David Aubin, L’élite sous la mitraille. Les normaliens, les mathématiques et la Grande Guerre, 1900-1925.

Paris, Éditions Rue d’Ulm, « Figures normaliennes », 2018, 374 p. Préface de Claude Viterbo.

Avec L’Élite sous la mitraille, David Aubin propose de mettre à l’épreuve de la réalité historique une vision communément acceptée de l’histoire des mathématiques en France pendant la première moitié du XXe siècle : le lourd tribut payé par les mathématiciens de l’École normale supérieure au cours de la Première Guerre mondiale aurait grandement pénalisé le développement des mathématiques en France dans l’entre-deux-guerres. Cette opinion, largement diffusée par les membres du collectif Bourbaki appartenant quant à eux à la génération normalienne suivante et se présentant volontiers comme laissés « sans maîtres » (p. 224), masque en effet un double phénomène qu’il revient à l’historien d’analyser.

D’une part, malgré la popularité de cette thèse, les faits sur lesquels elle repose restent finalement mal connus. Certes, la Première Guerre mondiale a fait l’objet d’un nombre conséquent d’études, mais celles situées à l’échelle de l’École normale ou des mathématiques demeurent peu nombreuses. Qui étaient donc ces jeunes normaliens morts à la guerre ? Quels étaient leurs domaines de recherche ? Comment ont-ils vécu la guerre et comment sont-ils morts ? D’autre part, cette « thèse Bourbaki », pour reprendre l’expression de David Aubin (p. 4), s’inscrit dans le cadre plus large de la mémoire de la Grande Guerre. Comment la mémoire du sacrifice des normaliens a-t-elle été construite, alors même que la guerre battait son plein ? Selon quelles modalités la vie mathématique a-t-elle repris son cours ? Quelles formes d’oubli cela a-t-il provoquées ? Et, enfin, comment ce processus mémoriel, où l’idée de gâchis de talents que l’on aurait mieux fait de préserver joue un grand rôle, participe-t-il d’une construction de l’identité de l’École normale supérieure comme établissement d’élite ?

Pour répondre à ces questions, David Aubin mobilise une grande variété de sources : archives de l’École normale supérieure et du ministère de la Défense, travaux scientifiques des normaliens morts pour la France, notices nécrologiques publiées par l’Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, témoignages et correspondances, presse, etc.

L’étude est organisée en neuf chapitres. Après avoir dressé dans le chapitre 1 un tableau des pertes, effectivement lourdes, subies par les mathématiques et des traces mémorielles que ces pertes ont laissées, l’enquête se tourne vers les deux thèses historiographiques relatives aux mathématiques de l’entre-deux-guerres. D’abord celle véhiculée par le collectif Bourbaki, évoquée précédemment, et dont l’analyse montre ici tout à la fois les faiblesses et l’ancrage dans l’expérience vécue de la génération d’après-guerre, et en particulier dans le sentiment de rupture générationnelle qu’elle a éprouvé. Ensuite, celle de l’historien des sciences Paul Forman, selon laquelle les changements culturels induits par la guerre ont eu des effets sur le développement des sciences (plus précisément de la mécanique quantique) dans les années 1920. Mais, s’il s’agit dans les deux cas de rendre compte des conséquences du conflit sur les évolutions scientifiques, l’une comme l’autre préservent la « digue idéologique » (p. 42) élevée entre la science et la guerre dès 1918, consistant à dissocier les contenus scientifiques prétendument purs des usages dont ils peuvent faire l’objet. Le chapitre 3 propose ensuite de mettre la thèse Bourbaki à l’épreuve des chiffres en dressant un tableau comparatif des pertes subies dans l’enseignement supérieur. L’analyse montre que le sentiment de sacrifice des normaliens repose sur une réalité : ceux qui étaient en cours de scolarité ont de fait été plus touchés que la population générale des mobilisés français, que les polytechniciens ou que les étudiants d’autres pays belligérants, et ce bien que les populations étudiantes aient subi de lourdes pertes dans l’ensemble des pays examinés. Les anciens élèves de l’ENS, toutefois, ont des taux de mortalité similaires à ceux des autres populations examinées.

Les quatre chapitres suivants examinent les trajectoires et les œuvres des élèves de l’École normale engagés dans le conflit. Après d’être intéressée à leurs origines, à leur vie quotidienne à l’École, à leurs débuts de carrière (chap. 4), l’enquête se poursuit par une analyse prosopographique des travaux mathématiques de ceux d’entre eux qui avaient entrepris une activité de recherche (chap. 5). David Aubin montre d’une part que, contrairement à ce qu’affirme Bourbaki, la mortalité des jeunes spécialistes de la théorie des nombres ne permet guère d’expliquer le déclin du domaine dans la France d’après-guerre. Il met d’autre part au jour les mécanismes de la postérité des quelques normaliens travaillant dans le domaine de l’analyse : si les maîtres et les camarades ont fait en sorte, dans l’immédiate après-guerre, de préserver de l’oubli les recherches des mathématiciens décédés, seuls les travaux de René Gateaux ont, dans les faits, bénéficié d’une postérité importante. Le chapitre 6 examine ensuite les conséquences de la guerre pour les normaliens qui, sans être morts au combat, ont été « prisonniers, blessés ou aliénés ». Il établit que si certaines trajectoires ont clairement été stoppées par la guerre, les blessures, bien que parfois très lourdes, ont aussi parfois permis des changements d’affectation et la poursuite d’une activité de recherche. La guerre en elle-même est enfin étudiée dans le chapitre 7. L’auteur y met au jour tout ce que l’expérience des normaliens (mathématiciens ou pas) a de tristement banal, depuis l’affectation, où les compétences, au début du conflit, ne sont pas prises en compte, jusqu’aux circonstances de la mort au front, en passant par le désir de combattre affirmé par certains et la conscience des risques encourus.

Les deux derniers chapitres analysent enfin la construction de la mémoire normalienne de la Grande Guerre, pour comprendre l’évolution conduisant de la célébration de l’héroïsme des jeunes intellectuels devenus chefs de troupes vers le sentiment d’un gâchis irréparable. Pendant le conflit, les hommages et le décompte des morts pointent le rôle spécifique de l’École dans la guerre, participant ainsi de la mise en avant de son prestige, du renforcement de sa position institutionnelle, de l’affirmation de son rôle social (chap. 8). L’idée selon laquelle les normaliens auraient peut-être été mieux employés ailleurs qu’au front demeure très marginale. Dans l’immédiate après-guerre, alors que la vie mathématique reprend son cours normal mais demeure éloignée des tendances majeures développées à l’échelle internationale (et en particulier, pour cause de boycott, des travaux des mathématiciens allemands), l’École se construit une nouvelle identité. Dans un contexte de redéfinition de la place des sciences dans la société moderne, elle incarne la recherche pure et désintéressée (p. 264), au nom de laquelle ses élèves de la génération suivante, celle de Bourbaki, donc, réclameront le droit de se soustraire à la violence des combats (chap. 9).

Ainsi, conclut David Aubin, ni la mortalité des mathématiciens issus de l’École normale supérieure, ni la construction mémorielle les concernant dans les années 1915-1925 ne sont spécifiques, si on les compare aux autres disciplines. L’existence d’un collectif d’acteurs de la génération suivante, ayant intégré les discours entendus lors de sa scolarité dans un récit destiné à mettre en scène la rupture opérée par ses propres travaux, s’avère bel et bien, en revanche, propre au cas des mathématiques.

Avec L’Élite sous la mitraille, David Aubin poursuit l’exploration des rapports entre sciences et Première Guerre mondiale, à la suite notamment de l’ouvrage collectif qu’il avait codirigé en 2014 avec Catherine Goldstein (The War of Guns and Mathematics: Mathematical Practices and Communities in France and Its Western Allies Around World War 1). Le propos s’écarte ici de la question de l’application des sciences aux contextes guerriers, ou de celle de la participation à l’effort de guerre des scientifiques en tant quechercheurs ou hommes de sciences, pour aborder celle de la mobilisation en tant que soldats de jeunes hommes, en l’occurrence mathématiciens, mais surtout issus de l’élite intellectuelle et scientifique. Le livre montre ainsi comment s’articulent, pendant la guerre et l’immédiate après-guerre, destinées individuelles et histoire des institutions, mémoire des communautés scientifiques et représentations disciplinaires. Il déborde en cela de l’histoire des mathématiques et des sciences pour rejoindre les thématiques de la construction mémorielle en temps de conflit et des usages de la mémoire.

Enfin, si l’ouvrage se tient à l’écart des débats historiographiques relatifs à l’existence d’une culture de guerre, à l’acceptation ou non de la guerre par les soldats et aux contraintes qu’ils subissent, l’éclairage qu’il fournit de l’expérience des normaliens lors du conflit (chap. 7) ne manquera pas de nourrir les discussions et d’intéresser les spécialistes de cette période.

Caroline Ehrhardt


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.