son écho n’a pas la force de la fusillade de Chicago (1886) ou de Fourmies (1891). Sa mémoire ressurgit aujourd’hui, disputée par deux mouvements concurrents, le patrimoine industriel d’une part, l’écologie d’autre part. Cet ouvrage en sera sans conteste l’une des pièces maîtresses.

Thomas Le Roux


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.