Frédéric Graber et Martin Giraudeau (dir.), Les projets. Une histoire politique (XVIe-XXIe siècles).

Paris, Presses de Mines, « Sciences sociales », 2018, 314 p.

L’époque serait aux projets, tel est le sentiment qui semble bien ancré dans le monde de la recherche, bien plus objet de financements sur projets que par le passé depuis une quinzaine d’années. Il est d’ailleurs parfois bien plus honorifique d’être lauréat d’un projet que d’en présenter ses résultats. Car, « à quoi bon exécuter des projets, puisque le projet est en lui-même une jouissance suffisante ? », écrivait Baudelaire dans « Les projets », vingt-quatrième poème du Spleen de Paris. Serait-ce pour cela que les « projets de loi » sont l’apanage du gouvernement, laissant aux députés le qualificatif plus dévalorisant de « propositions de loi » ? Bien que les projets constituent une part importante de la vie académique, et de la vie sociale de façon plus large, rares sont les travaux historiques qui les prennent comme objet d’étude. Telle est l’heureuse ambition de ce livre collectif, lui-même résultat d’un projet de recherche financé, puisqu’il découle du programme ANR Profutur « Savoirs et techniques d’anticipation. Prévision et organisation du futur en Europe aux 18e et 19e siècles » (2009-2012), piloté par Frédéric Graber. Avec Martin Giraudeau, ce dernier a réuni diverses contributions qui résultent de séminaires, journées d’étude et colloques organisés dans le cadre du programme, ainsi que de commandes pour un ouvrage qui se pense comme un tout, même s’il est toujours difficile de parvenir à une unité dans un ouvrage collectif. Il est suffisamment rare qu’un objet d’étude aussi transversal puisse être publié en histoire pour que le fait soit souligné.

L’ouvrage s’ouvre sur une longue introduction et se termine par une non moins longue conclusion, toutes deux écrites par F. Graber et M. Giraudeau. À leur lecture, on comprendra que les différents auteurs avaient pour consigne d’orienter leurs travaux dans le cadre défini et vers des perspectives communes. Comme à l’accoutumée pour ce genre d’ouvrage collectif, le pari n’est que partiellement tenu, en particulier parce que la définition du « projet » proposé par les auteurs, quoique volontairement large, ne correspond pas forcément rigoureusement à tous les types de mécanismes étudiés par les différents auteurs. Néanmoins, l’organisation du livre, claire et pertinente, permet au lecteur de défricher méthodiquement la notion, dont la conceptualisation est parfois ardue : tout d’abord sont exposés différents types de « formes-projets », sur des terrains et des époques différents, puis sont présentés quelques techniques ou outils communs à bon nombre de projets (business plan, contrats, souscriptions, brevets, etc.).

Avant de proposer leur propre définition du projet, dans une perspective politique et historique, F. Graber et M. Giraudeau soulignent l’intérêt que la notion a suscité chez les chercheurs en sciences sociales et regrettent, malgré l’effort critique établi par ces recherches pour se défaire de l’injonction aux projets, les formes de modélisations anhistoriques qui en découlent ou qui schématisent l’évolution diachronique. Selon eux, cinq archétypes de conceptualisation du projet ont ainsi pu être dégagés. Le premier considère le projet comme propre à l’avènement de la modernité, et même une caractéristique de l’époque moderne. Ce serait l’époque des faiseurs de projets, qui cherchent à améliorer le présent pour transformer le monde, en combinant avantage public et profit privé. Il s’incarne dans la figure de Daniel Defoe et son Essay Upon Projects (1697) qui définit déjà son époque comme un projecting age, un âge de la croyance au progrès et de la promotion du changement et de la nouveauté. Un deuxième, développé par Bruno Latour, insiste plutôt sur le processus et non sur l’objectif, et restreint le projet à une forme d’action. Dans ce cadre, la modernité aurait figé le projet dans l’administration et les finances, dans le carcan de processus décisionnels. Un troisième considère, avec Luc Boltanski, que le projet est une norme générale qui ordonne le capitalisme ; contemporain de la notion de réseau et de la fracture des positions hiérarchiques, il est un engagement flexible et volontaire, une valeur, et non un outil ou une technique, propre à notre temps contemporain. Une quatrième approche découle plus directement des sciences de la gestion et des succédanées de l’entrepreneur schumpétérien et de l’ingénierie. Aboutissant à la planification, il serait modelé par la domination états-unienne au XXe siècle. Enfin, une dernière conceptualisation dérive de l’histoire des techniques et des processus d’innovation faits de tâtonnements, d’expérimentations, de confusion et d’urgence. Dans ce cadre, ce ne serait pas la décision qui serait au cœur du projet, mais l’action innovante, flexible et incertaine, et cela dès 1930, avant de devenir un objet central après 1980.

Sans pouvoir entrer ici dans les détails de la discussion, retenons que pour F. Graber et M. Giraudeau, ces cinq théories s’articulent à des thèses historiques assez faibles qui prennent l’aspect de successions chronologiques archétypales sans preuves empiriques ; elles sont toutes articulées à l’idée, critique ou non, d’un enthousiasme moderne pour les nouveautés ou de signes d’une crise, de l’émergence d’une nouvelle économie toujours plus flexible. Plutôt que d’un mot-valise qui empêche de l’ériger en objet historique, ils définissent quant à eux le projet comme « toute action qui doit être l’objet d’un examen préalable par une instance de validation ou de financement » (p. 20). Ce qui apparaît au premier abord comme une restriction permet en fait de souligner la dimension collective et politique, d’apporter les régularités pour comparer des modes de fonctionnement dans un contexte précis, pour les saisir comme fait social et historique et non comme pures singularités ou modèle théorique. D’où la notion de « formes-projets », qui prend en compte l’entière diversité des façons de faire projet (procédures, professionnalisation et institutionnalisation) et permet d’analyser les agencements socio-politiques dans leur contexte et le cadre d’ensemble qui autorise et contraint l’action.

Les différents textes s’attachent à restituer les dimensions infrastructurelles de l’action, quoique la question de l’examen ou de la validation des actions, au cœur de la définition des auteurs, ne soit pas présente dans chacun d’entre eux. Cette réserve n’empêche pas de montrer que l’idée d’un âge ou de plusieurs âges des projets n’est pas convaincante. Selon F. Graber et M. Giraudeau, la mise en visibilité de ces âges témoigne avant tout de moments intenses de discussion des projets dans l’espace public, qui aboutissent à des occasions de théorisation et de conceptualisation. Contre l’idée d’un grand récit trop théorique, les auteurs proposent quelques pistes permettant de situer les formes-projets par rapport à quelques grands moments polémiques permettant d’identifier des traditions. Tout d’abord, ils montrent que l’on ne peut pas opposer le plan, qui serait rigide, hiérarchique et façonné d’en haut, au projet, qui serait flexible, horizontal, ouvert à l’action. Outre la mise en valeur d’un usage sémantique varié qui révèle une frontière bien moins tranchée, l’analyse empirique montre également la porosité des échelles, des dispositifs et des techniques. Par ailleurs, l’idée d’un âge du management de projet né aux États-Unis de l’après-guerre, et applicable à toutes les situations, gomme en fait les dimensions sociales et politiques tout en réduisant les processus états-uniens à des modèles dominants, ce qui ne permet pas de cerner les failles, les spécificités et les pratiques en œuvre, ni de percevoir les enjeux financiers et de contrôle. Cette idée rejette également les projets antérieurs à 1945 comme archaïques ou embryonnaires, ce qu’infirme là encore la recherche historique. Le souci de contextualisation permet également de se méfier de l’assimilation du projet à la modernité ; du moins permet-il de relever qu’ils accompagnent surtout les prétentions successives à la « modernité », au cœur de l’histoire de l’État (réforme et gestion), de l’histoire du capitalisme (profit et spéculation), de l’histoire occidentale (colonisation et développement). Ce serait alors un processus essentiellement discursif de légitimation.

L’époque est-elle alors vraiment aux projets ? La lecture de cet ouvrage bouscule l’idée établie. Il faudrait plutôt prendre conscience qu’il s’agit essentiellement d’une mise en visibilité liée à la dissémination du mot, aux débats, à la production d’un éthos du monde par projets. Certes, mais même si les exemples sont variés et que des incursions sont faites dans l’Espagne du XVIe siècle ou le Japon contemporain, les exemples pris en compte concernent surtout l’Occident libéral, les empires informels, les structures économiques et techniques, où femmes, ouvriers et exclus sont absents. D’autres mondes/sociétés/milieux/classes auraient-ils d’autres formes-projets et d’autres processus évolutifs ? Ou le projet est-il inhérent aux mondes de la décision, de l’évaluation et de la validation, c’est-à-dire ancré dans le monde occidental des décideurs ? Quoi qu’il en soit, concluent les auteurs, le processus d’individualisation et de légitimation touche de plein fouet le monde de la recherche publique mais, rapportent-ils pertinemment, les projets ne sont ni flexibles, ni fluides, ni rapides, mais au contraire lourds, lents et contraignants. Ainsi se fabrique le futur qui, comme le passé, sera rempli d’expériences multiples et difficilement modélisable. C’est le mérite de cet ouvrage qui, sans faire l’impasse sur la conceptualisation, montre que l’histoire reste une science empirique qui permet, au risque du relativisme, de déconstruire nos mythes et notre propension à sans cesse modéliser.

Thomas Le Roux


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.