Pierre Lassave, La sociologie des religions. Une communauté de savoir.

Paris, Éditions de l’EHESS, 2019, 410 p. Préface de Danièle Hervieu-Léger

C’est un état des lieux de « la » sociologie des religions comme champ de savoir scientifique qui est ici proposé par Pierre Lassave. L’auteur a d’abord été un sociologue de l’urbain avant d’être parvenu sur le tard, dit-il, dans le domaine du fait religieux. Préfacé d’une plume claire par Danièle Hervieu-Léger, chef de file de la sociologie des religions en France, l’ouvrage restitue le cadre institutionnel de ce courant sociologique qui s’est professionnalisé et structuré autour de laboratoires et de revues, mais aussi d’héritages à préserver avec les dépôts récents des archives de Gabriel Le Bras, Émile Poulat, et ceux d’Henri Desroches, Jacques Maître, Jean Séguy et François-André Isambert. Pierre Lassave s’est attaché à animer un collectif de chercheurs en charge de procéder à une histoire des trajectoires intellectuelles qui ont façonné la sociologie des religions en France. L’ouvrage veut aller plus loin en proposant un regard à la fois rétrospectif et général de ce champ de la sociologie. Ce n’est pas un manuel mais un ouvrage de présentation sur les cadres et les conditions qui ont participé à la structuration de ce champ.

Le premier chapitre s’attache à parcourir les différents lieux de par le monde où ce champ s’est déployé, les Amériques et l’Europe principalement, avec quelques coups de projecteur plus approfondis sur la Suisse, les rencontres internationales et les revues comme Social Compass et les Archives de sociologie des religions, devenant en 1973 Archives de sciences sociales des religions (ASSR). Le deuxième chapitre s’attache aux laboratoires qui ont animé la recherche en France depuis plusieurs décennies, avec le Groupe de sociologie des religions, créé en 1954 au sein du CNRS, issu du rayonnement du doyen Gabriel Le Bras et de ses « mousquetaires » (p. 100 sq.). Est ainsi restitué le cadre intellectuel de cette sociologie fondatrice à visée pastorale qui a mis en œuvre les grandes enquêtes de pratique religieuse, devenant ainsi un véritable modèle français sur lequel aura travaillé toute une génération d’historiens du religieux. Les archives Le Bras et Poulat invitent désormais à entamer une relecture historiographique sur ce « moment sociologique » de l’histoire religieuse en France (p. 188 sq.). L’analyse des comptes rendus et des notices nécrologiques tente également de mesurer le poids mémoriel de cette génération de fondateurs au sein du paysage français de la sociologie des religions. Son déploiement en champ autonome, détaché de toute velléité pastorale et confessionnelle, se comprend dans la comparaison de deux dictionnaires, le premier de Paul Poupard en 1984 et le second de Régina Azria et Danièle Hervieu-Léger en 2010, et dans la définition de certains mots-clefs et concepts. Dans une dernière partie, il est fait état de quelques controverses historiques, comme la réception des Formes élémentaires de la vie religieuse (1912) du père fondateur que fut Durkheim, et la passe d’armes entre Poulat et Boulard à propos de son livre écrit avec Jean Rémy : Pratiques religieuses urbaines et régions culturelles (1968). Plus étrange est le dernier chapitre mettant en scène l’activité d’évaluation du comité éditorial des ASSR sur des cas précis et qui met parfois le lecteur mal à l’aise.

Enfin, la bibliographie en fin de volume présente un état des publications faisant aujourd’hui autorité dans le champ de la sociologie des religions. Elle semble prioritairement francophone et anglophone, trahissant quelque peu le prisme d’un pôle français et parisien. La province existe aussi. Strasbourg a été et reste une vitrine de la sociologie des religions face à la recherche allemande et son maître Max Weber1. Freddy Raphaël en a été un artisan comme plusieurs de ses collègues théologiens catholiques et protestants. Car effectivement, les sciences des religions font outre-Rhin, comme en Suisse également, « chambre commune » avec la théologie, une autre situation qui mériterait elle aussi une attention particulière.

Au final, l’ouvrage de Pierre Lassave constitue un ouvrage important sur ce qui fonde aujourd’hui « la » (le singulier a son importance) sociologie des religions, principalement dans l’espace académique français. Mais ce livre reste difficile d’accès pour le néophyte ou le lecteur qui n’appartient pas à cette « communauté de savoir » décrite ici. La langue employée ne facilite pas le dévoilement et la compréhension. Ce qui est donné à voir ici semblerait davantage destiné à l’univers des sociologues qu’à celui des autres communautés, comme celle des historiens. Le temps de la compréhension mutuelle et de la collaboration active, qui fut celui de la première génération des fondateurs, semble pour le moins révolu. Ce serait peut-être en cela que la sociologie des religions diffère des sciences sociales du religieux, à l’heure où le champ correspondant en histoire reste encore qualifié trop souvent d’« histoire religieuse ».

Bruno Dumons


  1. A.-S. Lamine et H. Knoblauch, « Le religieux dans la sociologie allemande », Archives de sciences sociales des religions, n° 167, 2014, p. 11-30. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.