Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix.

Nancy, Arbre bleu éditions, « Le corps social », 2018, 172 p. Préface de Michel Dreyfus.

L’ouvrage de Maria Grazia Meriggi est novateur à plusieurs égards et avant tout par ses sources, dont certaines n’ont jamais ou peu été étudiées, notamment le fonds sur la Confédération générale du travail unifiée (CGTU) et la Main-d’œuvre immigrée (MOI), organisée par la CGTU, longtemps conservé à Moscou, auquel s’ajoutent les sources de la Préfecture de police, des ministères des Affaires étrangères belge et français et la presse syndicale.

Il comble également un vide historiographique, et ce de deux manières. Sur le plan chronologique, il résulte de l’étude des mobilisations ouvrières des années 1920 et 1930, notamment en région parisienne, souvent délaissées, puisque leur furent privilégiées celles de 1919-1920 et celles de 1936. Ces dernières ne sont pas oubliées ici, mais il est plutôt question des petits conflits, éclipsés par les grands. En termes d’objet, il est partiellement consacré à la CGTU, qui, comme le souligne Michel Dreyfus, n’a pas encore trouvé son historien.

L’ouvrage est structuré autour d’une question fondamentale : les mobilisations sociales sont-elles un antidote à la progression du racisme et de l’antisémitisme au sein de la classe ouvrière ? Maria Grazia Meriggi formule ainsi son hypothèse : « […] dans une société où les immigrés et les autochtones travaillent ensemble et souvent dans des secteurs proches, la concurrence est réelle. Mais elle peut reculer face à une solidarité dans les conflits économiques qui deviennent des moments de connaissance pouvant se traduire dans la vie quotidienne par des idéaux internationalistes pas toujours consciemment partagés » (p. 99). L’auteur évoque également l’hypothèse de Michel Dreyfus, dont la logique est différente mais non contradictoire, et s’applique à la fin des années 1930 : « Si dans les moments conquérants du mouvement ouvrier, les préjugés laissent la place à une solidarité foncière, au cours des périodes où un groupe – ici, les communistes –, ravagé par les scissions et les rapports difficiles avec le Komintern, cherche à se légitimer dans une surenchère polémique, ces préjugés remontent à la surface avec un effet dévastateur » (p. 125).

Pour répondre à la question posée, l’ouvrage traite parallèlement des mobilisations elles-mêmes, principalement celles qui se déroulent sur les lieux de travail, avec une attention particulière portée aux luttes de travailleurs immigrés, juifs ou Italiens, dans lesquelles la CGTU est très active par le biais de la MOE (Main d’œuvre étrangère) puis la MOI, et des manifestations de racisme et d’antisémitisme. Les deux histoires se croisent, notamment à l’occasion de l’arrivée massive des immigrés juifs allemands fuyant le nazisme à partir de 1933.

Les mobilisations ne sont cependant pas l’apanage du mouvement ouvrier, dans toutes ses composantes. Si le mouvement ouvrier est soumis à des influences contraires, tiraillé « entre fraternité et xénophobie », ce n’est pas seulement en raison des contradictions qui l’agitent en matière de régulation du travail, et nourrissent des positions ambiguës, voire explicitement xénophobes. C’est aussi parce que la droite et surtout l’extrême droite se sont dotées d’une politique active en direction des ouvriers, notamment en termes de propagande antisémite. Ainsi, les Camelots du roi, l’Action française puis le milieu d’Henri Dorgères sont très présents sur le terrain. C’est un des mérites de l’ouvrage que de donner une visibilité à ces phénomènes. Un autre de ces mérites porte non seulement sur la démonstration de la prégnance de préjugés antisémites parmi les socialistes, mais aussi sur la funeste sous-estimation, durant les années 1930, de la logique mortifère de l’antisémitisme hitlérien. Cette erreur d’analyse très répandue est fortement nourrie par le pacifisme d’avant-guerre, qui fut un des vecteurs de l’influence de l’antisémitisme sur les milieux socialistes, radicaux et communistes. En la matière, la recherche de Maria Grazia Meriggi conduit à relativiser l’impact du Front populaire.

L’ouvrage ouvre de nombreuses pistes de recherche, se contentant parfois de présenter des sources disponibles ou de décrire brièvement les conflits évoqués. Les mobilisations locales ici découvertes peuvent être constituées en objets permettant de continuer à combler les vides historiographiques. De même, beaucoup reste à faire concernant la CGTU et la MOE/MOI.

La question au fondement de l’ouvrage résonne évidemment avec le présent : si le mouvement ouvrier a pu, malgré toutes ses contradictions, limiter les manifestations de racisme et tenir lieu d’intégrateur des vagues successives de travailleurs immigrés, qu’en est-il à l’heure d’un affaiblissement qui semble ne pas connaître de fin ?

Ingrid Hayes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.