Jean-Numa Ducange et Antony Burlaud, Marx, une passion française.

Paris, la Découverte, « Recherches », 2018, 352 p.

Que reste-t-il à dire de Marx aujourd’hui ? La littérature scientifique sur le père du communisme est pléthorique, si bien qu’une telle question pourrait se poser à l’ouvrage dirigé par Antony Burlaud et Jean-Numa Ducange. C’est, cependant, à nouveaux frais que l’ouvrage interroge le destin des marxismes en France. En s’intéressant aux différents espaces sociaux qui, du XIXe au XXIe siècle, ont produit des marxismes français, les contributeurs de l’ouvrage – issus des sciences religieuses, de la science politique, des sciences littéraires, de la philosophie et, pour beaucoup, de l’histoire – proposent un regard original sur le marxisme, en prolongeant le sillon d’une histoire sociale des idées que certains d’entre eux avaient déjà eu l’occasion d’ouvrir.

Avant d’insister sur les apports originaux de l’ouvrage, il faut signaler la cohérence de sa construction. On craint toujours des volumes collectifs qu’ils n’aient pas de fil directeur. Ce n’est pas le cas de cet ouvrage agencé en cinq parties formant un tout, et permettant de dresser un panorama général des réceptions et usages du marxisme en France. Après une introduction qui précise le projet général de l’ouvrage et un prologue érudit sur Marx et la France, la première partie traite du Marx des partis politiques, de son importation par le socialisme français à la compétition entre les partis de la gauche et de l’extrême gauche pour le monopole de l’interprétation de Marx, ou, du moins, le droit de parler de Marx durant le XXe siècle. Les contributions informent sur la temporalité des marxismes : les moments de revendication d’un Marx partisan, ceux de la cristallisation des oppositions entre partis (par exemple autour des « anniversaires » de Marx et des festivités qui y sont liées) et ceux, enfin, de la déprise du marxisme, ce que Mathieu Fulla met en évidence de manière nette dans sa contribution sur « le Marx des socialistes ».

La deuxième partie du volume, « Traduire et éditer Marx », peut être vue comme une histoire matérialiste des Marx français, axée sur les entreprises éditoriales concurrentes qui le rendent disponible à la lecture, ainsi que sur la fabrication des traductions. Lire Marx, en effet, mais dans quelle traduction et dans quelle édition ? En Pléiade ou aux Éditions sociales ? Marx, une passion française accorde à cette question une place de choix, en mettant en évidence les enjeux proprement sociaux des controverses théoriques lorsqu’il s’agit de s’assurer la maîtrise d’un projet éditorial ou d’imposer la traduction d’un terme : Mehrwert doit-il être traduit par plus-value ou par survaleur ? De ce point de vue, la contribution de Guillaume Fondu et Jean Quétier offre un éclairage philosophiquement érudit appuyé sur une réflexion sociologique.

La troisième partie du livre offre une description des marxismes disciplinaires. Isabelle Gouarné propose une sociologie fine des rapports du marxisme et des sciences sociales, en mettant en évidence tout autant le rôle d’organisations partisanes ou intellectuelles que la contribution des débats autour du marxisme à renouveler le rationalisme scientifique en France. Dans les contributions sur l’économie, la sociologie ou l’histoire, le panorama dressé éclaire la constitution et l’affaissement de conceptions disciplinaires se revendiquant marxistes, qui culminent dans les années 1970 avant de s’affaiblir ou de disparaître. L’analyse de la critique littéraire, qui conclut cette troisième partie, fait le pont avec l’analyse de la production intellectuelle et artistique étudiée ensuite, en mettant en évidence le caractère normatif et praxéologique d’une critique marxiste et les hétérodoxies qu’elle génère.

La quatrième partie, « Hybridations théoriques », propose des vignettes sur les usages de Marx au sein de certaines écoles scientifiques ou de certains courants artistiques. Frédérique Matonti y prolonge ses travaux sur le structuralisme en mettant en évidence les relations entre les clercs du Parti communiste et les espaces de production savante. À côté de textes très documentés sur des courants philosophiques (phénoménologie, « nouveaux philosophes »), la contribution portant sur le féminisme revient sur le long compagnonnage entre marxisme et féminisme, et sur les intellectuelles et les militantes qui ont fabriqué avec et contre le marxisme de nouveaux savoirs et de nouvelles revendications.

Ce serait peut-être la dernière partie, le marxisme « vu d’ailleurs », qui serait la moins charpentée, même si elle n’en est pas moins intéressante. On y trouve d’importantes contributions, sur des découvertes « libérales » de Marx et celle de Denis Pelletier sur le marxisme des catholiques, qui constitue la pièce essentielle d’un puzzle éclairant la diffusion de pratiques religieuses émancipatrices après la Seconde Guerre mondiale. C’est aussi dans cette dernière partie que deux contributions, sur le marxisme en Afrique francophone et sur les étudiants chinois en France après la Première Guerre mondiale, offrent un regard sur une histoire transnationale des marxismes français sur laquelle on reviendra.

Au total, le livre éclaire l’emprise du marxisme en France en déployant un programme de recherche défini en introduction comme une « histoire intellectuelle, une histoire des idées politiques attentive aux modalités des transferts culturels, aux multiples retraductions et aux appropriations auxquelles une théorie est soumise quand elle passe d’un pays, d’un milieu et d’une conjoncture à l’autre ». L’ouvrage met en valeur l’intérêt de cette méthodologie qui appelle à regarder la fabrication des idées politiques (du corpus des textes disponibles au canon des textes consacrés) en les liant à la dynamique des espaces sociaux de production des idées. Par ailleurs, les auteurs s’intéressent aux manières qu’ont les idées de faire corps avec la société, en insistant sur les formes matérielles des idées politiques, élément traité de manière cursive mais persistante dans de nombreux textes. Si l’édition des œuvres de Marx fait partie de cette mise en objet des marxismes, on relève, au fil des pages, d’autres types d’objets : les almanachs, les brochures politiques emplissant les tiroirs des élèves des « cagnes », les livres, savants et de vulgarisation (et aux manières de les lire), les newsmagazines, les festivités, etc.

La plupart des contributions s’alignent, de fait, sur le programme de recherche esquissé en introduction (même si elles accomplissent le projet de manière inégale en fonction des origines disciplinaires, des ancrages théoriques et du degré d’aboutissement de la recherche des auteurs). Les contributeurs saisissent, sur le vif des pratiques, le marxisme en train de se faire au sein de différents univers partisans ou professionnels, et il est rare d’avoir affaire dans ces contributions aux analyses désincarnées de l’histoire des idées. En parlant de sa traque de l’« écho » du marxisme dans la discipline historique, François Dosse avance une expression qui pourrait bien s’appliquer à l’ensemble de l’ouvrage : dans les différents chapitres, les marxismes ont toujours un air de famille, mais leurs différences – théoriques, mais aussi en termes de complexité de l’édifice intellectuel ou de virtuosité de la maîtrise – dénotent leurs contextes sociaux de production (le marxisme rationaliste des années 1930 ou le marxisme humaniste des catholiques, etc.) et découlent aussi des prises de positions des producteurs de biens symboliques les uns par rapport aux autres.

Ce livre, formant un ensemble cohérent, constitue, donc, une contribution cruciale à une histoire sociale des idées politiques. En rouvrant le cas Marx et en montrant qu’il reste encore quelque chose à en dire, il apporte la démonstration de la capacité d’une telle option méthodologique à renouveler l’histoire classique des idées, « ce vieux tapis usé jusqu’à la corde » dont parlait Michel Foucault. Il est entendu qu’il est toujours possible de trouver des limites à un volume, et l’exercice du compte rendu y oblige. On pourrait signaler que les chapitres se soumettent plus ou moins bien aux objectifs fixés par l’introduction. On pourrait, bien sûr aussi, signaler les espaces que le volume néglige ou pointer le fait que son intérêt porte plutôt (mais pas exclusivement) sur les élites politiques et intellectuelles et non sur les usages ordinaires du marxisme – encore que, sur ce dernier point, il faudrait aussitôt se reprendre : de nombreuses contributions mentionnent les instruments d’un marxisme populaire (comme les almanachs, les formations, les fêtes) et posent les jalons pour ce que l’on pourrait appeler une histoire populaire des idées politiques. De tels reproches, cependant, seraient injustes car le programme de recherche défini par les directeurs du volume ne peut être exécuté d’un coup en raison de l’ampleur, chronologique et sectorielle, des espaces qu’il faudrait couvrir. On trouverait toujours (et sans peine) une terra incognita sur la carte des marxismes français. Tout au plus pourrait-on se borner, peut-être plus justement, à regretter l’absence d’un texte de conclusion. Ce texte aurait pu connecter l’histoire des marxismes français et systématiser les apports du livre, en offrant une analyse générale de la production des idées marxistes et de l’espace social, organisé et hiérarchisé, dans lequel ces idées sont produites.

Si l’on devait prolonger la critique, on pourrait aussi se demander combien « française » est cette passion pour le marxisme. Si l’on met de côté les questions de traduction abordées dans la deuxième partie, ce sont essentiellement les deux derniers chapitres qui embrassent le projet d’une histoire transnationale du marxisme français, en s’intéressant au marxisme en Afrique francophone et aux étudiants communistes chinois à Paris entre 1919 et 1925. Ces deux contributions démontrent le caractère heuristique d’une focale élargie en mettant en avant la manière dont les espaces intellectuels et partisans français contribuent à faire de Marx un bien symbolique global. Néanmoins, les liens avec le reste du monde sont, dans l’ensemble du volume, décrits de manière aussi insistante (en particulier en ce qui concerne l’importance de Moscou ou de Brecht) que peu systématisée : on saisit bien que le marxisme français est aussi le produit d’un espace transnational de production sans comprendre, ici, complètement les dynamiques de cet espace transnational. Cette dernière remarque, outre qu’elle est suggérée par les travaux antérieurs de certains des auteurs du volume et ceux, récents, de Christina Morina1, n’enlève rien à l’importance du travail réalisé, et n’appelle qu’à le prolonger.

Karim Fertikh


  1. Christina Morina, Die Erfindung des Marxismus. Wie eine Idee die Welt eroberte, Munich, Siedler Verlag, 2017. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.