Emmanuel Debruyne, « Femmes à boches ». Occupation du corps féminin dans la France et la Belgique de la Grande Guerre

Paris, Les Belles Lettres, 2018, 456 p.

Emmanuel Debruyne livre une passionnante histoire des relations intimes des occupants allemands et des femmes belges et françaises dans les territoires occupés entre 1914 à 1918. Le titre, « Femmes à boches » reprend l’expression péjorative utilisée à l’époque pour qualifier ces femmes accusées de fréquenter l’ennemi, sans que cette relation soit toujours attestée. Cette étude se situe donc à l’intersection de relations de dominations multiples, qui irriguent l’ensemble des questionnements de l’auteur : domination de l’homme sur la femme, du militaire sur le civil, de l’occupant sur l’occupé. Il examine ainsi la diversité de ces relations intimes : violences sexuelles accompagnant en particulier l’invasion de 1914, prostitution, relations intimes consensuelles.

Emmanuel Debruyne inscrit sa réflexion à la croisée de deux grands courants de recherche, l’histoire du genre, en particulier de la sexualité, et l’histoire de la guerre, en particulier des occupations militaires, dont il est un des spécialistes pour les deux guerres mondiales. Par la diversité des questions abordées, l’ouvrage contribue à l’histoire des expériences de guerre. Il apporte aussi beaucoup à l’histoire démographique du conflit, encore mal documentée, ou à celle des liens sociaux, du genre et des relations de couple (E. Cronier, C. Vidal-Naquet). L’auteur rejette ainsi l’utilisation des concepts de « collaboration sexuelle » ou de « collaboration horizontale », en ce qu’ils amalgament le fait de travailler avec un pouvoir occupant et d’avoir des relations sexuelles avec un ou plusieurs de ses représentants.

Le croisement de sources très diverses donne une grande force à son étude, assurant en particulier la mise en perspective des pratiques et des représentations. Deux corpus sont plus particulièrement mobilisés. Face à l’absence d’ego documents issus des femmes occupées, Emmanuel Debruyne s’appuie sur cent dix journaux intimes rédigés clandestinement par des occupé·e·s français et belges. Leur recensement et leur étude critique font d’ailleurs de l’ouvrage un outil de travail précieux, mettant en évidence l’apport d’une masse critique de sources sur des thématiques aussi complexes à aborder que celles de la sexualité. L’analyse s’appuie par ailleurs sur des données démographiques issues d’un échantillon de soixante-et-onze communes (cinquante-six belges et quinze françaises). S’il n’est pas représentatif de l’ensemble des territoires occupés, cet échantillon en assure une couverture extensive concernant les naissances de père inconnu et les mariages. On peut regretter ici que l’analyse ne renvoie qu’à des données relatives, cependant finement analysées. Une annexe présentant les chiffres bruts aurait permis de préciser les bases statistiques de l’étude. Ces corpus sont croisés avec une masse impressionnante de sources complémentaires : archives communales et départementales, judiciaires, paroissiales, presse officielle et clandestine, fictions, chansons, pièces de théâtre ou affiches. Cet ensemble permet à l’auteur de mettre en perspective le point de vue des occupants et celui des occupé·e·s et d’ancrer la réflexion dans les nuances des situations locales et des trajectoires individuelles. Le travail est nourri par une quinzaine de monographies locales produites à l’occasion du travail collectif de dépouillement (mémoires de master). Les comparaisons effectuées notamment entre la zone des armées et le territoire du Gouvernement général, entre les villes et les espaces ruraux, entre les groupes sociaux, donnent lieu à des analyses soulignant à quel point l’expérience de guerre en territoire occupé – comme ailleurs –, était loin d’être monolithique. L’auteur, loin de réduire son analyse à la dialectique occupant/occupé, combine au contraire des échelles multiples et des clés de lecture attentives à l’ensemble des acteurs. La mobilisation des témoignages, dont des passages extensifs sont cités, forme un tableau vivant et sensible des expériences de guerre. Le soin apporté à l’édition y contribue aussi, avec un cahier iconographique et deux cartes des territoires occupés.

Organisé en sept chapitres, l’ouvrage aborde tout d’abord les violences sexuelles qui ont accompagné l’invasion allemande en France et en Belgique (août – octobre 1914). Interrogeant le concept de « viol comme arme de guerre » utilisé pour qualifier les violences sexuelles commises au Rwanda, au Congo ou en ex-Yougoslavie, il montre que celui-ci ne s’applique pas à la situation des territoires occupés belges et français. Dans le sillage des études menées sur l’invasion allemande de 1914 (J. Horne et A. Kramer), il estime à 15 à 25 000 les viols commis lors de l’invasion, pour montrer ensuite comment ces violences baissent fortement avec l’occupation, en lien avec la volonté des autorités allemandes de maintenir la discipline et la modification des relations entre occupants et occupées. Si les violences sexuelles sont bien un phénomène de grande ampleur, celle-ci est cependant moindre que ce que la propagande alliée insinua. Au-delà des agressions les plus violentes, les visites médicales fréquemment imposées par l’occupant sont vécues par les femmes comme des atteintes à leur intimité. Dans un deuxième chapitre, il montre comment la prostitution a été un enjeu de pouvoir pendant l’occupation, aboutissant à une alliance objective des autorités allemandes et des autorités locales, les unes ciblant la prophylaxie des maladies vénériennes, les autres la préservation de la moralité. Cette étude nourrit une histoire comparée de la prostitution pendant la guerre, en l’ancrant dans les pratiques et les débats issus du xixe siècle. Emmanuel Debruyne analyse le néo-réglementarisme allemand qui, loin d’organiser la prostitution à grande échelle, vise à canaliser un phénomène existant. Le contrôle sanitaire est l’angle majeur de cette politique répressive dont l’auteur souligne les frictions avec les autorités locales soucieuses en particulier de soustraire les mineures à la prostitution. Ancrée dans la diversité des territoires, l’étude de la prostitution apporte tant à l’histoire urbaine de la Première Guerre mondiale, qu’à notre connaissance encore limitée des situations dans les régions rurales. Un troisième chapitre est consacré aux relations consenties entre occupants et occupées. Il s’intéresse au cadre des rencontres, aux préjugés et aux obstacles auxquels les couples ont été confrontés, telle la barrière de la langue. Son analyse confronte les pratiques aux stéréotypes attachés, par exemple, aux officiers allemands jugés plus dépravés que les soldats. Il étend ici l’étude aux relations homosexuelles, comparant les réglementations françaises, belges et allemandes et ouvrant des pistes d’étude de la sociabilité homosexuelle. Étudiant la diversité des contextes dans lesquels se nouent et se vivent ces relations, l’auteur montre que si le quotidien des amants est difficile à cerner, la rareté des mariages met en lumière l’isolement et la réprobation qui pèsent tout particulièrement sur les femmes. Cet ostracisme fait l’objet d’un quatrième chapitre, qui examine notamment les manifestations du contrôle social pesant sur les femmes, soumises à de multiples injonctions (contrôle de l’apparence, de la parole, de l’attitude). Cette analyse est mise en parallèle avec l’apparition de l’expression « Boches du Nord », très connotée sexuellement, apparue en 1915 en France libre (P. Nivet). L’auteur étudie de manière croisée les pratiques et les représentations de cette exclusion sociale, ancrée dans une vision de classe et distinguant espaces urbains et ruraux. Le cinquième chapitre, consacré aux maladies vénériennes, prolonge l’étude de la relégation sociale des « femmes à Boches » et celle de la prostitution (chap. 2). Croisant les mesures prophylactiques qui touchent les soldats et les femmes, l’auteur souligne la dimension répressive des inspections sanitaires et des traitements, tout en montrant comme la prise en charge des Françaises et Belges vénériennes a pu être un enjeu entre belligérants, les Allemands cherchant à les évacuer en France libre pour s’en débarrasser. L’armée allemande traitant un homme sur vingt pour maladie vénérienne pendant la guerre (713 500 cas), l’endiguement reste illusoire, même si les cas d’infection restent, selon l’auteur, inférieurs à ce qu’ils sont dans les armées alliées. On aurait aimé disposer ici de davantage d’éléments de comparaison, notamment chiffrés, sur ce thème débattu. Le chapitre 6 propose une histoire sociale des naissances illégitimes de père allemand dans les régions occupées, estimées de 22 à 30 000 et confirmant les conclusions de P. Salson pour l’Aisne. L’étude démographique souligne le poids de la zone des armées, et en son sein des zones rurales, dans ces naissances, le plus souvent liées à une difficile maîtrise de la fécondité. L’ouvrage apporte sur ces points, ainsi qu’en matière de lutte contre l’avortement, des éléments de comparaison entre la France, la Belgique et l’Allemagne. Il développe l’histoire culturelle de « l’enfant de l’ennemi » (S. Audoin-Rouzeau) pour montrer l’isolement social et l’hostilité auxquels les mères font face dès la naissance. Enfin, il aborde (chap. 7) le déchaînement de violence contre les « femmes à Boches » lors de la libération des territoires occupés en octobre et novembre 1918, plus typique de la Belgique que de la France. L’auteur met en perspective ces violences ritualisées avec des pratiques anciennes et avec celles observées en Europe en 1944-1945, notamment à travers la forme très genrée de la tonte publique. Si l’État belge met rapidement fin à ces violences, elles sont suivies d’une répression officielle visant celles ayant enfreint la loi (avortement, dénonciation à l’ennemi), et d’une canalisation de la vengeance au sein des couples légitimes par le biais des procédures de divorce en particulier. L’auteur conclut sur les enjeux mémoriels attachés à ces relations intimes, qui reproduisent la relégation du temps de guerre en ce qu’on ignore le plus souvent le devenir des enfants nés de père allemand ou comment leurs mères ont réintégré la société belge ou française.

Emmanuelle Cronier


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.