Michèle Cointet, Les Françaises dans la guerre et l’Occupation.

Paris, Fayard, 2018, 318 p.

Le titre du dernier ouvrage de Michèle Cointet invite à une exploration croisée de champs de recherche qui ont bénéficié depuis quelques années déjà d’un profond renouvellement historiographique : l’étude des comportements ordinaires sous Vichy et l’Occupation au prisme de l’histoire des femmes. Il suffit de mentionner quelques travaux majeurs pour constater leur richesse et leur dynamisme, qu’il s’agisse des phénomènes de résistance, de la déportation, de l’épuration ou des combats de la Libération. Parmi les plus récents, Catherine Lacour-Astol publie en 2015 Le genre de la Résistance1, livre issu d’une thèse dirigée par Claire Andrieu. Laurent Douzou et Mercedes Yusta dirigent en 2016 un colloque international consacré à « La Résistance à l’épreuve du genre2 ». Jean-Marie Guillon analyse depuis près de vingt ans les manifestations de ménagères dans le sud de la France3. Fabrice Virgili a étudié le sort des femmes tondues et la signification des tontes dans une thèse publiée en 20004, puis il a développé avec Luc Capdevila, François Rouquet et Danièle Voldman une recherche aboutie sur le genre en guerre5. Pierre-Emmanuel Dufayel a retracé, par une approche prosopographique, l’itinéraire de résistance et de déportation d’un convoi de femmes à destination du camp de concentration de Ravensbrück6. Mary Louise Roberts s’attache à restituer les diverses violences exercées contre les femmes françaises par les troupes américaines débarquées après juin 19447.

On pourrait multiplier les références. C’est dire si l’affirmation qui ouvre d’emblée le livre de Michèle Cointet n’a de cesse de surprendre en 2019 : « Le temps est venu d’écrire l’histoire des femmes sous l’Occupation » (p. 8). Ce rapide et, semble-t-il, nécessaire aperçu bibliographique – ces titres sont pour la plupart absents des notes de l’auteure – prouve ici qu’il n’en est rien et que cette histoire a de longue date été très largement et diversement investie. Dès lors que nous apporte cette synthèse ? Elle est moins une histoire des Françaises entre 1940 et 1945, qu’une forme de compilation de portraits choisis de femmes françaises dans la guerre. À travers onze chapitres thématiques, on y lit une série de microsynthèses, elles-mêmes formées d’une succession de récits anecdotiques ou biographiques sur quelques femmes confrontées aux difficultés et aux troubles du temps de l’Occupation. Le livre de Michèle Cointet s’attache à décrire des individualités et des parcours de femmes pour l’essentiel relativement connus et bien documentés. Le lecteur n’y trouvera cependant aucune mise en perspective d’ensemble des phénomènes sociaux liés à la question du genre. La focale centrée sur « les Françaises » forme en quelque sorte un sujet-prétexte pour raconter d’une manière assez éclatée des expériences de la guerre au féminin.

L’ouvrage s’appuie sur de nombreux écrits et témoignages, mémoires et journaux personnels pour retracer les vies et les itinéraires de différentes catégories d’appartenance : épouses et compagnes des dirigeants vichystes, collaboratrices, femmes de lettres, engagements dans la France libre et la Résistance, souffrances de la répression et de la déportation, vécus de la période de la Libération. Les notes et les références, regroupées en fin de volume, sont peu nombreuses et l’ouvrage semble vouloir s’adresser à un public large. Les rappels du contexte historique au début de chaque chapitre – et du sort particulier réservé à la condition féminine sous Vichy et sous l’Occupation – sont bienvenus. Ainsi de l’analyse de l’application et des limites de la loi vichyste du 11 octobre 1940, dont les dispositions prévoyaient d’inciter les femmes employées de l’État à renoncer à leur emploi pour se consacrer à un rôle domestique et « ancillaire ». Ou de la nécessité justement affirmée de restituer dans la complexité du temps les mentalités des contemporains et la palette des comportements les plus variés. De même, les pages consacrées aux engagements féminins dans la Résistance (aide, assistance, hébergement, secrétariat, liaison, etc.) confirment qu’« une fois engagées, les femmes ont agi conformément à leurs compétences nuancées par des représentations culturelles plus ou moins bousculées. La Résistance reproduit la division sexuée de la société de son temps, où les femmes n’exercent pas de fonctions de direction » (p. 211).

Cependant quelques choix, quelques partis pris et certaines absences posent problème. Si la distribution claire des chapitres est appréciable et apporte de l’unité aux différents thèmes traités, l’accumulation des exemples et une certaine vision parcellaire du sujet donnent parfois l’impression d’un livre-catalogue sans véritable problématique. Par ailleurs, on ne peut qu’être étonné par des formules qui ne font que reproduire les pires clichés sur le rôle des femmes et qui se révèlent contre-productives compte tenu de l’ambition de l’ouvrage. Michèle Cointet écrit ainsi à propos de Jeanne Laval que, « chaleureuse et intelligente, [elle] est restée une femme simple, sérieuse, ne donnant que le minimum à la vie mondaine, s’effaçant devant son grand homme » (p. 31). De même, la description par le menu de la vie conjugale du maréchal Pétain, de Pierre Laval et d’autres membres du gouvernement de Vichy apporte peu à la compréhension d’ensemble de la vie des Françaises sous l’Occupation. Il manque en définitive à cet ouvrage une réelle dimension sociale à l’analyse. Pour ne prendre qu’un exemple, les travaux les plus récents sur les femmes dans la Résistance montrent qu’il convient de penser ces engagements spécifiques dans la perspective plus large des liens entre la Résistance et la société française. « S’il est banal d’entendre que l’attitude des femmes sous l’Occupation a modifié le regard porté sur elles », écrivait Pierre Laborie dans un autre ouvrage « grand public », « plus important est d’inverser l’énoncé. C’est l’attention portée aux femmes qui a aidé à modifier notre regard sur l’histoire de la période. Les réponses sociales des femmes, le détournement inventif de leurs propres stéréotypes, la place donnée à l’intime, à l’émotion, posent en termes nouveaux la relation entre occupants et occupés8 ». Preuve que la vulgarisation n’empêche nullement l’exigence intellectuelle.

Cécile Vast


  1. C. Lacour-Astol, Le genre de la Résistance. La Résistance dans le nord de la France, Paris, Presses de SciencesPo, 2015. []
  2. L. Douzou et M. Yusta (dir.), La Résistance à l’épreuve du genre. Hommes et femmes dans la résistance antifasciste en Europe du Sud (1936-1949), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018. []
  3. J.-M. Guillon, « Les ménagères, du combat quotidien à la Résistance », in P. Harismendy et L. Capdevila (dir.), L’engagement et l’émancipation. Ouvrage offert à Jacqueline Sainclivier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 279-293. []
  4. F. Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000. []
  5. L. Capdevila, F. Rouquet, F. Virgili et D. Voldman, Hommes et femmes dans la guerre en France (1914-1945), Paris, Payot, 2003. Mentionnons également de F. Virgili et F. Rouquet, Les Françaises, les Français et l’épuration, Paris, Gallimard, 2018. []
  6. P.-E. Dufayel, Un convoi de femmes. 1940-1945, Paris, Vendémiaire, 2012. []
  7. M. L. Roberts, Des GI’s et des femmes. Amours, viols et prostitution à la Libération, Paris, Éditions du Seuil, 2014. []
  8. P. Laborie, Les Français sous Vichy et l’Occupation, Toulouse, Éditions Milan, 2012, p. 60. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.