Consommer et compter

Nous vous signalons la parution d’un numéro de la revue Les études sociales, co-dirigé par Marie-Emmanuelle Chessel, historienne, membre du comité de rédaction du Mouvement social (et rédactrice de la présentation infra), et Sophie Dubuisson-Quellier, sociologue. Intitulé “Consommer et compter : enquête sur la consommation au XXe siècle“, ce dossier est accessible en ligne sur le portail Cairn en suivant ce lien.

Archives départementales des Hauts-de-Seine, 45J35, Fond de la JOC (Argent et compétences dans la condition ouvrière, supplément à la revue “Militantes”, éditée par le secrétariat général de la JOCF, septembre 1958)

En 1937, deux assistantes sociales publient des articles puis un ouvrage sur « la préparation du futur foyer de la jeune travailleuse ». Présentant et commentant des budgets de jeunes ouvrières, elles s’appuient sur les données fournies par la Jeunesse Ouvrière Chrétienne Féminine (JOCF), qui fait de l’enquête un de ses modes d’action favoris, comme le montre l’image ci-contre. Celle-ci illustre un document produit plus tard, en 1958, par la JOCF lorsqu’elle lance une enquête intitulée « Argent et compétences dans la condition ouvrière ». Les enquêtes de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne apparaissent dans le numéro 169 des Etudes sociales (« Consommer et compter : enquêtes sur la consommation au XXe siècle »), à côté d’enquêtes menées par d’autres assistantes sociales, par des sociologues, par des spécialistes d’études de marché ou encore par des organismes comme le CREDOC (Centre de recherches et de documentation sur la consommation), à partir de 1953.

L’étude historique des enquêtes est loin d’être nouvelle et le numéro bénéficie à cet égard de plusieurs traditions vivaces de recherche en histoire et autres sciences sociales : les travaux sur la consommation, les recherches sur les pratiques d’enquêtes et enfin les réflexions sur l’histoire des Etats sociaux. Il témoigne de la vitalité de ces champs de recherche en mettant à jour les circulations des pratiques d’enquêtes entre différents univers (réformateurs sociaux, enquêteurs publics, spécialistes du marché) et la fertilité croisée des approches (ethnographique, historienne, etc.).

La première partie du numéro, qui rassemble trois articles, s’intitule « Le calcul au jour le jour ». Il propose de suivre la manière dont les individus comptent et gèrent leur budget, le plus souvent au quotidien, parfois dans la difficulté. Les informations peuvent être fournies par des enquêteurs et enquêtrices, parfois à partir de données produites par les individus eux-mêmes.

La deuxième partie du dossier porte sur « Des méthodes et des savoirs ». Elle montre que les démarches d’enquête sur la consommation sont fortement articulées à des entreprises de connaissance. Cette partie permet de réfléchir à la genèse d’une « approche critique » du marketing au sein d’une enquête ethnographique américaine, à l’absence de la consommation dans la sociologie rurale française ou encore à la difficulté d’articuler les méthodes quantitatives et qualitatives en sociologie de la consommation.

La troisième partie s’intitule quant à elle « Gérer les masses ». Elle s’intéresse à la genèse du CREDOC et à l’avènement d’outils algorithmiques destinés à prédire les comportements.

Deux documents et un compte rendu de lecture complètent le numéro. Hormis l’enquête de la JOCF présentée plus haut, dont des extraits sont présentés et commentés, signalons une enquête faite par des jeunes sociologues en 1963 sur la banque et sa clientèle, et un long compte rendu sur une histoire de la consommation parue en 2018.


Crédit image de une (figurant sur la couverture du numéro) : Archives départementales des Hauts-de-Seine, 45J35, Fond de la JOC (Argent et compétences dans la condition ouvrière, supplément à la revue “Militantes”, éditée par le secrétariat général de la JOCF, septembre 1958)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.