Fabrice GRENARD, Les maquisards. Combattre dans la France occupée.

Paris, Vendémiaire, « Résistance », 2019, 616 p.

Dans son dernier ouvrage, l’historien Fabrice Grenard propose « la première grande synthèse sur l’histoire des maquisards à l’échelle de toute la France ». Ce projet s’inscrit dans une riche historiographie et répond à un double impératif. D’une part, les historiens des maquis ont de longue date préconisé un travail à plusieurs échelles, qui tienne compte des réalités locales, sans toutefois négliger une étude plus globale, seule à même de dégager les traits communs des maquis et leurs différences1. Si cette approche semblait une gageure en 1950, elle est aujourd’hui permise par la très grande richesse des études régionales et locales sur les maquis et leurs chefs, leur récent renouvellement2, ainsi que par les pistes ouvertes lors de colloques fondateurs3, l’ouverture progressive des archives et la publication continuée de témoignages – comme le rappelle l’auteur dans son introduction (p. 12-13). Fabrice Grenard a lui-même contribué à ce cheminement scientifique, en publiant en 2014 la biographie du chef de maquis Georges Guingouin4. D’autre part, le renouvellement de l’historiographie de la résistance est largement passé, depuis les années 1990, par des approches sociologiques voire anthropologiques de l’engagement résistant : dans le cas des maquis, l’indispensable ouvrage que Roderick Kedward a consacré à un large Sud-Ouest en témoigne5.

Les maquisards s’inscrit dans ce double héritage et se distingue d’autres travaux sur les maquis français en s’attachant à reconstituer l’histoire des hommes et non celles des formations maquisardes6, à la suite des travaux de Jacques Canaud7. Fabrice Grenard entend ici s’affranchir, à bon droit, de la légende dorée qui célébra des décennies durant des combattants du maquis entièrement militarisés, aussi bien que de la légende noire qui se focalisa, parfois par anticommunisme, sur leurs débordements (p. 14-15).

Le plan, classique, suit la chronologie de la naissance des maquis puis les grandes étapes de leur organisation et de leurs combats, sans oublier les phases de répression. La part faite à l’avant-débarquement est belle, ce que l’on ne saurait que saluer. Loin de réduire le sujet au stéréotype des maquisards qui, Sten au poing, menèrent la libération du territoire, l’auteur revient sur les débuts des maquis, à la fin de 1942. Il montre ainsi que, la résistance étant à ses débuts très urbaine, ce n’est qu’à cette date que l’espace rural commença à accueillir des résistants recherchés, des juifs ou des étrangers menacés par Vichy et par l’occupant, qui ne pouvaient plus bénéficier de l’anonymat des réseaux de la résistance urbaine. Ils formèrent donc les premiers noyaux maquisards, rejoints ensuite par des ouvriers refusant la « Relève » visant à les envoyer travailler en Allemagne. Mais c’est en février 1943, avec la promulgation du « Service pour le travail obligatoire », que la situation changea d’échelle : avec l’afflux spontané des jeunes « réfractaires » qui refusaient de partir travailler en Allemagne, les effectifs devenaient trop importants pour être dispersés chez l’habitant. Il fallut donc organiser des campements. Devant l’ampleur du phénomène, les diverses organisations de résistance apportèrent leur aide et contribuèrent à la structuration et à l’encadrement des maquis.

La militarisation des maquis ne se fit pas en un jour. Fabrice Grenard évoque ainsi le quotidien des maquisards tout au long des années 1943 et 1944. Le manque de moyens et la difficile traversée de l’hiver 1943-1944 en furent des étapes douloureuses. L’aide des populations locales put leur apporter du soulagement ; mais les relations étaient ambivalentes, car les populations craignaient les réquisitions des maquis comme la répression que leur action pouvait engendrer. Malgré ces épreuves, et sous l’impulsion de leurs chefs, les maquis gagnèrent en organisation et en discipline. Nombre d’entre eux survécurent à l’hiver comme à la violente répression du début de l’année 1944. D’autres connurent un sort terrible : ainsi le maquis des Glières, décimé par la répression en mars 1944. Une dernière partie s’ouvre avec le printemps 1944, qui évoque l’espoir suscité par la sortie de l’hiver puis par le débarquement, la grande montée au maquis qui suivit le 6 juin, puis les combats de la Libération. Le récit ne serait pas complet s’il n’évoquait pas les territoires libérés et temporairement administrés par les maquis, souvent repris par l’ennemi, qui se livra alors à de terribles représailles.

Malgré la densité de l’ouvrage, l’ampleur de la tâche explique, parfois, des ellipses. Dans l’histoire des combats, par exemple, l’attention est portée sur les formations maquisardes davantage que sur les hommes, dont les émotions et les expériences vécues s’effacent au profit de considérations sur les opérations militaires. Les combats en eux-mêmes, la peur, les blessures qu’ils provoquent ne sont que peu évoqués. Sur un autre plan, le retournement de l’opinion suscité par le STO au début de 1943 est abordé avec un optimisme que l’on pourrait nuancer : « La rupture [de l’opinion avec le régime de Vichy] apparaît totale et définitive, y compris pour ceux qui jusqu’alors étaient plutôt des partisans du régime » (p. 49). De même, « l’accueil des étrangers » (p. 131 sq., 179) et des soldats coloniaux (p. 167) au sein des maquis apparaît comme une évidence. Addi Bâ, le tirailleur sénégalais, est ainsi cité dans ses fonctions de chef de maquis sans précision (p. 167) ; pourtant, ce n’est que soixante ans après son exécution par les Allemands, en 2013, qu’il reçut la médaille de la Résistance à titre posthume. Enfin, les liens avec l’allié britannique et la France libre sont surtout évoqués, conformément au projet de l’auteur, pour leurs conséquences sur le terrain : les parachutages d’armes (p. 192, 286), mais aussi l’envoi d’agents et de soldats auprès des maquis, qui fait l’objet de pages intéressantes (p. 419-444). En revanche, la genèse des liens avec Londres n’est pas prise en compte : l’action britannique auprès des maquis est rapportée, pour l’essentiel, aux décisions prises par Churchill en 1944 (p. 192,193, 333). Même si la question ici n’est pas centrale, on aimerait en savoir plus sur le travail effectué tout au long de 1943 par les services alliés pour comprendre et aider les maquisards, qui a laissé un volume d’archives considérable, mais dont l’évocation reste ponctuelle (p. 420).

Ces réserves mineures ne doivent pas faire oublier le mérite d’un ouvrage qui fait un point bienvenu sur l’histoire des maquisards, en se fondant à la fois sur des archives et sur les publications disponibles. Il remplit pleinement son objectif en offrant une synthèse utile et maniable sur un sujet foisonnant.

Raphaële Balu


  1. M. Granet, « Dessein général des maquis », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, n° 1, 1950, p. 51-72 ; F. Marcot, « Pour une enquête sur les maquis », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et des conflits contemporains, n° 132, 1983, p. 89-100 ; R. Frank, « La Résistance et les Français, un cycle de six colloques, 1993-1996 », Clio, n° 1, 1995. En ligne : http://clio.revues.org/index526.html. []
  2. Notamment H. R. Kedward, À la recherche du Maquis,Paris, Éditions du Cerf, 1999 ; G. Vergnon, Le Vercors. Histoire et mémoire d’un maquis, Paris, Éditions de l’Atelier, 2002 ; C. Barbier, Le maquis de Glières. Mythe et réalité, Paris, Perrin-Ministère de la défense, 2014. []
  3. Colloque sur les maquis. 22 et 23 novembre 1984, Paris, Institut d’histoire des conflits contemporains, 1986 ; Le rôle des maquis dans la Libération de la France. Actes du colloque au Sénat, 19 octobre 1994 Annecy, Morel Organisation, 1995 ; F. Marcot (dir.), La Résistance et les Français. Maquis et lutte armée. Actes du colloque international de Besançon, Paris, Les Belles Lettres, 1996. []
  4. F. Grenard, Une légende du maquis : Georges Guingouin, du mythe à l’histoire, Paris, Vendémiaire, 2014. [Lire le compte rendu en ligne] []
  5. H. R. Kedward, À la recherche du Maquis, op. cit. []
  6. Notamment P. Montagnon, Les maquis de la Libération, 1942-1944, Paris, Pygmalion, 2000 ou S. Simonnet, Maquis et Maquisards. La Résistance en armes, 1942-1944, Paris, Belin, 2015, qui passe très vite des « maquisards » aux « maquis ». []
  7. J. Canaud, Le temps des maquis : de la vie dans les bois à la reconquête des cités, 1943-1944, Précy-sous-Thil, Éditions de l’Armançon, 2003. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.