Katrin Jordan, Ausgestrahlt. Die mediale Debatte um „Tschernobyl“ in der Bundesrepublik und in Frankreich 1986/87.

Göttingen, Wallstein Verlag, « Medien und Gesellschaft im 20. Jahrhundert », 2018, 424 p.

En France, on connaît bien le célèbre mensonge selon lequel le fameux « nuage » chargé de particules radioactives provenant de la catastrophe nucléaire à Tchernobyl se serait arrêté à la frontière française. Dans Ausgestrahlt, l’historienne allemande Katrin Jordan s’efforce, dès le début de son ouvrage fort de plus de 400 pages, de décrire et d’analyser les dynamiques historiques qui ont permis d’instaurer mais aussi de contester ce fameux mythe. Le livre, qui est tiré d’un manuscrit de thèse que l’auteure a soutenue à l’Université de Humboldt à Berlin en 2018, adopte surtout une approche historique qui analyse les contextes communicationnels et médiatiques de la catastrophe de Tchernobyl dans une perspective comparée entre la France et l’Allemagne entre 1986 et 1987. Ainsi, le travail s’inscrit dans une tradition bien établie d’études comparées sur la catastrophe de Tchernobyl, où il faut surtout mentionner le travail pionnier d’Angela Liberatore1. L’ampleur du travail et les nombreux nouveaux éléments que Katrin Jordan apporte, notamment à travers de fines analyses du contexte médiatique allemand et français, ont récemment valu à l’auteure un prix pour jeunes chercheurs en histoire de la communication de la DGPuK (Deutsche Gesellschaft für Publizistik und Kommunikationswissenschaft).

Dans Ausgestrahlt, Katrin Jordan s’intéresse de très près aux réponses très différentes apportées en France et en Allemagne au même événement historique, à savoir l’explosion dans la centrale nucléaire de Tchernobyl survenue en avril 1986, qui a conduit à la libération d’importantes quantités de particules radioactives dans l’atmosphère. Ainsi, l’auteure vise à déconstruire les nombreux clichés et stéréotypes avancés par les médias peu après l’accident décrivant les Allemands comme « peuple romantique » et « fortement attaché à la nature », en les opposant notamment aux Français, qui seraient un peuple « rationnel » et « amoureux du progrès » (p. 11 et 309, toutes les traductions sont les miennes). En effet, pour de nombreux observateurs de l’époque, ce sont ces différences qui expliqueraient pratiquement en soi pourquoi les débats sont menés de manière si différente des deux côtés du Rhin, à savoir de manière « hystérique » en Allemagne, et de façon « indifférente » en France (p. 11 et 324).

En rejetant fermement ces explications de type « culturaliste », l’un des objectifs clés de l’étude consiste à analyser les processus de la construction publique de problèmes environnementaux transnationaux en lien avec des facteurs institutionnels en politique et en sciences. Les médias de masse y jouent, bien évidemment, aussi un rôle clé. Ainsi, l’une des thèses fortes de l’auteure consiste à dire que ce ne sont pas des différences en termes de « mentalités » (p. 16) qui peuvent expliquer les grandes divergences observées, mais ce sont surtout les médias et leur rôle spécifique de part et d’autre du Rhin qui permettent un nouvel éclairage. Pour ce faire, aux côtés d’une brève introduction et d’un chapitre conclusif, l’auteure propose quatre chapitres analytiques de tailles malheureusement assez inégales, qui traitent : 1) de la politique d’information (ou plutôt de non-information) de l’Union soviétique à la suite de l’accident nucléaire de Tchernobyl ; 2) du rôle fondamental qu’ont joué les experts, l’expertise et la contre-expertise dans la construction des débats publics en France et en Allemagne ; 3) du traitement sensiblement différent de la catastrophe de Tchernobyl dans le paysage médiatique allemand et français ; enfin, 4) des perceptions mutuelles dans les débats médiatiques autour de Tchernobyl et Cattenom, et leur emprise sur les relations franco-allemandes.

Il faut le dire d’emblée, l’un des points forts de Ausgestrahlt se situe au niveau du corpus des sources primaires, qui a été choisi suffisamment large pour dégager de nouvelles perspectives sur le sujet. Ainsi, Katrin Jordan ne s’est pas limitée à un petit échantillon de quelques grands quotidiens et journaux télévisés, mais elle propose au contraire « une analyse détaillée du paysage médiatique des débats environnementaux et techniques » (p. 22) en France et en Allemagne, surtout entre 1986 et 1987, les deux années d’intense médiatisation de la catastrophe de Tchernobyl. Mobilisées tout au long du livre, notamment pour les analyses du troisième et quatrième chapitre, les nombreuses sources écrites et audiovisuelles enrichissent considérablement le récit. Elles auraient même mérité des discussions encore plus approfondies. Cela vaut notamment pour les aspects visuels, qui ne jouent qu’un rôle secondaire dans le récit que Katrin Jordan nous propose. Même si l’auteure annonce au début que son étude mobilise aussi les résultats et outils de la visual history (p. 36), relativement peu d’images sont reproduites et discutées dans le livre. Néanmoins, et fort heureusement, le potentiel d’une visual history surgit tout de même du texte à plusieurs reprises. C’est le cas lors de l’analyse des journaux télévisés, notamment du signe « Stop » reproduit sur une carte météorologique qui « interdit » apparemment au « nuage » radioactif de pénétrer le territoire français. Mais c’est aussi le cas lors des analyses de la presse écrite, en particulier de l’exemple des cercles concentriques, qui simulent le degré de destruction et de contamination, utilisés d’abord dans les scénarios des bombes nucléaires, ensuite transposés aux accidents nucléaires majeurs (p. 263). Ce fort lien entre le secteur militaire et civil de la même technologie (et de son potentiel de destruction) aurait mérité sans doute des analyses supplémentaires, notamment dans le domaine visuel. Cela vaut aussi pour les images satellitaires civiles (Landsat et SPOT), qui ont joué un rôle clé dans la compréhension et la médiatisation de l’événement, mais qui sont seulement mentionnées lors d’une brève discussion sur les apports du secteur spatial (p. 115-116).

Là où Katrin Jordan réussit particulièrement bien ses analyses, c’est lorsqu’il s’agit d’expliquer (notamment à travers le cadrage de catastrophes environnementales transnationales) pourquoi en France l’accident nucléaire majeur est surtout discuté dans les médias comme une affaire soviétique, donc extérieure au pays, tandis qu’en Allemagne, l’accident touche de façon directe les citoyens. Pour les Allemands, il s’agit donc d’un événement interne que la politique doit forcément traiter. L’une des grandes différences entre la France et l’Allemagne, explique l’auteure, est la manière dont l’énergie nucléaire est légitimée. En France, elle reste fermement entre les mains d’experts issus d’agences étatiques ou semi-étatiques, qui défendent un choix technologique irréversible qui fait rarement l’objet de critiques dans la presse. La légitimation n’est donc pas remise en question, aidée, bien sûr, par un système centraliste et élitiste (p. 312). En Allemagne, par contre, la contre-expertise est bien audible, notamment à travers les instituts de recherche écologiques indépendants (comme le Öko-Institut à Fribourg-en-Brisgau). Ses instituts et leurs experts pèsent lourd dans le débat médiatique, ils permettent une problématisation des choix technologiques, posant ainsi le fondement de la sortie du nucléaire. Il s’agit de deux cultures politiques très différentes, comme on peut l’observer aussi dans d’autres études de cas, telles que le changement climatique (voir la thèse de Stefan Aykut) ou le dépérissement forestier (Waldsterben ; p. 313). Même si ces réactions très différentes à la catastrophe de Tchernobyl ont renforcé l’idée de deux cultures distinctes concernant les politiques énergétiques et environnementales, elles ont aussi renforcé l’observation mutuelle des voisins.

Au terme de la lecture, on regrette un style parfois trop encombrant et de nombreuses répétitions qui auraient pu être évitées au profit d’un texte plus ramassé, donc plus lisible. La structure, clairement héritée du manuscrit de thèse, aurait mérité un allègement conséquent (par exemple pour la numérotation des chapitres et des sous-chapitres) au profit d’une meilleure lisibilité. Les études historiques et sociologiques nationales, comme le travail de Sezin Topçu2, restent cependant les incontournables d’une bonne compréhension des dynamiques sociales de la contestation et de l’acceptation du nucléaire. Ceci dit, il faut féliciter Katrin Jordan de fournir un travail si stimulant et bien documenté, qui témoigne d’une excellente maitrise de la littérature secondaire. La focale médiatique de son récit ouvre incontestablement de nombreuses pistes de réflexion, qui nourriront les débats à venir.

Sebastian Grevsmühl


  1. A. Liberatore, The Management of Uncertainty. Learning from Chernobyl, Amsterdam, Gordon and Breach, 1999. []
  2. Sezin Topçu, La France nucléaire, Paris, Éditions du Seuil 2013. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.