Pierre Lamard et Nicolas Stoskopf (dir.), La transition énergétique, un concept historique ?

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, «Environnement et société », 2018, 320 p.

Cet ouvrage collectif est issu des « VIe journées d’histoire industrielle » organisées en 2014 par le CRESAT (Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques) de l’Université de Haute-Alsace. Cette équipe d’accueil interroge depuis plus de dix ans les relations de l’industrie avec la société dans le cadre d’enjeux contemporains (patrimoine, communication, société et environnement), ce qui permet de réactiver le champ de l’histoire des entreprises, de l’industrie et plus largement de l’histoire économique. Pour ce volume, les organisateurs se sont attelés à interroger la question énergétique du point de vue des entreprises et des acteurs de la vie économique – État et collectivités territoriales inclus. Une table ronde, ouverte aux entrepreneurs, et très en phase avec des préoccupations du présent, clôt l’ouvrage et indique le dialogue établi avec le monde économique qui a en main les transformations des modes de production. Quoique annoncé sous forme interrogative, le concept de « transition énergétique » est facilement mobilisable par les historiens puisqu’il s’agit de caractériser des phases de mutation. Mais comme le soulignent Pierre Lamard et Nicolas Stoskopf en introduction, il faut se défier des effets de mode et d’un mot valide, celui de transition, qui est repris, après celui de développement durable, par des acteurs publics avec des effets de langage et de communication. Notons ici que le ministère de l’Environnement, après plusieurs appellations, est devenu récemment le ministère de la Transition écologique.

Au-delà de cet emploi à des fins politiques de communication, le mot « transition » est l’objet de débats chez les historiens. Il est en effet clair qu’aucune source d’énergie n’a pleinement détrôné une autre d’un point de vue historique ; ainsi, la révolution industrielle, souvent présentée comme la période de l’avènement du charbon, est autant liée à l’intensification et la progression d’autres sources d’énergie (hydraulique, éolien, biomasse, musculaire) qu’à l’emploi des énergies fossiles, au point que l’on peut parler d’additions énergétiques successives plutôt que de substitutions1. De nos jours encore, le charbon continue de progresser en tonnage au niveau mondial. Dans cet ouvrage, les transitions sont donc définies comme la mise en valeur de nouvelles hiérarchies dans le « mix énergétique » qui induisent des mutations systémiques de l’appareil de production industrielle, ou encore l’apparition de nouveaux convertisseurs énergétiques, comme l’électricité, qui réactive l’emploi d’énergies primaires déjà mobilisées auparavant. L’enjeu climatique contemporain motive fortement les attendus des contributions. Il faut se réjouir que l’énergie, après avoir été un parent pauvre de la réflexion historique souvent cantonnée à l’histoire des techniques, soit abordée pour éclairer des mutations profondes des sociétés. Le moment est propice : l’histoire environnementale, qui tisse des liens entre plusieurs champs historiographiques, encourage de telles démarches. Néanmoins, les apports de celle-ci sont peu mobilisés dans les contributions de ce volume. Il n’est par exemple jamais fait mention du colloque du RUCHE (Réseau universitaire des chercheurs en histoire environnementale) tenu en 2016 sur le thème des transitions énergétiques : il faudra se reporter à la publication de ce colloque pour avoir un panorama beaucoup plus approfondi et exhaustif sur les recherches en histoire de l’énergie2. D’autres enjeux sont peu présents, tels que celui des énergies alternatives3, des comptabilités et quantifications énergétiques sur le long terme4, ou encore les débats sur le rôle de systèmes énergétiques dans les relations sociales et les rapports de pouvoir5. Si cela est regrettable, l’ouvrage apporte bien entendu des éléments intéressants qu’il faut considérer comme des études au prisme d’une histoire industrielle et des acteurs du monde économique.

Avec un tel thème, le risque du grand écart pointe. Les modes d’exposition peuvent procéder soit du récit englobant, appuyé sur une documentation de seconde main, qui présente de grands mouvements et des tendances lourdes propres à caractériser une mutation ou une transition, soit une recherche empirique ancrée sur un terrain, une période et un secteur limités, mais sans établir les comparaisons et hiérarchies systémiques qui permettent de penser la transition. De fait, hormis la contribution de Pierre Fluck sur les continuités de l’énergie hydraulique de l’époque romaine à nos jours, les autres se rattachent au second cas, avec des focales plus ou moins étendues ou restreintes. Comme le suggère l’introduction générale, il s’agit principalement de rassembler les éclairages singuliers présentés à ces journées : aux lecteurs de tenter de rassembler le tout dans un cadre plus général ! Cela est d’autant plus compliqué qu’un certain nombre d’articles ne s’interrogent en fait pas sur la transition énergétique mais davantage sur le cadre institutionnel (ainsi sur la difficile naissance de la Compagnie nationale du Rhône avant 1933) ou sectoriel (ainsi sur la classification de la qualité du charbon au XXe siècle).

Un ensemble de contributions s’interroge sur les trajectoires énergétiques non advenues en étudiant les inerties, les difficultés et les freins de l’émergence de nouveaux convertisseurs énergétiques, et finalement, pour certains d’entre eux, leurs échecs. C’est le cas notamment de l’alcool et du gazogène comme essence pour les premières voitures, un cas présenté par Camille Molles, ou encore du projet d’îles industrielles récupérant l’énergie des fonds marins, au large de Nantes (1926-1933) étudié par Anaël Marrec. Dans les deux cas, les difficultés techniques et les questions de coûts sont déterminantes. C’est également le cas de la voiture électrique, dont Jean-Louis Loubet nous rappelle qu’elle est contemporaine de la naissance de l’automobile et a toujours été utilisée pour des usages particuliers en milieu urbain (ainsi pour certaines livraisons, qui nécessitent des arrêts fréquents des véhicules), mais qu’elle a toujours eu pour défauts un coût élevé et surtout un manque de puissance et d’autonomie. L’électricité comme convertisseur d’énergies primaires est d’ailleurs au cœur de la plupart des contributions. Elle réactive avec succès d’anciennes sources d’énergie, en premier lieu l’hydraulique, comme le montrent les « fleurons » français des Trente Glorieuses, à savoir l’équipement du Rhône ou de la Rance (usine marée motrice unique au monde), ou encore l’exemple suisse étudié par Serge Paquier : l’équipement actuel de barrages résulte de l’électrification du pays et de l’installation des réseaux après 1890, pour s’arrêter en 1950 avec l’avènement des centrales nucléaires. Ces dernières sont l’objet de deux contributions (Yves Bouvier, Jean Belot) centrées sur les discours et les politiques de développement des années 1940 et 1950. L’électrification redonne également une seconde vie au vent, par exemple au Danemark entre 1910 et 1950, période durant laquelle ce sont les moulins à vent, appelés du nom de leur concepteur « Le Cour », qui ont contribué, explique Philippe Bruyerre, à l’électrification des zones rurales du pays, à l’exclusion de toutes les autres sources, de façon décentralisée et avec de multiples remaniements, reconceptions, réinterprétations dans des contextes humains les plus variés rencontrés tout au long de son cycle de vie. Ce mouvement d’électrification rurale, qui est à rapprocher de celui des coopératives, des écoles populaires et du socialisme municipal, disparaît cependant après 1950 avec l’unification nationale du réseau et le raccordement au courant alternatif. Ce cas spécifique d’un rôle important de l’éolien durant la première moitié du XXe siècle n’éclipse pas l’importance toujours réelle du charbon à de multiples échelles et emplois : il résiste à la substitution par le pétrole dans la marine britannique (Aymen Boughanmi) et est un support évident à l’électrification du bassin minier liégeois (Arnaud Péters et Olivier Defêchereux), tandis que le déclin de son extraction en France après 1950 ne peut cacher son succès actuel, ce que nous rappelle Jean-Louis Escudier. Dans les années 2010, la Chine extrait plus de trois milliards de tonnes par an, soit davantage que l’extraction cumulée de la France durant les 270 ans d’exploitation industrielle. Ce dernier chiffre, ainsi que les analyses historiques contenues dans ce volume, nous permettent de nous prémunir de tout enthousiasme vis-à-vis de l’emploi de l’expression « transition énergétique » par les politiques publiques contemporaines. Les historiens nous montrent que ce concept ne peut être envisagé que de façon systémique, et que le regard rétrospectif engage un regard forcément critique.

Thomas Le Roux


  1. J.-B. Fressoz, « Pour une histoire désorientée de l’énergie », Entropia, n° 15, 2013, p. 173-187. []
  2. C.-F. Mathis et G. Massard-Guilbaud (dir.), Sous le soleil. Systèmes et transitions énergétiques du Moyen Âge à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019. []
  3. F. Jarrige et A. Vrignon, Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives et renouvelables à l’âge industriel (XIXe-XXe siècles),Paris, La Découverte, à paraître 2020. []
  4. A. Kander, P. Malanima et P. Warde, Power to the People. Energy in Europe over the Last Five Centuries, Princeton-Oxford, Princeton University Press, 2013. []
  5. T. Mitchell, Carbon Democracy: Political Power in the Age of Oil, Londres, Verso, 2011. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.