Pierre Laborie, Penser l’événement. 1940-1945, textes édités par Jean-Marie Guillon et Cécile Vast.

Paris, Gallimard, « Folio », 2019, 536 p.

Pierre Laborie était un grand historien. Directeur d’études à l’EHESS, mais resté provincial, il n’a pas été reconnu autant qu’il le méritait : il a pourtant profondément renouvelé l’histoire de l’opinion et celle des années 1940-1945. Ses livres ont marqué, et restent incontournables1. Penser l’événement rassemble une petite vingtaine de ses articles, inédits ou difficiles d’accès, parus entre 1981 et 2016. Il privilégiait en effet « le format court de l’écriture de l’histoire », comme certains écrivains les nouvelles plutôt que les romans, notent Cécile Vast et Olivier Loubes dans leur présentation. C’est ce qui fait l’intérêt du livre, qui couvre l’essentiel de ses champs de recherche. Il s’y ajoute un texte autobiographique sur le choc fondateur qu’il éprouva à 8 ans, assistant au retour des corps de maquisards massacrés par les Allemands puis à leur enterrement par un curé patriote en 1944. Est-ce un hasard ? Le plus remarquable à mes yeux, le plus profond des articles ici heureusement réunis s’intitule : « Résistance, résistants et rapport à la mort » (p. 234-250). Je ne le résumerai pas : il faut le lire.

Le volume s’ouvre sur un texte très différent des autres : le programme de recherche que P. Laborie avait rédigé en 1998 pour sa candidature à l’EHESS. Il y proposait d’intituler sa direction d’études : « Construction de l’événement. Histoire sociale de la réception, XXe siècle ». C’était parfaitement définir son projet. L’événement, en effet, ne se réduit pas pour lui aux faits, qu’il convient d’abord évidemment de bien établir ; il est aussi ce qu’on dit de lui sur le moment et par la suite ; il est construit par le sens que les contemporains lui ont donné, sur le moment et par la suite.

Cette interrogation sur « ce qui arrive à ce qui est arrivé » parcourt en fait tous les chapitres de l’ouvrage, avec des analyses d’une rare finesse. Il montre par exemple comment la défaite de 1940 a été prise par Mounier et ses amis comme une rupture irréversible, « LE jugement de l’histoire » (p. 113), ce qui éclaire leur posture envers Vichy. Il cherche aussi à comprendre comment et pourquoi le souvenir de ce désastre cuisant s’est progressivement érodé. Plus loin, il explique l’impact considérable des déclarations publiques de Mgr de Salièges et de Mgr Théas, en août 1942, en les replaçant dans leur contexte. De même, il s’interroge sur la façon dont les gens, et d’abord les paysans, ont perçu les maquis, et comment cette « réception » a évolué, comment elle a réagi sur leurs pratiques et sur celles des maquisards.

Mais la question qui le taraude – le terme, pour une fois, ne me semble pas excessif – c’est ce qui est arrivé à la Résistance : comment la doxa fausse que propagent les manuels scolaires (p. 342 sq.) s’est-elle imposée ? La mémoire de la Résistance qui triomphe aujourd’hui est en effet celle d’un « mythe résistancialiste » : selon cette doxa, de Gaulle aurait persuadé les Français qu’ils avaient tous résisté, alors qu’en réalité, ils auraient été attentistes et veules, avec deux minorités collaborationniste et résistante posées – au nom de quoi ? – comme symétriques et de force égale. Comme le remarque Jean-Marie Guillon dans sa postface, Pierre Laborie a été profondément blessé par l’accueil réservé au Dictionnaire historique de la Résistance auquel il a contribué, avec d’autres spécialistes de la Résistance, par des textes majeurs2 : qu’on taxe de résistancialisme ces historiens confirmés pour se dispenser de discuter leur argumentation serrée, représentait une injustice criante, un déni d’histoire qu’il n’a pas supporté. C’est ce qui l’a poussé à écrire Le Chagrin et le venin.

Plusieurs des articles de ce livre reviennent sur la thèse du mythe résistancialiste pour la réfuter, preuves à l’appui. Le discours de De Gaulle à l’Hôtel de Ville, le 25 août 1944, ne peut être à lui seul « l’origine et le socle d’une mythologie qui allait structurer la mémoire nationale pendant trente ans » (p. 351). L’examen de l’ensemble de ses discours montre qu’au contraire, il a toujours présenté la Résistance comme le fait d’une élite et d’une élite très minoritaire. P. Laborie se livre plus largement à une histoire de la réception de la Résistance : à la Libération, elle portait une idée du futur, et la promesse d’un autre futur possible. Cet espoir a été déçu, mais l’adhésion à ce futur volé a été interprétée à partir des années 1970, comme une participation aux combats, ce qui était pour lui une contrevérité évidente, mais a transformé le futur espéré en un retour imposé vers les ombres du passé réel (p. 390). La communion entre les Français et la Résistance peut alors passer pour un honneur inventé.

P. Laborie relève les erreurs, les simplifications abusives, les affirmations catégoriques mais sans preuves sur lesquelles repose la doxa, mais comme toujours chez lui, il faut lire les notes. Il réfléchit aussi aux particularités de cette histoire des années noires à laquelle il a consacré sa vie de chercheur. J’en retiendrai deux : d’abord le rapport aux témoins, longtemps érigés en détenteurs de la vérité, au besoin contre les documents d’archive, mais dont il serait sommaire de n’attendre qu’une connaissance du climat, des ambiances. Un historien britannique vient de le démontrer en construisant à partir des témoignages une intéressante histoire de la Résistance3. Ensuite, les particularités de cet objet historique : un temps lourd de silences qu’il est nécessaire autant que périlleux de faire parler ; un temps où l’on ne sait jamais s’il faut faire confiance à ses interlocuteurs, où les pratiques sociales de dissimulation sont constantes. L’on peut parler d’ambivalence, d’adaptation contrainte, de stratégies de contournement, de conduites d’évitement, de penser-double. Un temps aussi où l’on vit et meurt avec ses contradictions, comme ce cheminot FTP, tué par le sabotage d’un transport de troupes allemandes qu’il avait demandé à conduire pour des raisons économiques (p. 72).

Au fond, ce que prouvent ces textes, c’est la nécessité d’une histoire culturelle de la Résistance. Je critique la marginalisation du politique et du social à laquelle elle conduit parfois. Mais P. Laborie, qui maîtrisait ces dimensions, démontre que faire l’économie du culturel est s’interdire de comprendre ce qui s’est passé de la débâcle à la Libération. On ne peut faire d’histoire si l’on congédie l’expérience des acteurs, la façon dont ils ont vécu les événements et dont ils se les sont représentés. Les faits, le pourquoi et le comment des faits comptent assurément, mais leur sens ‑ et même leur imaginaire ‑ comptent tout autant. C’est cela, « penser » l’événement.

Antoine Prost


  1. Résistants, Vichyssois et autres, Paris, Éditions du CNRS, 1980 ; L’Opinion française sous Vichy, Paris, Éditions du Seuil, 1990 et 2001 ; Les Français des années troubles, Paris, Desclée de Brouwer, 2001 ; Le Chagrin et le venin, Paris, Bayard, 2011 et Gallimard, 2014. []
  2. F. Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance,Paris, Robert Laffont, 2006. []
  3. R. Gildea, Comment sont-ils devenus résistants ? Une nouvelle histoire de la Résistance (1940-1945), Paris, Les Arènes, 2017. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.