Laure Machu, Isabelle Lespinet-Moret, Vincent Viet (dir.), 1914-1918. Mains-d’œuvre en guerre.

Paris, La documentation française, 2018, 438 p. Préface de John Horne.

L’ouvrage collectif dirigé par Laure Machu, Isabelle Lespinet-Moret et Vincent Viet est directement issu d’un colloque organisé au ministère du Travail les 18 et 19 mai 2015. La date n’est pas anodine, car elle correspond au centenaire de l’arrivée d’Albert Thomas au sous-secrétariat d’État à l’Artillerie et aux munitions (SSEAM), emblématique d’une « mise en guerre » de l’État1, dans le contexte d’un conflit total impliquant une mobilisation économique d’une ampleur inédite, comme le rappelle John Horne dans sa préface. Dans cette optique, l’ouvrage se présente comme une large réflexion sur le monde du travail en guerre. La problématique principale repose sur les mécanismes de répartition de la main-d’œuvre entre 1914 et 1918. Celle-ci se place sous le signe d’un arbitrage permanent entre les besoins de l’économie de guerre et ceux de l’économie civile, ce qui renforce la dimension aporétique d’un gouvernement des ressources, déjà contraint de composer avec un capital humain que se disputent l’armée et l’industrie de guerre. Cela se traduit par une recherche permanente de nouveaux travailleurs, conduisant à la mobilisation de catégories plurielles de main-d’œuvre, identifiées dès l’introduction : la main-d’œuvre civile (comprenant les réfugiés), les femmes, les travailleurs militaires (notamment les affectés spéciaux), les étrangers, les coloniaux, les mutilés et les prisonniers de guerre (p. 17). Cette pluralité de provenance des ouvriers des usines de guerre induit des problèmes multiples quant à leur statut au regard du droit du travail. Se pose en creux la question de l’évaluation du degré de militarisation du monde économique dans le contexte de la guerre, phénomène que l’ouvrage contribue à relativiser (p. 14), tant les institutions civiles gardent la main durant toute la durée du conflit.

Constitués de vingt-cinq contributions, l’ouvrage est organisé selon trois axes de réflexion ; la première est consacrée aux aspects organisationnels, avec une focalisation marquée sur l’échelle nationale de décision ; la deuxième donne plus spécifiquement à voir la pluralité des catégories et statuts des travailleurs de l’économie de guerre ; enfin, la troisième partie est constituée d’études microscopiques, permettant d’entrevoir une géographie différenciée de la mobilisation de la main-d’œuvre entre 1914 et 1918. Cette publication d’actes de colloque n’échappe pas aux contraintes de l’exercice, à savoir des papiers hétérogènes du point de vue de leur qualité et de leurs thématiques ; l’appareil éditorial supplée cependant ce défaut grâce à une préface qui met en perspective la Première Guerre mondiale par rapport aux conflits antérieurs et surtout à une introduction très stimulante des coordinateurs, laquelle assure la cohérence de l’ensemble, tout en posant des jalons pour une histoire du travail en guerre.

Elle rappelle notamment la nécessaire complémentarité des différentes échelles d’analyse pour appréhender le sujet ; ce programme est largement respecté tout au long de l’ouvrage, dans lequel voisinent des analyses de l’action ministérielle et des études de cas régionales, voire locales. Dans la première partie, une place est même opportunément faite à la comparaison internationale, à travers la contribution d’Antoine Prost, qui établit une typologie de la mobilisation industrielle selon la nature de l’armée, la structure de l’État et l’influence syndicale, en confrontant les cas français, britannique et allemand. Cette analyse est complétée par le travail de Laure Machu qui permet de mettre en lumière, par la comparaison avec l’Allemagne, la faiblesse relative de la capacité d’action des syndicats ouvriers en France. Un rappel utile qui invite à ne pas négliger la permanence des spécificités nationales dans un contexte de guerre que l’on aurait pu imaginer uniformisant. Les contributions de Dominique Guyot et d’Adeline Blaszkiewicz-Maison sont également complémentaires, en tant qu’elles analysent les rapports entre le ministère du Travail et le SSEAM. En première lecture, la protection des travailleurs, garantie par les lois sociales et l’action d’une inspection du travail amoindrie par la mobilisation (p. 57-58), est mise à mal par l’intérêt supérieur de la conduite de la guerre, qui se traduit dans la rhétorique d’Albert Thomas par un « esprit de guerre » (p. 80) pouvant conduire à un assouplissement du contrôle défavorable aux ouvriers. Les deux papiers nuancent cette idée en montrant qu’un « réformisme de guerre » (p. 93) a pu subsister dans les institutions ministérielles chargées des fabrications de guerre tandis que le ministère du Travail n’abandonne pas sa vocation sociale, comme en témoignent les nombreuses mesures prises en 1917 (p. 72). Le travail de Sylvain Bertschy poursuit utilement ces analyses, en étudiant la question de la santé au travail dans les usines de guerre, ce qui l’amène à identifier un hiatus entre le volontarisme hygiéniste des acteurs ministériels (tels qu’Albert Thomas ou Justin Godart), qui favorise des circulations scientifiques fécondes, et une réalité du contrôle plus difficile à établir, témoignant des intérêts contradictoires entre la gestion de la main-d’œuvre et une biopolitique. Au-delà, l’ouvrage permet de nourrir des réflexions sur les identités en guerre. C’est évident lorsque sont discutés les différents statuts juridiques qui encadrent la participation à l’économie de guerre ; d’utiles développements sont présents dans plusieurs contributions au sujet des affectés spéciaux. Plus que toute autre catégorie, ils incarnent le caractère poreux de la frontière entre civil et militaire2, entre le front et « l’autre front », pour reprendre une référence pionnière et maintes fois mobilisée dans l’ouvrage3. C’est également le cas des permissionnaires étudiés par Emmanuelle Cronier, qui constituent des exemples originaux de conflit entre les besoins de l’armée (de disposer d’hommes reposés à leur retour de permission) et ceux de l’économie, notamment agricole (qui peut difficilement s’accommoder de l’oisiveté de ces hommes rentrant momentanément dans leurs foyers).

De nombreuses contributions étudient ensuite la mobilisation de catégories plurielles de travailleurs. Une large place est réservée à la question des femmes ; après une utile synthèse historiographique de Michelle Zancarini-Fournel, plusieurs articles traitent de ce sujet à différentes échelles. Jean-Louis Escudier, grâce au cas des femmes employées dans la filière viticole, démontre l’hypothèse d’une main-d’œuvre féminine considérée comme un expédient temporaire, pour qui l’expérience professionnelle en temps de guerre n’a pas vocation à être pérennisée lors du retour à la paix (p. 191). Par ailleurs, les femmes font l’objet d’un intérêt spécifique, notamment au regard du droit du travail ; Marie-Claude Albert révèle ainsi les fondements natalistes et moralisateurs du contrôle de la main-d’œuvre féminine, qui relève en définitive moins de la protection que du patronage (p. 177). Les différents papiers consacrés à la main-d’œuvre étrangère se complètent également : Caroline Douki met en évidence la dimension géopolitique du recours à des travailleurs immigrés, en montrant comment la mobilisation des Italiens fait l’objet de négociations bilatérales entre les État français et italien ; Stéphane Kronenberger, à partir du cas franc-comtois, étudie la gestion des flux de main-d’œuvre, ce qui le conduit à distinguer ce qui relève de la permanence du recours aux travailleurs étrangers dans une région industrielle des mutations qu’engendre la guerre, notamment du point de vue quantitatif. Enfin, Mireille Le Van Ho, en centrant son analyse sur les Vietnamiens, livre une utile histoire au ras du sol, qui permet notamment de mettre en évidence les conflictualités raciales au sein des usines d’armement (p. 254). Les contributions de Ronan Richard, de Philippe Salson et de Marc Leleux mettent en avant l’importance d’un travail contraint, voire forcé, en faveur de l’économie de guerre, qu’il s’agisse de celui – fondamental dans l’Ouest agricole – des prisonniers de guerre pour le premier, ou du travail forcé dans les territoires occupés pour les deux suivantes, révélant ainsi une extension du conflit à la sphère civile et conférant une dimension concrète à la guerre économique. Le tableau est complété par le travail de Stéphane Zygart sur les mutilés de guerre, également évoqués par Catherine Omnès dans une synthèse sur les études de la sortie de guerre, période dont on pourrait regretter qu’elle ne fût pas plus mobilisée dans l’ouvrage, bien que les conclusions de nombreux articles envisagent la question de la transition vers la paix.

Cette pluralité des situations, bien rendue par la diversité des travaux, recouvre une absence d’uniformité de la main-d’œuvre en France. C’est particulièrement le cas selon les situations géographiques et économiques ; alors que la plupart des contributions constituent des analyses des réponses à des situations de pénurie de main-d’œuvre, d’autres témoignent d’un autre effet de la guerre, à savoir la désorganisation économique, cause de la fermeture d’établissements industriels et donc d’un chômage massif. C’est particulièrement le cas dans la région parisienne, étudiée par Thierry Bonzon, ce qui permet d’apporter une réflexion sur les mécanismes de régulation de la main-d’œuvre, du point de vue du placement des sans-travail. Benjamin Jung, entre autres contributions, révèle ainsi la prépondérance de l’échelle locale de décision, les bureaux de placement étant organisés selon un découpage départemental. Une politique embryonnaire et incertaine est alors mise au jour, alternant entre volonté de fixer la main-d’œuvre (p. 130), dans la longue tradition de crainte des mobilités prolétaires, et encouragement à la mobilité laborieuse en fonction des situations locales de marché de l’emploi, dans une logique qu’on pourrait nommer de manière anachronique d’aménagement du territoire (p. 118). La diversité repose sur d’autres critères de différenciation entre espaces demeurés souverains et territoires occupés, ou encore régions à dominante industrielle (voir S. Kronenberger) ou agricole (voir R. Richard).

Au total, cet ouvrage dresse un panorama assez complet des mains-d’œuvre engagées dans l’effort de guerre en France entre 1914 et 1918, en mettant l’accent sur la diversité des statuts, dont la gestion n’est pas sans poser problème dans une France attachée à un certain unitarisme dans le domaine social. En se concentrant très peu sur les acteurs patronaux, il ouvre la voie à une réflexion à nouveaux frais sur la régulation de la main-d’œuvre par les institutions publiques, à différentes échelles, qui préfigure le développement de l’État social dans l’entre-deux-guerres. En cela, il est autant une contribution utile à l’histoire du travail en temps de guerre qu’une boîte à outils pour de futurs travaux d’histoire sociale du travail.

Clément Collard


  1. S. Bertschy et P. Salson (dir.), Les mises en guerre de l’État. 14-18 en perspective, Lyon, ENS Éditions, 2018. []
  2. À ce sujet, voir le colloque « Au cœur de la Grande Guerre, l’individu au croisement du civil et du militaire », organisé au Mons Memorial Museum du 26 au 28 octobre 1917, et dont les actes sont en cours de parution. []
  3. Patrick Fridenson (dir.), 1914-1918 : l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.