Mathilde Rossigneux-Méheust, Vies d’hospice. Vieillir et mourir en institution au XIXe siècle

Ceyzérieu, Champ Vallon, « La chose publique », 2018, 392 p.

Un intérêt grandissant pour l’histoire de la vieillesse et de la fin de vie.

L’historiographie française s’est peu intéressée, et trop tardivement, à un phénomène où pourtant la France a été pionnière, le vieillissement de sa population. Michelle Perrot, évoquant dans L’histoire de la vie privée, le sort des plus âgés, lançait en 1987 une invitation à entreprendre l’étude de la vieillesse, ce « grand sujet d’histoire à écrire », en ajoutant qu’elle « devra être résolument sexuée »1. Depuis, en partie sous son impulsion, sous la pression aussi de la demande sociale, les recherches en histoire se sont portées sur des sujets jusque-là réputés peu attractifs. Soulignant l’absence de travaux sur les hospices, les fondations et les maisons de retraite du XIXe siècle, Mathilde Rossigneux-Méheust s’est attachée depuis quelques années à combler ce vide par la publication d’articles remarqués2. Avec comme centre d’intérêt le vécu quotidien des vieux Parisiens finissant leur vie en institution, l’ouvrage, tiré d’une thèse soutenue en 2015, nous amène au cœur de leurs attentes, de leurs espoirs et de leurs plaintes. Il nous offre ainsi une vision inédite, détaillée et passionnante du statut des gens âgés qui ont laissé leurs traces dans les archives des établissements parisiens. Au-delà, l’auteure ambitionne de mettre en évidence la « relation d’assistance » qui se tisse à l’hospice, comme dans d’autres lieux de relégation et d’enfermement, et « qui lie au quotidien les institués aux instituants » (p. 152).

L’hospice revisité

Jusqu’à une date récente, les études sur la population des hospices, et des divers lieux d’accueil pour vieillards, ont été bridées par la difficulté d’accéder aux archives de ces établissements. Ce n’était pas propre à Paris. Partout, le chercheur se heurtait (se heurte encore) aux réponses navrées des archivistes : 1) les archives n’ont pas été versées, 2) elles n’ont pas encore été classées, 3) elles ne sont pas communicables car contenant des données personnelles sensibles. Sauf exception, les seules sources disponibles étaient les sources administratives et les témoignages laissés par quelques soignants ou visiteurs. À Paris, dans les années 2000, l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) a pu entreprendre la recension et le classement des documents provenant des établissements dépendant d’elle, puis les rassembler dans des locaux dédiés, à Bicêtre, avec désormais une salle de consultation ouverte au public. C’est donc une véritable découverte que nous faisons en accédant par cet ouvrage à toute une partie du vécu des hospitalisés, longtemps inatteignable : ce sont des correspondances, ou même des pétitions, exprimant doléances, ou souhaits, à propos de voisinages insupportables, à propos d’horaires de rentrée trop rigides, à propos de l’organisation des visites dans les grands dortoirs où il faut respecter le repos des voisins (p. 153 sq) ; ce sont des initiatives collectives, comme la constitution d’une Société de secours mutuel à Bicêtre (p. 245-247), comme la mobilisation des libres penseurs (p. 248-250) pour obtenir des obsèques laïques, ou encore le mouvement en faveur de ceux qui n’ont plus de famille, afin d’obtenir une sépulture digne, et échapper à « l’amphithéâtre » où sont dirigés les corps non réclamés (p. 321-340). Devant une telle vitalité, une telle capacité d’organisation et d’expression, l’auteure, très inspirée par le sociologue américain Erving Goffman3, et tenant à renverser les « représentations misérabilistes » qui ont pu réduire l’hospice à un mouroir, entend démontrer qu’il est au contraire un lieu où le vieillard peut négocier les rapports de pouvoir qui lui seraient imposés ailleurs, et que les « vieux assistés parisiens [bénéficient] d’un statut exceptionnel parmi les pauvres, et plus généralement parmi les classes populaires » (p. 233).

L’exception parisienne

Si réconfortante que soit cette vision de l’hospice, il faut la tempérer. La peinture que nous présente l’auteure s’inscrit dans le paysage parisien. Nous savons que la capitale a, dès l’Ancien Régime, fait l’objet d’une attention particulière du pouvoir, soucieux à la foi des risques sanitaires et du maintien de l’ordre ; au XVIIe siècle est instauré l’Hôpital général (1656), dont sont issus les grands hospices de Bicêtre ou de La Salpêtrière ; au milieu du XIXe est mise en place l’Administration générale de l’assistance publique (1849), qui dépend directement du ministre de l’Intérieur et du préfet, et qui, à l’exception des établissements religieux, comme les Petites sœurs des pauvres, chapeaute l’ensemble des établissements accueillant des vieillards, qu’ils soient publics ou privés, gratuits ou payants. Sous l’égide de cette puissante administration, et grâce aux donations d’une élite aisée, des travaux d’aménagement dans les établissements existants (eau courante, sanitaires, ascenseurs, électricité), ainsi que la création de fondations nouvelles ont multiplié, agrandi et modernisé les lieux d’accueil destinés aux plus âgés. Mais, au-delà de la région parisienne, la situation des hospices, fondations, asiles, maisons de retraite ou dépôts de mendicité, qui accueillent des vieillards souvent isolés et indigents, est beaucoup plus problématique, car les communes et les départements qui gèrent ces établissements ont des moyens limités. Les archives comparables à celles que fournit maintenant l’AP-HP sont rares, mais si l’on en croit les quelques cas documentés et les témoignages des responsables eux-mêmes, soignants ou préfets, la situation en province est souvent déplorable, et le restera jusqu’aux années 19204. Emblématique est l’histoire de l’hospice du Mans : l’ancien dépôt de mendicité, installé en ville depuis 1853 dans les locaux vétustes et humides d’un ancien couvent, fait l’objet d’un projet de transfert dès avant 1914 ; suspendu pendant la guerre, le projet prend corps en 1923 avec l’appropriation de l’ancien Grand Séminaire par le conseil général de la Sarthe ; et ce n’est que deux ans plus tard que les premiers résidents s’installeront dans « un établissement modèle », s’inspirant d’ailleurs de l’hospice d’Ivry5.

Inégalités sociales, inégalités de genre

La notion globale d’hospice qui structure le propos de l’auteure ne devrait pas cacher la grande inégalité des situations qu’elle recouvre. Chez Erving Goffman, dont les travaux sont la référence souvent invoquée par l’auteure, l’importance donnée à la microsociologie et aux interactions des sujets n’exclut pas totalement le recours à la macrosociologie, avec ses apports sur le contexte social6. Or, à Paris, les conditions d’hébergement des gens âgés sont bien différentes selon le niveau social du postulant. Dans la maison de retraite Galignani, privée et payante, située à Neuilly, ou dans celle, plus ancienne, de Sainte-Périne, publique et payante, située dans le 16e arrondissement de Paris, résidentes et résidents bénéficient d’une chambre individuelle, d’un salon (p. 165), d’un suivi médical et des visites de leurs proches. À l’autre bout de la ville, La Salpêtrière, le plus ancien et le plus important hospice de la capitale, abrite des milliers de femmes, dont les nuits et les jours se passent en grande partie dans de vastes dortoirs contenant jusqu’à cent personnes (p. 160-161), sans confort ni intimité, avec peu de possibilités de sortie ou de visite. Il paraît difficile de mettre ces deux populations sur un même plan, comme si elles pouvaient utiliser les mêmes « marges de manœuvre », les mêmes possibilités de « négocier le quotidien » et de « déjouer, dans le cadre du contrat d’assistance auquel [elles] ont souscrit, les logiques de domination qui s’exercent sur [elles] » (p. 345). D’autant que, dans les hospices de femmes, à l’inégalité sociale s’ajoute l’inégalité de genre. Dotés d’un droit de vote généralisé pour les hommes en 1848, les vieillards hospitalisés à Bicêtre ou aux Ménages peuvent participer aux débats électoraux, recevoir la visite de candidats, espérer que leurs demandes soient relayées au conseil municipal et dans la presse ; ce qui n’est pas envisageable pour les femmes, exclues de la vie politique et souvent moins armées pour s’exprimer, comme moins présentes dans les archives.

En mettant en question notre vision de l’hospice, en plaçant au centre de ses analyses les interactions qui, se développant au sein des relations de dépendance, sont susceptibles de préserver la dignité des pensionnaires, et d’humaniser leur vécu, l’auteure de Vies d’Hospice, même si elle ne nous convainc pas toujours, nous incite à interroger plus finement notre approche de la vieillesse en institution. Espérons que le débat qu’elle suscite poussera historiennes et historiens à poursuivre l’exploration d’archives, qui ont encore beaucoup à nous apprendre sur l’histoire de la vieillesse.

Élise Feller

  1. Ph. Ariès et G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 4, p. 299. []
  2. Dont : « Négocier sa mort. Le combat des vieillards en institution à Paris au XIXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 61, 2014, p. 98-123 ; « L’épreuve de l’irréversibilité médicale, retour sur l’expérience du vieillissement des parisiens assistés en institution au second XIXe siècle », Annales de démographie historique, n° 133, 2007, p. 88. []
  3. E. Goffman, Asiles. Études sur les conditions sociales des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit, 1968 [1961] ; Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit, 1975 [1963]. []
  4. É. Feller, Du vieillard au retraité La construction de la vieillesse dans la France du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2017, p. 121-156. []
  5. F. Cribier et É. Feller, Regards croisés sur la protection sociale de la vieillesse, Comité d’histoire de la sécurité sociale, n° 1, 2005, p. 83-137. []
  6. E. Goffman, L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute, 2002 [1977]. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.