Nicolas Delalande, La lutte et l’entraide. L’âge des solidarités ouvrières.

Paris, Éditions du Seuil, « L’Univers historique », 2019, 368 p.

La question posée par Nicolas Delalande est explicite dès l’avant-propos : « Les ouvriers peuvent-ils s’organiser à une échelle internationale pour lutter contre la mondialisation du capital et la concurrence sociale généralisée ? » Cette interrogation est clairement inscrite dans les préoccupations du présent, qu’il s’agisse de la concurrence généralisée générée par la mondialisation libérale ou des replis nationalistes et xénophobes qu’elle provoque, partout dans le monde.

Pour sortir de cette logique binaire qui obscurcit les perspectives politiques actuelles, l’historien se propose de réhabiliter l’idée d’un internationalisme ouvrier, en écrivant l’histoire de celui qui émergea et se consolida entre les années 1860 – l’Association internationale des travailleurs (AIT) est créée en 1864 – et l’échec d’un antimilitarisme de classe en 1914, puis dans les années 1920 et 1930, dans un contexte très différent, marqué par la Révolution russe et l’émergence de la Russie soviétique. Cette histoire a ici pour cadre essentiel l’Europe occidentale.

Nicolas Delalande s’appuie sur des sources variées, archives de la Préfecture de police de Paris, du ministère des Affaires étrangères, des correspondances – parmi lesquelles celles de Marx, d’Engels –, des brochures et des journaux ouvriers, des comptes rendus de congrès, notamment ceux des Internationales ouvrières. Certaines de ces sources ont fait l’objet d’éditions critiques qui lui sont fort utiles. L’ensemble de ces documents est interrogé pour analyser à la fois les fondements intellectuels et politiques de la solidarité ouvrière, et les pratiques sociales et économiques qu’elle suppose. Celles-ci donnent lieu à des expériences qui s’accumulent et se transmettent malgré les crises des institutions qui se construisent et se défont. L’historien porte une attention particulière à la question de ce qu’il nomme « l’économie morale de l’argent », tant ce dernier constitue en permanence le nerf de la guerre pour des militants ouvriers pourtant « convaincus de la nécessité de combattre l’empire du marché », qui veulent démontrer « que la logique marchande n’est pas la seule et unique motivation des secteurs sociaux » (p. 19).

Le contenu de l’ouvrage est extrêmement riche. La première partie porte sur les « expérimentations », la seconde sur « les consolidations ».

Le chapitre 1 rend compte des traits majeurs de l’AIT, qui tente de construire une fraternité universelle. L’auteur relève le paradoxe opposant d’une part les mythes et fantasmes que suscite l’AIT, notamment au sein des forces de police formées au temps révolu des sociétés secrètes, qui la surestiment, et les difficultés financières permanentes qu’elle doit surmonter. Celles-ci entraînent des problèmes à la fois théoriques et pratiques, qu’il s’agisse de mettre en place l’obligation de cotisation ou encore l’identification des militants, toute volonté centralisatrice étant fortement contestée. La règle est en tous les cas l’autonomie organisationnelle et financière, puisque l’État n’est alors pas considéré comme un interlocuteur ou un point d’appui institutionnel. La scission de l’AIT survient en 1872. Nicolas Delalande insiste à ce sujet sur le fait que la création de courants idéologiques (Marx contre Bakounine, pour faire vite) n’en est pas la cause mais plutôt le résultat.

Le deuxième chapitre est centré sur les économies morales de l’argent ouvrier telles qu’elles transparaissent dans la presse ouvrière, les correspondances ou les comptes rendus d’assemblées générales, révélant la centralité du crédit. Celui-ci doit permettre de « se réapproprier les ressources accumulées par le capital » (p. 63). L’AIT doit pour cela devenir un réseau international de crédit ouvrier et faciliter les circulations militantes, dans une logique de réciprocité, qui favorise le prêt au détriment du don. Les pratiques de collecte et de gestion se développent d’abord au niveau local. Le droit des ouvriers à gérer leur argent de manière indépendante est d’ailleurs l’objet de conflits et de grèves. Ces dernières sont plus généralement l’occasion de tester les capacités financières disponibles pour secourir les grévistes. La question de l’aide financière doit également contribuer à professionnaliser le recours à la grève. Bien que l’AIT ne l’encourage pas, elle tient compte du fait qu’il se développe rapidement et favorise la création de souscriptions qui font leur entrée dans le répertoire militant, créant à la fois une communauté ouvrière et des pratiques communes.

La grève comme opportunité de développement de l’AIT est le principal sujet du troisième chapitre. Elle suscite pourtant de fortes réticences idéologiques, notamment chez les Proudhoniens, qui s’y opposent. La mise en place de secours suppose la capacité d’en estimer la nécessité en comparant les situations, entraînant une volonté de coordination mais aussi des procédures souvent trop longues pour être efficaces. Le mouvement ouvrier britannique est central pour le financement, étant plus riche et organisé qu’ailleurs. Cela dit, la proximité géographique est au fondement de « bassins régionaux d’entraide » (p. 127), par exemple entre la France et la Belgique, la Suisse et l’Allemagne. Les capacités financières différenciées créent cependant une hiérarchie entre les mondes ouvriers. Elle se fonde moins sur des spécificités nationales ou locales que sur les métiers, certains – typographes, tailleurs – ayant déjà construit des liens de solidarité internationale. La solidarité interprofessionnelle est encore balbutiante.

La première partie de l’ouvrage s’achève sur le cas particulier de la Commune comme point de bascule et test grandeur nature des capacités de la solidarité ouvrière centralisée par l’AIT. La répression rend nécessaire de faire usage de dons et plus seulement de prêts, créant une hiérarchie entre donateurs et secourus, tandis que les exilés recourent à des techniques de la tradition philanthropique, en mettant notamment en avant le sort des familles, nouvelles figures de victimes. L’Angleterre, dont la politique d’accueil libérale n’est pas remise en cause, fait figure de refuge. Devant l’afflux des demandes de secours, le Conseil général de l’AIT, basé à Londres, tente de mettre en place des conditions, face à des exilés qui considèrent que l’aide devrait être automatique, en raison « des sacrifices qu’ils ont endurés au nom du mouvement ouvrier » (p. 177). Ce conflit prend de l’ampleur au moment même où l’AIT est au bord de l’implosion, avant le transfert par Marx et Engels du Conseil général à New York, transfert qui acte la disparition de l’Internationale en tant qu’institution.

Après la scission de 1871, il s’agit de « renouer les fils de l’internationalisme » (p. 181), sans Internationale, dans un premier temps, puisque la Deuxième Internationale n’est fondée qu’en 1889. Dans un contexte économique et social transformé, alors que les luttes sociales se développent et que les masses s’impliquent dans le champ politique, le mouvement ouvrier britannique perd de sa centralité (bien qu’étant le foyer du « New Unionism », à la faveur des grandes grèves de 1888 et 1889), au profit de l’Allemagne (avec le développement des syndicats libres d’inspiration social-démocrate), des pays scandinaves ou encore des États-Unis (avec l’expérience des Knights of Labor, p. 199). Dans d’autres pays, et notamment la France, le mouvement ouvrier a une emprise sociologique plus faible. La question de la régulation des migrations d’ouvriers contre la concurrence et le bris de grève est un important sujet de débat. Nicolas Delalande insiste sur le paradoxe entre des solidarités ouvrières qui atteignent une ampleur inédite dans les années 1890, alors même qu’on se situe en période de « basses eaux » institutionnelles.

Dans les années 1890, les grèves changent d’échelle et de nature, plus longues, impliquant des dizaines de milliers de grévistes, mobilisant l’opinion publique internationale. La question de l’alimentation des grévistes et de leur famille, de la prise en charge des enfants, deviennent de nouveaux enjeux, durant des grèves que Nicolas Delalande qualifie de « pratiques totales » (p. 247). Les solidarités ouvrières se construisent toujours à l’échelle des métiers, par la création de fédérations internationales, un processus qui concerne désormais aussi les mineurs, métallurgistes et ouvriers du transport. Il s’agit plutôt d’internationaliser des organisations corporatives que de construire une solidarité sans frontières. L’horizon, pour certains, se projette au nom d’une théorie de l’évolution conduisant à une coopération généralisée, gage de rationalité économique. Le financement international des grèves est important, et des expériences parfois mythifiées rentrent dans la mémoire ouvrière, telle la grève du port de Hambourg en 1896, puis celle qui eut lieu en Suède en 1909. La massivité (relative) du soutien ne permet cependant jamais de l’emporter, tandis que le patronat s’organise de son côté, en mettant notamment en place des systèmes d’assurance contre la grève. Un syndicalisme européen fait ses débuts au tournant du siècle, avec la création du Secrétariat syndical international en 1901, qui pousse à l’unification des organisations à l’échelle nationale, en instituant un seul interlocuteur par pays. Une telle institutionnalisation, aussi limitée soit-elle, suscite la constitution de réseaux d’expertise et un effort de codification statistique. Les moyens financiers demeurent le critère principal de hiérarchisation, qui recouvre en partie la distinction entre syndicalisme de services et syndicalisme révolutionnaire.

Un débat émerge au sein de la Deuxième Internationale : « la solidarité ouvrière peut-elle déclencher et faciliter une action politique révolutionnaire ? » (p. 249). La nouvelle Internationale, et le Bureau socialiste international (BSI), créé en 1900, met au cœur de sa construction les partis, distincts des organisations syndicales, et donne la priorité à la construction de puissants partis nationaux, acteurs majeurs de la vie politique, y compris parlementaire. Cela ne met pas fin à la fragilité financière, élément de continuité entre les deux Internationales. La question des migrations de travailleurs demeure l’objet de vives controverses, même si les prohibitionnistes issus de l’American Federation of Labor sont mis en minorité au BSI. Le soutien à la Révolution russe en 1905 est l’occasion d’estimer les capacités de mobilisation de ce dernier, et confirme la prééminence financière de la social-démocratie allemande, à laquelle il faut ajouter l’aide de la diaspora juive, notamment le Bund. Mais qu’en est-il de la grève générale ? La question de sa capacité à conduire à la conquête du pouvoir est posée par les militants français, qui l’opposent à la voie parlementaire, bien qu’en Belgique elle soit utilisée pour obtenir l’extension du droit de suffrage. En Allemagne, Rosa Luxembourg tente en vain de convaincre de sa stratégie de la « grève de masse », associant spontanéité des masses et nécessité d’une organisation. Le BSI considère que la grève générale pourrait en revanche être utilisée contre la guerre qui vient. On connaît pourtant l’issue de ce combat, en 1914.

On pourrait considérer que cette défaite de l’internationalisme ouvrier sonne le glas des tentatives de construire des solidarités au-delà des frontières. Nicolas Delalande démontre dans le huitième et ultime chapitre de l’ouvrage qu’il n’en est rien, insistant sur le fait que l’expérience accumulée des années 1860 à 1914 a laissé une empreinte durable sur les pratiques de solidarité jusqu’aux années 1970. Il analyse également les spécificités et évolutions de l’après-Première Guerre mondiale, marqué par le clivage entre socialistes et communistes, puis par la guerre froide, lorsque la solidarité internationale devient un enjeu de concurrence, cristallisé dans des organisations concurrentes, Fédération socialiste internationale (FSI) et Komintern. Autre caractéristique, une politisation croissante des solidarités ouvrières dans le cadre d’un assouplissement des frontières entre grèves, enjeux humanitaires, action et entraide politique, notamment contre le fascisme à l’occasion de la guerre d’Espagne. Dans le même temps, l’espace concerné s’étend hors d’Europe, vers les pays sous domination coloniale. L’historien relève un ultime paradoxe : la conscience internationaliste est constitutive des grandes idéologies politiques de l’époque, alors que les économies sont moins globalisées et plus régulées. À la fin d’une période qui se clôt selon lui dans les années 1970, des mobilisations internationales ont lieu hors du cadre de l’affrontement entre les blocs, dans un affaiblissement progressif de la référence à la lutte de classes, du Chili à Gdansk, « chant du cygne de l’internationalisme ouvrier » (p. 286), en passant par l’Afrique du Sud. Il serait utile sans doute de reprendre à nouveaux frais, au prisme de la problématique de cet ouvrage, des recherches sur ces mobilisations qui firent transition.

Au terme d’un livre ambitieux et très réussi, Nicolas Delalande a démontré l’existence permanente de formes de solidarité ouvrière internationale, si l’on excepte pour l’essentiel les deux guerres mondiales, et l’accumulation de pratiques qui ont contribué à structurer le mouvement ouvrier sur un siècle, malgré toutes les limites et les contradictions de l’internationalisme ouvrier. C’est là un élément de plus à l’appui de l’idée qu’il n’y eut pas qu’une mondialisation, mais aussi la preuve que les classes populaires ne sont pas par nature hostiles aux solidarités transfrontalières et aux migrations. C’est enfin, dans l’esprit de l’historien, un obstacle de moins sur le chemin vers la reconstruction indispensable de formes de coopération internationale des mondes ouvriers.

Ingrid Hayes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.