Judith Rainhorn, Blanc de plomb. Histoire d’un poison légal.

Paris, Presses de Science Po, « Domaine Histoire », 2019, 370 p.

Comment, en d’autres mots, une société en vient-elle à admettre, parfois même à encourager, l’intoxication généralisée de certains environnements et des corps de celles et ceux, nombreux, à y être confrontés ? Le livre de Judith Rainhorn apporte à cette question une réponse historienne, remarquablement précise et documentée, en retraçant l’histoire, essentiellement en France, de la céruse, autrement appelée blanc de plomb : un pigment blanc servant à la confection de peinture. Pour ce faire, l’historienne mobilise un vaste corpus de sources hétérogènes – archives d’industries, archives parlementaires, ministérielles, presses ouvrières, revues et monographies savantes et institutionnelles, etc. – pour saisir l’enchevêtrement des discours, des dispositifs institutionnels et des pratiques qui ont permis à ce poison, plus d’un siècle durant, d’être largement produit et utilisé à l’échelle industrielle.

Cet ouvrage vient ainsi utilement rejoindre et compléter une bibliographie désormais conséquente d’enquêtes historiennes, sociologiques et anthropologiques documentant la manière dont nos sociétés ont, littéralement, en encadrant la production et les usages d’une multitude de substances industrielles, pavé la route d’une intoxication généralisée de nos milieux de vie. L’auteure nous le rappelle, il n’y a « pas un aspect de la vie quotidienne qui n’échappe désormais à cette myriade de poisons, cancérogènes ou perturbateurs endocriniens suspectés ou avérés. Chacun le sait et, pourtant, y consent » (p. 5). Un problème se pose dès lors : comment ça se fabrique un tel « consentement à l’empoisonnement ordinaire » ? (p. 5).

L’ouvrage dépeint, en sept chapitres, l’histoire industrielle de ce poison, allant de l’invention des procédés industriels de sa production (chap. 1) à sa prohibition, relative, en France d’abord au début du XXe siècle (chap. 5 et 6), puis à l’échelle internationale au début des années 1920 (chap. 7), en passant par la constitution de savoirs médicaux et hygiénistes appréhendant les effets sanitaires de cette substance (chap. 2), ainsi que par l’invention d’un substitut à la céruse, le blanc de zinc, qui a bien failli jeter cette dernière aux oubliettes (chap. 3). Loin de répondre à la linéarité supposée d’un progrès des connaissances et des conditions sanitaires, cette histoire est faite d’alternance de périodes de reconnaissance des ravages engendrés par le poison, et d’autres, caractérisées par un mutisme et une opacité des discours relatifs à ces derniers (chap. 4).

La production industrielle du blanc de plomb débute à la fin du XVIIIe siècle, par l’invention du « procédé hollandais ». Très rapidement, la céruse devient « le pigment de choix pour la peinture en bâtiment » (p. 23). La France en est une grande consommatrice, elle en importe de grandes quantités de Hollande et de Grande-Bretagne. La situation politique – révolution et guerre napoléonienne – détermine la nécessité d’en développer une industrie à l’échelle nationale. L’État industrialiste, entouré « d’une sphère savante au service du politique » (p. 19), encourage l’invention de procédés susceptibles d’y répondre. Un procédé français est inventé, le « procédé de Clichy », du nom de la manufacture qui en assure la production. Dans la foulée, un autre pôle de production se constitue, à Lille, qui deviendra la capitale de la céruse : au milieu du XIXe siècle, trois quarts de la production nationale y est produite. L’auteure évoque la brutalité du déclenchement de l’épidémie lié à l’apparition de ce secteur industriel. Les symptômes relevés sur les ouvriers malades ne laissent aucun doute sur la nocivité du poison :

[Les] gencives [de l’ouvrier] et ses dents se recouvrent d’une couche bleuâtre […] ; son teint devient jaune, terreux ; tout son corps s’amaigrit. […] L’infortuné sera pris de colique […], caractéristique surtout par l’atrocité de la douleur, l’insomnie, la constipation […]. Enfin ce sera la paralysie […]. Ajoutons […] le délire, l’aliénation mentale, les convulsions, les accidents épileptiques, le coma […], la mort, souvent inévitable1.

Ainsi, dès le début du XIXe siècle, les savoirs médicaux, progressivement dessinent les contours de la pathologie et stabilisent l’entité nosographique du saturnisme. Première chose remarquable, le blanc de plomb n’est pas devenu, par la force d’inertie des pratiques, « indispensable » avant que sa toxicité ne soit avérée. Au contraire, au moment où un savoir médical se stabilisait à l’égard de ses conséquences sanitaires dramatiques, des acteurs politiques et économiques fabriquaient les contours de son marché et de son expansion. Mais comment ont-ils pu passer outre la reconnaissance médicale des dangers avérés du poison ?

C’est ici qu’il convient, pour reprendre les termes de l’auteure, de rendre compte des « grammaires de l’opacité » (chap. 4) et, plus généralement, des logiques et des ressorts de l’acclimatation à ce poison. Il s’y agit moins de nier les dangers avérés du poison que de chercher ailleurs que dans sa production de masse et ses usages toujours plus étendus les raisons de l’intoxication qu’il engendre. Cette acclimatation repose sur l’articulation de plusieurs phénomènes et opérations mobilisant « un entrelacs d’éléments politiques, sociaux, économiques, intellectuels et épistémologiques » (p. 121). D’abord, il convient de rappeler le cadre législatif encadrant le développement industriel : la loi des mines de mars 1810 et le décret de 1810 sur les établissements insalubres, incommodes et dangereux. Des travaux récents ont démontré comment ce cadre, loin de protéger des nuisances industrielles, limitait drastiquement les moyens de s’en plaindre et de s’y opposer. En sus, rappelle l’auteure, « le décret de 1810 a relégué la question de la santé ouvrière dans les bas-fonds des préoccupations et de l’action publiques en l’excluant en pratique du champ de ses responsabilités » (p. 55).

Il y a ensuite, dans les discours hygiénistes et celui des entrepreneurs de la céruse, une manière de hiérarchiser les usines et de valoriser celles où, moins qu’ailleurs, l’on constate les conséquences délétères de sa production. Ainsi, dans la première moitié du XIXe siècle, les entrepreneurs lillois mettent en avant les conditions de salubrité de leurs usines, bien meilleures, selon eux, que celles de l’usine de Clichy, parfois décrite comme un véritable mouroir. Argument répété comme une antienne tout au long du second XIXe siècle par les hygiénistes, qui innocentent « le procédé chimique et industriel […], établissant comme critère de dangerosité les pratiques locales mises en œuvre par des entrepreneurs inégalement rigoureux » (p. 142). S’y ajoute, comme pour fonder cette hiérarchie, une série de préconisations : ventilation des ateliers, rotation des ouvriers de leur poste de travail, port d’habits, de gants et de masques de protection, lavage des mains avant les repas et à la fin du travail, etc. (p. 134). Ces dernières, faisant écho en cette conviction que le progrès industriel « est capable de résoudre les problèmes inédits qu’il fait naître » (p. 45), sont pétries d’un optimisme technologique : l’invention de nouveaux procédés de fabrication devant diminuer l’exposition des ouvriers.

À la moindre rigueur de certains entrepreneurs, il faut ajouter l’inconséquence, « l’obstination et l’insouciance [des] ouvriers qui se refusent à employer les moyens nécessaires pour conserver leur santé » (p. 62), plus généralement leurs comportements et leurs mœurs, leurs « habitudes d’imprévoyance, d’ivrognerie, de débauches2 ». Ces discours prennent d’autant mieux que la symptomatologie hétérogène du saturnisme permet de confondre les diagnostics attribuant à l’alcool, par exemple, les conséquences neurologiques du poison plombifère (p. 157-158). Ainsi, les savoirs hygiénistes participent d’une « production d’ignorance ». À ces récriminations des comportements ouvriers s’ajoute, tout au long du second XIXe siècle, une disparition de la problématique dans la littérature hygiéniste (p. 149), l’absence ou la non-prise en compte d’instruments statistiques et épidémiologiques permettant de mesurer l’importance de l’intoxication, le « confinement [des problématiques sanitaires] dans des espaces sociaux restreints et marginaux qui entravent la circulation des discours qui lui sont liés » (p. 121), le doute, entretenu par les industriels, aussi bien sur les prétendus méfaits du poison que sur la prétendue innocuité du blanc de zinc, substitut possible du blanc de plomb.

Enfin, on peut ajouter à cette liste succincte des logiques de l’acclimatation des pratiques de gestion et de gouvernement de la main-d’œuvre : les usines à céruse embauchant préférentiellement une main-d’œuvre étrangère, moins organisée et plus vulnérable.

C’est dans une configuration sociale singulière – caractérisée par le retour d’une intervention des savants dans la cité, la construction d’une politique sociale au sommet de l’État, un intérêt de la presse à la cause saturnine, la mobilisation d’un corps de métier organisé, les peintres, des alertes portées par la science démographique – que la prohibition relative de la substance prendra forme de loi (loi du 20 juillet 1909). Ceci ne viendra cependant pas mettre un terme à cette histoire. Son interdiction se restreint à certaines pratiques, connaît nombre d’aménagements et, surtout, ces usages passés continuent, comme le rappel l’auteure dans son Épilogue, d’intoxiquer nos corps et nos environnements contemporains.

L’auteure conclut son ouvrage en rappelant l’utilité de la discipline historienne pour « lutter contre l’obscurcissement de la réalité historique, en matière de connaissance passée de la toxicité des produits utilisés pendant des décennies ». Et plutôt que de nourrir un « optimisme fondé sur la publicisation croissante des questions sanitaires et environnementales qui fabriquerait des êtres informés et combatifs dans un monde toxique, [elle en appelle à prendre la mesure des] tentatives effrénées de domestication de l’incertitude et du risque qui caractérisent les sociétés politiques contemporaines [afin] d’aiguiser notre regard et accroître notre vigilance » (p. 344).

Alexis Zimmer


  1. G. A. Richelot, De la substitution du blanc de zinc au blanc de plomb dans l’industrie et les arts, Paris, Typographie Félix Malteste et Cie, 1852, p. 5-6. Cité par l’auteure, p. 44. []
  2. L.-R. Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie,Paris, Édition d’histoire sociale, 1840, p. 209. Cité par l’auteure, p. 70. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.