Colette Zytnicki, Un village à l’heure coloniale. Draria, 1830-1962.

Paris, Belin, « Collection Histoire », 2019, 319 p.

« Mener une enquête sur le quotidien de la colonie » en partant autant que possible de « l’expérience des acteurs », telle est l’ambition de Colette Zytnicki dans son nouveau livre, consacré à la commune de Draria. Dans la perspective de l’Alltagsgeschichte, elle prend donc ce village sans qualité particulière du Sahel d’Alger comme un observatoire de négociations et de micro-conflits révélateurs de la vie dans les campagnes de l’Algérie colonisée. En cinq chapitres qui suivent un plan chronologique, elle retrace la vie de ce centre « à l’heure coloniale », allusion au roman-témoignage publié en 1945 dans lequel Jean-Louis Bory donnait un aperçu des différentes attitudes que les habitants d’un petit village de la Beauce « à l’heure allemande » avaient adoptées vis-à-vis de l’occupant nazi, bien qu’elle ne considère pas les deux situations comme comparables.

Cet ouvrage est la monographie d’un centre de colonisation dont les deux premiers chapitres – plus du tiers de l’ouvrage – retracent les vingt premières années du village : le contexte de sa création, sa place dans le dispositif de protection d’Alger, le système de concessions – dont les « indigènes » sont écartés à l’origine – sur des terres provenant surtout de propriétés mises sous séquestre lors de la reprise des hostilités en 1839, le choix des colons par le comte Guyot, directeur de l’Intérieur, qui cherche à attirer des colons aisés. Parmi les premiers arrivants, des agriculteurs, des artisans, quelques notables. Ils viennent avant tout du quart nord-est de la France mais aussi d’Allemagne, de Suisse, d’Espagne, dans ce dernier cas, surtout comme ouvriers agricoles. Malgré une volonté d’égalitarisme relatif, la répartition des terres crée des inégalités entre colons qui se creusent. La colonisation crée « une situation de voisinage entre des populations que tout opposait » (p. 63). Les Algériens, en effet, sont présents mais peu saisissables si ce n’est, parfois, par les litiges fonciers qui peuvent les opposer au nouveau pouvoir ou aux nouveaux venus qui confisquent mais aussi achètent les terres. Demeurant physiquement « aux marges du village » (p. 126), les indigènes ne semblent pas en conflit ouvert avec les colons.

Comme dans d’autres centres de colonisations, la fin des années 1840 est difficile, marquée par les épidémies et la misère dont témoignent les listes de nécessiteux. Draria, cependant, qui devient municipalité en 1847, se peuple progressivement (440 habitants à la fin de l’année 1846, 1718 en 1910) et s’équipe (routes, fontaines, abreuvoirs, église, école… puis d’autres services publics, au premier rang desquels, la Poste). L’essentiel des « Européens » habite le bourg, les Algérien les campagnes. Leur présence toujours plus forte au sein de la commune est liée à la forte croissance naturelle de la population indigène, mais aussi à l’arrivée de familles venues de l’intérieur du pays dont les membres viennent travailler pour les grands domaines européens. Draria se tourne vers la viticulture au cours des années 1860 et profite, vingt ans plus tard, du phylloxera qui touche les vignes métropolitaines et provoque l’exode de nombreux paysans qui arrivent en Algérie avec leur savoir-faire. Commune de plein exercice, Draria, dont la population indigène est nombreuse, compte un adjoint indigène. La « démocratie au village », cependant, concerne surtout les « Européens », avec une proportion de plus en plus forte de Français, dont la vie politique et les sociabilités autour du café, des associations, de la presse, ressemblent largement à celles existant dans les campagnes métropolitaines d’avant 1914. Les habitants musulmans n’y participent pas. Le village devient ainsi l’exemple de ce que l’on pourrait appeler « une petite démocratie locale coloniale » (p. 182) dont la principale caractéristique est de reposer sur la quasi-exclusion d’une population indigène dont le nombre ne cesse de croître.

Entre la Grande Guerre et la guerre d’indépendance, comme de nombreux villages de colonisation, Draria devient « un village de moins en moins européen » (p. 196). Conséquence de cette situation démographique, les populations ne vivent plus séparées. Les « indigènes », qui sont de plus en plus nombreux à s’être installés dans le bourg, occupent des emplois municipaux, participent à la vie politique et sociale villageoise, du moins leur présence est-elle davantage soulignée. En 1946, Draria, intégrée dans la Région algéroise d’urbanisation, voit son économie se transformer, moins agricole, plus tertiaire. Le village continue cependant de vivre au rythme de la vigne. La propriété demeure largement aux mains d’une population de petits et moyens propriétaires européens, assez souvent descendants des premiers installés. La population européenne résiste plus qu’ailleurs au mouvement de « décolonisation » qui touche nombre de centres ruraux d’Algérie. La progression relative des propriétaires musulmans parmi les viticulteurs ne doit pas laisser penser qu’il y aurait, comme dans d’autres régions de l’Algérie, un changement de main de la propriété : la propriété indigène se morcelle et la multiplication du nombre de propriétaires ne signifie pas l’extension de la superficie possédée. À côté de ces petits exploitants vivait un prolétariat rural, surtout issu des populations nouvellement arrivées. Le dernier chapitre concerne le village, appartenant désormais à la banlieue d’Alger, dans la guerre d’indépendance. Malgré les tensions croissantes entre les populations, il est épargné par l’ultraviolence des dernières années du conflit.

On peut regretter que l’ouvrage ne soit pas davantage illustré de cartes – les concessions, les surfaces complantées de vignes, l’importance de la propriété indigène au fil des époques – qui auraient permis de mieux situer chacun dans l’espace villageois ; on peut aussi regretter que la documentation ne permette pas de plus « faire parler les subalternes ». Les tensions entre groupes sont souvent davantage supposées que prouvées, de même que d’autres modes de coexistence. Cette histoire « par le bas » d’un village sur plus de cent ans témoigne cependant de la manière dont la colonisation a secrété une société qui, tout en reposant sur une inégalité fondamentale, a aussi reposé sur des compromis et des accommodements, ce qui lui a permis de s’inscrire dans une certaine durée.

Claire Fredj


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.