Marie Bossaert et Antonin Durand (dir.), « La fabrique transnationale de la « science nationale » en Italie (1839-fin des années 1920) »

Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, t. 130, vol. 2, 2018.

Qu’y eut-il de véritablement national dans l’affirmation des « sciences nationales », même au plus fort du mouvement de construction des nations et des États qu’a connu le monde occidental au XIXe siècle et au premier XXe siècle ? Il n’a certes pas été nécessaire d’attendre le tournant transnational et son application au domaine de l’histoire des sciences pour que la question soit posée. En mettant en avant la diffusion des modèles scientifiques nationaux – dans un cadre principalement comparatiste – et la mobilité des savants, les travaux consacrés à la construction des systèmes académiques et aux différents champs disciplinaires ont déjà largement déconstruit, à partir des années 1980 ou 1990, la vision d’un processus confiné aux frontières de la nation et subordonné aux enjeux politiques et culturels du nationalisme. Le prisme du transnational se caractérise par une attention renforcée pour les processus sociaux et culturels qui se sont déroulés, à différentes échelles, à la fois hors des cadres nationaux et de la sphère de l’État. À l’attention pour les mobilités savantes, celui-ci a donc rajouté un intérêt pour les institutions ou associations scientifiques internationales, qui se développent dans la seconde moitié du XIXe siècle, et pour les politiques d’échanges internationaux menées dans le cadre de la diplomatie culturelle des États-nations ou à ses marges. C’est dans ce sillage que s’inscrit le dossier publié par les MEFRIM qui, sous la direction de Marie Bossaert et Antonin Durand, aborde la « fabrique transnationale de la “science nationale” en Italie », depuis le premier congrès des savants italiens de 1839 jusqu’à la fin des années 1920, c’est-à-dire des exordes du Risorgimento à la consolidation du fascisme.

Les sciences ici considérées renvoient aussi bien aux mathématiques (E. Luciano, A. Durand) qu’à l’histoire de l’art (M. Passini), au droit (V. Genin, S. Fatal), à l’économie (T. Maccabelli), à l’agronomie (A. M. Locatelli, P. Tedeschi), à la science administrative (A. Rapini) ou à l’orientalisme savant (M. Bossaert). Dans tous ces domaines, la volonté de construire une science nationale s’est manifestée à travers l’idée que savoirs et scientifiques avaient un rôle à jouer dans le « réveil » puis la construction de la nation, en participant à la définition de son identité culturelle ainsi qu’à son rayonnement à l’étranger, dans une logique d’imitation et de compétition internationales. Dans ce but, une dynamique d’intégration du système académique et scientifique à l’échelle nationale, initiée à la fin des années 1830 par les congrès de savants italiens, s’est institutionnalisée dès les lendemains de l’unification politique et n’a cessé de se renforcer jusqu’au tournant du siècle puis sous le régime fasciste. Par leurs rapports avec les structures étatiques, les enjeux de construction de l’État ou ceux de l’enseignement, toutes ces sciences se configurent en partie comme des sciences de gouvernement, délivrant des savoirs et des expertises au service d’un État national en construction. On en trouve des illustrations directes avec l’émergence d’un nouveau modèle agricole national dans le dernier tiers du siècle (dans le contexte de la crise agraire européenne) doté d’une constellation de nouvelles institutions publiques et investi de la mission de diffuser les connaissances scientifiques et les techniques modernes (A. M. Locatelli, P. Tedeschi), ou à travers la recherche d’une méthode scientifique pour évaluer la richesse nationale (T. Maccabelli). Cette continuité entre enjeux scientifiques et construction nationale/politique, ainsi qu’entre milieux savants et action publique, s’incarne dans des figures telles que le physicien Carlo Matteucci, personnalité du nationalisme modéré toscan nommé sénateur puis ministre de l’Instruction publique en 1862, ou le juriste Pasquale S. Mancini, père des lois administratives de 1865 et plusieurs fois ministre après l’Unité.

Pour autant, l’exemple italien illustre bien le constat suivant lequel cette histoire ne s’est limitée ni au cadre national ni au périmètre d’action des États. Les mobilités d’agrément ou forcées – souvent mêlées, comme l’illustre l’itinéraire du mathématicien florentin Guillaume Libri, étudié par A. Durand, qui accomplit un voyage d’études en France en 1830 où il participe aux manifestations, et qui se fait expulser de Toscane l’année suivante pour son engagement révolutionnaire, ce qui le ramène en France puis en Angleterre – conduisent les savants italiens à accomplir une part systématique de leur formation ou de leur activité de recherche à l’étranger. Les progrès techniques dans le domaine des transports ne font que faciliter des pratiques anciennes de pérégrination liées aux voyages d’études, scientifiques et/ou aristocratiques, également renforcées vers la fin du siècle par l’homogénéisation des systèmes académiques et par l’essor des associations scientifiques internationales. Ces mobilités constituent assurément des facteurs importants de la diffusion vers l’Italie des modèles nationaux étrangers (principalement allemand, français et britannique), conférant aux savants un rôle de passeurs, mais elles n’en sont pas les seuls moteurs : la participation aux congrès et associations scientifiques internationales, leur tenue ou création sur le sol italien, les revues (notamment à travers leurs sections bibliographiques), les réseaux d’échanges interpersonnels en forment d’autres, prises en compte dans tous les articles du dossier. Par ailleurs, les mobilités ne jouent pas de la même façon dans tous les secteurs disciplinaires : à la différence de l’histoire de l’art, dont la pratique suppose une mobilité rendue nécessaire par le caractère encore très exceptionnel de la circulation des œuvres d’art et malgré l’essor de la reproduction photographique (M. Passini), la biographie des principaux universitaires juristes italiens ne fait pas apparaître de formation à l’étranger, à l’exception notable des jurisconsultes originaires de Trente, alors partie de l’empire austro-hongrois (S. Fatal).

Au-delà de ces illustrations somme toute classiques de l’internationalisation des sciences, la perspective transnationale – inégalement développée par les différents articles du dossier – apporte d’autres observations plus originales. En sortant du cadre comparatiste pour analyser les circulations des modèles et des acteurs, l’analyse met en lumière des circulations et des médiations plus complexes. M. P. Casalena souligne ainsi le rôle qu’a joué, dans les années 1830, le cercle intellectuel « suisses-toscans » réuni autour de la revue florentine L’Antologia qui, en consacrant plusieurs articles aux réunions de la Société helvétique des sciences naturelles, a constitué une étape intermédiaire dans la connaissance et l’appropriation des expériences menées dans l’espace germanique depuis la première réunion en 1822 de la Gesellschaft Deutscher Naturforscher und Ärzte. L’étude des modalités de réception des modèles étrangers fait quant à elle apparaître une grande plasticité, comme l’illustrent encore le cas des congrès de savants et les débats que ces derniers nourrissent constamment sur les modalités d’admission, la qualification de savant et les disciplines scientifiques à inclure. Ces modalités varient d’un congrès à l’autre en fonction du contexte local et des influences personnelles, ce qui démontre la coexistence de visions hétérogènes autour de l’organisation du savoir et de la vie scientifique qui instrumentalisent les références étrangères et les options entre différents modèles, aboutissant à des solutions originales. Avec les exemples de systèmes académiques circulent ceux de figures emblématiques de savants étrangers, dont les intellectuels italiens peuvent se valoir – et construire – pour assurer leur position et justifier leur action dans le champ disciplinaire. Faire « venir » un congrès international dans son pays constitue pour un savant un enjeu symbolique et matériel important, à la fois pour son champ disciplinaire ou son école et sa trajectoire personnelle : dans ses mémoires (1927), Venturi fait ainsi de la tenue du XIIe Congrès international d’histoire de l’art à Rome en 1912 la consécration de l’histoire de l’art italienne, désormais reconnue comme discipline légitime, mais aussi le sommet de sa carrière.

Dans ce dossier, l’histoire de ces circulations culturelles gagne en complexité, car elle apparaît tissée de rivalités et de tensions internes – entre partisans d’une fermeture académique ou de l’ouverture aux « amateurs », entre écoles juridiques romaniste et germaniste, entre école de géométrie algébrique et approche hypothético-déductive en mathématique, entre histoire sociale de l’art et idéalisme esthétique, entre science « à l’italienne » et adoption des influences étrangères, etc. Cette histoire est aussi pavée d’échecs et de résistances, à l’exemple de Guido Cavaglieri, qui ne parvient jamais à obtenir un poste permanent à l’université, et des juristes désireux comme lui de remettre en cause l’hégémonie du droit pour construire une science administrative plus tournée vers les statistiques et l’action publique, incapables de franchir la barrière qui filtre l’entrée dans les cercles légitimes de l’académie ou de la politique (A. Rapini). Elle invite enfin à prendre des distances face au récit d’un processus linéaire et homogène, en prenant en considération depossibles retours en arrière – ainsi de la science administrative, reconnue au milieu des années 1870 comme science autonome de gouvernement, qui réapparaît après la guerre comme science éclatée, privée d’autonomie et désinstitutionnalisée. La politique de « fascistisation » de la culture et de la société italiennes, mise en œuvre après 1924, fournit une autre illustration : si d’un côté elle marque un net coup d’arrêt aux débats sur la pédagogie des mathématiques, qui avaient donné naissance à un secteur riche et diversifié à la fin du siècle précédent, et entraîne de gré ou de force les acteurs scientifiques sur la voie d’une science « italienne », comme l’illustre la mise au pas volontaire du Bollettino di Matematica fondé par le Florentin Alberto Conti en 1902 au même moment où le régime mettait un terme à la participation italienne aux organismes internationaux (E. Luciano), elle renforce et étend dans le même temps les instruments de la diplomatie culturelle italienne, y compris dans le domaine universitaire, par exemple en facilitant les échanges de savants vers le Brésil à travers son Minculpop (L. Vieira Souza da Silva et R. Monteiro de Siqueira).

La perspective transnationale adoptée dans ce dossier n’entend pas remettre en cause la place centrale donnée aux institutions créées ou soutenues par les États, ainsi qu’à ses politiques culturelles, mais invite à ne pas tout résumer à elles. Le regard longtemps centré sur la période de consolidation de l’État national italien, à partir des années 1860, s’est ainsi déplacé vers les prémices qui se développent au cours des deux ou trois décennies précédentes. La mise en place d’un modèle agricole national par l’État unitaire a par exemple été préparée par l’action d’un petit réseau de propriétaires réunis au sein de sociétés – essentiellement dans le nord et le centre de la péninsule – engagés dans des expériences agronomiques dans leurs domaines et insérés dans les réseaux internationaux, mais sans grand impact sur les institutions et les pratiques avant l’Unité. Si les rencontres et les institutions nationales restent les vecteurs privilégiés des échanges transnationaux, c’est aussi parce qu’elles servent de courroies de transmission vers les échelons régionaux et locaux. La nébuleuse d’académies et de sociétés scientifiques « mineures » qui existait en Italie à la fin des années 1830 – une bonne centaine – s’est ainsi vue revitalisée par la tenue de grands congrès nationaux, qui leur permettaient d’accéder à un circuit plus vaste de connaissances et d’échanges. Enfin, les puissantes logiques de professionnalisation à l’œuvre dans la fabrique disciplinaire et institutionnelle des sciences ne doivent pas être analysées comme un processus inéluctable et linéaire, mais amènent à prendre compte les résistances à ces évolutions et les débats récurrents sur l’organisation de la science, ainsi que la part persistante d’un monde d’«  amateurs » parfaitement intégré aux dynamiques modernisatrices des savoirs et pratiques scientifiques, mais extérieurs à la légitimation académique, autant par nécessité que par choix. Des figures de l’orientalisme italien, telles que le Hongrois Géza Kuun et la Roumaine Dora d’Istria, illustrent dans les années 1870 la perméabilité entre activité scientifique, loisirs aristocratiques, sociabilités mondaines et amitiés intellectuelles – tous deux étant personnellement liés à l’un des pères fondateurs de l’orientalisme en Italie, le Toscan Angelo De Gubernatis, dont ils fréquentaient le salon à Florence et dont le Bollettino italiano per gli studi orientali diffusait leurs travaux (M. Bossaert). L’institutionnalisation et la professionnalisation d’une discipline scientifique ne peuvent être décrites seulement sous l’angle d’une modernisation, puisqu’elles entraînent par ailleurs une restriction des profils de savants, notamment en réduisant encore les opportunités d’accès et la visibilité des femmes dans leur champ.

Bien sûr, le lecteur critique pourra pointer des limites à cette collection d’articles. On distingue parfois mal ce qui distingue dans l’esprit des auteurs les dynamiques proprement transnationales, constituant la nouveauté du XIXe siècle, d’une simple logique d’internationalisation et de circulations savantes à l’œuvre depuis plus longtemps dans l’espace culturel de la République des Lettres. On pourra surtout regretter que les enjeux impérialistes de la construction des savoirs ne soient qu’évoqués dans le dossier, dont le cadre d’analyse reste par ailleurs presque exclusivement européen. Ce numéro n’en offre pas moins une contribution stimulante à l’histoire transnationale de la construction des sciences à l’époque contemporaine.

Simon Sarlin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.