Marco Saraceno, Pourquoi les hommes se fatiguent-ils ? Une histoire des sciences du travail (1890-1920)

Toulouse, Octares Éditions, « Travail & Activité humaine », 2018, 170 p. Préface de François Vatin.

Dans cet ouvrage, Marco Saraceno revient sur l’histoire, plusieurs fois étudiée, des sciences du travail au tournant des XIXe et XXe siècles ; plus précisément sur la tentative (finalement avortée) de fonder une théorie homogène de la fatigue inspirée de la thermodynamique et rapprochant les dépenses d’énergie faites par une machine (à vapeur, essence ou électrique) de celles liées au travail physique et intellectuel. En calculant le ratio optimal entre la dépense d’énergie et la force produite, ces scientifiques espéraient résoudre les conflits entre travailleurs et employeurs et améliorer le sort de l’humanité de façon plus rationnelle à leurs yeux que les réformes socialistes.

Très vite, pourtant, ces savants vont se heurter à de nombreux démentis empiriques et à des résultats incompréhensibles. Dans un premier temps, la réaction est de trouver des explications ad hoc afin de sauver le modèle général. Ainsi Auguste Chauveau, en 1887, estime-t-il que si le rendement du moteur humain ne suit pas celui de la machine à vapeur, cela serait dû à une perte d’élasticité des fibres musculaires au fur et à mesure que l’effort se prolonge. Pour Étienne-Jules Marey, l’étude des gestes par la chronophotographie permettrait de déterminer la gestuelle idéale approchant les courbes de rendements des machines. Étienne Solvay, chimiste et chef d’entreprise belge, compare en 1894, l’organisme vivant à une pile voltaïque. Une alimentation adaptée, des rythmes de travail scientifiquement déterminés et une bonne éducation et sélection professionnelle devant garantir un rendement optimal.

La tentative de sauvetage la plus connue est sans doute celle du physiologiste italien Angelo Mosso en 1891. Afin d’appuyer son argumentation sur un ensemble de mesures rigoureuses, il invente un nouvel appareil : l’ergographe. Le sujet doit, en abaissant son index, actionner une poulie qui soulève un poids à un rythme reporté automatiquement sur un graphique. En répétant ce geste de nombreuses fois et en faisant varier le poids, il est possible de tracer des courbes d’effort qui montrent un rendement décroissant lié à la fatigue. Une fois le muscle épuisé, la volonté, ou force nerveuse, doit, selon Mosso (s’appuyant sur les idées du philosophe Théodule Ribot), prendre le relais pour poursuivre le travail, malgré les signaux d’alerte envoyés par le corps. Il n’y aurait donc bien qu’une seule sorte de fatigue, caractérisée par une dépense de force, qu’elle soit physique ou nerveuse. Cette dernière est alors perçue comme conduisant véritablement à l’épuisement. Cela serait finalement la preuve que le travail intellectuel est plus fatigant que le travail physique. Un professeur d’université après un cours aurait ainsi un rendement décroissant plus marqué à l’ergographe qu’une personne ayant réalisé une tâche manuelle. Nombre d’auteurs vont ensuite étudier la sélection professionnelle comme moyen de permettre à tous de trouver un emploi compatible avec les courbes de fatigue propres à chaque individu.

Ces explications vont être remises en cause par des travaux ultérieurs mobilisant également l’ergographe. Ainsi, Zaccaria Treves (1905) montre que l’effet de la volonté ne peut être assimilé uniquement à une dépense d’énergie nerveuse, mais que des changements dans l’environnement de travail permettant de stimuler le sujet ou de relancer sa concentration peuvent conduire à raviver son effort. Ce dernier est ainsi modulé en fonction de son utilité perçue. Armand Imbert ajoute que les travailleurs expérimentés apprennent à adapter leurs gestes et leurs efforts à la fatigue, s’ils en ont l’occasion. De plus, un sentiment d’injustice dans les relations avec l’employeur peut aussi conduire à limiter les efforts pour différentes raisons (protestation, contrôle de la rémunération au rendement). Même Mosso, dans des travaux ultérieurs sur l’éducation physique par le jeu, explique que l’effort en équipe, la collaboration ludique favorisent une utilisation optimale de l’énergie nerveuse. Les psychologues de leur côté estiment que la notion de fatigue amalgame des phénomènes différents comme l’épuisement, l’ennui ou le relâchement. Le sociologue belge Émile Waxweiler, embauché par Solvay, démontre quant à lui dès 1906 que la physiologie ne saurait expliquer seule la fatigue et qu’il faut aussi prendre en compte l’organisation du travail, les facteurs sociohistoriques et la vie sociale.

Marco Saraceno prolonge cette histoire des sciences de la fatigue par l’étude des travaux hétérogènes que le sociologue Max Weber a consacrés au travail, à la fois en continuité et dans la rupture avec la tradition de science du travail et de la fatigue. Pour le sociologue, les valeurs morales, les normes sociales, les mentalités, la vie communautaire, déterminent tout autant que l’exigence d’efficacité et la physiologie humaine les efforts et la volonté engagés dans le travail. Le contexte socioculturel ne peut donc être ignoré et détermine le sens que les ouvriers donnent à leur engagement corporel (ou leur freinage). Par exemple, les femmes piétistes et les hommes syndicalistes sont, parmi les travailleurs observés par Weber, ceux qui ont la plus forte productivité, mais pour des raisons différentes : les premières du fait de l’éthique du travail qu’elles ont intériorisé, les seconds parce qu’ils sont les travailleurs « les plus éveillés et conscients de leurs capacités » (p. 137). Dans ces analyses, le sens de la question « pourquoi les hommes se fatiguent-ils ? » se transforme. Il ne s’agit plus de déterminer les causes psychophysiologiques de la fatigue, mais de comprendre les raisons de l’engagement dans l’effort. Le contexte objectif n’explique pas directement la fatigue, mais il le fait par le biais de l’interprétation subjective qui en est donnée, la façon dont ce contexte est pensé, les états d’esprit qu’il forge.

Les écrits de Weber montrent, selon Marco Saraceno, que l’apport épistémologique des sciences du travail et de la fatigue résulte non pas de leur succès, mais au contraire de leur échec (et des réflexions et innovations que cet échec a suscitées). Néanmoins, cette conclusion est peut-être un peu trop vite généralisée par l’auteur qui déplore que les sciences sociales contemporaines n’aient pas assez tiré les leçons de l’impossibilité d’une mesure objective de la fatigue par la dépense d’énergie. Il ne cite, pour illustrer cette thèse, que les travaux d’Hannah Arendt et les premiers textes de Dominique Méda (dont les écrits ultérieurs ont pourtant été considérablement enrichis et nuancés par des apports empiriques). Or des fractions importantes de l’ergonomie de langue française, de la sociologie du travail et de la santé ou de la clinique de l’activité, ont largement creusé cette veine de la construction sociale du sens de l’effort et de l’engagement. Ignorer ces travaux est une façon artificielle de mettre en valeur l’originalité des idées présentées dans le livre.

De même, si l’histoire des idées que présente Marco Saraceno est érudite et clairement formulée, elle a déjà été largement exposée dans d’autres publications. Les apports nouveaux portent essentiellement sur les activités et écrits d’Angelo Mosso après la publication de son livre majeur sur la fatigue et sur certaines réflexions de Max Weber sur le travail et la façon d’aborder la question de la productivité. En outre, cette histoire des idées ne met pas assez en avant, contrairement à ce qu’avait fait Guillaume Lecœur dans sa thèse1, l’importance des échanges intellectuels entre les acteurs et les institutions étudiées, les réseaux scientifiques, politiques, économiques ou sociaux par lesquels se diffusent et parfois se transforment les idées. Cette prise en compte aurait pourtant permis de relativiser la portée des leçons de l’échec des sciences du travail. Non seulement ces travaux (et notamment les plus critiques) sont surtout connus des spécialistes et n’ont pas empêché le développement ultérieur de « l’organisation scientifique du travail », mais surtout, le réductionnisme physiologique et biologique n’a pas disparu. Il est notamment réapparu dans les recherches sur le stress (la cybernétique prenant alors la place de la thermodynamique). Ces recherches ne peuvent d’ailleurs être dissociées des premiers travaux sur la fatigue. Là encore, une critique de ce réductionnisme par la prise en compte de la vie sociale a dû être réinventée. Au-delà du seul cas de la tentative d’objectivation de la fatigue au tournant des XIXe et XXe siècles, les travaux de physiologie d’hier, comme les recherches actuelles en neurobiologie, peuvent tout à la fois nourrir un réductionnisme discutable et apporter des résultats originaux et passionnants permettant de mieux comprendre les processus sociaux et cognitifs. Mais les travaux véritablement interdisciplinaires restent rares.

Marc Loriol


  1. Guillaume Lecœur, «De la gestion des maux au “travail des mots” : contribution à une sociologie historique d’un répertoire sémantique des maux du travail (XVIIe siècle à nos jours) », CNAM, Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique, sous la direction de Michel Lallement, 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.