Donald Reid, Opening the Gates. The LIP Affaire, 1968-1981,

Londres-New York, Verso, 2018, 492 p.

Écrire l’histoire du conflit Lip signifie se plonger dans la mythologie du mouvement ouvrier français dans la période de l’après-Mai 68 : la lutte des travailleurs et travailleuses de l’usine d’horlogerie de Besançon constitue un vrai topos dans le panorama de l’histoire du travail en France. Donald Reid, professeur d’histoire contemporaine française à l’Université de Caroline du Nord, s’engage dans cette entreprise en démontrant toute sa compétence académique, sa passion pour ces événements et surtout pour l’humanité qui en était le cœur. Reid est historien du travail, il a dédié ses recherches au « long 1968 » en tant que phénomène intellectuel, social et politique, ainsi qu’à l’histoire de la mémoire collective dans la France contemporaine, ce qui apparaît très clairement dans cet ouvrage sur Lip et constitue un de ses éléments les plus intéressants et originaux.

Opening the Gates constitue de toute évidence le résultat de recherches très détaillées et approfondies. L’ouvrage s’articule en quatorze riches chapitres, encadrés par une introduction et des conclusions des plus agiles et discursives, où l’auteur s’autorise à faire entendre sa voix de manière un peu plus explicite. L’histoire de Lip est présentée intégralement, depuis sa fondation en 1867 en tant que petit atelier d’horlogerie. L’attention, bien évidemment, se focalise sur la gestion de Fred Lip, petit-fils et héritier du fondateur, personnalité à part dans le contexte des entrepreneurs français du second après-guerre, avec sa propension à développer ce que Reid définit comme un « paternalisme théâtral » (p. 17). Les premiers chapitres, donc, retracent l’établissement – de la part du patron – de relations de travail essayant d’éviter à tout prix la conflictualité ouvrière, mais qui en même temps maintenaient une forte hiérarchie fondée sur la division entre cadres dirigeants et techniques d’une part, travailleurs appliqués d’autre part. Dans les chapitres centraux, est raconté le « conflit Lip » : des manœuvres pour s’opposer à l’ingérence des actionnaires suisses jusqu’à l’appropriation de Lip par ces derniers, en passant par les projets drastiques de réduction de la main-d’œuvre, avec comme objectif le transfert en Suisse de compétences techniques (en particulier les nouvelles technologies au quartz), réduisant l’usine de Besançon à une simple chaîne de montage. Si la direction ne s’avère pas être à la hauteur de la situation, les travailleurs et travailleuses de Lip ne sont pas prêts à baisser les bras. Le cœur de l’ouvrage est constitué par l’expérience de lutte unique et radicale conduite en premier lieu pour s’opposer à ces plans de restructuration industrielle, mais conduite aussi pour modifier en profondeur les rapports de travail – avec le travail même, et avec le lieu de travail. La lutte de Lip, en effet, se configure comme un « imprévu », non seulement pour le patronat et les institutions bourgeoises français, mais aussi pour les confédérations syndicales, le mouvement ouvrier, les forces traditionnelles de la gauche. Ce sur quoi Reid se concentre, et qu’il est capable de montrer avec plus d’intensité, est précisément la force transformatrice du conflit vécu dans la dimension libératrice du collectif. La véritable aventure de Lip – avec le choix de ne pas faire la grève comme on la faisait habituellement, en décidant d’occuper l’usine pour poursuivre le travail et ainsi de montrer la viabilité de l’entreprise – se concrétise à travers une toute nouvelle forme de sociabilité ouvrière. Celle-ci est proche des expérimentations du mouvement étudiants de 1968 et des théories autogestionnaires débattues à l’époque au sein de la CFDT. Substrat fondamental de l’engagement de nombreux travailleurs chez Lip, en particulier du « noyau impulseur » (p. 398) des syndicalistes qui déclenchent le conflit (Charles Piaget, le leader CFDT-Lip ; le prêtre-ouvrier Jean Raguénès), c’est une forme nouvelle de catholicisme progressiste. Cette approche s’est répandue en France, comme ailleurs en Europe et dans le monde, au lendemain du Concile Vatican II, et a influencé en profondeur toute une jeune génération d’activistes, particulièrement attentifs à la question des marginalisés : « The left Catholicism that nurtured opposition to the Algerian War in the late 1950s only to recede after 1981 is a fundamental element of the long 1968. Coming from a left Catholic culture, the workers of Lip spoke a powerful language of social justice » (p. 12). Toutefois, cet axe éthico-politique, loin de représenter un « absolu », constitue chez les Lip un point de départ pour réaliser un projet de résistance nourri par le mélange de parcours idéologiques et d’expériences de militantisme distincts. Le titre de l’ouvrage se réfère précisément à cette idée de rencontre entre mondes lointains : les OS, les OP, les syndicalistes, et avec eux les universitaires, les chercheurs, les militants, les intellectuels, les journalistes… Un univers de savoirs et d’initiatives auquel les travailleurs en lutte de Lip choisissent de s’ouvrir, en réalisant l’une des expériences les plus fructueuses de la période post-68, tant au niveau des revendications que de l’élaboration théorique ou des expériences personnelles :

« A distinguishing characteristic of the Lip movement in 1973, and of the way it became a primary site for the expression and development of aspirations associated with May 1968, was the cooperation and dialogue it established and maintained between workers and intellectuals and politicized youth, whether in the visits, the mini-commissions, or the Women’s Group ».

p.419

À ce propos, une critique mineure que l’on peut soulever à l’égard d’une recherche qui se propose de restituer tout le sens de l’engagement collectif de cette communauté au travail, est l’omniprésence de la voix de Piaget : quelquefois, on a l’impression que les commentaires du leader CFDT-Lip se confondent avec ceux de l’auteur…

Un mérite absolument remarquable de l’ouvrage est sans doute le choix d’élucider la valeur transformative de la lutte du point de vue des équilibres de genre au sein de la communauté de Lip. Ce n’est pas une histoire « à côté », comme l’existence d’un chapitre intitulé « Women’s Lip »pourrait le suggérer. Ce chapitre se concentre en particulier sur le tournant féministe pris avec l’organisation d’un « groupe femmes » en 1974, mais c’est tout au long de son ouvrage que Reid témoigne de son attention et de son intérêt pour l’expérience des femmes au sein de la lutte. Il met en lumière l’engagement des travailleuses, en grande majorité OS, donc situées aux plus bas échelons des hiérarchies professionnelles, leur progressive prise de conscience par rapport aux dynamiques misogynes, au travail mais aussi dans les formes d’action collective exercées pendant l’occupation de l’usine de Palente. Cela concerne les prises de parole en assemblée générale (p. 112), l’attribution de tâches organisationnelles, l’attention aux besoins spécifiques et aux problèmes soulevés par les travailleuses. Reid souligne de manière convaincante le « double mouvement » qui caractérisait la situation des femmes dans le conflit Lip : d’un côté, une possibilité inédite de bouleversement du quotidien, qui permet l’exploration de territoires inconnus (« Many female workers developed a new sense of themselves. Speaking in public assemblies is something they would not have imagined doing before » p. 201), de l’autre côté, l’observation amère de la persistance d’une marginalisation y compris au sein d’une lutte de classe pas vraiment inclusive (« Women remained the OS of the struggle as they remained OS on the shopfloor » p. 404).

Autre choix important qui distingue la recherche de Reid par rapport aux travaux sociologiques de l’époque, celui de suivre l’histoire de Lip sans s’arrêter à la glorieuse expérience de 1973-1974. Au contraire, il traque les développements complexes liés à la tentative de relance industrielle, poursuivie par un milieu de « capitalisme [chrétien] progressiste » (p. 238), jusqu’à sa débâcle et finalement la plongée de Lip dans le contexte général de la désindustrialisation au tournant des décennies 1970-1980. Dans la deuxième partie du livre, l’auteur trace les contours biographiques des hommes politiques et des entrepreneurs (Riboud, Bidegain, Rocard, Charbonnel, mais surtout Neuschwander) qui se sont engagés pour donner une réponse positive et innovante à la crise de l’emploi chez Lip. Bien sûr, il souligne toute l’ambiguïté d’un tel projet – qui visait à donner plus de poids à la main-d’œuvre sans pour autant contester de manière significative le contexte du capitalisme avancé où il s’insérait. Reid donne une description fascinante des négociations sur le futur de Lip, au croisement des réflexions sur le renouvellement des relations industrielles, le rôle de l’État, l’autogestion, le plein-emploi, la récession et la délocalisation. Dans le contexte d’un nombre croissant de recherches consacrées au phénomène de la désindustrialisation dans les pays occidentaux, Reid propose d’ajouter une dimension souvent négligée concernant l’impact de l’action politique et des choix gouvernementaux :

« The fate of the long 1968 in the late 1970s is often explained by the recession […] However, the state played an important role as well. As president, Giscard d’Estaing […] sought to foster the capitalist entrepreneurs he thought State intervention hampered, but he saw impeding the entrepreneurship shown by worker collectivities as an important element of this project » .

p.391

Les commentaires de ce genre sont relégués par Reid dans les courtes conclusions de ces chapitres, mais ils auraient pu – à notre avis – être mis beaucoup plus en avant et ultérieurement développés. Ils apportent en effet une compréhension majeure au sujet de recherche, et fournissent un lien très intéressant avec les débats plus actuels sur le néolibéralisme et les formes de résistance mises en œuvre par les travailleurs et les travailleuses, les chômeurs et les chômeuses dans diverses parties du monde. En effet, l’importance d’approfondir l’histoire de Lip, en analysant ses succès mais aussi ses limites (surtout les difficultés liées à la constitution des coopératives dans la dernière phase de 1978 à 1981), réside dans la capacité qu’a eu cette lutte à vivifier les aspirations collectives de libération et de justice sociale de Mai 68. En particulier, cette perspective permet de comprendre pleinement son rôle iconique de grand tournant dans l’histoire économique et sociale de la France, et plus généralement de l’Occident : « The Lip Affair was at once a bridge from the “thirty glorious years” of growth to the long period of recession and unemployment, and from the politics of 1968 to those of 1981 » (p. 230). Bien que Reid le reconnaisse, il ne s’aventure pas dans une réflexion plus globale, ce qui représente probablement le défaut le plus significatif d’un ouvrage par ailleurs complet et passionnant. La maîtrise d’une grande variété de sources (connaissance précise et articulée de la littérature dans les domaines historique, sociologique et de science politique, presse, documents issus des archives, entretiens originaux, film, mémoires, etc.), liée à une écriture riche mais fluide, consacrent le travail de Reid comme une référence fondamentale dans le panorama des études d’histoire du travail et des mobilisations collectives.

Anna Frisone


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.