Françoise F. Laot, Un film comme source pour l’histoire de la formation des adultes hommes… et femmes : « Retour à l’école ? » (Nancy, 1966).

Nancy, Presses universitaires de Nancy-Éditions universitaires de Lorraine, « Histoire des institutions scientifiques », 2014, 209 p. Postface d’Alain Bercovitz.

Couverture de l'ouvrage

Publication après publication, depuis sa thèse de 1998 consacrée au « complexe de Nancy » – structuré autour du Centre universitaire de coopération économique et sociale (Cuces) et de l’Institut national pour la formation des adultes (Infa) –, Françoise F. Laot, professeure de sociologie à l’Université de Reims, s’impose comme une historienne de référence en matière de formation des adultes. C’est plus précisément de la socio-histoire, telle que la conçoit Gérard Noiriel, qu’elle se revendique. Ce champ de recherche l’a conduite à développer deux axes complémentaires : la sociologie visuelle d’une part, le genre d’autre part. L’ouvrage ici présenté est à l’articulation de ces intérêts. Le point de départ est un film documentaire, Retour à l’école ?, réalisé en 1966 par le service de recherche de l’ORTF, en collaboration avec le Cuces, lieu central dans l’histoire de la formation permanente, alors dirigé par Bertrand Schwartz. Un film que Françoise F. Laot avait découvert pendant le temps de préparation de sa thèse au milieu des années 1990, et sur lequel elle a retravaillé de façon approfondie à partir de 2005.

27Il ut dire que ce film est riche : « un documentaire de témoignages (de salariés en cours de promotion sociale) », témoignant de la façon dont était conçue la formation des adultes dans les années 1960. Les femmes n’y avaient alors de place que comme épouses, appelées à soutenir leurs conjoints dans leur projet et leurs efforts.

La première partie, intitulée « archéologie d’un film documentaire », mérite d’autant plus ce titre que ce film semble « effacé des mémoires » (p. 36). Même le charismatique directeur du Cuces de l’époque, Bertrand Schwartz, interrogé par l’auteure, ne semble avoir pu la renseigner sur les conditions dans lesquelles la décision de le produire avait été prise. Et pourtant le film est bien centré sur les « auditeurs des cours du soir du Cuces » qui parlent de leur rapport à la formation, des espoirs qu’ils nourrissent, des difficultés qu’ils rencontrent. Si l’approche est « clairement psychosociologique » puisqu’« il s’agit de donner la parole ‘librement’, de faire s’exprimer les auditeurs, leurs épouses et les autres interlocuteurs, à partir de questions ouvertes, sans (trop) diriger les réponses » (p. 27), la discussion est cependant structurée. Trois thèmes émergent plus précisément : la spécificité des cours du soir (que les interviewés ne semblent pas vivre comme un « retour à l’école »), l’utilité de cette formation (entre « besoin de culture » et « recherche d’une récompense matérielle ») et enfin la « vie conjugale et familiale des auditeurs ».

Françoise F. Laot, dans son entreprise « archéologique », s’appuyant sur des archives écrites et orales (en particulier un entretien avec Alain Bercovitz, psycho-sociologue au Cuces, auteur du film et également, un demi-siècle plus tard, d’une belle postface à cet ouvrage), et déplorant le renoncement à l’idéal d’éducation permanente, au nom du « développement des compétences garantes de l’employabilité » (p. 194), revient très précisément sur la fabrique du film, et notamment sur les conditions de son montage. Dans la troisième partie, « Histoires d’un film », elle décrit les conditions de la collaboration entre le Cuces et le service de recherche de l’ORTF, alors dirigé par le compositeur et théoricien de la « musique concrète », Pierre Schaeffer. Elle fait aussi des hypothèses sur les raisons de l’oubli de ce film, de sa non-utilisation « une fois monté ». Si ces développements sont intéressants, venant compléter ceux de la première partie, on peut parfois avoir le sentiment d’une certaine redondance, comme d’ailleurs sur la question de la place des femmes. Cela traduit sans doute, même si cela n’est pas précisé, le fait que l’ouvrage est constitué par la réunion de différents articles ou communications produits au cours de cette recherche de longue haleine (près de cinq ans, rappelle-t-elle). Il reste que l’on aurait apprécié que l’ouvrage soit autrement structuré.

Au-delà de son contenu, le film est considéré ici comme un témoignage de ce qu’était la formation des adultes dans les années 1960, c’est-à-dire avant la grande loi de 1971, souvent (improprement) considérée comme marquant les débuts de la formation continue. Françoise F. Laot revient sur cette période, confrontant les impressions qui ressortent du film et les dimensions plus objectives de l’éducation des adultes. On parle de « promotion sociale », expression dont le sens est extrêmement large en réalité, puisqu’elle renvoie à tous les moyens offerts aux adultes (« de plus de 18 ans », précise-t-on, quand la majorité légale est alors fixée à 21 ans) « de s’enrichir et de se cultiver », selon les termes de René Cercelet, chargé alors de l’inspection des cours de promotion sociale au ministère de l’Éducation nationale (p. 49). L’ambition de la promotion sociale est à la fois, déjà, de « fournir à l’économie la main-d’œuvre qui lui fait défaut » et de « favoriser l’égalité des chances » (p. 49). Et le film Retour à l’école donne des cours du soir cette représentation très positive. Il reste que le nombre d’adultes accueillis dans ces cours de promotion sociale reste très faible. Des travaux ultérieurs, réalisés d’ailleurs dans le cadre du Cuces-Infa, comme ceux de Philippe Fritsch et de Christian de Montlibert (cités p. 50), ont montré l’inégal accès à ces enseignements.

Au-delà des inégalités d’accès en fonction de l’origine sociale, qui témoignent de ce que la formation continue, dès l’origine, loin de compenser les inégalités de formation initiale, participe aussi à la reproduction sociale, ce sont également les inégalités de genre qui sont marquées. Dans les années 1960, cette dimension-là ne semble pas perçue. Le film s’intéresse exclusivement à des hommes qui suivent des cours du soir, puisque les femmes sont censées ne pas se former. Les femmes sont pourtant bien présentes dans le film : 40 % de la durée du film est ainsi consacré à l’entourage familial des adultes en formation, notamment à travers des scènes tournées au domicile des auditeurs des cours du Cuces. Elles sont là en tant qu’épouses et mères, appelées à assister leurs maris et pouvant, dès lors, être un « frein, aiguillon ou miroir » dans leur projet de formation (p. 150). Françoise F. Laot revient sur ces moments de dialogue au sein des couples, autour de la formation des maris, à travers trois figures d’épouse. On y voit des rapports différents à la formation qui traduisent aussi des arrangements de couple. Il est remarquable, sous ce rapport, « qu’une question n’est jamais posée : seriez-vous, vous, ‘épouses’, prêtes à rejoindre les cours du soir. Le thème n’est pas abordé non plus par les interviewés quels qu’ils soient » (p. 167). Même dans ce lieu d’innovation en matière de formation qu’est le Cuces en 1966, l’accès des femmes à la formation n’est pas envisagé et lorsqu’il le sera, après 1968, ce sera encore sur un mode secondaire, afin de « provoquer un effet d’entraînement sur le public masculin » (extrait d’un compte rendu d’une réunion d’un comité de la formation professionnelle, cité par l’auteure, p. 105).

Retour à l’école, s’il est réalisé en 1966, à un moment charnière dans l’évolution de l’activité des femmes et de leur scolarisation, témoigne encore du régime ancien, celui de l’ « âge d’or de la famille et de la femme au foyer » (Battagliola, citée par l’auteure p. 63). Françoise F. Laot montre, à partir de l’exploitation des « archives des instances de la politique de promotion sociale sous l’angle du genre » (p. 67) que les femmes ont été, dans un premier temps – celui dans lequel s’inscrit le film –, les grandes oubliées de cette politique publique. Elle note une seule exception, la prise en compte de cette question par le comité « Grégoire », du nom de ce conseiller d’État, mari de Ménie Grégoire, laquelle cependant « n’a pas encore commencé son émission sur RTL » même si elle a déjà publié de « nombreux articles sur les femmes » (p. 68). Il faudra attendre novembre 1968 et un pré-rapport intitulé « La formation professionnelle féminine », produit de deux années de réflexion au sein du Comité d’étude et de liaison des problèmes du travail féminin (l’auteure s’appuie ici sur le travail d’Anne Revillard), pour que soit affirmé solennellement que « la formation professionnelle doit être identique pour tous et accessible à tous, sans distinction de sexe ».

Frédéric NEYRAT



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2015, 1 décembre). Françoise F. Laot, Un film comme source pour l’histoire de la formation des adultes hommes… et femmes : « Retour à l’école ? » (Nancy, 1966). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r027

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search