Michele Toss, Il popolo re. La canzone sociale a Parigi (1830-1848)

Bologne, CLUEB, 2013, 224 pages

Couvverture de l'ouvrage

Cette belle étude est issue d’une thèse intitulée « La canzone sociale in Italia e in Francia tra protesta, nazione e rivoluzione (1830-1870) », préparée en cotutelle entre l’École pratique des hautes études (Paris) et l’Université de Bologne. L’auteur propose une analyse de la politisation de la « chanson sociale » aspirant à dépasser la seule analyse de contenu du corpus de chansons pour en restituer la profondeur historique, les conditions de production et de diffusion et les formes de sociabilité qui lui sont liées. S’inscrivant dans la filiation historiographique d’E. P. Thompson, Maurice Agulhon, Jacques Rancière ou Rémi Gossez, l’auteur a resserré sa focale d’analyse sur le cas de Paris afin de saisir au plus près les systèmes de relations interpersonnelles dans la diffusion de la chanson. La référence à l’histoire culturelle lui permet également de mettre en lumière les principales images, et les symboles et représentations véhiculés par les chansons elles-mêmes.

L’analyse se fonde sur un matériau de première main conséquent, que l’auteur a su relire avec bonheur à la lumière de l’histoire culturelle et politique, mais aussi de l’anthropologie musicale et de la sociologie. Plusieurs sources sont mobilisées : recueils de chansons déposées à la Bibliothèque nationale, émanant essentiellement des chansonniers démocrates et républicains parisiens, archives de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam. Mémoires et biographies permettent à l’auteur de reconstituer les conditions d’émergence du chant dans la quotidienneté parisienne. Enfin, le traitement des archives judiciaires et policières donne à voir les efforts de la puissance publique pour encadrer et tenter de réguler ce qui, sous la monarchie de Juillet, est un véritable vecteur de protestation politique.

Deux parties composent l’ouvrage. La première revient sur les principales caractéristiques de la sociabilité musicale parisienne. Y sont successivement passées en revue la sociographie des chansonniers des rues et des colporteurs, les conditions de diffusion et de répression de la chanson sociale, l’importance de l’atelier et du café. Les goguettes, en particulier, à la suite des travaux de François Gasnault, sont analysées comme des espaces d’une sociabilité à la fois musicale et politique. Par l’analyse de ces différents vecteurs, l’auteur met en exergue la plasticité et la capacité d’adaptation de la chanson, en tant que « forme d’écriture non statique mais ouverte et en mouvement continu » (p. 11) à ses multiples conditions d’utilisation. Dans la deuxième partie, consacrée à la chanson sociale en 1848, la chanson est analysée depuis son contenu. L’analyse s’y recentre sur le discours et le langage utilisé par les artisans et ouvriers parisiens. La mise à jour des figures rhétoriques et des grandes thématiques de la chanson politique met en évidence le processus d’émancipation populaire associé à la montée de l’idée de nation et de républicanisme propre aux travailleurs parisiens. Les chapitres qui composent ce volet traitent respectivement de la conquête de la parole publique par le chant, du réalisme dans la restitution chantée de la condition ouvrière et de la république démocrate et sociale, de l’héritage de la Révolution française (et de la figure repoussoir de la Terreur), et du caractère universel de la République. Le dernier chapitre revient sur la question de l’internationalisme à la lumière des réactions face à l’expédition française de 1849 en Italie. La répression de l’éphémère république romaine est fortement décriée par les chansonniers, qui y voient une agression majeure contre l’internationalisation des mouvements d’émancipation.

L’ouvrage présente quatre intérêts majeurs. Le premier réside dans l’étude approfondie de la sociabilité parisienne populaire, y compris dans ses dimensions organisationnelles. Cette perspective permet de souligner l’importance de la dimension associative dans la structuration de véritables corps intermédiaires entre l’individu et l’État. Entre 1830 et 1848, les parcours de politisation et d’émancipation des catégories sociales populaires s’effectuent en grande partie dans des cadres pré-associatifs, qui deviennent espaces d’apprentissage politique. Outre leurs dimensions récréative et politique, les goguettes, en particulier, remplissent des fonctions de solidarité sociale, y compris dans une logique proche de celles des sociétés de secours mutuel.

Cette dimension de sociabilité est d’autant plus importante qu’elle concerne ici les catégories sociales subalternes, pour qui la chanson est un vecteur d’expression efficient. Arrêté en 1847, Charles Gille, fondateur de la goguette Les Animaux, souligne cette fonction compensatrice du chant pour des ouvriers n’ayant pas accès aux journaux : « Le travailleur ne peut s’instruire/À leurs quotidiennes leçons/Mais il chante sans savoir lire/Monseigneur, prends garde aux chansons » (p. 111). La chanson permet ainsi d’avoir un accès privilégié à une parole politique peu légitime. L’acception large du terme « social » que propose l’auteur lui permet d’avoir une vision panoramique des revendications portées par la chanson. Loin de se limiter aux questions liées à la paupérisation, à la répartition du travail et du capital, le social s’étend ici au politique et aux visions du monde portées par l’ouvrier ou l’artisan. Dans l’atmosphère de la république démocratique et sociale de 1848, aspects sociaux et politiques ne font qu’un.

Le troisième intérêt de cet ouvrage provient de son acception ouverte de la politisation. L’étude de « l’apprentissage politique » ne se réduit pas à celle du comportement électoral, elle s’étend à ce que d’aucuns ont qualifié de politique informelle. Bien sûr, et cela été souligné ailleurs1, le risque d’une telle approche est d’introduire implicitement un effet de coupure entre peuple et élites, et de réduire la politique informelle à n’être qu’une politique du peuple. L’objection ne tient pas vraiment ici. La sociographie fine des rôles met en évidence les interactions constantes entre figures populaires, élites et médiateurs culturels. Par ailleurs, on objectera que, dans ce contexte historique et social, on peut, sans forcer le trait, accepter l’idée d’une coupure substantielle entre catégories sociales voire entre univers sociaux. Une deuxième critique, tout aussi attendue, pourrait concerner l’extension indéfinie de la notion de politisation. Or, et ce livre en fournit l’illustration, refuser de limiter la politisation aux registres formels de la compétition politique n’induit pas une extension à l’infini de la notion. C’est bien du cœur du politique dont il s’agit, dans des chansons interrogeant frontalement ni plus ni moins que la nature même des régimes en place.

Enfin, Il popolo re ouvre des pistes intéressantes quant à l’articulation entre répertoire protestataire et culture populaire. L’analyse, à la lecture de l’approche classique des carnavals de Mikhail Bakhtine, de l’organisation des goguettes sous forme de « magistratures », véritables parodies d’une Assemblée législative aux fortes carences démocratiques (p. 121-122), est riche en enseignements. Cette démarche rappelle la thèse d’Amy Wiese Forbes2 sur la satire politique sous la monarchie de Juillet, qui montre comment des journaux bourgeois comme Le Charivari et La Caricature ont détourné le langage du charivari traditionnel pour exprimer une opposition politique. Le langage charivarique permet alors à la satire de dépasser les seuls cercles bourgeois parisiens et d’inclure la classe laborieuse et les provinciaux dans la symbolique protestataire. La politisation du charivari conduit à l’engagement politique, redéfinit la relation entre politique populaire et politique élitaire, et nationalise les enjeux locaux. Au fond, Forbes et Toss se rejoignent en montrant que c’est précisément la nature non stabilisée d’un régime ne parvenant pas à construire un compromis durable entre absolutistes, libéraux et républicains, qui ouvre un espace protestataire, que celui-ci s’exprime par la satire politique ou par la chanson sociale.

On s’autorisera trois suggestions pour terminer. D’abord, une conclusion générale manque à l’appel, ce qui laisse le lecteur sur sa faim quant aux grands enseignements d’une étude de cas aussi passionnante que minutieuse. La politisation de la chanson dans le Paris de la monarchie de Juillet pourrait être relue à la lumière des travaux sur les usages sociopolitiques des musiques populaires. On pense, entre autres, à Denis Constant Martin ou à Denis Laborde, ou à l’anthropologie des registres culturels de la résistance chez James C. Scott. Ensuite, le lecteur – ou la lectrice – souhaiterait en savoir davantage sur les résultats de la thèse concernant la comparaison avec la chanson sociale italienne. Enfin, la réflexion sur les liens entre culture populaire et répertoire protestataire, étudiés ici en milieu urbain, gagnerait à être étendue aux milieux ruraux qui sont ceux où les fonctions sociales du chant, dans l’accompagnement des « dissidences », au sens de Jean-François Soulet, se sont maintenues par endroit jusqu’à nos jours, et ce en France comme en Italie.

Xabier Içaina


  1. M. Offerlé et L. Le Gall, « La politique informelle. Entre incertitude et inconstance », in L. Le Gall, M. Offerlé et F. Ploux (dir.), La politique sans en avoir l’air. Aspects de la politique informelle, XIXe-XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 15. []
  2. A. W. Forbes, The satiric decade. Satire and the rise of republicanism in France, 1830-1840, Lanham, Lexington Books, 2010. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.