Phryné Pigenet, Catalans malgré tout. L’exil catalan en France au XXe siècle : histoire et mémoire.

Toulouse, Éditions Trabucaire, 2017, 288 p.

Dans cet ouvrage conséquent, Phryné Pigenet apporte une pierre importante à l’étude des migrations d’exil dans l’Europe du XIXe siècle. Revenir sur les circonstances bien connues de la Retirada qui, dans l’hiver 1939, vit affluer en France près d’un demi-million d’Espagnols en France – le plus important flux migratoire jamais connu alors – pourrait paraître une gageure. Pigenet relève cependant le défi avec brio et clarté, en situant cet événement central dans l’histoire longue des migrations ibériques. À travers le cas des Catalans, l’auteure ne cherche pas à démontrer coûte que coûte la singularité de cette population mais interroge ses liens avec le reste de l’immigration espagnole, non seulement en France mais aussi en Amérique latine. In fine, ce cas permet de dessiner avec finesse les évolutions des sociétés de départ et d’accueil.

Le livre est logiquement structuré en chapitres chronologiques : le tableau de l’immigration populaire et républicaine avant 1939 est bienvenu, tant le rôle de ces immigrés de longue date est déterminant dans l’organisation de l’accueil des nouveaux venus. Cette époque dessine aussi les contours d’une identité d’exil profondément ancrée dans le républicanisme, mais aussi dans la revendication d’une singularité culturelle : « Là se creusent les fondations de la solidarité déployée, pendant la guerre civile, par les associations d’immigrés, au nom du destin lié de la République et de la Catalogne » (p. 27). Les chapitres suivants reprennent et complètent utilement nos connaissances sur la vague migratoire de 1936-1939. Les premières vagues touchent des victimes de la répression républicaine, tandis que s’organise une solidarité multiforme des organisations françaises. Rapidement, l’immigration fait majoritairement corps avec la cause républicaine. L’auteur souligne les contradictions des uns et des autres : l’embarras des autorités françaises qui caressent des projets annexionnistes (!), une détérioration rapide des relations entre les autorités espagnoles en exil et leur équivalent catalan : les organisations se déchirent ; les dirigeants, comme Lluís Companys, sont discrédités.

L’immigration de 1939 enracine durablement un traumatisme que les exilés ont d’immenses difficultés à surmonter. Ce naufrage collectif d’une ampleur extraordinaire est accusé par l’éloignement définitif de toute reconquête de l’Espagne après 1945 en vue de réinstaurer la démocratie. Pour autant, l’horizon d’attente des exilés demeure encore longtemps un retour hypothétique dans une Catalogne républicaine. Les Catalans ne connaissent pas ici un sort différent des autres Espagnols, non seulement parce que les solidarités partisanes jouent à fond, mais aussi à cause de l’indifférence des autorités françaises pour les différences régionales. Phryné Pigenet nous conduit habilement à travers le labyrinthe des aides et des assistances aux réfugiés, où les ONG mais aussi les institutions espagnoles en exil jouent un rôle important. Les pages consacrées à la forte détérioration de la situation des réfugiés à partir de 1940 sont particulièrement éclairantes : le maquis des décrets d’avant-guerre, la politique de Vichy et de l’occupant sont ici détaillés, donnant lieu parfois à de curieux renversements : ainsi, l’occupant allemand a pu protéger des travailleurs forcés du Mur de l’Atlantique contre la répression brouillonne de l’État français !

Le chapitre consacré à la mémoire et aux identités partagées des exilés revient sur la constitution d’une mémoire traumatique, légitimée par une partie de l’opinion publique française. La participation précoce des Espagnols à la Résistance permet d’intégrer, par éclipse, la mémoire collective française. Les « Rouges » se retrouvent alors dans le camp des vainqueurs, une position qui compense l’humiliation de la défaite de 1939. Rapidement cependant, ces résistants de la première heure deviennent encombrants, notamment après l’échec de l’expédition armée dans le Val d’Aran.

Dès lors, les réfugiés n’ont d’autres choix que de s’insérer dans le pays d’accueil. Les conditions de cette intégration sont dictées par les statuts : l’inscription consulaire (espagnole) vécue comme une trahison, l’obtention d’un statut de réfugié qui ne garantit en rien celle d’un permis de travail, la naturalisation sont chaque fois vécus comme des choix difficiles. L’insertion se paye d’un inexorable déclin social que les réfugiés mettent des années à compenser. Encore faut-il noter des différences entre le Sud-Ouest toulousain, plus populaire, et la région parisienne qui attire depuis longtemps les classes moyennes et intellectuelles. Il faut attendre la deuxième génération pour que l’insertion soit totale, grâce notamment aux parcours scolaires dans un contexte d’ascension sociale généralisé de la population française. Là, le contact entre les exilés politiques des années 1930 et l’immigration de nature économique des années 1950-1960 n’est pas des plus aisés.

L’ouvrage ne pouvait se terminer sans explorer plus à fond la dimension politique de l’exil républicain, notamment catalan, dans le contexte de l’après-guerre, faisant de la France le « foyer principal de l’anti-franquisme » (p. 155). Malgré leurs divergences, les partis catalans partagent un même sentiment d’appartenir à un ensemble culturel spécifique, sans jamais couper les ponts avec leurs homologues espagnols. Mais rien ne semble enrayer un déclin alimenté par les divisions internes, un dialogue difficile avec les résistants demeurés en Espagne et l’indifférence, voire la méfiance des autorités françaises dans un contexte de guerre froide renforcé. L’épuisement et l’émiettement des noyaux militants sont précipités par le rétrécissement des cercles sympathisants, qui amoindrit considérablement les ressources financières des uns et des autres. Sans doute l’action menée par les associations liées à l’ambassade d’Espagne à Paris a également joué. C’est pourquoi le « rebond des années 1960 », inattendu, paraît d’autant plus remarquable.

La permanence des cercles de sociabilité de l’exil a joué dans le renouveau d’une militance au contenu plus culturel, où la défense de la singularité catalane devient fer de lance de la lutte contre la dictature. La capacité à capter de nouveaux migrants, l’accueil et la formation des militants de l’intérieur, l’homogénéité que confère une identité victimaire et traumatique – les commémorations jouent ici un rôle essentiel – sont à l’origine de ce nouvel élan. Les dernières pages consacrées à la formation de la culture diasporique catalane éclairent d’un jour nouveau le tournant culturel de la fin des années 1960, également perceptible outre-Pyrénées. Certes, ces cercles culturels n’échappent pas à une nostalgie passéiste qui les désigne en héritiers jaloux d’une culture de plus en plus dépassée. Toutefois, de jeunes générations font leur place et ouvrent les anciennes institutions aux nouveautés culturelles : sans être créateurs d’une culture originale, ces cercles de l’exil se font malgré tout l’écho d’une résistance culturelle dont le noyau se situe désormais dans la péninsule.

L’étude s’appuie sur une étude archivistique très notable et le plus souvent inédite. Elle se fonde sur un appareil critique conséquent et s’empare de notions qui situent le cas des exilés catalans dans des problématiques générales. Il est cependant inévitable que ce type de synthèse souffre de quelques faiblesses : ainsi, il aurait été utile de préciser ce qu’on entend par « Catalan » dans les différentes statistiques en usage. La naissance et la résidence sont des critères utiles concernant la première génération, mais inopérants pour l’étude des générations suivantes. À cet égard, le titre – sans doute choisi par l’éditeur – ne fait pas justice au contenu de l’ouvrage, car il suggère une sorte de permanence de l’identité catalane dans l’adversité, là où l’auteur a soin de souligner au contraire le jeu d’incessantes recompositions. Une autre limite concerne l’aspect proprement mémoriel du sujet : outre que la méthodologie n’est guère explicitée (notamment l’usage des questionnaires montrés en annexe et la nature des échantillons retenus), l’auteure ne fait pas mention d’études anthropologiques utiles pour comprendre la lente construction d’une identité traumatique mais aussi victimaire chez les enfants et petits-enfants des républicains espagnols : citons la thèse remarquable de Federica Luzi, par exemple. Ces travaux abonderaient dans le sens de Phryné Pigenet en montrant combien le contexte culturel français est des plus prégnants sur les jeunes générations, en lien avec une construction mythique de l’Espagne le plus souvent sans rapport avec le pays réel.

Au total, on retiendra que l’ouvrage de Phryné Pigenet permet de saisir remarquablement les lumières et les ombres de cette culture d’exil qui, après 1975, favorisera « la réhabilitation de la mémoire catalane et républicaine de la première génération des exilés », de part et d’autre des Pyrénées. Ce livre sera une référence obligée pour tous les historiens de l’Espagne, mais aussi pour les spécialistes des mouvements migratoires dans l’Europe de la seconde moitié du XXe siècle.

Stéphane Michonneau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.