Hélène Le Dantec-Lowry, Matthieu Renault, Marie-Jeanne Rossignol, Pauline Vermeren (dir.), Histoire en marges. Les périphéries de l’histoire globale.

Tours, Presses universitaires François-Rabelais, « Civilisations étrangères », 2018, 354 p.

Le décentrement est une notion à la mode. Il est tantôt un slogan rapidement mobilisé, tantôt une nouvelle voie pour renouveler les sciences sociales. De plus en plus d’ouvrages d’histoire reprennent les narrations nationales à travers les voix de sujets longtemps ignorés (femmes, minorités racialisées ou LGBTQ+) ou depuis des territoires jugés à la périphérie du monde (territoires d’outre-mer, anciennes colonies, etc.). À l’instar de l’Histoire mondiale de la France1, ces travaux sont produits par des historiens qui entrent aujourd’hui sur un terrain déjà connu des auteurs et éditeurs de Histoire en marges : l’histoire faite par des invisibles et des voix dissonantes, à travers des parcours de vie rarement linéaires qui ont pourtant fait évoluer la discipline historique.

Cet ouvrage prolonge le projet collectif « Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains-Américains » (2013-2016) où les porteurs, ici éditeurs, questionnaient l’histoire et l’historiographie faite par des historiens africains-américains entre 1850 et 1950. Ces historiens, parmi lesquels William Wells Brown, Rayford Logan ou Ida B. Wells, étudiaient déjà les tensions entre une histoire américaine européo-centrée et leur expérience de minorité en marge du récit étatsunien. Ils saisissaient l’histoire à la fois comme un projet politique et scientifique contribuant à leur émancipation. Leur altérité était un prisme pour inventer des récits propres du mythe de la première démocratie moderne. La même dynamique est à l’œuvre dans Histoire en marges. L’ouvrage élargit le débat à d’autres terrains (Asie, Afrique et Caraïbe) et aborde une notion toujours sous-jacente et apparemment trop évidente pour que les sources secondaires ne l’interrogent : la marge. Pourtant, comme le proposent ici les éditeurs, il convient d’y revenir pour comprendre comment la/les marge(s) ou la/les périphérie(s) sont des milieux où des auteurs, des militants, des chercheurs ont autant fait l’histoire-monde que les mythes et épopées européens.

Plus spécifiquement, le livre étudie l’écriture de l’histoire depuis les marges. Autrement dit, comment les marges sont des espaces et des positionnalités qui ouvrent vers des récits et des pratiques historiques et historiographiques qui décloisonnent « en articulant le social, l’économique, le culturel et le politique » (Caroline Douki et Philippe Minard, cités p. 10). Ainsi, l’écriture de l’histoire n’est pas seulement une manière d’expliquer, voire de représenter une temporalité, mais aussi un instrument pour « restituer » (ibid.) des expériences complexes. Les auteurs d’Histoire en marges observent comment des écritures jugées périphériques (celles de militants, de chercheurs amateurs ou de femmes) obligent à une réflexion en profondeur des rapports de domination (colonisés/colonisateurs, majorité blanche/minorité noire, femmes/hommes) et repoussent les limites de l’histoire.

La périphérie n’est pas ici une source de relégation mais un « lieu d’innovation et de création » (p. 7). Les contributeurs s’éloignent de toute tentation contemporanéiste qui voudrait que la critique des périphéries noires, colonisées ou subalternes, soit récente. Ils montrent au contraire que la marge a toujours été un espace de production de discours, qu’ils soient des contre-discours face à la stigmatisation ou des formes de pensée autonome. L’existence d’une marge ne suppose pas une inertie intellectuelle, bien au contraire. De Jeremy Belknap, fondateur de la Massachusetts Historical Society, aux suffragettes américaines du début du XXe siècle, tous les historiens mentionnés ici l’ont saisie comme une opportunité pour inventer des récits, qui ne complètent pas des narrations centrales inchangées, mais les retravaillent au prisme des expériences africaines-américaines, féminines, indiennes ou africaines et de leurs multiplicités.

Une lecture croisée des chapitres de Joan Bryant et Pauline Vermeren confirme une première ligne de force du livre : la marge est le lieu privilégié de la critique car elle porte et expose les rapports de domination. Elle « fai[t] exister et vivre un espace public réapproprié par ses vrais acteurs pour que les discours dominants […] soient pris pour ce qu’ils sont » : des formes de contrôle politique et social (p. 125-126). Bryant et Vermeren notent qu’au XIXe siècle des historiens et sociologues africains-américains, tels W. E. B. Du Bois, James McCune Smith et William Scarborough, pensaient déjà les histoires des populations noires en ces termes. Tout comme l’homme politique haïtien Anténor Firmin, ils utilisaient l’histoire pour déconstruire le racisme scientifique en vogue dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ils s’attaquaient à l’anthropologie physique et à la prééminence de pseudo-sciences, telles la craniologie dont ils déconstruisaient méticuleusement chaque argument. Leurs articles et essais devaient lutter contre la discrimination raciale dans les Amériques et en Afrique. Par exemple, Firmin publie De l’égalité des races humaines (1885) pour contredire l’Essai sur l’inégalité des races (1853-1855) de Joseph-Arthur de Gobineau et affirmer l’unicité de l’espèce humaine.

De Calcutta aux États-Unis, en passant par Porto Rico, ces marges dessinent également des géographies de l’expérience qui illustrent un vécu de colonisé, de racialisé ou de classes défavorisées. Elles initient parfois des identités particulières, comme celle des Békés de la Guadeloupe, ou des mythes fondateurs alternatifs, comme celui de la cérémonie de Bois-Caïman, symbole poétique de l’abolition de l’esclavage en Haïti (voir Délide Joseph dans cet ouvrage). Chaque lieu et chaque acteur produit son propre récit, « inversant parfois même la relation » et rendant « la périphérie […] centrale » (p. 16-17). Ces marges sont aussi connectées. Les narrations circulent entre l’Europe, l’Amérique et l’Asie, y compris par les migrations des historiens eux-mêmes. Dans la première partie consacrée aux « récits en histoire », on voit notamment comment les récits esclavagistes et post-esclavagistes, coloniaux et postcoloniaux se construisent par ces liens transcontinentaux. Partha Chatterjee montre par exemple qu’un même événement, le mythe du Trou noir de Calcutta2, a généré des mémoires conflictuels (celle des colons britanniques, celle des Indiens et celle des « explorateurs ») entre l’Angleterre et l’Inde. L’histoire se construit alors par des rebonds successifs, des emprunts, des appropriations et des retournements destinés à asseoir un récit soit colonial soit indépendantiste. Dans cette partie d’Histoire en marges, les auteurs décrivent l’histoire faite depuis les marges tout en questionnant la notion. Que sont les marges ? Sont-elles systématiquement en périphérie du monde ? Les récits historiques qu’elles produisent conduisent-ils forcément à déplacer le centre de gravité de l’histoire ? Vers où ? En ce sens, Ary Gordien offre une perspective inédite, puisqu’il retourne la question en analysant les récits produits par les Békés guadeloupéens, une « ultra-minorité » cependant économiquement et politiquement dominante. On comprend que la production de récits historiques par et pour les Békés sert à maintenir une hiérarchie politique et sociale et non à émanciper, comme on le pense souvent. Gordien explore l’improbable que la marge autorise : elle permet de créer des associations inattendues entre domination et marges, entre minorité et pouvoir.

La deuxième partie évoque des contre-récits. Elle est dédiée aux « marges intérieures », soit la distinction entre historiens professionnels et historiens amateurs qui, comme Dorothy B. Porter Wesley et même Mary McLeod Bethune, respectivement bibliothécaire et militante du mouvement pour les droits civiques, ont contribué à développer un regard critique sur l’histoire, notamment en replaçant les femmes au cœur des mouvements d’émancipation africains-américains. L’intérêt de cette partie est de questionner la perméabilité du champ histoire à des productions ne répondant pas aux standards académiques et qui, pourtant, contribuent à la production de connaissances. Comme le note Agnès Delahaye, Jeremy Belknap a, par ses essais sur l’histoire de la Nouvelle-Angleterre, contribué à forger les premiers récits sur la démocratie américaine. À travers les quatre chapitres de cette partie, on voit également le rôle essentiel des « petites mains » de l’histoire, qui mettent en archives les sources et constituent des collections. Par leur identification des documents, leur sélection attentive et leur interprétation des sources, elles font également de l’histoire. On comprend alors que l’histoire n’est pas – et ne peut pas être – un domaine réservé aux détenteurs de diplômes universitaires, mais qu’elle est un bien partagé que chacun peut modifier et compléter suivant ses connaissances, son parcours de vie, voire son engagement. On saisit le décloisonnement inévitable que la recherche produit grâce à des militants devenus historiens. Cela nous oblige, nous, historiens de profession, à interroger les limites que nous pourrions établir pour définir ce que faire de l’histoire veut dire. C’est la seconde force de cette synthèse : de récits en contre-récits, de parcours de vie d’historiens patentés ou non, les auteurs posent la question de notre propre décentrement. Nous, chercheurs pour la plupart formés dans un contexte occidental, utilisant des outils historiographiques presque toujours pensés à travers nos propres expériences, devons interroger notre regard pour saisir comment il influence sur les contenus et formes de l’histoire. C’est ce que les éditeurs définissent comme un « renversement de perspective » qui « implique de repenser les catégories de la pensée occidentale, de déconstruire les mythes européocentristes de progrès et d’humanisme et de réhabiliter certains savoirs endogènes » (p. 9).

La flexibilité et le franchissement caractérisent la troisième et dernière partie du livre. L’écriture de l’histoire passe ici par les trajectoires d’historiens autodidactes souvent oubliés, comme A. B. C. Sibthorpe, auteur de la première histoire de la Sierra Leone en 1868, mais aussi celles d’historiens indépendants devenus des références, à l’instar de C. L. R. James et Arturo Schomburg. Leurs migrations entre les Amériques, l’Europe et l’Afrique ont initié des récits nés de leurs engagements politiques (anticolonial, émigrationiste, antiraciste) et de leurs rencontres atlantiques. Tous ont en commun de penser l’histoire comme un processus (Odile Goerg, p. 270) intellectuel et politique. Ils écrivent l’histoire en train de se faire. Ils en sont les acteurs et non les spectateurs. Point de distance critique entre leur objet d’étude et leur regard d’historien. La spécificité de leurs productions tient justement à la collusion entre une temporalité – le présent –, un objectif politique – l’émancipation des populations africaines et afro-descendantes – et une relecture du passé. Par une sorte de présentisme, l’histoire devient un objet qui doit initier un changement politique et social. Elle est l’instrument de ce renversement évoqué par les éditeurs qui n’est pas seulement un glissement d’un regard occidentalo-centré vers un autre non blanc, mais un véritable retournement de paradigme qui ouvre vers une renégociation des hiérarchies du monde. Les parcours de Schomburg, Figueroa ou James, entre militance et histoire, montrent que la marge permet aussi d’inventer de nouveaux statuts, comme celui de l’historien militant également incarné par W. E. B. Du Bois et Carter G. Woodson. En passant de l’activisme à l’histoire, ils confirment que l’histoire est souvent pour les minorités en marge un engagement qui relève moins d’un choix individuel qu’une manière de dire le monde selon ses propres termes.

Pour conclure, je ferais deux remarques.

La première est une appréciation : bien que les choses évoluent, il est encore rare dans le contexte académique français de trouver un ouvrage portant sur des savoirs endogènes, étudiés pour eux-mêmes et non à travers leurs relations avec un discours dominant ou une majorité. L’ancrage américaniste de plusieurs contributeurs explique certainement cette orientation qui, à mon sens, doit se développer pour produire des savoirs historiquement, culturellement et politiquement situés dans les expériences des individus dont nous parlons. La distance critique de l’historien ancré dans un contexte occidental est aujourd’hui remise en question, mais pas encore suffisamment pour ouvrir le champ à des historiens amateurs, voire militants. En outre, l’« histoire-monde » dont parlent les éditeurs (p. 16) suppose de produire des histoires non linéaires, capables de saisir les multiplicités des voix qui font l’histoire au même moment et en un même lieu.

La seconde est une réflexion personnelle confirmée par cet ouvrage : faire de l’histoire depuis les marges n’est pas seulement définir un récit historique à partir d’une altérité mais aussi, pour ces acteurs, déranger la norme pour bousculer un ordre établi. L’écriture de l’histoire depuis la marge est alors une disruption qui dit l’existence d’une voix minoritaire et affirme un regard propre sur le monde. Écrire l’histoire depuis une marge signifie affirmer son pouvoir sur l’histoire et le monde pour dire « je ». Pourtant, la marge reste une contrainte. Cela suppose d’expliciter et de justifier, soit sa relation avec un centre/un dominant, soit dans la volonté de ses auteurs de porter des discours autonomes. Autrement dit, on pourrait pousser plus loin la discussion portée par cet ouvrage : la particularité d’une marge n’est-elle pas de déranger ?

Sarah Fila-Bakabadio


  1. P. Boucheron, N. Delalande, F. Mazel, Y. Potin et P. Singaravélou(dir.), Histoire mondiale de la France, Paris, Éditions du Seuil, 2017. []
  2. Cette métaphore évoque la détention de prisonniers de guerre britanniques dans le Fort William, par le nawab du Bengale Siradj al-Dawla, en 1756. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.