Jacques Rougerie, Eugène Varlin. Aux origines du mouvement ouvrier.

Paris, Éditions du Détour, « Le devenir du passé », 2019, 224 p.

Jacques Rougerie donne à son Eugène Varlin un sous-titre explicite : Aux origines du mouvement ouvrier. À peu près au même moment paraît aux Éditions Libertalia Eugène Varlin, ouvrier relieur 1839-1871. Écrits rassemblés et présentés par Michèle Audin, qui comprend aussi une présentation biographique. Ces deux livres s’ajoutent à l’ouvrage de Michel Cordillot : Eugène Varlin, chronique d’un espoir assassiné, publié en 1991 par les Éditions ouvrières dans la collection « La part des hommes » de Claude Pennetier et qui, revu et augmenté, fut repris en 2016 par les Éditions Spartacus sous le titre Eugène Varlin, internationaliste et communard. À l’approche du cent cinquantième anniversaire de la Commune de Paris, la personnalité de Varlin se révèle incontournable dans l’histoire de ce moment exceptionnel. Le livre de Rougerie paraît du reste dans une collection joliment dénommée « Le devenir du passé », que dirige Michèle Riot-Sarcey.

L’ouvrage retient d’emblée l’attention pour deux raisons : la plus évidente est qu’il provient de l’historien spécialiste universellement reconnu de la Commune de Paris, auteur de référence s’il en est, mais économe de publications livresques et dont chaque parution se trouve dès lors particulièrement signalée et observée. La seconde est son choix de ne pas écrire « une biographie classique », mais d’offrir « pour une large part la chronique du mouvement des sociétés ouvrières de la fin des années 1860 » (p. 11). Jacques Rougerie l’explique en somme par l’état de la documentation disponible sur Varlin et par l’intensité comme la brièveté d’une vie si intimement liée à la cause de l’émancipation ouvrière. Au début de son propre livre, Michel Cordillot notait de même que le destin individuel de Varlin ne pouvait être dissocié de l’histoire du mouvement social de son temps et, en bel écho anticipé, il citait justement Jacques Rougerie : « Varlin, c’est l’écho précieux, exact, irremplaçable, d’un mouvement ouvrier encore incertain, mais qu’il vit en profondeur, qu’il incarne absolument, qu’il suit pas à pas, en même temps qu’il le dirige, pas à pas » (p. 9 de l’édition de 1991).

L’historien de la Commune ne s’attarde pas sur les quelques indications biographiques disponibles sur cet enfant originaire d’un milieu rural de Seine-et-Marne ayant commencé à basculer vers la ville et un travail d’ouvrier d’art, donc dans un milieu populaire instruit et réfléchi, qui a joué un rôle si important dans l’histoire du mouvement ouvrier. Dès 1857, Varlin appartient à la Société civile des ouvriers relieurs et il parfait son instruction en suivant des cours de l’Association philotechnique, à l’instar des bronziers Albert Theisz et Zéphirin Camélinat, eux aussi futurs membres de la Commune, d’Henri Tolain aussi, ce militant ouvrier qui finira député puis sénateur républicain, ou encore Émile Landrin, le futur lieutenant de Vaillant. L’auteur privilégie donc l’étude de ce milieu, avec précaution, prudence même, attentif à décrire les nuances des ambiances ou du climat, proudhonien et fouriériste, dans lesquelles se forme le jeune militant.

Tout se joue en quelques années, quelques dizaines de mois seulement, à partir de 1864. Varlin participe à sa première grève pendant l’été 1864, en faveur de la journée de dix heures, contre douze auparavant. En 1866, il fonde la Société civile d’épargne et de crédit mutuel des ouvriers et ouvrières relieurs et doreurs sur cuivre, qu’il fait adhérer à l’Association internationale des travailleurs (AIT), à laquelle il appartenait personnellement depuis le début de l’année précédente. Il organise en même temps une première société coopérative de consommation, La Ménagère, puis un restaurant coopératif, La Marmite, ouvert en 1868, organismes de solidarité, mais aussi de sociabilité et de propagande. Le livre expose avec minutie les débats de l’AIT, notamment autour des questions de coopératives et du mutuellisme plus ou moins opposé au collectivisme et s’efforce d’évaluer la part propre qu’y prend Varlin. Le lecteur pense alors à l’expression qu’affectionnait Madeleine Rebérioux : « nos vies sont collectives », tant s’entrelacent les démarches des uns et des autres. Il faut suivre Varlin, mais aussi Benoît Malon, les militants bronziers et tant d’autres. Similitudes, rencontres et nuances sont scrutées avec soin. Il est souvent difficile de trancher les discussions, par exemple sur les relations entre l’Internationale et la commission des délégués ouvriers à l’Exposition universelle de 1867, ou encore celles entre la même AIT et la Ligue internationale de la paix et de la liberté, mais les remarques très précises et ô combien averties de Jacques Rougerie, ses recours constants à la documentation de l’époque, permettent au moins d’en percevoir toute la richesse et la complexité, au plus près d’un mouvement social qui politiquement semble osciller entre bonapartisme, république, démocratie, socialisme et anarchie.

Il importe donc d’accorder une attention soutenue au grand moment de la politisation des sociétés ouvrières, de 1868 à 1870, années au cours desquelles l’auteur s’emploie à se situer au plus près du « mouvement réel de la classe ouvrière », comme le recommandait Marx. Ce sont des années de luttes, d’organisation, de débats, avec des participations à des journaux comme La Marseillaise d’Henri Rochefort, en compagnie de Jean-Baptiste Millière, des procès et des emprisonnements aussi. La lutte semble se faire plus âpre, et de fait la période débouche sur la guerre, le siège et la Commune. Curieusement, cette période n’apparaît pas ici comme celle où l’activité de Varlin est la plus identifiée. On le voit néanmoins organiser ou tenter de le faire, aussi bien pour l’activité propre de l’Internationale que pour les subsistances de Paris pendant la Commune. Il serait tentant d’esquisser un parallèle avec Édouard Vaillant, du même âge et lié à l’Internationale, mais pas du tout ouvrier d’origine et davantage proche de Blanqui et de ses hommes. Varlin se fait élire facilement à la Commune, par les 6e, 12e et 17e arrondissements, tandis que l’ingénieur Vaillant a plus de mal dans le 8e, mais en revanche ce dernier joue ensuite un rôle plus central dans la direction du mouvement. Membre de la commission des Finances, puis de celle des Subsistances, avant de passer à celle de la Guerre, Varlin ne se consacre qu’à des « tâches concrètes », relève Rougerie, avant d’être relevé de ses fonctions le 10 mai et de se replier dans son arrondissement. Il est un des membres les plus notables de la « minorité » qui s’est progressivement forgée dans la critique de la « majorité », même s’il convient de ne pas absolutiser ces catégories. Sa participation aux derniers combats le 28 mai et son exécution sommaire le même jour contribuent à faire de Varlin un des personnages emblématiques de la Commune. Plutôt que de conclure de manière trop militante ou professorale, Jacques Rougerie préfère laisser la place à quelques témoignages importants : sur Varlin lui-même et sa mort de martyr, il convoque ainsi Maxime Du Camp, l’ennemi, précédé et suivi par deux amis, Jules Vallès et Benoît Malon, puis sur l’essentiel, c’est-à-dire une part de son œuvre elle-même, la coopération, il donne un article de 1867 d’Élie Reclus.

Gilles Candar


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search