Alain Ruscio, Les Communistes et l’Algérie. Des origines à la guerre d’indépendance, 1920-1962.

Paris, La Découverte, 2019, 664 p.

Dans cet ouvrage, Alain Ruscio analyse les évolutions sinueuses des relations entre les communistes et l’Algérie, de 1920 à 1962, un objet d’étude ayant suscité maintes polémiques et querelles mémorielles. Toutefois, en annonçant, dès les premières pages du livre, sa volonté de « souligner les nuances » (p. 8) d’une histoire tourmentée, ce spécialiste des questions coloniales affiche l’ambition de mettre fin à certaines légendes, qu’elles soient noires ou dorées. Aux thuriféraires d’une mémoire tout entière dédiée au martyrologe des militants communistes tombés pendant la guerre d’Algérie comme aux contempteurs d’un Parti communiste français (PCF) qui aurait trahi la cause de l’anticolonialisme, l’historien répond d’emblée que les communistes français et algériens ne méritèrent « ni cet excès d’honneur ni cette indignité » (p. 7).

Inscrivant son travail dans un jeu d’échelles qui le fait circuler d’une rive à l’autre de la Méditerranée, et de Paris à Moscou, tout en sillonnant villes et campagnes d’Algérie, l’auteur passe au crible revirements et ambiguïtés de la politique algérienne du PCF, du congrès de Tours à la fin de la guerre d’indépendance. Au fil des pages, il décrypte ainsi méticuleusement les circonvolutions d’un discours communiste, parfois sibyllin, souvent déroutant. Cependant, loin de se limiter à l’examen des positions élaborées par les cercles dirigeants du PCF et du Parti communiste algérien (PCA), Alain Ruscio s’intéresse également aux opinions et aux actions des membres de la vaste « “famille communiste” franco-algérienne » (p. 11) : simples adhérents, syndicalistes, militants des diverses organisations de masse situées dans l’orbite du PCF, mais aussi avocats, intellectuels, journalistes. Adossée à un large corpus archivistique (notamment les archives du PCF et plus d’une soixantaine d’entretiens avec des témoins clés), la restitution de ces multiples expériences permet de faire entendre les dissonances traversant, et parfois fracturant, de la base au sommet, tout l’univers communiste, sur la question de l’Algérie.

L’ouvrage propose néanmoins une clé de lecture des changements de cap brutaux scandant la politique algérienne du PCF. Pour résumer, chez les communistes, l’anticolonialisme ne constitue toujours qu’une préoccupation secondaire, systématiquement inféodée à d’autres combats jugés primordiaux. Cette propension à considérer la situation de l’Algérie, selon la doxa thorézienne, comme une « partie », soumise à un « tout » (p. 83), permet de mieux saisir les motifs des nombreux revirements tactiques opérés au détriment de l’élaboration d’une véritable « stratégie » (p. 106). Tantôt défendue avec ardeur, tantôt reportée sine die, voire catégoriquement rejetée, la perspective de l’indépendance est toujours soumise aux impératifs catégoriques du moment. Primat de l’alliance avec des socialistes majoritairement opposés à l’émancipation de l’Algérie pendant le Front populaire, association de l’Empire à la lutte contre le fascisme pendant la deuxième phase de la Seconde Guerre mondiale, défense de l’Union française face aux menaces de l’impérialisme américain pendant la guerre froide, autant de mots d’ordre et de slogans reléguant à chaque fois la sortie complète de l’Algérie du système colonial au second plan.

Consacrée au « parcours non linéaire » (p. 15) des relations entretenues par les communistes avec l’Algérie de 1920 à 1954, la première partie de l’ouvrage permet de mieux saisir la genèse des malentendus et désaccords persistants entre nationalistes algériens et communistes français. Invoquant tout d’abord le rôle crucial des appareils idéologiques d’État – fervents relais de la thématique des bienfaits de l’Empire – et l’imprégnation d’une profonde défiance envers le monde arabo-musulman dans toutes les couches de la population française, Alain Ruscio évoque aussi un « terreau » plus fertile aux « certitudes procoloniales » (p. 17) qu’à la lutte anti-impérialiste. Il retrace ensuite les mutations de la politique algérienne des communistes. Alors que le mouvement ouvrier et socialiste n’avait jusqu’ici accordé qu’une attention relative à la colonisation, en 1920, les membres de la nouvelle Section française de l’Internationale communiste sont désormais sommés par Moscou de soutenir tout « mouvement d’émancipation dans les colonies » (p. 32). Commence alors un « long et chaotique processus » (p. 33) conduisant les premières générations de communistes en France et en Algérie à prendre en compte laborieusement, parfois même à contrecœur, la question coloniale, avant de se lancer éperdument, entre 1925 et 1935, dans une décennie « d’intense activité anticolonialiste » (p. 38). Sur le terrain politique et syndical, les communistes jouent alors indiscutablement un rôle d’avant-garde dans la défense des droits des Algériens. À cet égard, Alain Ruscio rappelle que la création de l’Étoile nord-africaine (ENA) en 1926, « creuset politique initial des mouvements nationalistes algériens ultérieurs » (p. 51), fut, malgré une prise de distance assez rapide de son principal leader Messali Hadj avec le PCF, une initiative émanant des milieux communistes. Symbolisée par des proclamations répétées du droit à l’indépendance, la « radicalité anticolonialiste » (p. 54) se traduit aussi par un processus d’« arabisation » – selon le néologisme en vigueur – d’un parti encore toutefois « squelettique » (p. 68) en Algérie.

Une série de volte-face ponctue ensuite les dix années séparant le premier gouvernement Blum de la Libération. Sous le Front populaire, l’antifascisme prime désormais sur l’anticolonialisme, y compris au sein du PCA, créé en 1936 et immédiatement subordonné au grand frère métropolitain. À partir de 1939, avec la formule sacramentelle de Maurice Thorez selon laquelle l’Algérie est « une nation en formation », le projet indépendantiste est ouvertement abandonné aux messalistes, considérés comme des adversaires depuis la dissolution de l’ENA en 1937. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ligne des communistes sur l’avenir de l’Algérie connaît de nouvelles vicissitudes dictées par l’Internationale (p. 108) : réactivation de l’anti-impérialisme jusqu’en 1942, « politique d’union de la plus grande France » (p. 112) jusqu’à la fin de la guerre. À l’occasion des massacres du Constantinois de mai-juin 1945, au summum de ces « errements » (p. 134), le PCF renvoie même un temps « dos à dos les assassins et les victimes » (p. 136). Malgré une reprise rapide des combats en faveur des droits des Algériens et même si le terme d’indépendance réapparaît au PCA en 1950, les relations entre communistes et nationalistes restent désormais marquées, de manière irrémédiable, par une « méfiance réciproque » (p. 173).

Consacrée à l’étude des rapports entre communistes et guerre d’Algérie de 1954 à 1956, la deuxième partie de l’ouvrage détaille les contours d’une politique algérienne du PCF conditionnée tout à la fois par une certaine rigidité dogmatique, de graves différends avec les nationalistes algériens, la crainte de la répression et l’espoir – illusoire – de sortie du ghetto politique. Si le PCF et la presse communiste dénoncent très vite, et sans ambiguïté, la guerre qui commence et la répression qui l’accompagne, Alain Ruscio décrit un parti désormais supplanté par le FLN sur la thématique de l’indépendance de l’Algérie, et incapable, malgré des efforts indéniables, de susciter une adhésion majoritaire des Français à ses mots d’ordre. En l’occurrence, documents à l’appui, l’auteur démontre que contrairement à ce qu’affirme trop souvent l’historiographie, le terme d’indépendance, loin d’avoir alors disparu du vocable communiste, est déjà d’un usage courant dès 1955. Lui préférant toutefois le slogan « Paix en Algérie », jugé plus consensuel et plus conforme à sa stratégie de mobilisation des masses, la direction du PCF se coupe alors des plus fervents militants anticolonialistes. Motivé par le désir de réintégrer le jeu politique, le « pari dangereux » (p. 355) du vote des pouvoirs spéciaux en 1956 suscite chez bien des communistes l’incompréhension, voire la réprobation, et se transforme, chez les Algériens, en une « plaie […] jamais totalement cicatrisée » (p. 367). Au cours de cette période, le PCA, interdit depuis septembre 1955, suit dorénavant une trajectoire singulière, suscitant souvent l’« embarras » du PCF (p. 336). Tandis que certains de ses militants algériens rejoignent les rangs des nationalistes, d’autres, engagés dans diverses formes de lutte clandestine, peinent à maintenir leur autonomie politique vis-à-vis d’un FLN aux prétentions hégémoniques.

La troisième partie débute par le récit de l’échec « retentissant » (p. 338) du projet de mobilisation massive contre la guerre d’Algérie le 17 octobre 1957, métaphore de l’incapacité du PCF à imposer son agenda politique, malgré un engagement protéiforme contre la guerre et en faveur de l’indépendance. Les chapitres consacrés à la question du PCF face aux soldats du contingent et à l’engagement des avocats et des intellectuels retracent le foisonnement d’actions individuelles et collectives menées contre la poursuite du conflit et son cortège d’exactions. Alain Ruscio dévoile les ressorts et les failles d’une stratégie de la direction du PCF qui consiste à privilégier l’action « de masse » (p. 434), une option provoquant la désapprobation d’une partie des militants communistes.

Débordée sur sa gauche par une multitude d’initiatives, la direction du PCF se retrouve également dépassée sur sa droite par la proposition d’autodétermination émise par de Gaulle en septembre 1959, une annonce initialement perçue comme une simple manœuvre dilatoire alors qu’elle marque un tournant dans la guerre. Au cours des deux dernières années du conflit, les communistes se mobilisent contre la répression gouvernementale brutale et contre les violences commises par les partisans de l’Algérie française, sans toutefois influer de façon tangible sur le processus de négociations conduisant aux accords d’Évian et à la fin de la guerre. De son côté, le PCA, cible d’une répression impitoyable, poursuit néanmoins la lutte jusqu’en 1962, le sort tragique d’Henri Alleg et de Maurice Audin illustrant, selon l’expression de Raphaëlle Branche, « le caractère systématique de la torture en Algérie » (p. 404).

En conclusion, Alain Ruscio compare le projet de convertir les militants communistes à l’anticolonialisme à une « greffe en état de perpétuel rejet » (p. 550). Il souligne l’incapacité conceptuelle persistante de la direction du PCF à saisir le rôle prépondérant des mouvements de libération nationale dans le processus de décolonisation. Il insiste également sur l’existence de profondes divergences idéologiques entre communistes et nationalistes sur la question clé de l’indépendance. Il n’en souligne pas moins l’existence d’une véritable « résistance » communiste continue au colonialisme puis à la guerre d’Algérie, éclipsée par certaines actions passées à la postérité, comme celles des « porteurs de valise » ou des auteurs du Manifeste des 121.

En somme, grâce au croisement systématique de sources variées – laissant au passage encore un espace pour des recherches fondées sur une exploitation approfondie d’archives locales, notamment dans certains bastions communistes – et en faisant le choix judicieux de ne pas se limiter aux strictes limites chronologiques de la guerre d’indépendance, cet ouvrage constitue indéniablement l’une des références d’une historiographie aspirant à renouveler l’étude des processus de colonisation et de décolonisation.

Dans son dernier ouvrage, Alain Ruscio analyse les évolutions sinueuses des relations entre les communistes et l’Algérie, de 1920 à 1962, un objet d’étude ayant fait l’objet de maintes polémiques et querelles mémorielles. Toutefois, en annonçant, dès les premières pages du livre, sa volonté de « souligner les nuances » (p. 8) d’une histoire tourmentée, ce spécialiste des questions coloniales affiche l’ambition de mettre fin à certaines légendes, qu’elles soient noires, ou dorées. Aux thuriféraires d’une mémoire tout entière dédiée au martyrologe des militants communistes tombés pendant la guerre d’Algérie comme aux contempteurs d’un Parti communiste français (PCF) qui aurait trahi la cause de l’anticolonialisme, l’historien répond d’emblée que les communistes français et algériens ne méritèrent « ni cet excès d’honneur ni cette indignité » (p. 7).

Inscrivant son travail dans un jeu d’échelles le faisant circuler d’une rive à l’autre de la Méditerranée, de Paris à Moscou, tout en sillonnant villes et campagnes d’Algérie, l’auteur passe au crible revirements et ambiguïtés de la politique algérienne du PCF, du congrès de Tours à la fin de la guerre d’indépendance. Au fil des pages, il décrypte ainsi méticuleusement les circonvolutions d’un discours communiste, parfois sibyllin, souvent déroutant. Cependant, loin de se limiter à l’examen des positions élaborées par les cercles dirigeants du PCF et du Parti communiste algérien (PCA), Alain Ruscio s’intéresse également aux opinions et aux actions des membres de la vaste « “famille communiste” franco-algérienne » (p. 11) : simples adhérents, syndicalistes, militants des diverses organisations de masse situées dans l’orbite du PCF, mais aussi avocats, intellectuels, journalistes. Adossée à un large corpus archivistique (notamment les archives du PCF et plus d’une soixantaine d’entretiens avec des témoins clés), la restitution de ces multiples expériences permet de faire entendre les dissonances traversant, et, parfois, fracturant, de la base au sommet, tout l’univers communiste, sur la question de l’Algérie.

L’ouvrage propose néanmoins une clé de lecture des changements de cap brutaux scandant la politique algérienne du PCF. Pour résumer, chez les communistes, l’anticolonialisme ne constitue toujours qu’une préoccupation secondaire, systématiquement inféodée à d’autres combats jugés primordiaux. Cette propension à considérer la situation de l’Algérie, selon la doxa thorézienne, comme une « partie », soumise à un « tout » (p. 83), permet de mieux saisir les motifs des nombreux revirements tactiques opérés au détriment de l’élaboration d’une véritable « stratégie » (p. 106). Tantôt défendue avec ardeur, tantôt reportée sine die, voire catégoriquement rejetée, la perspective de l’indépendance est toujours soumise aux impératifs catégoriques du moment. Primat de l’alliance avec des socialistes majoritairement opposés à l’émancipation de l’Algérie pendant le Front populaire, association de l’empire à la lutte contre le fascisme pendant la deuxième phase de la Seconde Guerre mondiale, défense de l’Union française face aux menaces de l’impérialisme américain pendant la guerre froide, autant de mots d’ordre et de slogans reléguant à chaque fois la sortie complète de l’Algérie du système colonial au second plan.

Consacrée au « parcours non linéaire » (p. 15) des relations entretenues par les communistes avec l’Algérie de 1920 à 1954, la première partie de l’ouvrage permet de mieux saisir la genèse des malentendus et désaccords persistants entre nationalistes algériens et communistes français. Invoquant tout d’abord le rôle crucial des appareils idéologiques d’État – fervents relais de la thématique des bienfaits de l’empire – et l’imprégnation d’une profonde défiance envers le monde arabo-musulman dans toutes les couches de la population française, Alain Ruscio évoque aussi un « terreau » plus fertile aux « certitudes procoloniales » (p. 17) qu’à la lutte anti-impérialiste. Il retrace ensuite les mutations de la politique algérienne des communistes. Alors que le mouvement ouvrier et socialiste n’avait jusqu’ici accordé qu’une attention relative à la colonisation, en 1920, les membres de la nouvelle Section française de l’Internationale communiste sont désormais sommés par Moscou de soutenir tout « mouvement d’émancipation dans les colonies » (p. 32). Commence alors un « long et chaotique processus » (p. 33) conduisant les premières générations de communistes en France et en Algérie à prendre en compte laborieusement, parfois même à contrecœur, la question coloniale, avant de se lancer éperdument, entre 1925 et 1935, dans une décennie « d’intense activité anticolonialiste » (p. 38). Sur le terrain politique et syndical, les communistes jouent alors indiscutablement un rôle d’avant-garde dans la défense des droits des Algériens. À cet égard, Alain Ruscio rappelle que la création de l’Étoile Nord-africaine (ENA) en 1926, « creuset politique initial des mouvements nationalistes algériens ultérieurs » (p. 51) fut, malgré une prise de distance assez rapide de son principal leader Messali Hadj avec le PCF, une initiative émanant des milieux communistes. Symbolisée par des proclamations répétées du droit à l’indépendance, la « radicalité anticolonialiste » (p. 54) se traduit aussi par un processus d’« arabisation » – selon le néologisme en vigueur – d’un parti encore toutefois « squelettique » (p. 68) en Algérie.

Une série de volte-face ponctue ensuite les dix années séparant le premier gouvernement Blum de la Libération. Sous le Front populaire, l’antifascisme prime désormais l’anticolonialisme, y compris au sein du PCA, créé en 1936 et immédiatement subordonné au grand frère métropolitain. À partir de 1939, avec la formule sacramentelle de Maurice Thorez selon laquelle l’Algérie est « une nation en formation », le projet indépendantiste est ouvertement abandonné aux messalistes, considérés comme des adversaires depuis la dissolution de l’ENA en 1937. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ligne des communistes sur l’avenir de l’Algérie connaît de nouvelles vicissitudes dictées par l’Internationale (p. 108) : réactivation de l’anti-impérialisme jusqu’en 1942, « politique d’union de la plus grande France » (p. 112) jusqu’à la fin de la guerre. À l’occasion des massacres du Constantinois de mai-juin 1945, au summum de ces « errements » (p. 134), le PCF renvoie même un temps « dos à dos les assassins et les victimes » (p. 136). Malgré une reprise rapide des combats en faveur des droits des Algériens, et, même si le terme d’indépendance réapparaît au PCA en 1950, les relations entre communistes et nationalistes restent désormais marquées, de manière irrémédiable, par une « méfiance réciproque » (p. 173).

Consacrée à l’étude des rapports entre communistes et guerre d’Algérie, de 1954 à 1956, la deuxième partie de l’ouvrage détaille les contours d’une politique algérienne du PCF conditionnée tout à la fois par une certaine rigidité dogmatique, de graves différends avec les nationalistes algériens, la crainte de la répression et l’espoir – illusoire – de sortie du ghetto politique. Si le PCF et la presse communiste dénoncent très vite, et sans ambiguïté, la guerre qui commence et la répression qui l’accompagne, Alain Ruscio décrit un parti désormais supplanté par le FLN sur la thématique de l’indépendance de l’Algérie, et incapable, malgré des efforts indéniables, de susciter une adhésion majoritaire des Français à ses mots d’ordre. En l’occurrence, documents à l’appui, l’auteur démontre que, contrairement à ce qu’affirme trop souvent l’historiographie, le terme d’indépendance, loin d’avoir alors disparu du vocable communiste, est déjà d’un usage courant dès 1955. Lui préférant toutefois le slogan « Paix en Algérie », jugé plus consensuel et plus conforme à sa stratégie de mobilisation des masses, la direction du PCF se coupe alors des plus fervents militants anticolonialistes. Motivé par le désir de réintégrer le jeu politique, le « pari dangereux » (p. 355) du vote des pouvoirs spéciaux en 1956 suscite chez bien des communistes l’incompréhension, voire la réprobation et se transforme, chez les Algériens, en une « plaie […] jamais totalement cicatrisée » (p. 367). Au cours de cette période, le PCA, interdit depuis septembre 1955, suit dorénavant une trajectoire singulière, suscitant souvent l’« embarras » du PCF (p. 336). Tandis que certains de ses militants algériens rejoignent les rangs des nationalistes, d’autres, engagés dans diverses formes de lutte clandestine, peinent à maintenir leur autonomie politique vis-à-vis d’un FLN aux prétentions hégémoniques.

La troisième partie débute par le récit de l’échec « retentissant » (p. 338) du projet de mobilisation massive contre la guerre d’Algérie le 17 octobre 1957, métaphore de l’incapacité du PCF à imposer son agenda politique, malgré un engagement protéiforme contre la guerre et en faveur de l’indépendance. Les chapitres consacrés à la question du PCF face aux soldats du contingent et à l’engagement des avocats et des intellectuels retracent le foisonnement d’actions individuelles et collectives menées contre la poursuite du conflit et son cortège d’exactions. Alain Ruscio dévoile les ressorts et les failles d’une stratégie de la direction du PCF consistant à privilégier l’action « de masse » (p. 434), une option provoquant la désapprobation d’une partie des militants communistes.

Débordée sur sa gauche par une multitude d’initiatives, la direction du PCF se retrouve également dépassée sur sa droite par la proposition d’autodétermination émise par de Gaulle en septembre 1959, une annonce initialement perçue comme une simple manœuvre dilatoire alors qu’elle marque un tournant dans la guerre. Au cours des deux dernières années du conflit, les communistes se mobilisent contre la répression gouvernementale brutale et contre les violences commises par les partisans de l’Algérie française, sans toutefois influer de façon tangible sur le processus de négociations conduisant aux accords d’Évian et à la fin de la guerre. De son côté, le PCA, cible d’une répression impitoyable, poursuit néanmoins la lutte jusqu’en 1962, le sort tragique d’Henri Alleg et de Maurice Audin illustrant, selon l’expression de Raphaëlle Branche, « le caractère systématique de la torture en Algérie » (p. 404).

En conclusion, Alain Ruscio compare le projet de convertir les militants communistes à l’anticolonialisme à une « greffe en état de perpétuel rejet » (p. 550). Il souligne également l’incapacité conceptuelle persistante de la direction du PCF à saisir le rôle prépondérant des mouvements de libération nationale dans le processus de décolonisation. Il insiste également sur l’existence de profondes divergences idéologiques entre communistes et nationalistes sur la question clé de l’indépendance. Il n’en souligne pas moins l’existence d’une véritable « résistance » communiste continue au colonialisme puis à la guerre d’Algérie, éclipsée par certaines actions passées à la postérité, comme celles des « porteurs de valise » ou des auteurs du Manifeste des 121.

En somme, grâce au croisement systématique de sources variées – laissant au passage encore un espace pour des recherches basées sur une exploitation approfondie d’archives locales, notamment dans certains bastions communistes – et en faisant le choix judicieux de ne pas se limiter aux strictes limites chronologiques de la guerre d’indépendance, cet ouvrage constitue indéniablement une des références d’une historiographie aspirant à renouveler l’étude des processus de colonisation et de décolonisation.

Fabien Bénézech


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.