Delphine Gardey et Marilène Vuille (dir.), Les sciences du désir. La sexualité féminine, de la psychanalyse aux neurosciences.

Lormont, Éditions Le bord de l’eau, 2018, 329 p.

Comme le souligne malicieusement l’introduction, « souvent science varie », surtout en matière de sexualité féminine. La première partie de l’ouvrage nous invite ainsi à un parcours scientifique qui va de la vaginoplastie au XIXe siècle à la naissance et au développement de la sexologie à Lausanne à partir de 1950. Sur fond de professionnalisation, Cynthia Kraus et Christel Gumi montrent comment un savoir d’abord fondé sur le « bon désir des femmes », ciment du couple, vise ensuite à dissocier désir d’enfant et désir sexuel, afin de promouvoir la contraception, puis évacue, à partir des années 1980, les problèmes psycho-sociaux pour traiter les troubles du désir sexuel par la seule sexologie et non plus par la médecine ou le conseil conjugal. Le tempo scientifique s’accélère encore lorsque la « bonne santé sexuelle » s’impose comme obligation morale et sociale. Marilène Vuille et Alain Giami montrent magistralement comment la biomédicalisation est devenue le nouvel horizon de la sexualité au XXIe siècle. Le devoir d’orgasme s’étant imposé comme une évidence, la recherche s’intéresse alors aux dysfonctionnements du désir sexuel. En 1998, la mise au point du Viagra et la description scientifique du clitoris sont le point de départ d’une nouvelle branche de la médecine, la médecine sexuelle. Celle-ci se subdivise elle-même en spécialités, telle l’oncosexologie, née en 2006, puisqu’elle se fixe pour tâche de préserver la fonction sexuelle pour tous, y compris pour les personnes malades. L’industrie pharmaceutique s’engouffre dans la brèche à la recherche de la bonne « dyade maladie-médicament », qui peut aller jusqu’à la « promotion de maladies » inventées. La définition scientifique d’un trouble sexuel ouvre, en effet, un marché prometteur. C’est un processus complexe qui résulte d’une « coproduction » des chercheurs, de l’industrie, des lobbys, mais également des associations de patients. Le traitement des « troubles du désir féminin hypoactif » est de ce point de vue un cas d’école. En 2015, la FDA, l’autorité américaine du médicament, autorise l’Addyi, qui se propose d’y remédier. Ce produit n’a pas rencontré le succès commercial espéré, son efficacité étant limitée au regard des effets secondaires. Mais l’analyse des controverses qu’il a suscitées dans le cadre de la Conférence ouverte organisée par la FDA, est révélatrice des nouveaux enjeux de la médecine sexuelle. Si tous les protagonistes reconnaissent qu’une activité sexuelle harmonieuse est bénéfique pour les femmes, tous ne s’accordent pas sur l’absence de désir. Pour les uns, cette dernière résulte de troubles biologiques et neurologiques que peut régler une réponse médicamenteuse. En revanche, pour la coalition New View, créée par des professionnelles de la sphère médicale, elle est multifactorielle. À la jonction de l’économique, du social et du culturel, la fatigue, la maladie, le poids des obligations familiales et professionnelles, des relations difficiles avec le conjoint jouent un rôle décisif. À front renversé, New View a donc mis en valeur des arguments principalement scientifiques pour s’opposer à la commercialisation de l’Addyi : trouble inexistant au regard du DSM, risques démesurés pour un médicament prescrit à des femmes en bonne santé, dénonciation des campagnes médiatiques en faveur de la légalisation. Inversement, c’est l’industrie qui défend l’égalité des sexes et le droit au plaisir pour les femmes et prétend se mettre à leur service pour soulager leurs souffrances. La neurosexualité, enfin, représente le dernier avatar de la médecine sexuelle. S’appuyant sur les progrès accomplis par la neuro-imagerie fonctionnelle, elle teste les réactions de patients auxquels sont projetés des images et films à connotation sexuelle, sans en discuter toutefois les biais culturels. Elle exclut ainsi le caractère social et relationnel du désir, se bornant à repérer les réseaux de neurones qui actionneraient des « signaux de récompense » érotique. De façon troublante, selon Isabelle Dussauge, cette zone du cerveau est également active dans les signaux de récompense financière mis au jour par la neuroéconomie. Le sexe et l’argent constitueraient ainsi des modèles hormonaux du désir, adaptés à un ordre néolibéral basé sur des sujets volontaires. Au-delà de la seule sexualité, le livre nous invite à nous interroger sur l’influence croissante des neurosciences, qui décryptent la société au travers du seul cerveau de l’individu et ont la prétention de remplacer les sciences sociales. Parallèlement à la biologisation de la sexualité, les stéréotypes les plus éculés nourrissent toujours le discours scientifique. Pour reprendre la formule de Christine Detrez, la description de « l’odyssée » du spermatozoïde partant à l’assaut de l’ovule passif, rejoue les registres du féminin et masculin malgré la découverte de l’interaction complexe entre les deux cellules germinales.

Le second volet de l’ouvrage se consacre, quant à lui, au désir féminin subjectif. Plusieurs auteures se rejoignent ainsi pour constater que les femmes et les adolescentes s’interrogent de plus en plus sur leur anatomie vulvaire. L’idéal du sexe « discret », « interne » et dont rien ne doit dépasser, se conforme aux normes de genre, de santé et de sexualité qui imposent à la femme « moderne » et autonome d’augmenter ses performances sexuelles. D’où un travail sur le corps et un recours croissant à la chirurgie, en particulier à la nymphoplastie. Son remboursement par la sécurité sociale en France conforte même les adolescentes dans leur conviction qu’elles souffrent d’une maladie. Les jeunes filles doivent aussi se prétendre à l’aise dans leur corps sexualisé et se décrire comme de « vraies femmes ». Mais, sur Youtube, si les garçons mettent leur sexualité en devenir comme naturellement masculine et leur masculinité comme sexuelle, le désir féminin s’exprime encore de façon détournée en évoquant le couple rêvé, en infantilisant l’expression du désir dissimulé sous les « câlins » et autres « bisous », en le déportant sur la star inaccessible, etc. Le malaise face aux fillettes à la puberté précoce relève de la même logique de contrôle de la sexualité juvénile. Bref, au XXIe siècle, les jeunes filles doivent toujours se conformer à des normes de genre strictes pour ne pas passer pour une « pute », même si la sexualité se prétend inventive et libérée. Les femmes adultes n’y échappent pas non plus, car elles doivent composer avec les scripts sexuels, androcentrés, pénétratifs et hétérosexuels, proposés par la société. C’est seulement par la connaissance maîtrisée de leur corps et de leur plaisir qu’elles peuvent se construire en sujets de désir et socialiser leur partenaire. Les lesbiennes s’affranchissent, quant à elles, plus facilement des normes de genre grâce à une sexualité et des références plus plastiques. Saluons au passage, la mise au point bienvenue sur l’homosexualité de Simone de Beauvoir par Sylvie Chaperon, qui historicise les scripts sexuels disponibles à l’époque pour comprendre le phénomène de la « flamme » qu’elle a été pour ses élèves.

Pour conclure avec Michel Bozon, la médecine n’a pas pour but de subvertir les règles sociales. Elle valide au contraire les normes de genre et de sexualité mais, en donnant aux femmes de nouveaux outils de subjectivation, elle contribue indirectement à un élargissement des possibilités sexuelles au fil des âges.

Anne-Marie Sohn


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.