Hélène Hatzfeld, La politique à la ville. Inventions citoyennes à Louviers (1965-1983).

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2018, 332 p.

La « démocratie » n’est pas une forme d’organisation politique immuablement normée et stabilisée. Mais les véritables expérimentations démocratiques, même au niveau local, sont rares ou éphémères. C’est toute l’originalité et l’intérêt de l’ouvrage d’Hélène Hatzfeld, La politique à la ville, que de faire revivre l’une des plus emblématiques d’entre elles, celle des municipalités « autogestionnaires » de Louviers, particulièrement dans un contexte de « rejet croissant des formes instituées de la démocratie représentative » (p. 285). L’auteure décrit en effet un « projet politique expérimenté à Louviers dans les années 1960-1970 » (p. 14), une petite ville d’environ 19 000 habitants (en 2016, comme en 1982) du département de l’Eure, l’expérience pouvant être qualifiée de manière oxymorique de « gouvernement autogestionnaire ». Cette étude permet de sortir de l’opposition réductrice entre démocratie représentative et démocratie participative1. L’expérience s’est déployée durant trois périodes, celle de la municipalité dirigée par le docteur Ernest Martin (1965-1969), une période de « contre-pouvoir » d’un mouvement qui en est issu, le Comité d’action de gauche (CAG), dans l’opposition, suivie par sa (re)prise du pouvoir municipal de 1976 à 1983 (avec Henri Fromentin comme maire). Le double moment de gouvernement fut labellisé ensuite comme une rare tentative « autogestionnaire » (p. 68), la continuité entre les deux municipalités étant « une nouvelle preuve de la relativité de la rupture introduite par mai 1968 » (p. 72).

Faire autrement des politiques

Après une victoire aux élections municipales de 1965, une « union des gauches » gouverne la municipalité de Louviers. Sa toute première décision fut de créer une « grande crèche » et une garderie. Sont aussi promues une reprise en main de l’urbanisme par la mise en place d’un atelier municipal et une politique culturelle se voyant attribuer un budget « aussi élevé que la voirie » (p. 190) (rénovation du musée, bibliothèque, discothèque, laboratoires de langues étrangères), des innovations qui firent écho aux expériences des Groupes d’action municipale (GAM). En témoigne la « fête du livre », organisée dans les salons de l’Hôtel de Ville et dans la cour de la mairie le 3 octobre 1976, où des écrivains rencontrent la population et où sont distribués gratuitement des livres aux citoyens. Mais la rupture s’incarne surtout spectaculairement dans la gratuité des services publics, qu’ils soient culturels dans une optique de « critique de la consommation » (p. 202) (ateliers de peinture et d’expression libre, bibliothèques, expositions au musée, spectacles, ciné-club, laboratoire de langues sur magnétophones en libre accès) ou sociaux (transports, centres aérés, services aux familles et aux femmes), reprise ensuite par le CAG, et dans un mode de gouvernement différent. Enfin, des « politiques du quotidien » concrétisent des projets participant d’un même ensemble d’« utopies » émancipatrices (« construction d’une piscine découvrable en été, organisation de transports par bus, bataille pour le maintien d’un hôpital et d’une maternité pratiquant une médecine participative, construction d’écoles pensées comme des lieux de vie pour les enfants, d’un foyer pour les personnes âgées conçu à rebours d’un asile, ateliers destinés à l’expression de différentes formes de créativité et ouverts à tous » [p. 306]).

Cette cohérence relative des projets locaux n’empêche pas les contradictions, comme le montre le cas d’une école maternelle élaborée avec les habitants du quartier, qui ne devait pas avoir de barrières, mais fut in fine « dotée de murs de faible hauteur » (p. 85) suite à l’opposition de parents d’élèves et de membres de l’équipe municipale. La volonté de rupture mène à un autre double bind, opposant démocratisation et promotion d’une « contre-culture » : « “Pas du Sheila !” fait partie des formules qui sont restées dans les mémoires des anciens militants […]. [E]lle signifiait la volonté du Comité d’action de gauche d’organiser des spectacles qui se distinguent de la culture dominante » (p. 196). Ces contradictions s’expliquent peut-être par les caractéristiques du CAG qui auraient pu être davantage spécifiées : si le « leader » Ernest Martin, figure charismatique paradoxale, et les élus PSU sont étudiés, l’analyse des trajectoires politique, éducative, sociale et locale des autres militants aurait peut-être contribué à expliquer les fondements de l’expérience lovérienne, la « distance entretenue avec les partis politiques » (p. 137) et le « décalage entre le projet de “rendre le pouvoir aux citoyens” […] et la réalité des emprises politiques » (p. 246).

Gouverner différemment

Hormis ces politiques publiques, c’est dans la manière dont la ville est gouvernée que s’origine l’originalité du projet lovérien comme moment de suspension de « l’ordre des choses » politiques, d’« expérimentation d’une démocratie alternative au système représentatif » (p. 72). Ces politiques s’accompagnent en effet « d’une organisation particulière de la démocratie » (p. 33), avec notamment des « commissions », illustration d’un « pouvoir démocratique et populaire » (p. 37), qui participent à la gestion de la commune, des pratiques qui éloignent cette expérience du socialisme municipal.

L’auteure reconstitue un « climat politique » (p. 46) parfois conflictuel, mais surtout un monde, un univers de sens, un folklore (avec ses affiches de couleurs vives, son vocabulaire, son humour propre avec les caricatures humoristiques des publications du CAG comme le journal Devenir, ses rites comme les réunions hebdomadaires du CAG dans le chalet acheté par le docteur Martin pour les personnes alcooliques). Louviers demeure « un de ces cas exemplaires prouvant que “c’est possible” » (p. 254). H. Hatzfeld rend compte avec finesse des logiques de vieillissement rapide d’un lexique politique en contextualisant l’énonciation des formes locales du discours politique. Elle donne à voir un Zeitgeist, les modalités de la circulation des idées, restituant et en resituant les cadres d’intelligibilité permettant aux termes de faire sens dans « un univers de références implicites » (p. 190). Elle le fait notamment par une étude attentive des mots d’ordre, comme « information participation contrôle », qui reflète la demande de dévoilement. L’autre slogan principal fut « Rendre le pouvoir aux citoyens », en résonance avec les innovations démocratiques locales (enquêtes auprès de la population) comme celles portées par les GAM. Mais d’autres ont marqué des mémoires locales comme « Redevenez propriétaire de votre ville ». Les mots sont objets de luttes d’appropriation et de définition, ainsi qu’en atteste le cas de « participation », qui à Louviers fut défini dans une acception bien plus large que dans les sphères gaulliste ou socialiste : « La participation est conçue de manière à conférer à la population un droit à l’expression et à la prise de responsabilités comparable à celui des élus » (p. 177). Dans son premier discours de maire, Henri Fromentin distingue deux principes, l’égalité des positions et donc des légitimités entre élus et population, et l’auto-organisation : « La légitimité à décider, habituellement fondée sur l’élection et le vote majoritaire, sur la connaissance des dossiers à traiter et sur la compétence à édicter l’intérêt général, est renversée : la décision est alors fondée sur le présupposé d’un consensus » (p. 238).

Le label « autogestionnaire » est une « fiction » (p. 253), mais il permet d’unifier symboliquement ces discours et ces pratiques. Il est surtout le produit de la publication du livre Louviers sur la route de l’autogestion ? de Christophe Wargny (secrétaire de la fédération de Haute-Normandie du PSU) et de la médiatisation de l’expérience. L’autogestion est alors perçue comme un « nouveau mythe mobilisateur », après « l’épuisement de l’imaginaire révolutionnaire » (p. 72), c’est une « référence » (p. 243) qui permet de nommer ces tâtonnements flous : « Une conception de la démocratie se dessine, sans nom » (p. 184). Ainsi, « [l]a référence à l’autogestion permet d’imaginer un système de démocratie qui prend le maximum de distance avec celui existant, organisé autour de la représentation » (p. 239).

Des tensions entre les membres du CAG eux-mêmes et les élus attestent les « limites de l’immédiateté revendiquée et du paradoxe d’une démocratie directe conduite par des élus » (p. 158). L’étude de cas montre surtout en creux la friabilité et la rareté de ces expériences qui pèsent si peu face à la démocratie représentative : « L’égalité entre les élus et les citoyens fortement affirmée à Louviers, n’est plus de mise » (p. 308). « Louviers est aussi le symbole d’un temps disparu » (p. 309), mais c’est un exemple de recherche d’une politique horizontalisée : « À Louviers, la désinstitutionnalisation du politique est à l’œuvre » (p. 291). L’auteure, en variant les focales, raconte les doutes et les conflits sans tentation téléologique.Cette expérience, c’est aussi l’histoire d’une illusion, celle d’une politique hors des partis, d’un autre mode de gouvernement : « Dès 1979, la dynamique initiale a perdu une part de sa force et de sa cohérence » (p. 73). La tentative d’associer les habitants, la création d’un journal municipal, la « décentralisation des permanences des élus » (p. 77) sont alors novatrices, mais les commissions et les comités de quartiers fonctionnent peu. L’exercice du pouvoir autogestionnaire, c’est aussi l’affrontement au mythe du « citoyen » et à la dissolution des utopies : « Pris à revers par la participation de plus en plus faible aux commissions, par l’hostilité de parents exaspérés par les débordements de l’expression libre dans les centres de loisirs, le mythe mobilisateur s’effondre » (p. 218). Bien avant la démocratie participative, la décentralisation, ou même Mai 68, cette expérience « de démocratie alternative » (p. 303) a cependant bien existé et duré. Sont d’ailleurs rappelées les différences entre cette histoire et les dispositifs participatifs contemporains : « Le déplacement est considérable entre l’expérimentation militante d’une participation instituée à l’échelle d’une commune dans les années 1970 et son apprivoisement législatif, au début du XXe siècle, entre le présupposé de l’égalité possible des citoyens, élus ou non, et le correctif homéopathique de la démocratie représentative » (p. 283).

Sur les ruines des illusions, des désillusions et des utopies, dont il ne reste parfois que « des cendres2 », existent néanmoins une mémoire et des archives aidant à penser les mutations de l’organisation de la démocratie localisée. La lecture de La politique à la ville amène à déconstruire la différenciation schématique entre démocraties représentative, participative et délibérative, tant les dispositifs peuvent certes s’opposer, mais aussi s’imbriquer, même si, à Louviers comme ailleurs, c’est la démocratie représentative qui survit et prédomine. Ce que montre en creux l’auteure, c’est que cette dernière n’est pas un « système » immobile, qu’elle peut être un espace flexible de construction de pratiques de gouvernement différentes, où le spectre des possibles peut s’élargir. L’ouvrage est donc, à la fois par sa richesse empirique et ses réflexions théoriques, d’un intérêt heuristique certain étant donné le foisonnement de publications relatives à la démocratie participative et à la contestation de la démocratie représentative. Décrypter un « lieu singulier d’inventions » (p. 99), « hors des sentiers balisés de la représentation démocratique » (p. 99), rend visibles les impasses de la recherche d’un ailleurs contournant la représentation politique : la démocratie « effective » semble toujours ailleurs que là où elle s’expérimente. « La critique des limites de la démocratie élective est ancienne : elle accompagne toute l’histoire de la démocratie » (p. 144). N’en est-il pas de même des expériences tentant de la dépasser ?

Laurent Godmer


  1. L. Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 38. []
  2. O. Baydar, Et ne reste que des cendres, Paris, Phébus, 2018 [2000]. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.