Laura Hobson Faure, Un « Plan Marshall juif ». La présence juive américaine en France après la Shoah, 1944-1954.

Paris, Le Manuscrit, « Penser la solidarité, hier et aujourd’hui », 2018, 406 p. [première édition : Armand Colin, 2013]

Les juifs américains jouèrent un rôle majeur dans la renaissance de la vie juive en France après la Shoah. Par leurs subventions massives aux œuvres sociales juives françaises, ils leur permirent de développer les services indispensables aux rescapés qui, pour avoir survécu, ne s’en trouvaient pas moins démunis, perdus, sans famille. Mais les dollars américains (près de 30 millions entre 1944 et 1954) n’allaient pas sans conditions et ils n’étaient pas seuls à traverser l’Atlantique. En envoyant des délégués en France, les organisations philanthropiques juives américaines y exportèrent aussi une partie de leurs structures, de leurs méthodes de travail et de leur conception de ce que devait être la communauté juive française. Il en résulta des relations ambivalentes entre leaders juifs français et américains, faites de solidarité et de reconnaissance mais aussi d’incompréhensions, de rancœur et de tensions.

C’est ce qu’établit de manière précise et fouillée l’historienne Laura Hobson Faure, professeure à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, dans cette réédition de l’ouvrage tiré de sa thèse de doctorat. En s’intéressant aux hiérarchies entre donateur et receveur et en interrogeant la dimension impérialiste de l’aide juive américaine, elle contribue certes à l’histoire juive mais aussi à celle de l’aide humanitaire et au débat sur l’américanisation de la France après 1945. Elle s’appuie pour cela sur les archives de nombreuses organisations en France et aux États-Unis, sans se contenter de celles de la principale et plus riche d’entre elles, l’American Joint Distribution Committee (communément appelée le Joint). L’autrice a aussi mené une cinquantaine d’entretiens oraux avec d’anciens responsables communautaires. C’est ce qui lui permet de développer une approche relationnelle attentive aux interactions non seulement entre organisations, mais aussi entre individus, faites certes de rapports de force mais aussi d’amitié.

L’ouvrage est divisé en six parties organisées de façon chronologique au début, puis thématique. La première partie revient sur la période 1914-1944. Elle présente les organisations d’aide juives américaines et françaises en signalant le renversement graduel du rapport de force entre elles : si les juifs français continuent dans les années 1930 à se considérer comme des philanthropes internationaux, venant en aide aux réfugiés d’Europe de l’Est, ils ont de plus en plus besoin pour cela des fonds du Joint américain. C’est à cette époque que ce dernier commence à influencer la vie juive française, en conditionnant ses subventions à une plus grande ouverture des juifs français envers leurs coreligionnaires immigrés.

La deuxième partie analyse l’aide juive américaine dans l’immédiat après-guerre, avant le retour sur le continent des professionnels de la philanthropie. Elle met ainsi en lumière le rôle des aumôniers militaires juifs américains accompagnant l’armée de libération dès l’été 1944. En effet, alors que le Joint est en pleine négociation diplomatique pour se réinstaller en France, les militaires américains juifs prennent sur eux, de façon souvent individuelle et spontanée, de retrouver puis de secourir les survivants de la Shoah. Ils utilisent le système postal militaire pour demander à leur communauté, leur famille et leurs amis aux États-Unis de leur envoyer des colis de nourriture, de vêtements et de chaussures, voire détournent les denrées destinées au ravitaillement de l’armée américaine (p. 103). Au Mans, ils lèvent des fonds parmi les troupes d’occupation pour financer un foyer pour orphelins. Partout, les aumôniers militaires américains relancent la vie religieuse juive. Dans une étude centrée sur la ville de Reims et fondée sur des entretiens avec des familles juives françaises, Laura Hobson Faure insiste sur la « simplicité des échanges entre individus » (p. 174) et l’égalité de cette rencontre franco-américaine, car si les juifs de Reims ont besoin de l’aide matérielle fournie par les soldats américains, sur le plan symbolique, ils ont l’hospitalité et une place dans la société juive rémoise à leur offrir en retour. En résultent des amitiés solides et durables.

La troisième partie décrit le retour en France du Joint en 1945. Ce retour est ardemment désiré en France, mais il ne se fait pas sans heurts. Laura Hobson Faure insiste sur les incompréhensions entre un « personnel américain du Joint arrivé en France avec [d]es critères d’efficacité et de professionnalisme » (p. 150) et des employés français trop affaiblis et affamés pour travailler avec la diligence souhaitée, jugés qui plus est insuffisamment qualifiés et trop divisés par les querelles politiques entre sionistes, communistes, bundistes, etc., pour atteindre les normes américaines d’un travail social neutre, centralisé et rationalisé. Dès le mois de mars 1945, le Joint impose donc la fusion des principales œuvres juives françaises dans le Comité juif d’action sociale et de reconstruction (Cojasor), qu’il subventionne à 85 % pendant ses trois premières années d’existence, tout en continuant à financer les autres organismes juifs français.

La quatrième partie poursuit l’histoire du Joint en France dans les années 1946-1954, alors qu’à l’aide d’urgence succède un programme d’autonomisation à long terme de la vie juive française. En effet, suivant en cela les préceptes généraux de la philanthropie américaine, le but du Joint est de rendre les organisations françaises autonomes et autosuffisantes. Mais, pour cela, il faut qu’elles s’américanisent. C’est pourquoi Laura Margolis, directrice du bureau du Joint pour la France de 1943 à 1953, développe une attitude encore plus directive avec les organisations françaises, contrôlant leurs dépenses comme leurs actions. Surtout, Laura Margolis promeut l’exportation en France de l’United Jewish Appeal, l’organisme de collecte et de distribution des fonds mis en place par les juifs américains en 1939, dont le transfert réussi permet la création du Fonds social juif unifié (FSJU) en 1949. Les œuvres juives françaises n’importent d’ailleurs pas qu’une structure américaine ; elles adoptent aussi le vocabulaire et la pensée qui vont avec, notamment celle de la « communauté ». C’est à cette époque seulement que ce terme commence à désigner tous les juifs de France et à inclure tous les aspects socioculturels de la vie juive, alors que jusque-là il est utilisé en France dans un sens religieux et au pluriel, renvoyant aux membres de chaque synagogue. Pour autant, ce transfert n’est possible que parce qu’il répond à un besoin français : en s’unissant pour collecter plus d’argent, les dirigeants juifs français veulent aussi faire contrepoids au Joint et se libérer du contrôle de plus en plus pesant que ce dernier exerce sur eux. Et, de fait, à partir de 1953, le Joint estime pouvoir commencer à transférer ses services au FSJU et retirer son personnel de France.

La cinquième partie porte sur la même période, mais s’intéresse aux organisations juives américaines autres que le Joint et dont l’action en France est plus ouvertement politique, comme le Jewish Labor Committee, issu des mondes ouvriers et syndicaux américains. Ainsi, la présence juive américaine est plus diverse et plus politisée qu’on pourrait le croire. L’aide de ces autres organisations, quoique moins massive, offre en outre un levier de négociation aux œuvres françaises, qui font jouer la concurrence avec le Joint pour obtenir à la fois plus de fonds et plus d’autonomie vis-à-vis de ce dernier. Cette partie analyse également l’action en France de l’American Jewish Committee, qui cherche, lui aussi, à y exporter ses structures, ses méthodes et ses concepts, notamment celui de « défense » contre l’antisémitisme (p. 251). Mais ce transfert-là n’aboutit pas, faute sans doute de fonds suffisants pour convaincre les leaders juifs français de l’opportunité d’une organisation unique et spécialisée dans la lutte contre l’antisémitisme en France.

La sixième et dernière partie analyse une expérience particulière de transfert des États-Unis vers la France : celle de l’École de travail social Paul-Bauerwald, opérationnelle entre 1949 et 1953. Elle revient sur le regard négatif porté par les professionnels américains arrivés en France armés de leur Master’s of Social Work sur les employés des œuvres sociales françaises. L’objectif de l’École Paul-Bauerwald, fondée par le Joint, est dès lors de former une élite professionnelle juive européenne selon un cursus américain, enseigné par des professeurs américains. Si le Joint décide de fermer l’école en 1953, son influence perdure, non seulement parce que plusieurs de ses enseignants restent en France et continuent à former les employés des œuvres sociales juives françaises à leurs méthodes, mais aussi parce que cette École participe alors d’un mouvement plus large de professionnalisation du métier d’assistante sociale. Au-delà du monde juif, les travailleurs sociaux français s’intéressent donc de près aux méthodes américaines, comme le casework, le suivi social individualisé, que l’École Paul-Bauerwald contribue à diffuser en France.

Si l’ouvrage est très précis sur l’action du Joint et de nombreuses autres organisations américaines en France, ainsi que sur leurs relations avec leurs partenaires français, on se perd parfois dans les acronymes et dans des chapitres un peu descriptifs. Ce n’est finalement pas dans l’analyse de la cartographie organisationnelle et politique des mondes juifs et américains que le propos a le plus de souffle. Il est plus inspiré et très habilement mené lorsqu’il s’appuie sur le paradigme des transferts culturels de Michel Espagne et Michael Werner pour examiner la circulation transatlantique des structures, des modèles et des concepts, ainsi que les rapports de force qui les sous-tendent. Laura Hobson Faure est aussi particulièrement à l’aise lorsqu’elle délaisse l’histoire des organisations pour observer à la loupe les interactions interindividuelles et les expériences subjectives, qu’il s’agisse de la douzaine de personnalités juives françaises et américaines dont elle suit la trace et les évolutions au fil du livre, ou de la partie sur les aumôniers militaires juifs, à la fois originale et un peu décalée dans l’économie générale de l’ouvrage, mais qui annonce la suite des travaux de Laura Hobson Faure, désormais centrés sur l’analyse historique des expériences subjectives.

Célia Keren


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search