Florent Le Bot, Virginie Albe, Gérard Bodé, Guy Brucy et Élisabeth Chatel (dir.), L’ENS Cachan. Le siècle d’une grande école pour les sciences, les techniques, la société.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Collection Carnot », 2013, 424 p. Préface de Pierre-Paul Zalio. Postface de Jean-Yves Mérindol.

Couverture de l'ouvrage

Les grandes écoles profitent généralement de leurs jubilés pour mettre en avant leur histoire. Le centenaire de l’ENS (École normale supérieure) Cachan (1912-2012) n’a pas manqué à cette tradition, étant l’occasion d’un important colloque pluridisciplinaire organisé du 24 au 26 octobre 2012, dont est tiré le présent ouvrage. Celui-ci permet de se pencher sur le rôle de l’école qui, malgré le développement de l’histoire de l’enseignement technique depuis une trentaine d’années, restait l’une des grandes oubliées de cette littérature. Fondée à Paris en 1912 sans véritable site, l’École normale de l’enseignement technique (ENET) devient école supérieure en 1932. Elle s’installe en 1956 sur le site de Cachan avant de perdre en 1985 sa référence à l’enseignement technique.

La première partie, intitulée « Cadres et dynamiques », s’intéresse à l’ancrage institutionnel de l’école et à ses fonctions. La contribution de Jean-Michel Chapoulie situe l’histoire de l’ENS dans les discontinuités de l’enseignement technique, des premières impulsions de l’État sous le Second Empire à sa réinvention en enseignement technique supérieur à partir des années 1960, fortement lié à la recherche scientifique par la formation des chercheurs et enseignants d’universités. Gérard Bodé s’intéresse à la formation des professeurs de l’enseignement technique. Son récit remonte, là encore, au XIXe siècle, en rappelant l’expérience des sections normales (1891-1912). Son analyse porte ensuite sur la situation découlant de la massification de l’enseignement professionnel à partir de 1944, et sur la place prise par les écoles normales nationales d’apprentissage dans la transmission de l’humanisme technique initialement promue par l’école. Florent Le Bot insiste sur l’organisation de l’école, de l’instabilité structurelle à la recherche d’une légitimité institutionnelle, et finalement d’une identité propre. Souvent menacée, l’ENS Cachan renforce sa position par la recherche, qui motive aujourd’hui son transfert sur le plateau de Saclay à l’horizon 2018. À travers l’expérience du Centre national de l’enseignement technique, Guy Brucy met l’accent sur la tentative de faire de Cachan le lieu de référence de l’enseignement technique. La mise en cohérence des structures consacrées à l’enseignement technique échoue ici devant l’évolution institutionnelle de l’école. L’approche de Valérie Da Costa sur le processus de décision administrative est différente, et porte sur l’implantation d’œuvres artistiques sur le site de Cachan, pensé comme porte-drapeau des humanités techniques. Enfin, Jacques Lévy, mobilisant son parcours d’ancien élève, s’interroge sur le « dialogue » entre les mondes de la technique et les sciences sociales. Les carcans disciplinaires lui apparaissent une limite tant dans la transmission des savoirs que dans les activités de recherche.

La deuxième partie, baptisée « Contenus, formation et trajectoires », concerne les formations dispensées à l’école et leur organisation. Virginie Fonteneau étudie l’enseignement de la chimie. Indissociable de ses applications industrielles, la chimie apparaît comme une ressource à disposition des mondes de la production. Joël Lebeaume nous invite à reconsidérer les représentations habituelles de l’enseignement ménager. Il présente l’essor de cette filière à partir de 1945 et son évolution, entre perfectionnement scientifique des arts ménagers et évolution de la place des femmes dans la société. Les contributions suivantes s’interrogent sur le devenir de deux sections à l’épreuve de la remise en ordre des diplômes de professorat de l’enseignement technique d’une part, de l’intégration toujours plus grande de ces enseignements dans la sphère de l’enseignement supérieur d’autre part. Marie-Noëlle Jacquelin et Béatrice Touchelay étudient l’enseignement de la comptabilité, dont les finalités se limitent en grande partie au professorat puis à la recherche universitaire. L’ENS Cachan a ainsi servi de matrice à la construction pédagogique de la discipline et, au-delà, des sciences de gestion. La contribution d’Élisabeth Chatel est également symptomatique de la recomposition des savoirs disciplinaires. La transformation entre 1948 et 1974 des formations commerciales en formations économiques n’a pas permis de maintenir ces enseignements dans le giron de l’enseignement technique. L’étude de Fabienne Pavis sur l’évolution professionnelle des anciens élèves des sections économiques de l’école entre 1975 et 1995 illustre également leur recrutement massif dans l’enseignement secondaire et supérieur. La contribution suivante, signée par Virginie Albe, Laurent Champaney, François Costa et Michaël Huchette, se fonde sur la collecte de témoignages des enseignants de l’école pour interroger la construction et le devenir des sciences de l’ingénieur au sein de l’ENS. Fortement liées à la production industrielle, celles-ci apparaissent plus comme l’objet d’une formation à la recherche que d’une formation à l’enseignement. La quête d’un équilibre entre modélisation et expérimentation motive ainsi la refonte de l’organisation pédagogique, en promouvant la pluridisciplinarité des savoirs et des échanges entre ingénieurs. Christian Grataloup reprend aussi cette idée de communication entre savoirs en revenant sur l’épisode de la revue EspaceTemps, créée à Cachan en 1975-1976. Il montre le positionnement périphérique de l’école et de ses membres au sein du système scolaire français, et la tentative de profiter de cette marginalité institutionnelle pour « bousculer » la pratique scientifique de la géographie.

La dernière partie est nommée « Réseaux et influences ». Elle tente de replacer l’école au sein du système scolaire et universitaire français, puis au sein de la société française, en explicitant les rapports de force et les intérêts dont elle est l’objet. Acteurs clés des mondes de la production, les patrons sont abordés par Stéphane Lembré. L’exemple de la section du Nord de la France de l’Association française pour le développement de l’enseignement technique (AFDET) est particulièrement éclairant sur le peu de cas fait par l’organisation, créée en 1902, de la formation stricto sensu des professeurs. Malgré son ampleur et son dynamisme, le débat sur la « crise de l’apprentissage » n’a été ainsi d’aucun secours pour la création de l’ENET. Martine Paindorge questionne le rôle des enseignants issus de l’ENSET dans l’Association des professeurs de technologie de l’enseignement public. Les activités de ce groupe d’intérêt tendent à ramener exclusivement dans le champ de l’enseignement technologique la discipline qu’est la technologie, alors que celle-ci est également pratiquée dans les collèges et au sein de l’enseignement professionnel. Après une courte présentation de l’une de ses principales réalisations, le projet ARThèque, l’activité du laboratoire STEF est présentée par Jean-Louis Martinand. Spécialisé dans la didactique des sciences et techniques, il illustre l’évolution depuis une trentaine d’années du rapport de l’école à la recherche scientifique. Cette mutation du positionnement de l’ENS Cachan est étudiée d’une autre manière par Hervé Joly. Malgré son inscription toujours plus importante au sein de l’enseignement supérieur, la perte du statut « enseignement technique » ou encore l’évolution des modes de sélection à l’entrée – étudiée pour la session 2010 dans l’article coécrit par Alexia Auzière, Milan Bouchet-Valat, Martin Chevalier, Laura De Lisi et Tristan Poullaouec – l’école ne parvient pas à acquérir une position plus favorable par rapport aux autres grandes écoles scientifiques. L’adhésion au modèle universitaire dominant n’a pas eu les résultats escomptés. Enfin, les circulations du modèle Cachan ne sont pas oubliées. Ourania Kalouri et Ioannis Tsakirakis montrent l’influence de l’ENSET – et la concurrence majeure des formations états-uniennes – dans la mise en place de la SELETE grecque. Les écoles d’Oran et de Douala, étudiées respectivement par Yamina Bettahar et Jacques-Philippe Tsala Tsala, illustrent les réalités de l’exportation du modèle ENSET à l’étranger. Ces trois expériences rappellent également l’internationalisation des normes et des pratiques de formation.

Par ses « discontinuités » liées à l’histoire de l’enseignement technique, que Guy Brucy rappelle en conclusion, par sa volonté d’adaptation aux besoins en formation de l’économie nationale, par sa recherche d’un statut de « grande école », l’ENS Cachan apparaît à travers cet ouvrage dans sa centralité périphérique. Centralité, parce que la formation des enseignants et des chercheurs est primordiale dans l’organisation d’un système scolaire. Périphérique, car l’institution est en permanence en quête d’une légitimité, d’un domaine réservé dans lequel elle pourrait éprouver sa quête d’excellence – des humanités techniques à la recherche scientifique. Péril de ce genre d’entreprise, l’écueil hagiographique est globalement évité, même si une véritable mise en perspective avec les institutions concurrentes, des écoles d’arts et métiers aux grandes écoles, aurait pu être instructive sur les stratégies mises en œuvre. On pourra parfois reprocher l’absence de fil conducteur entre les contributions. L’ampleur des domaines couverts par l’école minore néanmoins cette dernière critique, tant le chantier entamé pour l’occasion se révèle encore vaste.

Antoine Vernet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search