Frédéric Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935)

Paris, CNRS Éditions, 2010 (1re édition 1998). 559 pages

Issu d’une thèse d’histoire réalisée sous la direction d’Étienne Fouilloux, ce livre de Frédéric Gugelot a été, en 1998, la première véritable recherche sur les vagues successives de convertis qui, des années 1880 aux années 1925-1935, marquent l’actualité littéraire et intellectuelle du catholicisme français. Les premiers moments de cette mobilisation correspondent à l’affrontement des « deux France », dont la Séparation des Églises et de l’État est un jalon saillant. Cet affrontement connaît un régime religieux qui se développe durant tout le XIXe siècle pour aboutir à la « crise moderniste » de la première décennie du XXe siècle. Ce double contexte, dont les motifs sont multiformes, est l’arrière-plan idéologique de ces vagues de conversions.

Les individus y trouvent de possibles rationalisations de leurs propres interrogations, existentielles, sociales, esthétiques, politiques… L’examen des trajectoires des convertis permet d’en dégager des constantes et des continuités fédératrices, qui cimentent des solidarités entre ces néo-croyants confrontés, à différentes échelles, à des formes d’anomie. L’organisation ecclésiale possède un outillage rhétorique et un savoir-faire, notamment activés par des prêtres « convertisseurs », des structures pour recueillir ces interrogations et les traduire positivement, en un discours de reconquête religieuse de la France. La radicalisation de ces nouveaux croyants n’est donc pas réductible à une « pulsion » intérieure, mais relève bien de logiques sociales, certes complexes, mais objectivables. À la condition de systématiser les questionnements sur des groupes larges (avant de revenir ensuite à la dimension biographique), de spécifier les modalités de retour à la foi et d’en interroger les conséquences à partir de sources diverses, dont des archives privées qui révèlent des nécessités intimes. Pour l’institution ecclésiale, à différents échelons, ces retours à la foi de littérateurs – à un moment où la figure de l’intellectuel s’impose –, est un moyen, parmi d’autres, d’exister dans les mondes de la pensée.

Avec rigueur, minutie et clarté, et avec un véritable sens des sources, Frédéric Gugelot dresse un tableau systématique et vivant des différentes facettes de ce phénomène collectif de conversion. Son approche, que l’on pourrait dire morphologique, délimite les différents modes d’accès à la conversion et l’ampleur de ce phénomène, qui est significative parce que collective, même si elle demeure limitée en volume. Il repère d’abord trois vagues de convertis. Une première, du milieu des années 1880 au milieu des années 1890 dont les représentants, qui pourront être des références pour les mobilisations suivantes, sont Claudel ou Huysmans. La deuxième, de 1905 à 1915, est la plus spectaculaire, car elle compte le plus de néo-croyants. Une dernière cohorte est repérable dans les années 1925-1935, à un moment particulier qui correspond à une levée de l’hégémonie de la pensée maurrassienne dans les milieux catholiques. Au total, Gugelot dénombre 150 individus concernés, pour l’essentiel des « retours » à la foi familiale et de l’enfance, un temps délaissée puis retrouvée. Les lieux, les maîtres, les références précèdent l’étude des « cheminements » qui conduisent d’anciens catholiques à revenir à l’Église, mais concernent aussi quelques athées, protestants, juifs et musulmans. La troisième partie du livre analyse la confrontation de ces adhésions à la foi aux pratiques esthétiques : le principe de l’autonomie de l’art vs celui d’un « art catholique » suscite des débats internes au monde catholique, dont les dimensions théologiques ne sont pas absentes, mais relève aussi du champ littéraire. Le récit de conversion, élément clé du passage à un autre état, de l’apologétique de la conversion et de sa publicisation, est un genre à part entière qui permet de « témoigner pour Dieu », auprès d’un large public catholique. La dernière partie parvient à mettre en scène les différents motifs qui alimentent les justifications individuelles et les revendications (par le biais de romans, de revues, de manifestes) de ces réseaux de convertis. Des motifs de nature différente s’articulent ici dans des ordres divers : souffrances existentielles, sentiments de décadence, revendication d’une certaine France (nationaliste, monarchiste, catholique). Gugelot a su ne pas se laisser enfermer dans les discours de reconstruction a posteriori pour exposer les agencements de ces motifs. De même il parvient à évaluer les positions structurantes des grandes figures – celles qui nous sont parvenues via le panthéon littéraire – de ces différentes vagues (Léon Bloy, Paul Claudel ou le philosophe, quasi-prêtre, Jacques Maritain) mais aussi d’une foule d’acteurs, importants alors, mais aujourd’hui oubliés. Nul doute que ce livre, dans le domaine de l’histoire intellectuelle, est d’actualité pour appréhender les phénomènes d’adhésion croyante et militante sur lesquelles d’autres disciplines, à l’instar de la sociologie et de la science politique, parfois sur des terrains qui ne concernent par la religion (tels les partis politiques), apportent des analyses à utiliser.

Hervé SERRY


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search