Julien Chuzeville, Zimmerwald. L’Internationalisme contre la Première Guerre mondiale.

Paris, Demopolis, 2015, 154 p. Préface de Jean-Numa Ducange.

En 2015, Julien Chuzeville1 publie Zimmerwald. L’Internationalisme contre la Première Guerre mondiale. La préface est signée par l’historien Jean-Numa Ducange2. Ce livre est une présentation des textes principaux du congrès de Zimmerwald de 1915. Dans sa préface, Jean-Numa Ducange souhaite réhabiliter dans la mémoire collective la conférence de Zimmerwald, « où pour la première fois des représentants de la gauche européenne se réunirent pour s’opposer à l’Union sacrée, approuvée par l’écrasante majorité des socialistes européens un an plus tôt, au mépris des textes internationaux qu’ils avaient parfois eux-mêmes rédigés » (p. 3).

L’objectif de ce livre est de retrouver l’histoire de Zimmerwald, de « restituer toute la complexité des enjeux de ces textes issus et autour de ces conférences » (p. 6). Julien Chuzeville « présente une série de textes, souvent méconnus ou inédits, autour de la conférence de Zimmerwald, avec des notes introductives et conclusives suggestives » (ibid.). Il présente aussi des éléments relatifs à la conférence de Kienthal.

Dans sa préface, Jean-Numa Ducange montre comment Zimmerwald, malgré les divisions du mouvement ouvrier opposé à la guerre, symbolise l’« audace et le courage politique au cours d’un épisode particulièrement sombre de l’histoire de l’impérialisme européen. De l’intransigeance diront peut-être certains ? Puissent dans tous les cas ces textes continuer à faire réfléchir dans un monde où la guerre affecte régulièrement les quatre coins du globe. Et où son spectre, toujours aux portes de l’Europe, est loin d’être un phénomène résiduel ou disparu » (p. 12).

Julien Chuzeville présente ensuite en quelques pages le « mouvement de Zimmerwald ». De 1900 à 1914, la IIe Internationale se mobilise contre les menaces de guerre, et s’attaque plus largement à ce qu’elle analysait comme les causes des conflits – en particulier les rivalités impérialistes. En 1907, le congrès de Stuttgart adopte une résolution très ferme contre la guerre. « Les socialistes doivent tout faire pour empêcher le déclenchement d’une guerre, et au cas où la guerre éclaterait néanmoins, ils ont le devoir de s’entremettre pour la faire cesser promptement et d’utiliser de toute leur force la crise économique et politique créée par la guerre pour agiter les couches populaires les plus profondes et précipiter la chute de la domination capitaliste » (p. 13). C’est une orientation d’opposition à la guerre avec une perspective révolutionnaire. Cette idée est mise en valeur par les congrès de Copenhague et de Bâle en 1910 et en 1912.

En août 1914, la Première Guerre mondiale commence. Le congrès de l’Internationale ne peut pas se tenir. Les principaux partis socialistes des pays belligérants se rallient à la guerre, participent à l’Union sacrée et parfois intègrent les gouvernements, notamment en France. Cependant, cette unanimité n’empêche pas les divergences de se développer au sein de l’Internationale. Des voix dissonantes, en faveur de la paix, se font entendre.

Le 2 décembre 1914, le député Karl Liebknecht vote seul contre les crédits de guerre au Reichstag. Son geste crée l’événement en Europe, y compris dans les tranchées. À la fin du mois de mars 1915, une conférence internationale des femmes socialistes à lieu à Berne à l’initiative de Clara Zetkin. Louise Saumoneau, secrétaire démissionnaire du Groupe des femmes socialistes, représente la France. Sa résolution appelle les ouvrières à se rebeller pour la paix : « Unissez-vous ! Que votre volonté soit une ! que votre action soit une ! Ce que vos maris et vos fils ne peuvent exprimer, c’est à vous de le dire, de le redire et le redire encore3… »

Des voix minoritaires s’élèvent contre l’Union sacrée. Le 29 avril 1915, Julius Martov, socialiste russe du journal Nache Slovo,écrit à Robert Grimm qu’il est nécessaire d’organiser « une conférence impliquant tous les socialistes prêts à mener une politique indépendante des deux camps guerriers », afin de parler au nom de la partie de l’Internationale qui n’a pas abdiqué4) ». Le Parti socialiste italien convoque initialement la conférence. Finalement, la conférence est organisée en Suisse, dans le village de Zimmerwald, l’Italie étant entrée en guerre.

Les rapports sur la situation dans les différents pays occupent une bonne partie de la conférence en septembre 1915. Le Manifeste est adopté unanimement. « L’objectif est la lutte contre l’Union sacrée et pour la paix, mais pas pour n’importe quelle paix : pour une paix sans annexions, et ce dans le cadre plus vaste d’une lutte de classe pour le socialisme. La conférence s’oppose aux deux camps belligérants et forme en substance un appel à un troisième camp : celui de l’internationalisme, celui de la lutte contre le capitalisme et pour le socialisme » (p. 18).

Le mouvement s’organise : une commission socialiste internationale est mise en place. Zimmerwald est dans le prolongement de l’appel de Liebknecht. La conférence « devient le symbole de la lutte contre la guerre et de la persistance de l’internationalisme collective – mais cette fois, il s’agissait d’une lutte collective » (p. 19). Julien Chuzeville poursuit : « Dans les différents pays, les partis et courants socialistes durent se positionner par rapport à Zimmerwald. Le Manifeste fut largement diffusé, y compris au sein des États belligérants. Il recueillit de nombreuses adhésions » (p. 19).

Julien Chuzeville conclut sa sélection de textes en évoquant la conférence de Kienthal. « Au début de l’année 1916, une deuxième conférence « zimmerwaldienne » commence à se préparer. La CSI annonce qu’elle aura lieu aux Pays-Bas, à La Haye, espérant ainsi tromper les polices. En réalité, comme pour Zimmerwald, le point de ralliement est Berne et Grimm emmène les 45 délégués » à Kienthal (p. 18) (p. 19). La conférence de Kienthal a lieu du 24 au 30 avril 1916 :

« Exigez la fin immédiate de la collaboration socialiste aux gouvernements capitalistes de guerre ! Exigez des parlementaires socialistes qu’ils votent désormais contre les crédits demandés pour prolonger la guerre. Par tous les moyens en votre pouvoir, amenez la fin de la boucherie mondiale. Réclamez un armistice immédiat ! Peuples qu’on ruine et qu’on tue, debout contre la guerre ! Courage ! N’oubliez pas que, malgré tout, vous êtes encore le nombre et que vous pourriez être la force. Que dans tous les pays, les gouvernements sentent grandie en vous la haine de la guerre et la volonté de revanches sociales, et l’heure de la paix sera avancée.

À bas la guerre ! Vive la paix ! – la paix immédiate et sans annexions. Vive le socialisme international ! »

Compte rendu officiel de la conférence de Kienthal, 1er mai 1916, in ibid,, p. 119-120.

Julien Chuzeville montre que « Zimmerwald avait accompli sa tâche : rassembler les courants socialistes internationalistes malgré et contre les déchirements de la guerre, lancer un appel commun à l’action contre le conflit à un moment où l’idéologie d’Union sacrée triomphait. Depuis le début de l’année 1917, le mouvement réel avait pris le relais, par la révolution en Russie, par les grèves massives dans de nombreux pays, voire par des mutineries dans plusieurs armées » (p. 132).

Julien Chuzeville montre toutefois comment des divisions apparaissent très vite au sein du mouvement zimmerwaldien au sujet de la création d’une nouvelle Internationale. Il conclut que « Zimmerwald fut une création collective et un point de rencontres historiques entre différents courants, ayant en commun le rejet de la Première Guerre mondiale ainsi que l’attachement à l’internationalisme et à l’indépendance de la classe. Réaffirmé avec force par le mouvement zimmerwaldien, l’internationalisme est quelque chose de beaucoup plus profond et radical que le supranationalisme représenté par des institutions regroupant quelques organisations ou États. L’internationalisme n’exclut personne en raison de ses origines, il rassemble tous ceux qui veulent en finir avec les artificielles divisions « nationales », pour arriver à une communauté humaine mondiale » (p. 136).

Julien Chuzeville, par son choix de textes, fait découvrir un pan de l’histoire qui commence à être déchiffré par les historien·n·es : l’histoire de l’internationalisme et du pacifisme.

Isabelle Vahé


  1. Julien Chuzeville est l’auteur de la biographie politique Fernand Loriot. Le fondateur oublié du Parti communiste (Paris, L’Harmattan, 2012) et de Militants contre la guerre 1914-1918 (Paris, Spartacus, 2014) qui retrace l’histoire du CRRI (Comité pour la reprise des relations internationales). Il a également édité des textes de Rosa Luxembourg et Boris Souvarine. En 2017, il publie Un court moment révolutionnaire. La création du Parti communiste en France (1915-1924) (Paris, Libertalia, 2017). []
  2. Jean-Numa Ducange travaille sur l’historiographie de la Révolution française, les mouvements socialistes et sociaux-démocrates des origines à la première moitié du XXsiècle. Il a soutenu en 2009 une thèse de doctorat sous la direction de Paul Pasteur, Élaborer, écrire et diffuser l’histoire de la « Grande Révolution française » dans les social-démocraties allemande et autrichienne (1889-1934). Il publie sa thèse en 2012 aux Presses universitaires de Rennes. Il est maître de conférences à l’université de Rouen. []
  3. Résolution de la conférence internationale des femmes socialistes, Berne, mars 1915, p. 30-31. []
  4. Lettre du 29 avril 1915, reproduite in Y. Collart, Le Parti socialiste suisse et l’Internationale 1914-1915, de l’union nationale à Zimmerwald, Genève, Institut universitaire des hautes études internationales, 1969, p. 297 (in J. Chuzeville, p. 17 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.