Édouard Lynch, Insurrections paysannes. De la terre à la rue. Usages de la violence au XXe siècle.

Paris, Vendémiaire, 2019, 460 p.

Le livre d’Édouard Lynch est centré sur les manifestations paysannes en France de la fin du XIXe siècle à la fin du XXe siècle. Alors que les études rurales et sur le monde paysan sont passées de mode, il offre un regard neuf sur les manifestations paysannes et ce pour plusieurs raisons. En effet, E. Lynch étudie celles-ci dans l’ensemble des régions françaises, repérant le commun et le singulier, étudiant les circulations des répertoires d’action et des discours qui les accompagnent. Par ailleurs, il propose une « vue d’ensemble » (p. 13) et revient sur plusieurs dizaines d’années, pendant lesquelles les combats paysans furent nombreux, recherchant l’ancien et le nouveau dans les pratiques manifestantes. Enfin, et c’est un des fils qui nous semble des plus féconds, il insère les manifestations paysannes dans l’ensemble des défilés de rue et montre que les paysans ont parfois tracé des pistes reprises ensuite par les contestataires urbains. Les paysans ne sont pas forcément en retard et ne s’inspirent pas forcément de modèles initiés par d’autres. Pour mener à bien son étude, Édouard Lynch s’appuie sur la presse nationale et régionale, parfois sur les journaux télévisés, mais aussi sur « les enquêtes initiées par les parquets » transmises « au ministère de la Justice, afin de décider d’éventuelles poursuites » (p. 11).

Les années 1870-1914 sont, pour lui, le théâtre de deux évolutions décisives qui concernent le monde paysan, mais aussi l’ensemble de la société. La fin du XIXe siècle est marquée par ce que l’auteur appelle la « fin des “fureurs paysannes” » (p. 21). La résistance au coup d’État du 2 décembre 1851, « dernier grand soulèvement rural du XIXe siècle, ouvre une longue période beaucoup plus apaisée » et marque le basculement des mobilisations « vers le politique et le national » (p. 24-25), qui s’opère à partir de la fin du XIXe siècle. Les événements de 1907, dans le Midi, ont une importance considérable. L’intérêt des analyses proposées par E. Lynch est double : il sort ce mouvement de son cadre strictement régional et l’insère dans le cadre national. Par ailleurs, il dé-corporatise ces manifestations, affirmant que les vignerons du Midi ont, de fait, inventé « la manifestation moderne » (p. 81), modèle qu’ils ont, avec d’autres, transformé tout au long du siècle. Les vignerons n’opposent pas villes et campagnes, ils s’approprient l’espace urbain (gares…), défilent le dimanche et essaient d’utiliser les médias. Ils mettent au point un « rituel manifestant » avec réunions publiques, prises de parole, défilés, pancartes, délégations, consignes des organisateurs… Ces défilés sont, pendant un temps, pacifiques, puis prennent un tour plus violent après que les vignerons ont appelé à la grève de l’impôt et à la démission des municipalités et que les autorités ont arrêté certains dirigeants du mouvement. Cependant, les mesures prises par le gouvernement et la création d’une organisation vigneronne (la CGVM, Confédération générale des vignerons du Midi) font que, pour l’auteur, « le modèle protestataire languedocien, urbain et unitaire » n’est pas un échec (p. 108).

Les années 1920-1940 sont le théâtre de nombreuses manifestations paysannes dans les rues des villes mais aussi d’actions directes, parfois illégales, dans les campagnes. Elles sont aussi marquées par l’implication active de divers courants politiques dans ces protestations. À droite, Fleurant-Agricola crée le Parti agraire et paysan français et Dorgères est à l’initiative des Chemises vertes. À gauche, le Parti communiste est actif dans plusieurs régions et des socialistes jouent un rôle clef dans la formation de la Confédération nationale paysanne. Le rituel manifestant se précise, le meeting joue un rôle central, les défilés dans les villes sont davantage encadrés par un service d’ordre issu des rangs du mouvement et les délégations auprès des autorités s’imposent. C’est dans ces années qu’ont lieu les premières manifestations dans la capitale, lieu du pouvoir, ce qui témoigne d’une nationalisation et d’une politisation de la protestation. E. Lynch s’intéresse de près aux discours tenus par les orateurs, proches de la droite, lors de ces rassemblements et s’il repère une violence discursive réelle, il constate que les heurts avec les forces de l’ordre sont finalement assez rares. Cependant, l’année 1935 marque une « césure » avec un « net reflux » des manifestations paysannes après cette date (p. 173).

Les années 1945-1966 constituent, pour l’auteur, « le temps de la radicalisation ». Néanmoins, pendant quelques années, au sortir de la guerre, les mobilisations paysannes sont limitées. Une fois encore, les vignerons du Midi vont être à l’initiative d’une reprise déterminée des protestations. Pendant l’été 1953, après plusieurs manifestations, ils bloquent les routes dans l’ensemble du Languedoc-Roussillon viticole afin d’obtenir satisfaction sur leurs revendications. Cette modalité d’action, très médiatique, est reprise à l’automne dans plusieurs régions d’élevage du Centre de la France. La « manifestation-obstruction » vient ainsi compléter la « manifestation-pétition » (p. 220) et ne reste pas cantonnée aux seuls vignerons du Midi. Le début des années 1960 est marqué, dans l’Ouest et dans le Midi en particulier, par l’irruption de nouveaux acteurs et de nouvelles pratiques qui vont dans le sens d’une radicalisation des actions menées : actions de commando contre des infrastructures, destruction de produits agricoles… La fréquence des épisodes de mobilisation est forte (1961, 1963, 1967…), ceux-ci sont massifs, avec parfois des pratiques illégales, et marquent les médias comme l’opinion publique. En effet, le recours à la violence devient plus fréquent, obligeant les pouvoirs publics à naviguer « entre apaisement et concessions » (p. 278 sq.). Par ailleurs, dans l’Ouest, des liens sont tissés avec d’autres catégories sociales.

Le dernier chapitre, intitulé « Le temps de la violence », porte sur les mobilisations paysannes entre 1968 et 1977. Après avoir évoqué l’année 1967, « année explosive » (p. 296), en Bretagne comme en Languedoc, E. Lynch s’interroge sur la participation des paysans à Mai 1968. Comment expliquer que nombre d’agriculteurs ayant recours à la violence lors de leurs manifestations se soient tournés vers le parti de l’ordre aux élections législatives de juin 1968 ? La réponse est évidemment politique, une majorité d’entre eux refusent la perspective révolutionnaire prônée par une partie des contestataires étudiants, ouvriers ou employés. D’où les années suivantes une plus grande proximité du parti gaulliste (et de la droite dans son ensemble) avec les responsables du syndicalisme agricole majoritaire. Cependant, les années suivantes, « l’onde de choc des idées soixante-huitardes » (p 308) se répand dans les campagnes : actions coup d’éclat, discours de lutte des classes, recours à la violence se développent dans l’Ouest, les Vosges, en Languedoc-Roussillon et ailleurs. Dans le Midi, les luttes incessantes – dont la dynamique d’alliances sociales et la dimension régionale, voire régionaliste, auraient pu être développées – débouchent, en 1976, sur la fusillade de Montredon, qui voit la mort de deux personnes, un vigneron et un CRS. Cette fusillade produit un « effet de sidération » (p. 373) que la médiatisation des faits amplifie, débouchant sur un « reflux de la violence » (p. 375) mais non son extinction. D’autant plus que la lutte du Larzac, dont le modèle et l’importance pour les paysans contestataires auraient pu être davantage soulignés, montre alors qu’une autre voie protestataire est possible.

L’épilogue évoque les transformations des manifestations paysannes depuis la fin des années 1970, mais aussi les mutations du syndicalisme agricole, alors que le nombre de paysans continue à décroître et que les crises sanitaires font douter beaucoup de consommateurs urbains de la qualité de l’alimentation et pousse une partie des producteurs à changer leur façon de produire.

Jean-Philippe Martin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.