Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898).

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, « Histoire », 274 p.

Le livre de Christophe Portalez, tiré d’une thèse dirigée par Frédéric Monier et soutenue en 2015, s’inscrit dans le renouvellement historiographique dont font l’objet les questions de corruption et de scandales. Son originalité réside dans la volonté de croiser l’étude politique du parcours d’Alfred Naquet (1834-1916) et une analyse davantage sociologique des réseaux et des mécanismes de clientélisme et de patronage structurant la IIIe République jusqu’à la fin du XIXe siècle. En l’absence de fonds « Alfred Naquet », Christophe Portalez a recours aux fonds privés des amis politiques de ce dernier, à une multitude d’archives publiques nationales et locales, complétées par la presse et diverses sources imprimées, mais aussi par les fonds de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam et des Archives royales de Suède (fonds Alfred Nobel).

Resté dans les mémoires comme étant l’homme de la loi de 1884 sur le divorce, Alfred Naquet fait ici l’objet d’un travail approfondi, reconstituant les réseaux dans lesquels celui qui fut député et sénateur du Vaucluse évolue. Mais il ne réduit pas pour autant le parcours de cette figure du radicalisme à ses liens d’amitié et à ses manœuvres ou ses démarches plus ou moins intéressées. Son engagement en faveur d’une révision des lois constitutionnelles de 1875 est constamment pris au sérieux et constitue, selon l’auteur, une clé pour comprendre son parcours.

L’objectif du livre n’est pas de réhabiliter une personnalité politique dont l’image a été ternie par son engagement boulangiste et son implication dans le scandale de Panama (malgré un acquittement prononcé en 1898). Il ne s’agit pas non plus de s’appuyer sur un cas particulier pour apporter une nouvelle preuve de la « corruption » généralement et hâtivement associée à la Troisième République. C’est cette « corruption », en réalité, qui est l’objet central de ce travail, car ses limites, sa définition, sa stigmatisation ou son acceptation, sont régulièrement interrogées et analysées avec recul tout au long de l’ouvrage. Plus précisément, la tension perpétuelle entre, d’un côté, les idéaux républicains de Naquet et, de l’autre, les contraintes auxquelles ce dernier est confronté dans son travail politique, constitue l’élément le plus important de la réflexion.

Après avoir dénoncé le clientélisme et la corruption du Second Empire, Alfred Naquet accède au ministère de l’Intérieur du gouvernement de Défense nationale dès le 5 septembre 1870. Immédiatement, il doit faire face à un afflux de demandes liées aux nominations des préfets et des sous-préfets, qui représentent autant d’occasions de « se créer de nouvelles fidélités » (p. 22) dans un contexte extrêmement difficile. Les adversaires de la République exploiteront à leur tour ces pratiques pour tenter de discréditer le régime.

Grâce au soutien de ses amis, notamment Cyprien Poujade, Alfred Naquet peut se présenter comme candidat aux élections législatives de février 1871, et est élu député du Vaucluse. Christophe Portalez montre comment les fraudes et les déviances sont politiquement construites et instrumentalisées par les conservateurs pour alimenter une polémique qui remonte jusqu’à la Chambre. L’élection de 1876 (annulée pour fraude dans le Vaucluse) est également l’occasion, pour l’auteur, de démontrer de manière convaincante comment l’étude des invalidations permet de faire ressortir les « conflits normatifs » qui se jouent alors, notamment à propos de la notion de fraude électorale et de ce qui est dénoncé comme une « corruption » par les contemporains. Les protestations récoltées par Naquet et Poujade révèlent ainsi « des normes socialement refusées mais légalement acceptées, ou l’inverse » (p. 61). La mobilisation organisée par les républicains autour de ces questions, les travaux des commissions parlementaires et la médiatisation des affaires liées aux fraudes et à la corruption électorales nourrissent, en 1876-1877, une « réflexion nouvelle sur ces objets » (p. 90).

En étudiant les demandes d’emploi ou de promotion dans l’administration des Postes et Télégraphes adressées au préfet du Vaucluse, Christophe Portalez restitue à l’échelle départementale un « système de faveurs politiques » (p. 95) en vigueur à tous les niveaux de la fonction publique. Plus de la moitié des demandes sont accompagnées d’une lettre de recommandation, pièce pourtant non obligatoire. Parmi les signataires de ces lettres, les parlementaires sont majoritaires. Même s’il est impossible de savoir combien de démarches aboutissent exactement, ce travail, qui consiste aussi à éclairer des citoyens souvent d’origine modeste sur les démarches à effectuer, est considéré comme faisant partie du métier d’élu. On comprend dès lors par quels mécanismes l’administration peut s’assurer du républicanisme de facteurs dont « la fidélité aux institutions semble un prérequis nécessaire pour bénéficier de recommandations dans les Postes et Télégraphes » (p. 107). Même si, comme le souligne l’auteur, les rencontres informelles entre le préfet et les maires échappent aux archives, cette étude minutieuse menée à l’échelle du Vaucluse est fort instructive.

Malgré ses réticences, Alfred Naquet accepte de passer des heures à lire d’innombrables demandes, à rédiger des lettres de recommandation et à réaliser les démarches nécessaires pour tenter d’obtenir satisfaction. Il déplore ce temps souvent perdu et ne cesse de s’en plaindre, mais il joue quand même le rôle qui lui est attribué. La critique du clientélisme qu’il développe se situe à un niveau plus large et se concrétise dans son engagement inébranlable en faveur d’une révision des lois constitutionnelles. Les chapitres consacrés au parcours et à l’œuvre politiques de Naquet (à commencer par la loi sur le divorce de 1884) ont tendance à s’éloigner de la problématique annoncée dans le sous-titre du livre, mais il était difficile de ne pas leur donner l’importance que l’auteur leur accorde. Car la dénonciation du clientélisme et de la corruption est au cœur de l’engagement de Naquet dans le mouvement boulangiste. La fidélité à cette idée ne fait, selon l’auteur, aucun doute ; dans une lettre de 1899, Naquet affirme même qu’il aurait été capable « d’aller jusqu’au coup d’État » (p. 188)…

L’implication du député du Vaucluse dans le scandale de Panama fait l’objet de pages denses et précises dans l’étude des sources. On entre ici dans le monde trouble et sinueux des réseaux unissant monde politique et milieux d’affaires : les liens entre Naquet et l’industrie de la dynamite, qui remontent à l’autorisation accordée en 1870 pour la construction d’une fabrique dans les Pyrénées-Orientales, associent son nom aux négociations menées en coulisses à propos du percement de l’isthme de Panama. Le père de la loi sur le divorce est acquitté en 1898 mais, au moment de l’affaire Dreyfus, il est « maintenant jugé indésirable par une grande partie des républicains » (p. 234).

On pourra regretter que les données quantitatives ne soient pas assez mises en valeur, que les documents iconographiques soient simplement décrits sans être reproduits, et que le livre vire parfois à la biographie politique. Il n’en reste pas moins que l’ouvrage de Christophe Portalez représente un travail rigoureux et très documenté, qui éclaire des phénomènes toujours difficiles à saisir pour l’historien.

Dominique Pinsolle


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.