Dimitri Manessis et Guillaume Roubaud-Quashie (dir.), Empreintes rouges. Nouvelles perspectives pour l’histoire du communisme français

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2018, 240 p.

L’ouvrage Empreintes rouges est la traduction des travaux des journées doctorales « Perspectives pour l’histoire du communisme français » organisées les 14 et 15 octobre 2016 aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis à Bobigny et au Centre Malher (Université Paris 1). L’intérêt et l’originalité du livre résident donc principalement dans le profil des auteurs, puisque sur dix-sept contributeurs, on ne compte pas moins de douze doctorants et quatre conservateurs-archivistes proposant au lecteur un aperçu des recherches en cours et des (nouveaux) fonds documentaires disponibles.

Suivant quatre parties, le livre explore quatre types d’approches : sociales, globales, culturelles et archivistiques. Les trois premières parties sont ainsi consacrées aux recherches, la dernière aux sources. Si cette quatrième est par essence intégralement intéressée aux « empreintes » laissées par le PCF et/ou le communisme français, on pourra regretter que les contributions présentant les thèses en préparation n’aient pas toutes eu également cet intérêt à questionner la mémoire et les traces de leur sujet d’étude.

Il n’en reste pas moins qu’au fil des pages, le croisement des approches prosopographiques (militants juifs parisiens, secrétaires fédéraux du Front populaire), locales (Bas-Rhin des années 1920, Algérie de l’entre-deux-guerres, Secours rouge/populaire à Marseille des années 1930), connectées (Souvarine et les dissidents de la Deuxième internationale, les brigades internationales, les communistes marseillais et la guerre d’Algérie) ou culturelles (philosophie, théâtre, urbanisme) donne à voir un véritable dynamisme en termes de recherches historiques, quand le PCF actuel semble, à l’inverse, tombé en léthargie.

Nous ne proposerons pas ici un résumé de chacune des contributions mais relèverons plutôt ce qui, à notre sens, fait la force, l’intérêt de ce livre et des questionnements soulevés par la notion d’empreinte.

Que ce soit des extraits, des aperçus de leurs recherches doctorales ou des pistes de réflexion, chacun des auteurs expose des résultats inédits. Il en est pourtant qui se démarquent par le peu « d’empreintes » historiographiques laissées jusqu’ici au niveau de l’état de l’art. Le cas de la fédération du Bas-Rhin tout comme celui de l’Algérie sont sur ce point exemplaires. Enfants pauvres de la recherche sur le communisme, ces deux études locales, menées respectivement par Pierre Krieger et Éloïse Dreure, présentent des points communs que l’on n’imaginerait pas a priori. En effet, ces deux articles traitent, suivant des particularismes et des inscriptions territoriales différentes, de la question de l’autonomie. Autonomie des périphéries vis-à-vis du centre évidemment, mais surtout revendications autonomistes – régionale pour le Bas-Rhin et nationale pour l’Algérie – qui renvoient au traitement de la question nationale et anticoloniale du PCF, à ses hésitations, ses faiblesses, voire ses revirements. Dans les deux cas, le parti connaîtra scission/division, tantôt subie avec les autonomistes alsaciens, tantôt imposée avec la création du PC Algérien, mais toujours contrariée, ce qui explique peut-être aussi pour partie l’amnésie militante (et historienne).

Pour ce qui relève de la mémoire militante, le cas des Brigades internationales semblait, a contrario, avoir bénéficié d’une attention certaine du parti. La contribution d’Édouard Sill nous démontre pourtant que l’écriture d’une histoire officielle de l’épopée brigadiste a connu un long processus, à la croisée d’objectifs politiques et mémoriels contradictoires, pour finalement échouer et être abandonnée à la faveur des primats soviétiques (pacte germano-soviétique puis victoire sur le nazisme et déstalinisation). À l’opposé, la construction d’un théâtre communiste international, durant les années trente, a elle été complètement oubliée, autant par les communistes eux-mêmes que par les historiens. L’étude de Haramila Jolly nous explique les raisons d’un tel silence, d’autant plus étonnant quand on connaît la carrière de certains protagonistes : Jacques Prévert, Jean-Paul Dreyfus (Le Chanois)… Ici, ce sont à la fois les témoins et des questions de « dénomination » qui ont été facteurs d’oubli. En effet, nombreux sont ceux – la troupe Octobre par exemple – qui ont, après-guerre, minimiser ou nier leur engagement communiste, voire revendiquer une forme de dissidence que les archives du Komintern aujourd’hui disponibles contredisent largement.

Concernant les héritages, l’article de Corentin Lahu montre comment, à travers l’exemple marseillais, une organisation de solidarité de classe, le Secours rouge international, opère sa transformation en 1936 pour devenir une organisation de masse à vocation proto-humanitaire : le Secours populaire, que l’on connaît encore aujourd’hui. De même, l’étude prosopographique de Zoé Grumberg sur les militants juifs parisiens des années 1950 montre comment les engagements de l’entre-deux-guerres et de l’Occupation (MOI, UJRE, FTP…) déterminent par la suite les parcours individuels – et générationnels – de ces militants à la Libération, même si l’on peut regretter en l’état la faiblesse du corpus.

Enfin, le chapitre consacré aux ressources archivistiques donne à voir, après des décennies de disette, des fonds désormais variés, nombreux et accessibles (sur site ou en ligne, voir Pandor ou Gallica). Qu’elles relèvent des archives publiques (police, justice), privées (archives internes du PCF et de l’Internationale), personnelles (fonds de militants et de dirigeants), la somme des sources nouvellement disponibles est aujourd’hui vertigineuse. Des manques persistent malgré tout pour ce qui concerne certaines organisations dites satellites – et pas des moindres –, celles de l’ISR et de la CGTU ou encore du Krestintern. Mais il n’est pas interdit d’espérer qu’elles aussi finiront, matériellement ou « virtuellement », par revenir de Moscou.

Au final, ce livre offre un panorama de la recherche actuelle sur le communisme français qui s’avère riche, vivante, multiscalaire et prometteuse. Si les directeurs de la publication, Dimitri Manessis et Guillaume Roubaud-Quashie – dont il faut saluer ici le travail de structuration de l’ouvrage – entendent faire fi des écoles et des chapelles en réunissant ces jeunes chercheurs, le lecteur notera que Paris et Dijon se démarquent et regrettera l’absence de certains centres qui, hier encore, participaient de cet élan collectif. Il n’en reste pas moins un livre indispensable qui, près de vingt ans plus tard, continue, par le foisonnement de ses approches, à explorer « le siècle des communismes1 ».

Morgan Poggioli


  1. M. Dreyfus, B. Groppo, C. Ingerflom, R. Lew, C. Pennetier, B. Pudal et S. Wolikow (dir.), Le siècle des communismes, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2000. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.