Denis Pernot (dir.), Paul Vaillant-Couturier. Écriture et politique.

Dijon, Éditions universitaires de Dijon, « Écritures », 2019, 162 p.

Cet ouvrage est l’édition des actes de la journée d’études organisée le 28 juin 2018 par l’équipe d’accueil Pléiade de l’université Paris 13 (EA 7338) et les Archives départementales de Seine-Saint-Denis, sur « Paul Vaillant-Couturier, écriture et politique ».

Paul Vaillant-Couturier (1892-1937) se confond aujourd’hui surtout avec le nom de rues, avenues et boulevards, et au mieux avec le patronyme de sa veuve, la militante, résistante et élue Marie-Claude Vaillant-Couturier. Pourtant, il fut, comme Henri Barbusse, Jean-Richard Bloch ou Léon Moussinac, une figure importante de la vie intellectuelle et politique de l’entre-deux-guerres. Né en 1892 dans une famille aisée et artiste, il suivit des études de droit tout en commençant à écrire et peindre. Mobilisé pendant toute la guerre, il fit partie de la Génération du feu. Il adhéra au PCF à sa constitution et fut élu député de la Seine en 1924. Il fut, entre autres, rédacteur en chef de L’Humanité de 1926 à 1929 puis de 1935 à 1937, et secrétaire de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR) de 1932 à 1937.

Les chercheurs ne trouveront pas dans cet ouvrage de travaux sur la place de Vaillant-Couturier dans le Parti communiste ou l’histoire intellectuelle et politique de l’entre-deux-guerres, hormis la présentation de la correspondance Gide-Vaillant-Couturier par Pierre Masson. Le propos des organisateurs de la journée d’études n’était pas là, mais de revenir et de se concentrer sur sa production artistique, et en particulier littéraire.

Sa mort prématurée, à 45 ans, avait marqué ses contemporains, qui ont loué à la fois l’homme, le militant et l’artiste. Plusieurs ont souligné en outre qu’il aurait sacrifié une carrière artistique d’envergure aux besoins de la lutte politique. Denis Pernot, professeur de littérature française des XIXe et XXe siècles à l’université Paris 13, organisateur de la journée d’études et éditeur scientifique des actes, propose de renverser le raisonnement et d’interroger l’apport de cet engagement dans la créativité et la création de Vaillant-Couturier, en étudiant les œuvres publiées, les inédits – la plupart sont conservés par les Archives départementales de Seine-Saint-Denis – ainsi que les œuvres graphiques. Peut-on parler ici d’« œuvre de déchirement » (p. 11) ?

La production artistique a donc été analysée avec une grande précision par des chercheurs en littérature et en arts du spectacle. Si Vaillant-Couturier a une activité artistique toujours en lien avec ses engagements, ces engagements ont influé sur les formes et les genres choisis. Alors qu’il est au front, il écrit textes en prose, poésie et chansons, dessine, choisit souvent une « forme déclassée de littérature » (p. 38) comme manière aussi de résister au bourrage de crâne (Denis Pernot). Il expérimente après-guerre différentes formes théâtrales, « oscillant entre agit-prop révolutionnaire et incursions avant-gardistes » (Léonor Delaunay, p. 42). Cette expérimentation politico-littéraire se vit aussi dans le reportage de presse (Marc Kober) ou le livre pour enfants (Mathilde Lévêque). Les autres sujets traités – le thème de la Commune de Paris (Laure Godineau), ses souvenirs publiés dans Enfance (Lucille Zimba et Vladimir Marinov), ses articles pour Commune (Bruno Curatolo) – sont également intéressants et utiles pour des études pluridisciplinaires sur la Grande Guerre et l’entre-deux-guerres et les liens complexes qu’entretenait le PCF avec les milieux intellectuels et artistiques.

L’ouvrage propose une très utile bibliographie des œuvres publiées et des travaux scientifiques disponibles.

Marie-Cécile Boujou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.