Andreas Fickers et Pascal Griset, Communicating Europe. Technologies, Information, Events.

Londres, Palgrave Macmillan, « Making Europe », 2019, 486 p. Préface de Johan Schot et Philip Scranton.

Ce livre sur l’histoire des réseaux à distance, du télégraphe à Internet, qui sont venus irriguer l’Europe et la relier au reste du monde par d’autres voies qu’auparavant, est lui-même issu d’un réseau international : celui-ci a été constitué en 1998 par des historiens hollandais sous le nom « Tensions of Europe » pour développer l’approche sciences-technologies-société en Europe, en liaison avec les études sur l’innovation et en faisant appel de surcroît à des compétences du monde entier. Les travaux menés dans les « noyaux » qui se sont formés au sein de ce programme ont donné naissance à une série de six volumes très neufs sur l’histoire de différentes technologies en Europe de 1850 à 2000, comme étant au fondement et au cœur de l’Europe contemporaine, de son monde social et culturel et de l’évolution de sa place dans le monde. D’où le titre de la série : « Making Europe ».

Le présent livre est le sixième et dernier de la série. Axé sur les flux de moyens de communication et les significations des flux d’informations, il cerne à la fois le temps long : les transformations de fond, et le temps court : les principales crises technopolitiques et les moments d’innovation. Il s’agit à la fois de couvrir les différentes technologies, les différents pays d’Europe et les différentes périodes au cours d’un long XXe siècle, beaucoup plus long que « l’âge des extrêmes » d’Eric Hobsbawm. Les auteurs répondent à ce défi par un découpage en huit chapitres thématiques, dont la succession est pour l’essentiel chronologique. Leurs titres disent l’ampleur des thèmes abordés et la perspective globale, inspirée du grand historien américain Thomas Hughes.

Les deux premiers chapitres donnent priorité à la nation et au XIXe siècle. Ils commencent par la question « Qui a la responsabilité ? », en montrant qu’entre l’État et l’initiative privée, il y eut une construction partagée des réseaux de nouvelles technologies, du télégraphe au téléphone et à la TSF (la radio), mais débouchant sur une économie politique incertaine. Puis ils abordent la géopolitique de la communication avec l’édification des réseaux internationaux de télécommunications, où rationalité économique, préoccupations militaires et utopies pacifistes se rencontrent à l’âge des Empires. Le troisième chapitre porte sur la technodiplomatie européenne, jusqu’à la guerre froide, pour établir des standards et des règles en matière de télégraphe, de radio, de télévision. Ensuite, les auteurs se consacrent à « l’expérience médiée de l’Europe », c’est-à-dire à la présence des usagers des TIC dans la construction d’un espace de communication européen, de la langue télégraphique à l’Eurovision. De là, ils en viennent aux retombées transfrontières de la communication et à ses remises en cause technopolitiques, des brouillages entre radios aux succès des stations périphériques, de l’écoute et du visionnage de programmes occidentaux par « des millions d’usagers » en Europe centrale et orientale communiste aux hackers de l’Est comme de l’Ouest, oscillant entre contre-culture ludique, engagement civique et cybercriminalité. Le chapitre suivant traite de la « proto-numérisation de la société » en Europe, en présentant la diversité des trajectoires suivies par les différents pays en matière de traitement de l’information, donc d’ordinateurs et de semi-conducteurs, et la montée de l’hégémonie américaine. L’avant-dernier chapitre porte sur les relations entre « la convergence numérique et le néolibéralisme dans l’Europe de la fin du XXe siècle », couvrant aussi bien le relatif déclin européen que la question du contrôle de l’information face aux ordinateurs personnels et à la Toile. L’ultime chapitre est plus social et culturel. Il est intitulé « Accélération, mobilité et rhétorique de la nouveauté ». Si, dans ce chapitre, la critique de la « rhétorique de la nouveauté » est tout de même assez proche du livre de l’historien anglais David Edgerton qui a revalorisé l’analyse des usages collectifs et la variété des technologies1, les deux auteurs ne surprennent pas en se centrant sur le récent « alignement historique et pouvoir symbolique des médias » électroniques et de la mobilité, puis en caractérisant notre époque par le passage de la « mobilisation privée » à la « privatisation mobile ».

Même s’il y a quelques lacunes surprenantes dans la vaste bibliographie (sur l’Italie, l’Allemagne de l’Est, la France : Marie Carpenter, Isabelle Gaillard, Thomas Grossmann, Heather Gumbert, Peppino Ortoleva, etc.) ou quelques scories (par exemple l’historienne britannique Gillian Cookson se voit dotée d’un prénom masculin), il ne fait aucun doute qu’il s’agit, comme les précédents ouvrages de la série, d’un livre important. Il combine les recherches propres des deux auteurs, la nécessaire synthèse des travaux des autres chercheurs et une interprétation d’ensemble distinctive et forte reliant infrastructures, politique, technologie et culture. L’ouvrage est servi par quatre-vingt-onze illustrations en noir et blanc accompagnées de copieuses légendes, qui souvent ajoutent au texte (la table de ces illustrations p. 457-462 est un véritable régal), ainsi que d’un index.

L’un des résultats majeurs de ce volume, souligné dans la conclusion générale, est de mettre en évidence que le développement des TIC ne produit pas seulement une « intégration cachée » entre Européens. Il contribue tout autant à placer les Européens dans des dilemmes à répétition : ils sont longtemps parmi les sources principales des dynamiques de l’information et de la communication, utilisant la force de l’État pour soutenir l’innovation, et malgré tout, finalement, ils perdent du terrain par rapport aux acteurs des autres continents. Une partie des individus et des groupes sociaux dominés d’une part, des entreprises et des militaires d’autre part, profitent des occasions offertes par les TIC, et peuvent y construire une participation active. Mais on peut trouver dans le livre bien des éléments suggérant que la contrepartie fréquente semble en être d’autres contraintes, des « côtés obscurs » et des coûts sociaux. Les TIC permettent certes la circulation de cultures nouvelles et un élargissement des possibilités de coopération intra- et extra-européennes, mais les politiques à l’échelle de l’Europe ne sont jusqu’ici pas à la hauteur des géants étrangers du numérique et des grandes nations extérieures, tandis que bien des acteurs rêvent toujours de blocage et de contrôle. Le triptyque informer, éduquer, distraire est inventé par un entrepreneur privé américain en juin 1922, et repris en Europe par la BBC, mais bientôt Américains et Européens n’y mettent pas le même sens (p. 209). C’est ainsi le thème de la double identité des Européens en la matière que le livre suggère en définitive.

Patrick Fridenson


  1. Trad. fr., Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale, Paris, Éditions du Seuil, 2013. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.