Lionel Barbe, Valérie Schafer et Louise Merzeau (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié

Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015, 216 p.

L’ouvrage collectif dirigé par Lionel Barbe, Louise Merzeau et Valérie Schafer constitue un moment important dans la recherche francophone à propos de Wikipédia. Le plan de l’ouvrage, sans doute fixé au préalable, distancie des contributions qui se sont rapprochées au cours de l’écriture des chapitres. Trois thèmes transversaux parcourent l’ensemble du livre : l’analyse du fonctionnement de Wikipédia, l’étude des contextes de son usage et l’élaboration d’un regard scientifique sur cet objet.

La contribution de Dominique Cardon ouvre l’ouvrage en proposant une interprétation stimulante de la gouvernance wikipédienne. À travers cinq « leçons », il illustre combien la « vigilance participative » semble prégnante dans le contexte des biens communs numériques1. Pour l’auteur, chaque participant exerce une vigilance sur la participation des autres. Cette attention ne porte pas sur le contenu des textes mais sur les règles formelles encadrant leur production, comme le fait de citer une source, de corriger l’orthographe ou le style. Cette proposition d’interprétation de la gouvernance de Wikipédia est inspirée par l’éthique de la discussion proposée par Habermas, où le philosophe distingue une rationalité substantielle, fondée sur l’adéquation entre les moyens et les fins légitimes, et une rationalité procédurale, caractérisée par une évaluation de la légitimité des moyens eux-mêmes. La vigilance participative légitime un modèle procédural de régulation en ne s’exerçant que sur les moyens de l’écriture.

Pierre Willaime revient sur cette distinction habermassienne en montrant que l’épistémologie wikipédienne n’est pas entièrement procédurale : à l’aide de l’interface wikipédienne, il est possible d’obtenir la liste des contributions réalisées par un contributeur donné. À l’aide de ce matériau, les contributeurs mènent généralement enquête pour savoir avec qui ils parlent. Cet usage de l’historique pour qualifier la légitimité des fins poursuivies se situe en dehors d’une rationalité procédurale. L’auteur invite les wikipédiens à expliciter cette substantialisation implicite des identités numériques en rompant l’anonymat pour désigner sur le wiki les experts les plus compétents dans un domaine spécifique. Associer les experts les plus légitimes d’un champ peut selon lui constituer une manière de solidifier le succès d’un projet comme Wikipédia.

Wikipédien de longue date, Pierre-Carl Langlais dessine l’émergence d’une norme parmi les plus importantes dans l’architecture normative de Wikipédia : la citation des sources. Parce que Wikipédia ne peut pas être le lieu d’une écriture inédite2, la référence aux écrits extérieurs s’est rapidement imposée comme une norme de qualité des contributions. L’article montre comment « l’imposition d’une norme » est liée à la morphologie de la population des contributeurs : les « références devinrent nécessaires » en 2007, c’est-à-dire après le passage de quelques centaines à plusieurs dizaines de milliers de contributeurs. L’analyse rejoint une préoccupation forte de la sociologie du numérique : l’adéquation entre la forme d’un dispositif sociotechnique et la morphologie de l’ensemble des usagers.

Antonio Casilli donne une interprétation wikipédienne de ses recherches publiées ultérieurement sur les « prises de parole problématiques3 » sur Internet. L’architecture réglementaire de Wikipédia advient grâce à un processus d’explicitation des normes de qualité implicites, lui-même provoqué par la perturbation du consensus spontané entre les premiers wikipédiens. Paradoxalement, le bon fonctionnement de Wikipédia est donc stimulé par les contributeurs qui cherchent à l’enrayer.

Alexandre Hocquet analyse les conditions d’établissement de la délibération sur une page particulière, l’article consacré à l’occupation de Notre-Dame de Paris par les Femen le 12 février 2013. Il montre qu’une forte exposition médiatique influe sur les délibérations entre contributeurs. L’auteur décrit l’établissement d’une « spirale du silence » : « l’apparition d’intervenants véhéments rompt l’harmonie d’une discussion délibérative en monopolisant la parole et fait se taire les précédents intervenants ». Le texte ouvre ainsi la voie à une « critique de la raison procédurale4 » wikipédienne.

Les analyses de Casilli, Langlais, Willaime et Hocquet constituent une première percée pour une recherche des causes de l’institution de Wikipédia, là où le travail de Dominique Cardon nous donne une compréhension fine des prétentions à la rationalité de la régulation wikipédienne.

Le chapitre écrit par Boris Beaude relie le thème du fonctionnement de Wikipédia et celui des contextes d’usage de l’outil en s’intéressant à la spatialité de Wikipédia. Une telle question impose de dépasser une approche naïve et conceptuellement fausse de la virtualité selon laquelle les « communautés virtuelles » ou le « cyberespace » se trouveraient en dehors du réel. Empruntant à la philosophie et à la géographie diverses définitions de l’espace, l’auteur montre comment les phénomènes numériques ont une spatialité singulière qui configure une « lutte des places5 » spécifique. Le mérite de ce chapitre est de montrer que le concept d’espace peut servir à tracer un pont entre une sociologie de la régulation et une sociologie des usages de Wikipédia, car règles et contributeurs sont situés au même endroit.

D’une autre manière, l’espace est aussi au centre du chapitre coécrit par Ilhem Allagui, Mark Graham et Bernie Hogan à propos de la version arabe de Wikipédia. Utilisée dans un large éventail de pays hétérogènes, parmi lesquels l’Égypte (24,3 % des contributeurs), l’Arabie Saoudite (19 %) et dans une moindre mesure l’Algérie (5 %), la version arabe de Wikipédia permet de s’intéresser à quatre « barrières à la contribution » que les auteurs pensent étrangères à l’espace francophone : la faible connectivité des populations, la disparité des taux d’alphabétisation entre urbain et rural, la différence entre langue écrite et langue orale, la censure étatique de l’Internet. On peut parfois regretter la normativité du propos car le contexte occidental sert de référentiel à partir duquel sont saisies les spécificités du monde arabe. De plus, l’espace linguistique francophone semble lui aussi ramené à sa seule composante européenne. Pourtant, certains des pays explicitement désignés ici comme principaux contributeurs du wiki arabe en font partie, comme l’Algérie. Cette étude exploratoire a néanmoins le mérite de poser la question du contexte politique, éducatif, linguistique et technique des usages. Dans un contexte où la majorité des études portent sur la version anglophone de Wikipédia, en traitant en particulier des usages états-uniens, ce programme de recherche reste amplement ouvert.

Le chapitre écrit par Gilles Sahut, Benoît Jeunier, Josiane Mothe et André Tricot fait état des résultats d’une enquête par questionnaire auprès d’élèves du secondaire et d’étudiants du supérieur. À partir d’un score de « connaissances informationnelles sur Wikipédia », l’étude montre que ce public ne sait parfois pas définir précisément ce qu’est le wiki. Ce niveau de connaissance augmente au fil de la trajectoire scolaire. De plus, la connaissance du fonctionnement de Wikipédia n’est pas corrélée au fait d’obtenir des informations sur le wiki. Cela laisse penser que les usagers de Wikipédia se répartissent selon une logique plus complexe que celle de la partition entre deux ensembles caricaturaux – usagers familiers du fonctionnement versus profanes ignorants. Comme les auteurs le mentionnent au titre d’une des limites de leur enquête, il eût fallu disposer de variables sociodémographiques généralement utilisées en sociologie de l’éducation, comme le genre ou l’origine sociale des élèves et des étudiants.

Toujours sur les contextes d’usages mais à une autre échelle, Alexandre Moatti analyse les « postures d’opposition à Wikipédia dans le milieu intellectuel en France ». L’auteur distingue deux formes d’« antiwikipédisme » : une forme militante et une forme mondaine. L’antiwikipédisme mondain est porté par des intellectuels reconnus, comme Pierre Assouline et Jean-Noël Jeanneney, et relève d’une forme de dilettantisme. À l’inverse, l’antiwikipédisme militant est principalement le fait d’enseignants ne disposant pas d’une notoriété importante, mais cherchant activement à limiter l’usage de Wikipédia dans le domaine scolaire. Il est intéressant de voir que le militant discret peut se muer en dilettante reconnu, ce que Moatti exemplifie avec la figure de Loys Bonod. Professeur de français, ce dernier a conquis une audience spécialisée au fil de ses prises de position très véhémentes contre Wikipédia, situées dans une critique plus large du « système éducatif français ».

À l’aide d’une objectivation stimulante de son propre parcours de recherche avec Wikipédia, Régine Fabri propose un contre-pied à l’antiwikipédisme. À travers la description de la population des contributeurs enrichissant les pages de botanique, l’auteur montre la cohabitation de chercheurs spécialistes, très minoritaire à 12 %, et d’autres profils de contributeurs. Ces contributeurs, souvent fortement diplômés, contribuent très peu dans le domaine de leurs études. À l’inverse, les chercheurs en botanique professionnels ne contribuent que très peu à l’écriture des articles. L’autodescription d’une chercheuse en botanique également contributrice aux pages de botanique nous invite à porter une attention à la question suivante : Wikipédia modifie-t-elle les coordonnées respectives des figures de l’expert et du profane dans le travail scientifique contemporain ? Cette question fait clairement écho à la tradition de recherche de sociologie pragmatique sur la question des « forums hybrides » et de la démocratie technique6.

Ces différentes études ont le mérite d’éclairer les contextes d’usages en les positionnant « quelque part », à l’aide d’une réflexion spéculative sur la spatialité du numérique, en soulignant la variété des contextes sociaux d’un espace linguistique à l’autre, en décrivant des postures d’oppositions à Wikipédia pesant sur la légitimité du wiki, ou encore en objectivant sa propre trajectoire. Sur ce dernier point, deux contributions permettent d’aller plus loin et aident le chercheur à assumer un positionnement dans une littérature foisonnante et au milieu de techniques toujours plus diverses et perfectionnées.

Évelyne Broudoux propose une catégorisation de la littérature existante sur Wikipédia. Elle aboutit à trois catégories, selon que les études appréhendent Wikipédia comme facilitateur de la construction de corpus documentaire, comme lieu d’un processus éditorial, ou comme réalité épistémique coconstruite par les chercheurs et les contributeurs. Bien que très générales, ces catégories permettent de rendre compte de la variété de la littérature et sont opératoires à condition de les utiliser comme outil de positionnement davantage que comme une partition positive du champ de recherche.

Robert Viseur offre une vue des différentes étapes techniques utiles à la constitution d’une base de données. Si la précision de son propos est à souligner, on peut regretter que l’auteur en reste à une description de la performance de sa méthode (nombre d’extractions réussies) sans interroger sur les conditions sociologiques de sa faisabilité. On pourrait par exemple faire l’hypothèse que la mobilisation d’un grand nombre de contributeurs permettrait d’aboutir, sous certaines conditions, à l’écriture d’un texte dont nous pourrions ensuite extraire des informations standardisées utiles à la recherche.

Même cinq ans après sa publication, l’actualité de cet ouvrage reste vive. Si des travaux importants ont été réalisés en se situant dans certains des programmes de recherche esquissés ici, ces derniers restent ouverts et féconds pour le futur de la recherche wikipédienne. S’il fallait regretter un point, alors nous aurions souhaité avoir davantage de précisions quant aux opérations méthodologiques qui rendent possible, non seulement l’obtention de résultats, mais surtout la formulation des questions. Considérer Wikipédia comme un « terrain » ne va pas de soi, et même après avoir pris ce parti, il reste à expliciter les médiations par lesquelles « ce que l’on y voit » devient « matériau ».

Léo Joubert


  1. C. Hess et E. Ostrom (dir.), Understanding Knowledge as a Commons, Cambridge, The MIT Press, 2007. []
  2. « Wikipédia : travaux inédits », Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Travaux_in%C3%A9dits. []
  3. A. Casilli et P. Tubaro, Le phénomène « pro-ana ». Troubles alimentaires et réseaux sociaux, Paris, Presses des Mines, 2016, postface de C. Méadel. []
  4. J. De Munck, « Pour une critique de la raison procédurale », in D. Mercure (dir.), Une société-monde ? Les dynamiques sociales de la mondialisation, Bruxelles, De Boeck Supérieur, 2001, p. 115‑132. []
  5. M. Lussault, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, 2009. []
  6. M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil, 2001. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search