Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Res Publica », 2019, 298 p. Préface d’Olivier Borraz.

Dans cet ouvrage de science politique, Nathalie Berny propose une étude approfondie et dense de la structuration de cinq grandes organisations non gouvernementales environnementales françaises (les Amis de la Terre, France Nature Environnement (FNE), Greenpeace, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et le WWF France). Organisé en six chapitres thématiques, le livre propose à la fois une étude diachronique de chacune des associations considérées depuis la fin des années 1960, tout en explorant plusieurs phases qui cristallisent des mutations internes, en particulier dans la foulée du « Grenelle de l’environnement » (2007).

Le point de départ de la recherche réside dans une interrogation et une insatisfaction quant à l’hypothèse d’une « convergence des pratiques et des formes organisationnelles » (p. 252) des associations d’environnement. En effet, l’auteure présente cette thèse de la convergence comme « la conception dominante de l’institutionnalisation promue par une partie de la sociologie des mouvements sociaux » (p. 9). En prenant le contre-pied de cette démarche, elle invite à comprendre l’évolution de ces associations en fonction de critères endogènes. Pour cela, Nathalie Berny convoque prioritairement des travaux fondateurs de la sociologie des organisations, dans la foulée des réflexions de Philippe Selznick. Le premier chapitre de l’ouvrage livre ainsi une présentation méthodologique rigoureuse, explicitant les choix opérés. L’institutionnalisation des ONG environnementales proviendrait de l’élaboration et de l’affirmation d’une « compétence distincte », que l’auteure définit comme « l’articulation entre les différentes activités que les organisations construisent au cours de l’action » (p. 10). En utilisant un recueil documentaire sur chaque organisation (incluant des publications externes et des notes internes), ainsi que quarante-sept entretiens, les chapitres suivants offrent deux apports majeurs aux travaux de socio-histoire des organisations et aux études environnementales.

En premier lieu, l’étude sociologique fine proposée par l’auteure illustre avec force la manière dont les organisations renforcent leurs compétences en se confrontant à des événements contingents comme à des sollicitations externes, à commencer par celles des pouvoirs publics. Le deuxième chapitre de l’ouvrage porte l’attention sur les moments fondateurs des ONG et leurs « expériences critiques », c’est-à-dire les événements ou les conflits au cours desquels les membres d’une association façonnent « des perceptions partagées sur les stratégies à mettre en œuvre pour défendre une cause commune » (p. 82). Ces expériences peuvent recouvrir aussi bien la lutte pour le sauvetage des oiseaux marins lors de la marée noire du Torrey Canyon (1967) pour les bénévoles de la LPO que la participation à la campagne électorale de René Dumont (1974) pour les Amis de la Terre. Aussi différentes soient ces expériences, elles marquent l’identité des associations et les savoir-faire légitimes au sein des ONG : depuis l’expertise ornithologique de la LPO jusqu’à la capacité d’orchestrer des actions collectives médiatiques des Amis de la Terre.

À l’issue des années 1970, la stabilisation d’une administration publique de l’environnement se réalise en dépit de moyens financiers et humains limités. Ce ministère sollicite alors les associations, qui peuvent représenter des leviers pour la mise en œuvre des politiques publiques. Pour la plupart des associations étudiées, à l’exception notable du WWF, la part des financements publics dans le budget global devient considérable : en 1981, ces subventions représentent six fois le montant des cotisations d’adhérents pour la Fédération française des sociétés de protection de la nature (FFSPN, devenue FNE en 1990). Ces financements métamorphosent les organisations : ainsi, la FFSPN se réorganise autour de « contrats d’objectifs » thématiques qui contribuent à répondre de manière plus précise aux attentes administratives. Toutefois, c’est surtout la séquence du « Grenelle de l’environnement » qui fait l’objet d’une analyse minutieuse, éclairant la manière dont les associations développent par exemple des stratégies de communication qui visent autant à faire pression dans les débats qu’à convaincre de nouveaux publics. Cette mobilisation de compétences dans la communication participe à des « réorganisations internes [qui] confirment la reconfiguration des hiérarchies entre savoir-faire » (p. 224). Par exemple, au sein de FNE, les compétences dans le domaine de la communication deviennent une ressource qui concurrence la démarche d’expertise qui était au fondement de l’identité de l’association.

Ces mutations dans la hiérarchie des priorités reflètent une évolution dans les dépositaires de l’animation et de l’orientation des ONG. Le second point fort de l’ouvrage réside ainsi dans l’étude fine de la professionnalisation de ces organisations militantes, ainsi que des conflits qui peuvent survenir entre salariés et bénévoles. La possibilité de recrutement repose notamment sur l’ouverture de dispositifs publics qui facilitent la création de postes, ainsi du développement des subventions aux associations environnementales dans les années 1980 (la LPO passe ainsi de cinq à vingt-cinq salariés en sept ans), ou lors de la mise en place des contrats aidés (« emplois jeunes ») pendant le mandat de la gauche plurielle (entre 1998 et 1999, Greenpeace passe alors de neuf à vingt-sept salariés ; alors que FNE triple ses effectifs entre 1998 et 2002). Ces recrutements transforment les organisations en leur permettant de se spécialiser dans certains domaines. Dans les années 1980, la FFSPN acquiert ainsi une expertise dans le domaine judiciaire, profitant notamment de la professionnalisation de ce domaine. Dans un autre registre, au tournant du siècle, plusieurs associations développent des services « marketing » visant à recruter de nouveaux donateurs, ou encore se dotent de services financiers.

Cette professionnalisation permet de se déprendre des effets d’autorité qui marquaient de jeunes associations dont le fonctionnement reposait sur les ressources de leaders. Pourtant, cette mutation reste conflictuelle au sein des associations car la montée en puissance des salariés alimente le sentiment d’une dépossession pour les bénévoles. L’auteure se montre vigilante à ces controverses, en les explorant par un suivi méticuleux des débats qui animent les instances dirigeantes. Elle éclaire les désaccords qui peuvent se manifester, dans la foulée du Grenelle, entre le développement de nouvelles compétences et la réaffirmation des savoir-faire propres à chacune des associations. Sur ce point, l’auteure prend position dans le débat qui traverse ces structures, affirmant que « l’investissement bénévole nuit à terme à la cohérence des positions collectives et conduit à des tensions entre salariés, brouillant les circuits de responsabilité » (p. 247). Elle en conclut toutefois que les réorganisations internes des associations, consécutives à une phase d’intenses sollicitations externes, permettent de réaffirmer l’identité propre de ces organisations et, surtout, de « reconquérir une autonomie » (p. 248).

Si l’étude proposée livre une analyse fine du fonctionnement interne des organisations, les historiens resteront parfois dans l’attente de précisions. Au moins deux enjeux témoignent de l’intérêt de poursuivre la réflexion ouverte par l’ouvrage dans une démarche pluridisciplinaire. En premier lieu, la généalogie de l’environnement proposée par l’auteure se concentre sur deux types de filiations intellectuelles : les acteurs liés au Muséum national d’histoire naturel, et ceux qui se rattachent aux organisations internationales de protection de la nature (p. 83). La concentration exclusive sur ces lignées conduit ainsi l’ouvrage à suggérer que des relations entre associations environnementales et syndicats seraient une exception (p. 200), sinon une incongruité. Si le choix de se focaliser sur ces deux généalogies peut pleinement se justifier, il gagnerait ainsi à se confronter davantage aux travaux d’histoire environnementale, lesquels soulignent la nécessité de se déprendre d’une définition de l’environnement qui serait exclusivement portée par les classes moyennes ou supérieures en intégrant la pluralité des rapports sociaux aux écosystèmes.

En second lieu, l’enquête présente le défaut de sa qualité, c’est-à-dire que la concentration sur l’étude du fonctionnement interne laisse le sentiment de négliger des déterminants externes. D’une part, la focalisation sur ces ONG environnementales mériterait d’être contextualisée dans la phase d’expansion du phénomène associatif depuis les années 1960, lequel contribuait à l’avènement de ce que Pierre Rosanvallon qualifie d’un « jacobinisme amendé ». La saisie de cette évolution, à la fois politique et administrative, permettrait de mieux comprendre la singularité des associations environnementales. D’autre part, la professionnalisation de ces ONG repose sur des fonds publics : l’auteure le montre avec force, par exemple lorsqu’elle souligne que FNE est « dépendante aux aides publiques » (p. 182). Si les effets de la dépendance sur le fonctionnement interne de l’organisation sont étudiés, le lecteur pourrait s’attendre à être éclairé sur la manière dont ces associations deviennent (ou non) des délégataires de missions « d’intérêt général » ou de « services publics ». Ce décentrage serait aussi nécessaire pour mieux comprendre les formes du travail associatif, lequel repose sur des emplois dont le caractère précaire peut influer sur le fonctionnement des organisations. Or, il faut attendre la conclusion de l’ouvrage pour que des études de sociologie du travail associatif soient mentionnées (p. 260).

Ces remarques n’entament en rien le grand intérêt de la recherche livrée par Nathalie Berny, laquelle enrichit non seulement les études portant sur les politiques de l’environnement dans la France contemporaine, mais aussi et plus largement la socio-histoire des organisations. Ce livre constitue, en effet, une contribution importante pour la compréhension du fonctionnement interne des associations d’environnement, devenues des acteurs incontournables dans l’évolution et la mise en œuvre des politiques publiques depuis les années 1970.

Renaud Becot


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.