Jean-Louis Robert (dir.), David Chaurand (collab.), Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Pour une histoire du travail », 2017, 392 p.

Actes d’un colloque tenu les 26 et 27 novembre 2014, ce volume collectif sur « Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale » est de ceux qu’il faut connaître. Alors que l’attention s’est très largement portée au cours du centenaire sur les expériences combattantes, les différents contributeurs de ce riche ouvrage ont souhaité replacer la question syndicale au cœur des préoccupations. C’est là une initiative heureuse tant il est vrai que ce sujet est indissociable de celui de l’adhésion au conflit et donc, d’une certaine manière, de l’endurance des sociétés en guerre. Appréhendée suivant de savants jeux d’échelle, usant d’études à spectre resserré, à l’instar de la minutieuse contribution de R. Colombier sur les cheminots de Mantes-la-Jolie, et de réflexions transnationales menées avec brio par A. Prost, J. Horne ou encore C. Wrigley, le livre se place dans une chronologie élargie (1911-1923) faisant écho à la « Plus Grande Guerre » qui a actuellement cours parmi les spécialistes de ce conflit. Ajoutons que ce choix s’accorde très bien de la définition extensive du mouvement syndical choisie pour ce livre, D. Fraboulet et C. Druelle-Korn traitant par exemple des organisations patronales et, notamment, de la puissante Union des industries métallurgiques et minières (UIMM).

Dense, le propos du livre s’organise en trois grands temps. Le premier examine les rapports des syndicats et des syndicalistes à la guerre pour mieux replacer ces acteurs dans une certaine « normalité » chronologique. En effet, le déclenchement du conflit fait, dans les sections comme ailleurs, figure de « cataclysme ». Sous l’effet conjoint de « l’accablement » face à une telle nouvelle, puis de la désorganisation des organisations résultant du départ des hommes pour le front, les réseaux militants sont par la suite plus ou moins durablement mis en sommeil. Au fil des contributions, le réveil s’opère pour les plus précoces à l’automne 1914 (les institutrices et instituteurs de L’École émancipée, autour notamment de Marie Guillot), mais parfois uniquement à la fin de l’année 1915, voire en 1916. Toujours est-il que c’est un calendrier qui s’observe dans bien d’autres secteurs, l’activité reprenant sur les bases d’une certaine accommodation au conflit.

Ce faisant, la Grande Guerre agit à la manière d’un effet de seuil pour révéler, sur fond d’acceptation renouvelée de l’effort de guerre1, quelques-unes des grandes lignes de fracture qui, tout au long des années 1920 et bien plus tardivement encore, traverseront le mouvement social. Car, du « pacifisme patriotique » de François et Marie Mayoux aux Zimmerwaldiens, il y a un gouffre qui renouvelle le clivage entre réformistes et révolutionnaires. C’est ainsi que Marie Guilloux, dans une lettre adressée le 29 décembre 1914 à Pierre Monatte, estime que « la CGT aura besoin d’une forte purge » pour expier son ralliement à l’Union sacrée, propos qui, rétrospectivement, semble annoncer la scission avec la CGTU. Comme le rappelle fort justement C. Chevandier, « c’est toute l’histoire de la société française jusqu’aux années 1960 qui est marquée par le souvenir de la Grande Guerre, et le syndicalisme n’y échappe pas ».

Dans un deuxième temps, les différents contributeurs entendent interroger les rapports du syndicalisme à l’économie de guerre. Ce qui s’en dégage est, fondamentalement, le sens tactique des responsables syndicaux qui, la plupart du temps, conscients du rapport de force politique en cours, savent qu’ils ne peuvent prendre le risque de sortir de l’Union sacrée et tentent de récupérer sur les salaires ce qu’ils perdent sur les conditions de travail : l’effort de guerre ne saurait en effet tolérer le moindre repos et permet finalement que s’impose le « tournant taylorien de la société française » jadis décrit par P. Fridenson. Pour autant, l’échec des grèves de 1919-1920 rappelle non seulement que cette position de force est toute provisoire, et limitée aux hostilités, mais que les responsables syndicaux perdent alors la justesse d’analyse qui était la leur pendant le conflit.

Ajoutons que ce volet de l’histoire du syndicalisme n’est pas, par ailleurs, sans révéler certaines ambiguïtés. C’est ce que montre l’exemple de Clovis Andreu. En effet, ce syndicaliste révolutionnaire et pacifiste est impliqué, sous la houlette de l’autorité préfectorale, dans un processus de négociation avec les organisations patronales de la Loire et, ce faisant, devient « coproducteur des règles contractuelles qui définissent pour la première fois des postes de travail et des salaires, règles applicables obligatoirement dans toutes les entreprises travaillant pour la Défense nationale ». De la même manière, ce syndicalisme ne doit pas leurrer : s’il s’agit de la défense des intérêts des travailleurs, ceux-ci sont avant tout des hommes blancs de nationalité française. Ni les femmes, ni les travailleurs coloniaux et étrangers, ces « mains d’œuvre de substitution » analysées par M.-C. Albert, ne bénéficient des mêmes égards. C’est ce que rappellent, notamment, les exemples des bijoutiers de Paris, des arsenaux ou encore des dockers du Havre.

Enfin, dans un troisième temps et dans une perspective d’élargissement, l’ouvrage interroge les rapports du syndicalisme à la société puisque la Grande Guerre apparaît tout à la fois, et ce de manière très paradoxale, comme une parenthèse pour le mouvement social, celui-ci étant en quelque sorte mis en sommeil par l’Union sacrée, et un laboratoire d’anticipation économique et sociale. La coopération en est un bon exemple et il est à cet égard intéressant de remarquer, dans le sillage de M. Dreyfus, que le terme de Société coopérative ouvrière de production (SCOP) est gravé dans la loi en 1915. De la même manière, cet historien rappelle que c’est, en 1919, la Banque centrale des associations ouvrières de production qui est chargée de la gestion des fonds de l’Office national des mutilés, réformés et veuves de guerre, organisme paritaire en vertu de la célèbre formule de Clemenceau : « Ils ont des droits sur nous ». Or, loin d’être anecdotique, ce point nous semble à la fois souligner un nouveau rapport à la société – le poids du paritarisme – et, par la même occasion, un nouveau terrain à investiguer. Mais rappelons d’abord, à la suite de B. Jung, que la Grande Guerre joue ici moins un rôle de rupture que d’accélérateur de la modernisation des rapports sociaux : l’intégration syndicale aux instances gestionnaires débute dans les années 1880 et le ralliement de la CGT à l’Union sacrée permet de hâter le mouvement. Pour cela est mis en place un paritarisme qui est à la fois périphérique et de confrontation, comme le rappelle l’exemple évoqué plus haut de l’Office national des mutilés. Car il ne faut pas s’y tromper. Comme le rappelle fort justement S. Mecellah, il y a bien pour les syndicalistes ralliés à l’Union sacrée une mise en parallèle de l’activité militante et du combat militaire au front.

Dès lors, deux constats s’imposent, observations qui constituent autant de prolongements à cet ouvrage dont on aura du reste saisi tout l’intérêt. Le premier est celui d’un « chaînon manquant » dans ce tableau du mouvement social, à savoir ces associations d’anciens combattants qui nous paraissent devoir être envisagées comme autant de prolongements des organisations syndicales. Après tout, leur raison d’être n’est-elle pas la préservation des « intérêts matériels et moraux » de leurs adhérents ? Cofondée par Henri Barbusse, l’Association républicaine des anciens combattants en est un excellent exemple et l’auteur du Feu ne dit du reste pas autre chose lorsqu’il se remémore les débuts de cette structure qui « nous faisait nettement tourner le dos aux pouvoirs officiels, nous sacrait force révolutionnaire et nous mêlait au gouvernement et à l’organisation de la classe ouvrière2 ». Dans le même ordre d’idée, n’y aurait-il pas lieu de voir en l’Union nationale des combattants une sorte de « syndicat jaune » ? Il y aurait donc tout intérêt, dans les années à venir, à opérer une prosopographie transversale se focalisant sur les appartenances multiples, à cheval entre monde syndical et ancien combattant.

Le second constat invite à postuler l’expérience de guerre comme un capital symbolique que les acteurs valorisent plus ou moins efficacement au sein d’un champ politique compris dans son acception la plus large. Les métallos ont beau constituer une « avant-garde », pour reprendre les termes de Jean-Louis Robert, ils sont aisément assimilables à la figure honnie de « l’embusqué ». A contrario, c’est bien la figure du « poilu », « moralement suprême », pour employer les termes de J. Horne, qui domine l’après-guerre. Là est bien cette forme de « gouvernement des tranchées » déjà bien identifiée au plan politique mais qui reste à appréhender en ce qui concerne les organisations syndicales et, de manière plus générale, les corps intermédiaires, tels que les chambres de commerce et d’industrie. Et, là encore, c’est bien la prosopographie qui semble s’imposer comme outil méthodologique permettant de prolonger cette histoire du syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale.

Erwan Le Gall


  1. N. Beaupré, H. Jones, et A. Rasmussen, Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser, Paris, Les Belles lettres, 2015. []
  2. Cité in G. Doussin (éd.), L’Association républicaine des anciens combattants. Combattants pour la vie. Des voix pour l’espoir, Paris, Le Temps des Cerises, 2007, p. 14. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.